Ligne de Berthelming à Sarreguemines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Berthelming à Sarreguemines
Origine de la ligne, en gare de Berthelming.
Origine de la ligne, en gare de Berthelming.
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1872
Fermeture 1989 – 1999 (fermeture partielle)
Concessionnaires EL (1872 – 1919)
AL (Non concédée) (1919 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 168 000
Longueur 42,520 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Nombre de voies Voie unique
(Anciennement à double voie)
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER (entre Sarralbe et Sarre-Union)
Fret (entre Sarralbe et Hambach)
Ligne inexploitée (entre Sarre-Union et Berthelming)
Schéma de la ligne

La ligne de Berthelming à Sarreguemines est une ligne de chemin de fer française de la Moselle et du Bas-Rhin. Elle relie les gares de Berthelming, sur la ligne de Réding à Metz-Ville, et de Sarreguemines en passant par Sarre-Union.

Elle constitue la ligne n°168 000 du réseau ferré national.

Dans l'ancienne nomenclature de la région Est de la SNCF, la section de Berthelming à Sarralbe était numérotée « ligne 13.4 » et désignée en tant que « Ligne Sarreguemines – Sarrebourg (via Kalhausen) »[1] tandis que la section de Sarralbe à Sarreguemines était numérotée « ligne 13 » et désignée en tant que section de la « Ligne Nancy - Sarreguemines (via Hambach) »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La section de ligne de Berthelming à la limite du département du Bas-Rhin (Niederstinzel), partie d'un itinéraire de Sarreguemines à Sarrebourg, est concédée par le conseil général de la Meurthe à la Société belge de chemins de fer par un traité signé le 19 octobre 1867. Ce traité est approuvé et la ligne est déclarée d'utilité publique, à titre d'intérêt local, par un décret impérial le 11 octobre 1868[3].

La section de ligne de la limite du département de la Moselle (Sarralbe) à la limite du département de la Meurthe (Niederstinzel), partie du même itinéraire de Sarreguemines à Sarrebourg, est concédée par le conseil général du Bas-Rhin à la Société belge de chemins de fer par un traité signé le 18 septembre 1867. Ce traité est approuvé et la ligne est déclarée d'utilité publique, à titre d'intérêt local, par un décret impérial le 11 octobre 1868[4].

La section de ligne de Sarreguemines à Sarralbe, toujours partie l'itinéraire précité de Sarreguemines à Sarrebourg, est concédée par le conseil général de Moselle à la Société belge de chemins de fer par un traité signé le 16 avril 1868. Ce traité est approuvé et la ligne est déclarée d'utilité publique, à titre d'intérêt local, par un décret impérial le 30 janvier 1869[5]. La concession est reprise par la Société anonyme des chemins de fer de Lorraine.

Les travaux débutent au printemps 1869 mais sont stoppés par la Guerre franco-allemande de 1870.

La ligne reliant Sarrebourg à Sarreguemines via Berthelming et Sarre-Union est finalement mise en service le 1er novembre 1872 par la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine (EL)[6],[7].

Lors de son ouverture en 1872, la ligne était à voie unique. En 1877, la section Berthelming - Sarralbe est mise à double voie. Elle a par la suite été remise à voie unique.

La section Hambach - Sarreguemines a été déclassée le 31 août 1989 puis déposée. Aujourd'hui, les trains à destination de Sarreguemines rejoignent la ligne de Kalhausen à Sarralbe en gare de Sarralbe puis la ligne de Mommenheim à Sarreguemines en gare de Kalhausen.

En 1998, on dénombre quatre allers et cinq retours entre Sarrebourg et Sarreguemines[8].

Depuis décembre 1999, le tronçon de Berthelming à Sarre-Union est inexploité[9]. Des autocars relient la gare de Sarrebourg à la gare de Sarre-Union mais des trains express régionaux circulent encore entre Sarreguemines et Sarre-Union.

