Ligne de Saint-Amand-les-Eaux à Maulde - Mortagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Saint-Amand-les-Eaux à Maulde - Mortagne
La ligne Saint-Amand-les-Eaux - Maulde-Mortagne continuait autrefois jusqu'en Belgique, ou cette section était nommée ligne 88.
La ligne Saint-Amand-les-Eaux - Maulde-Mortagne continuait autrefois jusqu'en Belgique, ou cette section était nommée ligne 88.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Saint-Amand-les-Eaux, Lecelles, Maulde et Mortagne-du-Nord
Historique
Mise en service 1880 – 1881
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 257 000
Longueur 7,836 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Pente ou rampe maximale 8 ‰
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire RFF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Fret

La ligne de Saint-Amand-les-Eaux à Maulde - Mortagne est une ligne ferroviaire française non électrifiée à voie unique reliant la gare de Saint-Amand-les-Eaux à la frontière franco-belge, au niveau de Mortagne-du-Nord. Bien qu'elle ne soit pas utilisée pour le TER Nord-Pas-de-Calais, Réseau Ferré de France la conserve pour qu'elle puisse potentiellement servir pour le fret. La ligne continuait autrefois de la frontière à la commune d'Antoing en Belgique, où elle était dénommée ligne 88.

Elle constitue la ligne no 257 000[1] du réseau ferré national.

Historique[modifier | modifier le code]

La ligne est concédée à la Compagnie du chemin de fer de Lille à Valenciennes par une convention signée le 26 octobre 1871 entre le ministre des Travaux publics et la compagnie. La ligne est déclarée d'utilité publique, à titre d'intérêt général, à la même date par un décret qui approuve la convention[2]. Dès le 7 mai 1876, les concession de la compagnie sont cédées à bail à la Compagnie des chemins de fer du Nord. La ligne est reprise définitivement par la Compagnie des chemins de fer du Nord selon les termes d'une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 5 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fascicule Gares et lignes du nord édité par le COPEF (Cercle Ouest Parisien d'Études Ferroviaires) en 1985.
  2. « N° 689 - Décret qui, 1° déclare d'utilité publique l'établissement du chemin de fer de Saint-Amand à la frontière belge, vers Tournay, et de Saint-Amand à Blanc-Misseron ; 2° approuve la convention passée, le 26 octobre 1871, pour la concession de ces chemins de fer : 26 octobre 1871 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 3, no 72,‎ 1871, p. 396 - 398 (lire en ligne).
  3. « N° 14214 - Loi qui approuve la convention passée le 5 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la compagnie des chemins de fer de du Nord : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ 1884, p. 333 - 339 (lire en ligne).