Ligne de Bordeaux à Lacanau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Bordeaux à Lacanau
Ligne de Bordeaux à Lacanau
Image illustrative de l'article Ligne de Bordeaux à Lacanau
Train en gare de Lacanau-Océan
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Bordeaux, Saint-Médard-en-Jalles, Sainte-Hélène, Lacanau
Historique
Mise en service 1885 – 1905
Fermeture 1962 – 1978
Concessionnaires Ch. de fer économiques (1885 – 1978)
Fermée (à partir de 1978)
Caractéristiques techniques
Longueur 59 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Anciennement Voie unique

La ligne de Bordeaux à Lacanau est une ancienne ligne de chemin de fer secondaire française non électrifiée à écartement standard et à voie unique de la région Aquitaine. Elle reliait la ville de Bordeaux à l'Océan.

Chronologie[1][modifier | modifier le code]

1881 : concession de la ligne à la Société générale des chemins de fer économiques

 : ouverture de la ligne jusqu'à Lacanau-ville

 : ouverture du tronçon de Lacanau-ville à Lacanau-Océan

 : fermeture de la ligne au trafic voyageur

1962 : fermeture du tronçon de Lacanau-ville à Lacanau-Océan

 : fermeture de la ligne

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, le massif de pins maritimes du Médoc n'était accessible que par une seule route et on ne pouvait s'y rendre que par des chemins muletiers très peu carrossables. Alors, pour favoriser le transport des bois et par souci d'économie, le Conseil général de la Gironde préféra en 1871, la construction d'une ligne de chemin de fer, à un aménagement routier .

En 1881, la Société générale des chemins de fer économiques accepta de signer avec l'autorité départementale, une concession de 99 ans, comprenant, pour le réseau de la Gironde  : une ligne de ceinture des Landes allant de Lesparre-Médoc à Saint-Symphorien, via Facture ; une ligne nord de Lacanau à Bordeaux ; enfin, une ligne sud, de Hostens à Beautiran[2]. La mise en service eu lieu en 1885. À son ouverture, cette ligne passait par les gares de Bruges, d'Eysines, de Saint-Médard (aujourd'hui reconvertit en hôtel restaurant), d'Issac (hameau de Saint-médard), de Salaunes, de Saint-Hélène, de Saumos et de Lacanau.

En 1884, le conseil municipal de Lacanau étudia l'avant-projet de chemin de fer d'intérêt local déposé par Pierre Ortal pour prolonger la future ligne de Bordeaux Saint-Louis à Lacanau (ouverte en 1885), en vue de créer une nouvelle station balnéaire sur la côte. Émile Faugère, ingénieur spécialisé dans la construction de voies de chemin de fer, présenta aux autorités, le 19 août 1903, le plan de la future voie de chemin de fer dite "d'intérêt local“ pouvant relier Lacanau à l'océan. Celle-ci fut mise en service en 1905.

Après un début difficile jusqu'en 1913, l'arrivée de la guerre 1914-1918 permit à la ligne de connaître un essor remarquable jusqu'en 1934.

Le transport des Allemands et de leur matériel vers les côtes, accrut considérablement le trafic durant la Seconde Guerre mondiale. Mais, dès 1945, les machines à vapeur sont remplacées par des locomotives-diesel de type américain . Le transport des voyageurs disparaît en 1954. Le trafic marchandise, surtout composé de bois (le réseau étant situé dans la forêt des Landes), diminua au profit de la route et s'arrêta complètement en 1978, à la suite de problèmes de trésorerie, avec un an d'avance sur la concession.

Aujourd'hui les seules traces de cette ligne sont les bâtiments voyageurs, pour beaucoup reconvertis soit en habitations, soit en office de tourisme.

La ligne a été transformée en piste cyclable.

Gares[modifier | modifier le code]

La ligne desservait les gares de :

Réutilisation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le maire de Saint-Médard-en-Jalles Jacques Mangon propose en 2014 de réutiliser la plate-forme de la ligne sur 5 km dans la traversée de la commune pour y faire passer le prolongement de la ligne D du tramway de Bordeaux, en remplacement de la piste cyclable qui serait reconstruite en parallèle[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]