Ligne de Castelnaudary à Rodez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Castelnaudary à Rodez
Image illustrative de l'article Ligne de Castelnaudary à Rodez
Train sur le Viaduc du Viaur en 2008.
Pays Drapeau de la France France
Concessionnaires Compagnie minière de Carmaux (1854 – 1865)
Midi (1857 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
Réseau ferré de France (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 736 000
Longueur 184,299 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 20
Nombre de voies Voie unique
Signalisation Block manuel sur les parties exploitées (voir schéma de la ligne)
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER
Schéma de la ligne

La ligne de Castelnaudary à Rodez est une ligne ferroviaire française, qui relie la gare de Castelnaudary dans le département de l'Aude à celle de Rodez dans celui de l'Aveyron, en passant par Castres et Albi.

Elle constitue la ligne 736 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Albi à Carmaux[modifier | modifier le code]

La ligne d'Albi à Carmaux est concédée aux « Sieurs de Solages père et fils et compagnie, propriétaires de la mine de houille de Carmaux » par décret impérial du 4 mars 1854[2]. L'objectif est de stimuler la production qui est limitée du fait du coût important du transport. Concédée pour 99 ans, sans aides ni garantie de l'État, la ligne doit être exploitée dans les trois ans[3].

Les travaux débutent rapidement, la voie longue de 15 kilomètres trouve son origine sur le site de la concession des houillères, passe entre les collines, traverse le souterrain de « Bois l'Hôpital » et rejoint le Tarn, sur sa rive droite, à proximité du faubourg de la Madeleine à Albi. L'installation comprend un débarcadère sur la rivière, les wagons étant descendus au niveau des bateaux par des plans inclinés similaires au système employé aux mines de Newcastle. Les premières circulations, de voyageurs puis de marchandises, ont lieu en octobre 1857, l'inauguration est faite en décembre, en présence notamment des autorités de la compagnie et du préfet du département, et l'ouverture officielle de l'exploitation débute le 1er mai 1858[3].

La convention signée entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne le 1er mai 1863, outre la concession à titre éventuel de la section de Castres à Albi, prévoit la faculté pour la compagnie de racheter la section de Carmaux à Albi pour un montant fixé par arbitrage. Cette convention est approuvée par décret impérial le 11 juin 1863[4]. La sentence arbitrale est rendue le 22 juillet 1865. Elle fixe le montant du rachat de la ligne à 3 494 057 francs et 57 centimes. Un décret impérial entérine la sentence le 23 décembre 1865[5].

Castelnaudary-Castres[modifier | modifier le code]

Le , un chemin de fer de Bordeaux à Cette[6] est concédé par une loi à la Compagnie du chemin de fer de Bordeaux à Cette représentée par Messieurs François-Xavier de Ezpeleta, Joseph Ricard, John-David Barry, Nicolas-Marie-Hippolyte Drouillard, Antoine Luzarche, Antoine-Adolphe-Charles-Ferdinand Royer, Jean-Auguste baron de Saguet[7]. Cette même loi autorise le ministre des Travaux publics à concéder un « embranchement dirigé de Castres sur la ligne de Toulouse à Cette, et passant par ou près Revel ». La concession de cette embranchement est accordé à la Compagnie du chemin de fer de Bordeaux à Cette par une convention signée le 30 juin 1846. Cette convention est approuvée par ordonnance royale le lendemain, 1er juillet[8]. Toutefois, en 1847, cette compagnie dut renoncer à la concession[9].

Un embranchement de Castres à la ligne de Bordeaux à Cette est concédé à titre éventuel à la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne par une convention signée le 1er août 1857 entre le ministre des Travaux Publics et la compagnie. Cette convention est approuvée par un décret impérial à la même date[10]. La concession devient définitive lors de la déclaration d'utilité publique par décret impérial le 20 juin 1861[11]. Intégrée dans le « nouveau réseau » elle bénéficie des garanties d'amortissement et d'intérêt de la part de l'État. Cette décision est prise du fait de l'importance de relier un grand centre industriel au réseau grandes lignes et au fait que le tracé permet les relations de zones d'élevages, de cultures et des massifs forestiers et des rivières permettant des apports en combustibles et en eau nécessaires aux manufactures[12]. Le ministère de la guerre soutien cette réalisation car il considère que cette ligne a une importance stratégique du fait qu'elle dessert l'arsenal de Castres spécialisé dans l'artillerie[13].

