Ligne Saint-Jérôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ligne Saint-Jérôme
Un train en direction de Saint-Jérôme
Un train en direction de Saint-Jérôme
Carte

Réseau Trains de banlieue de Montréal
Ouverture 1997
Dernière extension 2007
Gare de la Concorde
Exploitant exo
Points d’arrêt 13
Longueur 62,8 km
Distance moyenne entre points d’arrêt 3 556 m
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Fréquentation
(moy. par an)
3 088 300 (2016)
Lignes connexes Métro :
MtlMetro2.svg MtlMetro5.svg

Trains de banlieue :
Mtl Train VH.svg Mtl Train CA.svg

La ligne Saint-Jérôme, auparavant appelée la ligne Blainville–Saint-Jérôme, est une ligne de train de banlieue de la grande région de Montréal. exo en est responsable. Elle affiche en 2016 un achalandage de 3 088 300 d'entrées, faisant d'elle la troisième ligne en importance d'exo.

Depuis sa mise en service en 1997, ce train de banlieue dessert la Rive-Nord de Montréal, la ville de Laval ainsi que certains emplacements au nord de l'île de Montréal. Ses usagers peuvent facilement rejoindre différentes destinations de la métropole par la correspondance avec quatre stations du métro de Montréal ainsi qu'une multitude de lignes d'autobus[1].

Service[modifier | modifier le code]

La ligne relie le centre-ville de Montréal à sa Rive-Nord entre les gares Lucien-L'Allier et Saint-Jérôme pour un réseau total de 13 gares. Quelque 3 556 places de stationnement sont mises à la disposition des usagers.

Le service de transport est offert tous les jours. La fréquence des voyages se fait entre 15 et 30 minutes en heure de pointe et aux 2 heures en dehors des heures de pointe. Les jours de semaine, 17 des 26 trajets se rendent ou quittent la gare Lucien-L'Allier, les autres se rendant ou quittant la gare Parc. Les jours de fin de semaine, les 12 trajets se rendent ou quittent la gare de la Concorde à Laval. Les usagers doivent ainsi emprunter le métro pour se rendre à Montréal le samedi et le dimanche.

À la suite de l'ajout de service de l'été 2013, plus de 13 000 usagers utilisent quotidiennement cette ligne du train de banlieue[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Gestion du Canadien Pacifique[modifier | modifier le code]

De 1882 à 1979, le Canadien Pacifique fit traverser certaines de ses lignes ferroviaires sur l'actuelle ligne Saint-Jérôme. Ceux-ci étant Le P'tit Train du Nord, le train d'Ottawa via Lachute, le train de Québec via Trois-Rivières ainsi que le train de Sainte-Thérèse.

Gestion d'exo[modifier | modifier le code]

Fin de la ligne à la gare Saint-Jérôme.

La ligne temporaire Montréal/Blainville fut mise en service le afin de permettre aux résidents habitant au nord de la rivière des Mille Îles de se rendre à Montréal durant les travaux effectués sur le pont Marius-Dufresne entre Rosemère et Laval. À cette époque, seules quatre stations étaient en place : Blainville, Sainte-Thérèse, Saint-Martin (aujourd'hui fermée) et Jean-Talon (aujourd'hui Parc).

Étant considérée comme une ligne temporaire, peu d'argent fut investi au départ. Ainsi, les stations étaient constituées de simples plateformes en bois et de stationnements en gravier. Bien que le service initial ne proposait que deux départs et un retour, il connut un succès immédiat. Le , le service fut amélioré à quatre départs, deux retours et les gares Sainte-Rose et Henri-Bourassa (aujourd'hui Bois-de-Boulogne) furent ajoutées. La gare Rosemère ouvrit quelques mois plus tard, le .

Afin de s'assurer du succès des récents ajouts, des autobus furent utilisés pour transporter les résidents de Blainville et Sainte-Thérèse jusqu'aux gares. Ces autobus provenaient du CIT des Basses-Laurentides (aujourd'hui exo Laurentides). À Montréal, la STCUM (aujourd'hui STM) s'assurait du service d'autobus, le TRAINBUS 935, entre la gare Jean-Talon et le centre-ville par la station de métro Guy-Concordia[2].

En 1999, la STCUM eut de nombreux inconvénients avec plusieurs de ses Nova LFS, créant de nombreux arrêts de service. Pour résoudre le problème, l'AMT décida le d'étendre son service de la gare Parc jusqu'au centre-ville par la gare Windsor (aujourd'hui Lucien-L'Allier). Un an plus tard, soit le , un arrêt fut également ajouté à la gare Vendôme.

Le , un arrêt fut ajouté à la gare Montréal-Ouest, déjà utilisée par les lignes Montréal/Dorion–Rigaud et Montréal/Delson–Candiac.

Le , l'AMT loua 8 wagons bi-levels de Bombardier et une locomotive F59PH appartenant au GO Transit de Toronto pour atténuer l'augmentation du nombre d'usagers à la suite de l'effondrement du viaduc de la Concorde sur l'autoroute 19 à Laval. D'autres mesures furent mises en place dont l'ajout le 18 octobre 2006 de la gare temporaire Vimont (aujourd'hui rendue permanente). Le 10 novembre 2006, les trains additionnels furent retirés au moment de la réouverture de l'autoroute.

