Liglet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Liglet
Liglet
La gare de Liglet vers 1900.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Montmorillon
Intercommunalité Communauté de communes Vienne et Gartempe
Maire
Mandat
Gérard Argenton
2014-2020
Code postal 86290
Code commune 86132
Démographie
Population
municipale
316 hab. (2016 en augmentation de 2,6 % par rapport à 2011)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 37″ nord, 1° 05′ 07″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 169 m
Superficie 52,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Liglet

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Liglet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liglet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liglet

Liglet est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Liglet se nomment les Liglétiens et les Liglétiennes.

Localisation[modifier | modifier le code]

Liglet est une petite commune française, située dans le département de la Vienne et la région Nouvelle-Aquitaine. Le territoire communal est arrosé par la rivière Benaize.

La commune est proche du parc naturel régional de la Brenne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les villages proches de Liglet sont : La Trimouille à 5,9 km dans le département de la Vienne, Saint-Hilaire-sur-Benaize à 5,8 km, Mauvières à 7,3 km , Bélâbre à 7,5 km et Chalais à 9,2 km. Ces quatre derniers villages sont situés dans le département de l'Indre.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région de Liglet présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées, de vallées et de bocage.

Le paysage de bocage dans le département de la Vienne se caractérise par des champs cultivés ou des prés enclos par des haies avec des alignements plus ou moins continus d'arbres et arbustes . Ces haies si caractéristiques contribuent à une meilleure qualité des eaux, permettent son infiltration et protègent ainsi contre l'érosion des sols. Elles constituent des zones de refuge pour la biodiversité. Elles ont, aussi, un rôle de régulation climatique et de nombreux intérêts agronomiques (brise vent, protection du bétail...). Toutefois, avec la modification des pratiques agricoles (intensification et simplification des cultures, utilisation massive d'herbicides, mécanisation) et les remembrements fonciers à partir des années 50, elles ont laissé la place à un espace plus ouvert et sont menacées de nos jours. Ainsi, au niveau de la région Poitou-Charentes, ce sont plusieurs milliers de kilomètres de haies et d'arbres isolés qui ont disparu. On estime que 35 000 km de haies ont été supprimées depuis les années 1960, soit 36 % de perte en moyenne [1]

Le terroir se compose [2] :

  • pour 10 % par des groies profondes ou superficielles dans les plaines calcaires. Les groies sont des terres du sud-ouest de la France, argilo-calcaires, peu profondes - en général de moins de 50 cm d’épaisseur – et plus ou moins riches en cailloux. Elles sont fertiles et saines et donc, propices à la polyculture céréalière.
  • pour 2 % de bornais (ce sont des sols brun clair sur limons, profonds et humides, à tendance siliceuse) sur les plateaux du seuil du Poitou,
  • pour 83 % de brandes sur les plateaux du seuil du Poitou,
  • pour 5 % par des vallées étroites et encaissées et des terrasses alluviales.

La lande est, ici, de type atlantique: elle est souvent dominée par la bruyère arborescente et l’Ajonc d’Europe qui constituent un couvert difficilement pénétrable pouvant atteindre 3 m de hauteur. Dans ce cas, la lande prend le nom régional de « brandes ». C’est un espace issu de la dégradation et de l’exploitation intensive de la forêt originelle. La lande couvrait jusqu’à la fin du XIXe siècle plusieurs dizaines de milliers d’hectares (90 000 hectares pour le département de la Vienne vers 1877). Cette terre a été largement mise en culture à la suite de défrichements ou boisée avec du pin maritime. Il s’agit maintenant d’espaces marginaux et menacés car considérés comme « improductifs ». Pourtant, la lande joue un rôle majeur pour une biodiversité qui s’est adaptée et a survécu en leur sein et il s’agit également d’un espace refuge pour de nombreuses espèces de mammifères.

