Ligne d'Aillevillers à Plombières-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne
d'Aillevillers à Plombières-les-Bains
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Plombières-les-Bains
Historique
Mise en service 1878
Fermeture 1978
Concessionnaires Ch. de fer de l'Est (1873 – 1937)
SNCF (1938 – 1980)
Ligne déclassée (à partir de 1980)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 053 000
Longueur 10,815 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 18
Nombre de voies Voie unique

La ligne d'Aillevillers à Plombières-les-Bains est une ancienne ligne ferroviaire française de faible longueur qui permettait la desserte de la station thermale de Plombières-les-Bains à partir de la gare d'Aillevillers située sur la ligne de Blainville - Damelevières à Lure (relation Nancy - Lure). Elle est établie à cheval sur les départements de la Haute-Saône et des Vosges.

Elle constituait la ligne 053 000 du Réseau ferré national. Sa numérotation par la Compagnie des chemins de fer de l'Est était ligne 165, puis ligne 168 dans l'ancienne numérotation de la région Est de la SNCF.

Jusqu'en 1971, une tranche du "Train des eaux" reliait directement Paris-Est à Plombières-les-Bains en saison.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette ligne est concédée à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée le 17 juin 1873 entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie. Cette convention est approuvée à la même date par une loi qui déclare la ligne d'utilité publique[1]. La ligne n'a été mise en service que 5 ans plus tard par la même compagnie le 14 juin 1878[2].

Elle a été fermée au service des voyageurs le 3 avril 1977 et au service des marchandises le 1er octobre 1978. Elle a été ensuite déclassée (PK 0,215 à 10,815) le 17 septembre 1980[3]. La voie a été déposée en 1981.

La plate-forme constitue désormais un sentier piétonnier. Le bâtiment des voyageurs de Plombières-les-Bains a été aménagé en casino.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 2118 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement de nouvelles lignes de chemin de fer concédées à la Compagnie de l'Est, et approuve une convention passée avec cette compagnie : 17 juin 1873 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 6, no 139,‎ , p. 813 - 818 (lire en ligne).
  2. Rapports et délibérations - Vosges, Conseil général, 1878-08, page LXXXVIII.
  3. Journal Officiel de la république Française du 1er octobre 1980, page 8 688.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André GIBERT et José BANAUDO : Trains oubliés – Volume 1 : L'Alsace-Lorraine, l'Est. Éditions du Cabri, 1981, pp. 74.
  • André SCHONTZ, Arsène FELTEN et Marcel GOURLOT : Le Chemin de fer en Lorraine. Éditions Serpenoise, 1999, pp. 114 et 115.

Liens externes[modifier | modifier le code]