Le , la ligne fut prolongée de Blainville vers Saint-Jérôme par l'ajout de la gare intermodale du même nom. En ce même jour, la gare Chabanel de Montréal fut également inaugurée. Ces ajouts forcèrent l'AMT à remanier l'horaire en diminuant de 11 à 10 le nombre d'aller-retours par jour. Le nom officiel de la ligne, jusqu'ici appelée Montréal/Blainville, changea pour Montréal/Blainville–Saint-Jérôme[3].

Le , en pair avec l'ouverture du métro de Laval, la gare intermodale de la Concorde fut inaugurée, permettant la correspondance avec la station de métro du même nom. Cette mise en service entraîna le la fermeture de la gare Saint-Martin, située à proximité de la nouvelle gare.

L'Agence métropolitaine de transport (AMT) a annoncé en février 2009 que la ligne Blainville–Saint-Jérôme ferait l'objet d'améliorations de plus de 20 millions $CAN et pourrait être détournée pour utiliser le tunnel sous le mont Royal ce qui lui permettrait d'arriver plus rapidement au centre-ville[4].

Le , l'AMT annonce[5] une bonification importante à l'offre de service sur la ligne Blainville–Saint-Jérôme. Cette bonification comprend depuis le l'ajout de 6 départs quotidiens la semaine, l'ajout d'un premier service de fin de semaine et la desserte complète de la gare Saint-Jérôme pour tous les départs de la ligne. Avec ces changements, la ligne Blainville–Saint-Jérôme est officiellement renommée ligne Saint-Jérôme.

Tracé[modifier | modifier le code]

Zone Gare Ville Correspondance(s)[6] Transit annuel
(2016)
1 Lucien-L'Allier Montréal (arrondissement Ville-Marie) Autobus :
STM - 36, 150, 178, 350, 355, 358, 364, 410, 427, 430, 435, 747
Métro :
STM - station Lucien-L'Allier de la ligne orange
Train :
exo - station Lucien-L'Allier des lignes Vaudreuil–Hudson et Candiac
535 400
Vendôme Montréal (arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce) Autobus :
STM - 37, 77, 90, 102, 104, 105, 124
Métro :
STM - station Vendôme de la ligne orange
Train :
exo - station Vendôme des lignes Vaudreuil–Hudson et Candiac
184 800
Montréal-Ouest Montréal-Ouest Autobus :
STM - 51, 90 , 105, 123, 162, 262, 356
Train :
exo - station Montréal-Ouest des lignes Vaudreuil–Hudson et Candiac
182 900
Parc Montréal (arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension) Autobus :
STM - 16, 80, 92, 93, 365, 372, 435
Métro :
STM - station Parc de la ligne bleue
1 113 000
Chabanel Montréal (arrondissement Ahuntsic-Cartierville) Autobus :
STM - 19, 54, 135, 146
98 000
2 Bois-de-Boulogne Autobus :
STM - 135, 164, 171, 180, 380
174 700
3 De la Concorde Laval (quartier Laval-des-Rapides) Autobus :
STL - 2, 33, 37, 42, 63
Métro :
STM - station de la Concorde de la ligne orange
976 200
Vimont Laval (quartier Vimont) Autobus :
STL - 27, 45
314 300
Sainte-Rose Laval (quartier Sainte-Rose) Autobus :
STL - 63, 65, 73
531 700
5 Rosemère Rosemère Autobus :
exo Laurentides - 12, 15, 17, 20, 22
529 900
Sainte-Thérèse Sainte-Thérèse Autobus :
exo Laurentides - 9, 11, 22, 23, 27, 51, 52, 60, 61, 62, 73, 74, 88
exo Terrebonne-Mascouche - 23
591 300
6 Blainville Blainville Autobus :
exo Laurentides - 71, 72
479 900
7 Saint-Jérôme Saint-Jérôme Autobus :
exo Laurentides - 9, 100, 101, 102, 103, 105, 107
CRT Lanaudière - 35

TACL - Bus vers Mont-Tremblant

464 700

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Communiqué - L’AMT FAIT LE BILAN DE L’ANNÉE 2013 », AMT, (consulté le 6 janvier 2014)
  2. (fr) « Reprise du service de la navette TRAINBUS 935, de la gare Jean-Talon au centre-ville », AMT, (consulté le 26 décembre 2006)
  3. (fr) « Dépliant, Montréal/Blainville–Saint-Jérôme [PDF] », AMT, (consulté le 28 avril 2007)
  4. Bruno Bisson, « 19 millions pour le train de Blainville-Saint-Jérôme », La Presse, Cyberpresse,‎ (lire en ligne)
  5. (fr) « Nouvel horaire pour la ligne Saint-Jérôme », AMT, (consulté le 26 juin 2013)
  6. Correspondances en date du 12 novembre 2007
  7. (fr) « Sommaire exécutif 2006 [PDF] », AMT, (consulté le 1er juillet 2007)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]