Ligne 154 (Infrabel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligne 154.

Ligne 154
Ligne de Namur à Givet
via Dinant
Image illustrative de l’article Ligne 154 (Infrabel)
Carte de la ligne
Pays Drapeau de la Belgique Belgique,
Drapeau de la France France
Villes desservies Namur, Dinant, Givet
Historique
Mise en service 1862 – 1863
Électrification 1990
Concessionnaires Cie du Nord Belge (1862 – 1940)
Cie de l'État belge / Infrabel
(groupe SNCB) - (depuis 1940)
Caractéristiques techniques
Longueur 47,2 km
Vitesse de référence 90 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 3000 V continu
Nombre de voies Double voie
(Anciennement à voie unique)
Signalisation Latérale SNCB
Trafic
Propriétaire Infrabel
Exploitant(s) SNCB
Trafic Fret (corridor Sibelit)
Voyageurs (Bruxelles - Dinant)
Schéma de la ligne
BSicon vCONTg.svg L 130 : Tamines, Charleroi
BSicon vÜSTl.svgBSicon STR+l.svgBSicon CONTfq.svg L 161 : Gembloux, Bruxelles
BSicon vSTR-ABZgl.svgBifurcation dans le sens inverse de la marche, vers la gauche toujours en activité et vers la droite inactifBSicon exCONTfq.svg ex L 142 : Ramillies,Tirlemont
BSicon vSTR-ABZg+l.svgBSicon ABZglr.svgBSicon STR+r.svg
BSicon vBHF-L.svgBSicon BHF-M.svgBSicon BHF-R.svg 0,00 Namur
BSicon vSTRgl.svgBSicon vSTRg+r.svgBSicon STR.svg
BSicon STR.svgBSicon tvSTRa@g.svgBSicon STR.svg
BSicon vSTRag+l.svgBSicon tvKRZ.svgBSicon ABZgr.svg
BSicon vÜSTr.svgBSicon extvSTRe.svgBSicon STR.svg
BSicon vSTR.svgBSicon SPLe.svgBSicon STR.svg
BSicon vSTR.svgBSicon STRl.svgBSicon ABZql.svg L 125 : Andenne, Huy, Liège
BSicon vWBRÜCKE1.svgBSicon WASSERq.svgBSicon WASSERq.svg La Meuse
BSicon vSTRgl.svgBSicon STRq.svgBSicon CONTfq.svg L 162 : Ciney, Arlon
BSicon STRl.svgBSicon STR+r.svg
BSicon BHF.svg 3,00 Jambes
BSicon eHST.svg 4,80 Velaine
BSicon WASSER+r.svgBSicon eHST.svg 7,60 Dave Nord
BSicon WASSER.svgBSicon eHST.svg 10,80 Tailfer
BSicon WASSER.svgBSicon eHST.svg 12,80 Profondeville / Rocher de Frène
BSicon WASSER.svgBSicon TUNNEL2.svg 12,90 Tunnel de Lustin
BSicon WASSER.svgBSicon BHF.svg 14,00 Lustin
BSicon WASSER.svgBSicon BHF.svg 17,00 Godinne
BSicon WASSER.svgBSicon TUNNEL2.svg 18,9 Tunnel de Godinne
BSicon WASSER.svgBSicon eABZg+l.svgBSicon exKDSTeq.svg Carrières d'Yvoir
BSicon WASSER.svgBSicon eABZg+l.svgBSicon exCONTfq.svg L 128 : Ciney
BSicon WASSER.svgBSicon BHF.svg 20,10 Yvoir
BSicon WASSER.svgBSicon eHST.svg 21,80 Houx
BSicon WASSERl.svgBSicon WBRÜCKE.svgBSicon WASSER+r.svg 22,6 La Meuse
BSicon exCONTgq.svgBSicon eABZgr+r.svgBSicon WASSER.svg 22,90 L 150 : Tamines
BSicon eHST.svgBSicon WASSER.svg 25,80 Bouvignies
BSicon BHF.svgBSicon WASSER.svg 28,00 Dinant
BSicon eHST.svgBSicon WASSER.svg 29,50 Neffe
BSicon STR+l.svgBSicon xABZgr.svgBSicon WASSER.svg 30,20 Y Neffe
BSicon STRl.svgBSicon xKRZu.svgBSicon WBRÜCKEq.svg L 166 : Bertrix
BSicon exTUNNEL2.svgBSicon WASSER.svg Tunnel de Monia
BSicon exBHF.svgBSicon WASSER.svg 36,40 Waulsort
BSicon exBHF.svgBSicon WASSER.svg 37,40 Waulsort-Village
BSicon exBHF.svgBSicon WASSER.svg 41,80 Hastière
BSicon exHST.svgBSicon WASSER.svg 44,20 Hermeton sur Meuse
BSicon exCONTgq.svgBSicon exABZgr.svgBSicon WASSER.svg L 156 : Mariembourg
BSicon exBHF.svgBSicon WASSER.svg 46,10 Heer Agimont
BSicon xGRENZE.svgBSicon WASSER.svg
47,20
209,172
Frontière B/F
BSicon exCONTgq.svgBSicon exABZg+r.svgBSicon WASSER.svg Ligne de Givet à la frontière belge vers Morialmé
BSicon BHF.svgBSicon WASSER.svg 202,971 Givet (103m)
BSicon CONTf.svgBSicon WASSER.svg Ligne de Soissons à Givet vers Reims