La réouverture au trafic fret de la section Berthelming - Sarre-Union, comme itinéraire de délestage, a été envisagée en juin 2002 sans que cela ne se concrétise[10].

En 2009, il est question d'un projet de vélorail pour la section inexploitée entre Berthelming et Sarre-Union. Le projet de vélorail est finalement abandonné au profit d'une piste cyclable qui serait réalisée après dépose de la voie[11],[12].

Description de la ligne[modifier | modifier le code]

La ligne se sépare de la ligne de Réding à Metz-Ville en gare de Berthelming. Elle se dirige alors sur la droite et prend la direction nord-est. Elle dessert les gares de Fénétrange, Niederstinzel, Wolfskirchen, Bischtroff-sur-Sarre, Sarrewerden (ces gares sont aujourd'hui fermées) et arrive à Sarre-Union. Elle dessert ensuite les gares de Schopperten, Keskastel et Sarralbe ou elle croise la ligne de Kalhausen à Sarralbe. La ligne se poursuit vers le nord jusqu'à l'usine Smart de Hambach. La section Hambach - Sarreguemines est déclassée et déposée.

Exploitation[modifier | modifier le code]

La section de Berthelming à Sarre-Union est inexploitée. La section de Sarre-Union à Sarralbe est empruntée par des trains express régionaux. Les week-ends et durant les vacances scolaires, les liaisons ferroviaires sont remplacées par des dessertes routières.

La section de Sarralbe à Hambach reste ouverte au service du fret (desserte des usines Solvay et Smart). Cependant la desserte ferroviaire de l'usine Smart et de l'Europôle semble abandonnée bien avant 2016 au vu de la végétation qui a envahi les voies sur cette section de ligne. Les rails sont bien rouillés. Un "remblai" est d'ailleurs posé en travers de la voie près de l'embranchement Smart/Europôle interdisant ainsi toute circulation. Le trafic Smart est intégralement assuré par camions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] SNCF Région de l'Est - Carnet de profils et schémas - 1962, voir notamment planche 78, page 47 du PDF.
  2. [PDF] SNCF Région de l'Est - Carnet de profils et schémas - 1962, voir notamment planche 68, page 42 du PDF.
  3. « N° 16462 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de Sarrebourg à Fénétrange, avec prolongement jusqu'à la limite du Bas-Rhin : 11 octobre 1868 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XII, vol. 32, no 1662,‎ , p. 961 - 979.
  4. « N° 16530 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de Sarrebourg à Sarreguemines, par Sarre-Union : 11 octobre 1868 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XII, vol. 32, no 1670,‎ , p. 1137 - 1155.
  5. « N° 16940 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de Sarreguemines à Sarralbe et à la frontière du Bas-Rhin formant une section de la ligne de Sarrebourg à Sarreguemines : 30 janvier 1869 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XII, vol. 33, no 1712,‎ , p. 739 - 758.
  6. Ligne Sarrebourg - Sarraltroff sur le site d’Étienne Biellmann (consulté le 13 décembre 2016).
  7. Ligne Réding - Berthelming sur le site d’Étienne Biellmann (consulté le 13 décembre 2016).
  8. André Linard, Sarrebourg parle de sa gare : Sarrebourg, Moselle, Sarrebourg : Société d'histoire et d'archéologie de Lorraine, impr. 2008, coll. « Documents / Société d'histoire et d'archéologie de Lorraine », 1998 [mis à jour en 2007], 191 p. (ISBN 9782909433424)
  9. Ligne Berthelming - Sarreguemines sur le site d’Étienne Biellmann (consulté le 13 décembre 2016).
  10. Les brèves 2002, sur le site Ferroviest.
  11. RFF entrouvre la porte aux amateurs de vélorail, article des DNA du 10 août 2014.
  12. Piste cyclable : un trait d'union avec Sarre-Union, article du Républicain Lorrain du 30 avril 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]