Un premier projet de tracé est modifié par des études, effectuées en 1861, qui préconisent de situer l'embranchement à Castelnaudary plutôt qu'à Avignonet. Cette dernière étude propose un tracé présentant moins de difficultés de constructions ce qui permet une dépense moindre. Ce projet est partiellement approuvé en novembre 1862, il reste en étude l'emplacement exact de l'embranchement et les trois kilomètres de tracé qui le précèdent, l'accord sur ce point intervenant au début de l'année 1863[12]. La voie unique est longue de 55 kilomètres[13].

Les chantiers ouvrent en 1863 sur un tracé qui ne présente pas de difficultés significatives. L'ouvrage d'art le plus important est le tunnel sous le canal du midi à la sortie de la gare de Castelnaudary. Long de 100 mètres, il est réalisé en 49 jours durant la période de « chômage »[14] du canal en août et septembre[13]. Il faut également construire de nombreux petits ouvrages d'art : tunnel, ponts et ponceaux, et édifier 59 maisons de garde barrière ainsi que les bâtiments nécessaires aux huit haltes ou stations[12]. Néanmoins pour l'ouverture les bâtiments sont des constructions provisoires. La ligne est réceptionnée le 16 avril 1865 par l'inspecteur des Ponts et Chaussés Job, accompagné des ingénieurs en chef Don de Cepian et Duvignaud, en présence de nombreux invités, notamment des ingénieurs et des administrateurs de la Compagnie du Midi ainsi que des cadres et ouvriers ayant participé au chantier. Le procès-verbal favorable permet d'ouvrir l'exploitation de la ligne aux voyageurs et aux marchandises[15].

Après l'ouverture, les travaux se sont poursuivis sans amener de gènes aux circulations voyageurs et marchandises. Quotidiennement trois omnibus font le trajet, aller et retour[16], ils mettent deux heures pour relier la gare de Castres à celle de Castelnaudary, en correspondance avec des trains circulants sur le réseau grande ligne de la Compagnie du Midi, en desservant, les stations de Soupex, Saint-Félix, Revel, Lempaut et Soual, ainsi que les haltes de Blan et La Crémade[12].

Castres-Albi[modifier | modifier le code]

La section de Castres à Albi est concédée à titre éventuel à la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne par une convention signée entre le ministre des travaux publics et la compagnie le 1er mai 1863. Cette même convention prévoit la faculté pour la compagnie de racheter la section de Carmaux à Albi pour un montant fixé par arbitrage. Cette convention est approuvée par décret impérial le 11 juin 1863[4]. Cette section est déclarée d'utilité publique par décret impérial le 9 mars 1864, rendant ainsi la concession définitive[17].

Carmaux-Rodez[modifier | modifier le code]

La section de Carmaux à Rodez est déclarée d'utilité publique par une loi du 27 décembre 1879[18]. Elle est concédée à la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne par la loi du 20 novembre 1883[19].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Déclassement[modifier | modifier le code]

