Ligne de Bonson à Sembadel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Bonson à Sembadel
image illustrative de l’article Ligne de Bonson à Sembadel
Gare de Sembadel au temps de la vapeur
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Saint-Bonnet-le-Château, Craponne-sur-Arzon
Historique
Mise en service 1873 – 1902
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 795 000
Longueur 66,677 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 30 

La ligne de Bonson à Sembadel est une ancienne ligne ferroviaire française à écartement standard à voie unique non électrifiée des départements de la Loire et de la Haute-Loire.

Elle constitue la ligne 795 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Déclaration d'utilité publique - Concession[modifier | modifier le code]

La ligne de Bonson à Saint-Bonnet-le-Château[2] est déclarée d'utilité publique au titre de l'intérêt local par décret le 24 septembre 1870[3]. Ce même décret approuve la convention signée entre le département de la Loire et la Compagnie anonyme du chemin de fer de Saint-Étienne à Saint-Bonnet-le-Château.

Le 25 janvier 1875, un arrêté préfectoral place la ligne sous séquestre, et le 5 mai suivant, un nouvel arrêté prononce la déchéance de la compagnie. Dès le 8 mai, un nouvel arrêté préfectoral annonce la mise en adjudication de la ligne. Elle est adjugée à la Banque Parisienne le 18 juin 1875. Le 4 mai 1876, la Banque Parisienne rétrocède la ligne et l'ensemble du matériel associé à la Compagnie des chemins de fer d'intérêt local de Loire et Haute-Loire. Cette rétrocession est approuvée par décret le 27 octobre 1877[4].

Les 8 octobre 1881 et 29 avril 1882 sont signées des conventions entre le ministre des Travaux Publics et la Compagnie des chemins de fer d'intérêt local de Loire et Haute-Loire pour le rachat de la ligne de Bonson à Saint-Bonnet-le-Château par l'État. Ces conventions sont approuvées le 24 juillet 1882 par une loi qui reclasse la ligne dans le réseau d'intérêt général et déclare d'utilité publique la section de Saint-Bonnet-le-Château à Sembadel[5].

La section de Bonson à Saint-Bonnet est cédée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 26 mai 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[6].

La section de Saint-Bonnet-le-Château à Sembadel est concédée à titre définitif à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une loi le 2 août 1886[7].

Ouverture[modifier | modifier le code]

  • De Bonson à Saint-Bonnet-le-Château le 4 octobre 1873.
  • De Saint-Bonnet-le-Château à Craponne-sur-Arzon le 1er août 1897.
  • De Craponne-sur-Arzon à Sembadel le 15 septembre 1902.

Fermeture au service des voyageurs[modifier | modifier le code]

  • De Bonson à Sembadel le 7 juillet 1969.

Fermeture au service des marchandises[modifier | modifier le code]

  • De Saint-Bonnet-le-Château à Estivareilles le 29 septembre 1974 (désordres dans le tunnel de Pichillon).
  • De Saint-Marcellin à Saint-Bonnet-le-Château le 27 septembre 1976.
  • D'Estivareilles à Sembadel le 1er juin 1987.
  • De Bonson à Saint-Marcellin le 24 janvier 1990.
  • Du PK 0,260 à Saint-Marcellin le 15 avril 2010[1]

Déclassement[modifier | modifier le code]

  • De Saint-Marcellin à Sembadel le 10 avril 1996[8] (pk 4,650 à 66,445).

Tracé[modifier | modifier le code]

Exploitation et trafic[modifier | modifier le code]

Depuis 2001, la section entre Estivareilles et Sembadel a été rachetée par un syndicat intercommunal, qui après remise en état de la voie et des ouvrages d'art, en confie en 2006 l'exploitation (uniquement touristique à ce jour), à l'association Chemin de Fer du Haut Forez. En gare de Sembadel les trains de cette association rencontrent ceux de l'AGRIVAP qui exploite la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Darsac entre Courpière et Sembadel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bulletin officiel de RFF n° 40 de mai 2010 - page 8.
  2. Base mistral, voie ferrée, fiche : Saint-Bonnet-le-Château texte intégral (consulté le 4 juin 2010).
  3. « N° 17 - Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement du chemin de fer de Saint-Bonnet-le-Château à Bonson : 24 septembre 1870 », Bulletin des lois de la délégation du gouvernement de la défense nationale hors de Paris, Versailles, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 1 « Tours et Bordeaux du 12 septembre 1870 au 21 février 1871 », no 1,‎ , p. 8 - 9 (lire en ligne).
  4. « N° 6482 - Décret qui approuve la rétrocession du chemin de fer d'intérêt local de Bonson à Saint-Bonnet-le-Château faite par la Banque parisienne à la Compagnie des chemins de fer d'intérêt local de Loire et Haute-Loire : 27 octobre 1877 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 15, no 361,‎ , p. 746 - 749 (lire en ligne).
  5. « N° 12142 - Loi qui, 1° déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer de ou près Sembadel, sur la ligne d'Ambert à Darsac, à Saint-Bonnet-le-Château ; 2° incorpore dans le réseau général le chemin de fer de Saint-Bonnet-le-Château à Bonson et approuve deux conventions passées avec la Compagnie des chemins de fer d'intérêt local de Loire et Haute-Loire pour le rachat dudit chemin de fer : 24 juillet 1882 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 25, no 713,‎ , p. 121 - 124 (lire en ligne).
  6. « N° 14213 - Loi qui approuve les conventions passées, les 26 mai et 9 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 325 - 333 (lire en ligne).
  7. « N° 17490 — Loi qui concède diverses lignes de Chemins de fer à la Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 2 août 1886 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 33, no 1036,‎ , p. 633 - 634 (lire en ligne).
  8. Journal officiel de la République française du 18 avril 1996 page 5954.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Gouttefangeas et Pierre Simonet (préf. Jean-Paul Quatresous), Histoire du rail en Livradois - Forez, La Roche Blanche, La Régordane, , 128 p. (ISBN 2-906984-18-3)
  • J.B. Robert, « Une voie ferrée secondaire dans le Massif Central. La ligne de Saint-Etienne (Bonson) à Sembadel et ses rapports avec la vie environnante », Les études rhodaniennes, vol. 19, nos 1-2,‎ , p. 43-61 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]