La ligne 154 Namur - Dinant - Givet est une liaison ferroviaire établie par la Compagnie du Nord - Belge, en lien avec la ligne Namur - Liège déjà exploitée par la même compagnie. Actuellement, seule la moitié nord (Namur - Dinant) (électrifiée) est exploitée en trafic voyageurs et comme maillon de l'axe marchandise Athus - Meuse. La voie sur le tronçon sud est toujours posée, mais impraticable.

Historique[modifier | modifier le code]

  • En 1862 fut inaugurée la première section de cette ligne, entre Namur et Dinant.
  • Le prolongement vers la frontière française et Givet sera inauguré un an plus tard.

Givet était alors déjà reliée à Charleville-Mézières au sud, à Charleroi via Florennes et à la ligne 138a depuis près d'un an par la Compagnie de l'Est.

  • En 1866, un raccordement vers Mariembourg (ligne 156) est inauguré par la Compagnie de Chimay au départ d'Hermeton.
  • En 1891, la Compagnie de l'État Belge inaugure la ligne 150 qui atteint la gare de Dinant via une bifurcation établie à Anhée.
  • En 1902, la gare d'Yvoir est reliée à Ciney par la ligne 128.
  • La section française est à double voie depuis son inauguration. Le tronçon transfrontalier Dinant - Givet sera dédoublé par l'occupant en 1915.
  • En 1923, la nouvelle gare de Waulsort-Village de style balnéaire remplace définitivement la première gare de Waulsort, fermée la même année, distante de 1 km.
  • En 1939, la SNCF décide de faire transiter le trafic transfrontalier de son artère Nord-Est via Ecouviez plutôt que par Givet. Le trafic s'effondre.
  • En 1940, la compagnie du Nord Belge est nationalisée pour raison stratégique et la ligne, jusque-là contournée par les nombreux convois de la Compagnie de l'État venant de l'Athus-Meuse, voit son trafic se développer en raison de son profil plus facile que la ligne de la Molignée (L 150).
  • En 1954, l'exploitation des lignes 156 et 138A, connectées à proximité de la frontière, est abandonnée.
  • En 1960, la ligne 128 est fermée mais ne sera jamais déferrée, préservée à titre stratégique.
  • En 1962, l'exploitation du trafic voyageurs de la ligne 150 cesse, parallèlement à sa remise à voie unique. Préservée à titre stratégique, il y subsiste une desserte fret locale jusqu'en 1987.
  • En 1963, la traction vapeur prend fin. La SNCB engage des autorails et des motrices diesel sur la ligne, principalement les lourdes motrices des séries 52 et 53 qui ont été spécialisées au trafic lourd des lignes pentues des Ardennes belges.
  • En 1969, la section Dinant - Hastière est ramenée à voie unique, suivie en 1971 par la section Hastière - Givet. Un évitement est maintenu à Hastière.
  • À l'occasion de l'entrée en vigueur du plan IC-IR de 1984, la SNCB renonce à l'exploitation des haltes les moins fréquentées entre Namur et Dinant, de même qu'à toute desserte voyageur de la section transfrontalière. La SNCF décide alors de reprendre celle-ci en prolongeant jusqu'à Dinant ses autorails Charleville - Givet (des X 3800 "Picasso" d'abord, des X 4300 EAD / "caravelle" ensuite).
  • Le 26 mai 1988, le trafic passagers régulier est définitivement abandonné entre Dinant et Givet. Quelques trains "charters" seront encore mis en route pour des colonies de vacances.
  • En 1989, le dernier train de marchandise local dessert les raccordés de la section Dinant - frontière. Parallèlement, la SNCB électrifie une voie entre Namur et Jambes afin d'y prolonger quelques trains de/vers Charleroi et Bruxelles.
  • En 1990, l'ensemble de la section Namur - Dinant est électrifié en 3Kv. Les trains omnibus diesel tractés par des série 60 puis des "gros nez" au départ des voies en impasse de Namur sont alors remplacés par les trains de la seconde relation horaire Bruxelles - Namur, amorcés à Gand et prolongée en Omnibus vers Dinant. Fin de l'exploitation de Dinant à Givet.
La gare de Hastière
  • En mai 1990, le Chemin de fer à Vapeur des Trois Vallées débute la desserte touristique de la section Dinant - Givet avec des autorails diesel et occasionnellement en traction vapeur. Un petit dépôt est aménagé à Heer-Agimont.
  • À la fin de la saison touristique 2000, cette exploitation cesse à son tour.