  • La section de Revel à La Crémade, du PK 338,500 au PK 356,235 est déclassé le 12 septembre 1985[20].
  • Le tronçon à Revel - Sorrèze, du PK 337,730 au PK 338,500 est déclassé le 20 septembre 1995[21].
  • Le tronçon de Labastide-Dénat du PK 408,000 au PK 408,300 est déclassé le 20 mars 1978[20] .
  • La section de Castres à Laboutarie, du PK 366,560 au PK 394,000 est déclassé le 10 novembre 1993[22].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le tronçon entre Albi et Rodez est encore utilisé pour le trafic voyageurs (trains TER Occitanie). Le trafic marchandise a disparu dans les années 2000 en s'éteignant sur le tronçon de Castelnaudary à Revel-Sorèze, qui fut utilisé pour le trafic fret seulement, jusqu'en août 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal Officiel de la République Française du 17 septembre 1985 page 10654
  2. « N° 1352 - Décret impérial portant concession d'un chemin de fer de Carmaux à Albi : 4 mars 1854 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 3, no 162,‎ , p. 1023 - 1042 (lire en ligne).
  3. a et b Palau 2001, p. 20.
  4. a et b « N° 11553 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 1er mai 1863, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics et Compagnie du chemin de fer du Midi et du canal latéral à la Garonne : 11 juin 1863 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 22, no 1141,‎ , p. 153 - 158 (lire en ligne).
  5. « N° 13928 - Décret impérial qui incorpore définitivement au nouveau réseau de la Compagnie du chemin de fer du Midi et du canal latéral à la Garonne, les chemins de fer de Graissessac à Béziers et de Carmaux à Albi : 23 décembre 1865 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 27, no 1361,‎ , p. 1 - 3.
  6. Orthographe du nom de la ville de Sète utilisée à l'époque de la concession.
  7. « N° 12811 - Loi relative au chemin de fer de Bordeaux à Cette : 21 juin 1846 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série IX, vol. 33, no 1307,‎ , p. 5 - 23 (lire en ligne).
  8. « N° 12812 - Ordonnance du Roi qui approuve une convention passée, le 30 juin 1846, pour la concession d'un embranchement dirigé de Castres sur le chemin de fer de Bordeaux à Cette : 1er juillet 1846 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série IX, vol. 33, no 1307,‎ , p. 23 - 27 (lire en ligne).
  9. Adolphe Joanne, « Les chemins de fer du Midi et le canal latéral à la Garonne », dans Atlas historique et statistique des chemins de fer français, Paris, Hachette, , 96 p. (lire en ligne), p. 77.
  10. « N° 4994 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 1er août 1857, pour la concession de chemins de fer à la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne : 1er août 1857 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 8, no 544,‎ , p. 781 - 810.
  11. « N° 9293 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'embranchement de Castres à la ligne de Bordeaux à Cette : 20 juin 1861 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 18, no 951,‎ , p. 215 - 216.
  12. a, b, c et d Palau, 2004 : Castelnaudary-Castres, 16 avril 1865, p. 48
  13. a, b et c Batigne, 1985 , p. 27.
  14. Période d'entretien, avec arrêt de la navigation et vidange si nécessaire de certains tronçon entre deux écluses.
  15. Batigne, 1985 , p. 28
  16. Conseil général du département du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Rapport du contrôle : Chemin de fer de Castres à Castelnaudary », p. 39-40.
  17. « N° 12137 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement de deux chemins de fer, 1° de Castres à Albi ; 2° de Castres à Mazamet, et rend définitive la concession desdits chemins, accordée à titre éventuel à la compagnie du Midi : 9 mars 1864 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 23, no 1190,‎ , p. 409 - 410 (lire en ligne).
  18. « N° 8729 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer de Carmaux à Rodez : 27 décembre 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 490,‎ , p. 1040 - 1041 (lire en ligne).
  19. « N° 14215 - Loi qui approuve la convention passée, le 9 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie des chemins de fer du Midi : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 340 - 345 (lire en ligne).
  20. a et b « Retranchements et déclassements de lignes ou sections de l'ignes d'intér^t général des chemins de fer français », sur http://www.lignes-oubliees.com/ (consulté le 21 septembre 2014), p. 13/16.
  21. « Retranchements et déclassements de lignes ou sections de l'ignes d'intér^t général des chemins de fer français », sur http://www.lignes-oubliees.com/ (consulté le 21 septembre 2014), p. 6/16.
  22. « Retranchements et déclassements de lignes ou sections de l'ignes d'intér^t général des chemins de fer français », sur http://www.lignes-oubliees.com/ (consulté le 21 septembre 2014), p. 8/16.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Batigne (préf. Alex Raymond, postface Pierre Martin), Cent vingt ans de chemins de fer revélois : 1865 - 1985 (Plaquette), Revel, Syndicat d'initiative de Revel - Saint-Ferréol, , 43 p. (lire en ligne).
  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 2 (1858 - 1863), Paris, Palau, , 223 p. (ISBN 2-950-94212-1), chap. 3.9 (« Carmaux-Albi : 1er mai 1858 »), p. 20-21.
  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 3 (1864 - 1870), Paris, Palau, , 239 p. (ISBN 2-950-9421-3-X), p. 48 et 189.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Les cahiers de Minerve - Photos du tronçon Castelnaudary - Castres
  • BNF Gallica - Album photographique de la construction de l'infrastructure du tronçon Viaur-Rodez