Les ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Tunnel de Monia.

Construite en bord de Meuse, la ligne est émaillée de ponts et tunnels permettant de s'accommoder des méandres du fleuve et des falaises calcaires qui l'entourent :

  • le pont du Luxembourg entre Namur et Jambes, une construction métallique « en cage » disposée sous les voies, franchit la Meuse ;
  • le tunnel de Lustin, creusé à même la roche, permet de franchir un piton rocheux entouré d'un méandre de la Meuse ;
  • le court tunnel de Godinne, entre Godinne et Yvoir, permet aux voies de franchir un passage où la falaise plonge dans le fleuve ;
  • le pont de Houx permet à la ligne d'entrer dans Dinant par la rive gauche et assure également le lien entre les lignes 128 et 150 ;
  • le tunnel de Monia permet également de traverser un piton rocheux venant mourir dans le fleuve ;
  • à noter également qu'une tranchée permet à la ligne de se faufiler entre le pavillon rococo du château de Freÿr et son remarquable jardin à la française.

Utilisation[modifier | modifier le code]

En 2006, la section nord - limitée à 90 km/h - est intégrée au corridor fret Sibelit (Anvers - Suisse/Italie) et voit donc passer un important trafic marchandise, tracté par des couplages de locomotives de la série 13. Ce trafic est complété par une relation voyageur cadencée à l'heure. Les gares de Jambes, d'Yvoir et de Dinant comportent encore un guichet assuré par du personnel. Le guichet de la gare de Lustin est quant à lui fermée depuis 1993 et celui de la gare de Godinne est fermé depuis septembre 2013.

En 2009, la section sud de la ligne était toujours officiellement au "catalogue" d'Infrabel, bien qu'officiellement inutilisable. Un passage à niveau a ainsi été supprimé à l'occasion de travaux de voirie[réf. nécessaire]. Cependant la voie est toujours posée entre Neffe et Givet mais impraticable.

Un important lobby[1] existe dans la région de Givet afin de rouvrir cette relation transfrontalière. La région de Givet est enclavée en Belgique et de nombreux services (commerces, hôpitaux...) sont plus rapides à atteindre à Dinant qu'à Charleville-Mézières. Cependant, la viabilité financière semble improbable[2]. Les partisans de la réouverture sont soutenus par le département des Ardennes et la Région Champagne-Ardenne, épaulée par le gouvernement français (la moitié des 22 millions d'Euros nécessaires à la remise en service et la modernisation ont été promis par Nicolas Sarkozy après l'élection présidentielle de 2007 et 3 millions seraient donnés par le département des Ardennes), relevant notamment que cela permettrait de créer une liaison passager entre le Thalys à Namur et le TGV à Charleville-Mézières passant par la Vallée de la Meuse afin de la revitaliser. Ils estiment que le projet ne serait pas en concurrence avec la liaison ferroviaire marchandises Anvers-Luxembourg-Lorraine qui est entièrement électrifiée et plus courte (voir annexe 2). Ce à quoi le rail belge répond en rappelant que Fret SNCF Benelux / Captrain assure des services transfrontaliers vers la Belgique en dehors de ses conventions de collaboration avec la SNCB à l'aide de matériel thermique[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Dumont et O. Geerincks, Sur les rails d'ardennes et de Gaume, édition du Cabri et De Borée, (ISBN 2-84494-269-5) (extraits)Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]