En 2006, 86,8 % % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture et 13,2 % par des forêts et des milieux semi-naturels[3]. La présence de milieux naturels et semi-naturels riches et diversifiés sur le territoire communal permet d’offrir des conditions favorables à l’accueil de nombreuses espèces pour l'accomplissement de leur cycle vital (reproduction, alimentation, déplacement, refuge). Forêts, landes, prairies et pelouses, cours d’eau et zones humides … constituent ainsi des cœurs de biodiversité et/ou de véritables corridors biologiques.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par 15,3 km de cours d'eau dont les principaux sont la Benaize sur une longueur de 8 km et la Corcheron sur une longueur de 7,3 km.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les gares ferroviaires les plus proches de Liglet sont

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Poitiers-Biard situé à 60 km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village proviendrait de l’anthroponyme gallo-romain Lilacus ou Lillus avec le suffixe latin de propriété -acum devenu -ec puis -et et signifiant domaine de[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une pendeloque trouvée sur le territoire de la commune laisse supposer une occupation très précoce du site de Liglet. Une sculpture gauloise dite "au maillet", les traces d’une villa gallo-romaine, le recensement de 40 ferriers et un puits celtique attestent l’existence d’une communauté déjà active à l’époque antique.

Le bourg de Liglet, dénommé Lilec en 1093, se forme autour de son église placée sous le vocable et le patronage de saint Hilaire et de sainte Marguerite.

Au XIe siècle, le bourg se forme autour de son église. Une maison forte située à proximité de l'église, rappelle que la localité est située aux confins du Poitou anglais et du Berry français pendant la guerre de Cent Ans. Elle appartenait aux seigneurs de Bélâbre et permettait, grâce à son système défensif, de protéger la population qui se réfugiait juste à côté, dans l'église. Le long de la Benaize s’échelonnent des châteaux et des demeures privées, anciens fiefs défensifs de cette région frontalière, tels Courtevrault, Peucot et, à Liglet même, le fief de la Tour et celui du Corcheron. Les prieurés se fortifient, aussi, comme celui de Fontmoron.

Au cours des siècles, le sous-sol a été à l'origine des activités humaines dont il reste des traces: marnières, tuileries, fours à chaux et surtout extraction du fer.

La gare de Liglet est ouverte le [5]. par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) (elle est fermée aux voyageurs en 1933)

En 1919, pour célébrer la victoire de la République et du droit des peuples lors de la Première Guerre mondiale, un arbre de la Victoire est planté. En 1946, pour fêter la Libération et le retour de la République, un arbre de la liberté est planté (un acacia). Enfin, l’arbre de 1919 est remplacé en 1968[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Inercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, Liglet est dans le canton de Montmorillon (no 12) du département Vienne. Avant la réforme des départements, Liglet était dans le canton no 26 de La Trimouille dans la 3e circonscription.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Christian Guillemin de Monplanet   nommé par le CLL
1945 1959 Auguste Got    
1959 1977 Henri de Tissier    
1977 1995 Jean-Jacques Arbellot de Rouffignac    
mars 2001 en cours (2008) Jacqueline Désert[7]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Gestion de l’eau et assainissement[modifier | modifier le code]

La directive-cadre sur l'eau (D.C.E.) adoptée par l’Europe en 2000 impose l’atteinte d’un bon état des eaux en 2015. Afin de respecter ces objectifs, des états des lieux ont été réalisés, des enjeux identifiés, puis des programmes de reconquête ont été élaborés, avec la définition de politiques à conduire et d’actions à mener, pour la période 2010-2015. Ces actions sont définies par unité hydrographiques de référence (U.H.R.), c'est-à-dire par territoire ayant une cohérence hydrographique (bassin versant), de l’habitat et des organismes qui y vivent, hydrogéologique et socio-économique. La commune appartient ainsi à l'U.H.R Gartempe[3].

Les eaux usées de la commune sont traitées dans une station d'épuration située sur le territoire de la commune[8]..

Le syndicat mixte du Pays Montmorillonnais est chargé la gestion de l'eau.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2016, la commune comptait 316 habitants[Note 1], en augmentation de 2,6 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9617328118161 1191 2021 1151 1911 193
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1991 1961 1561 2031 2101 2091 2441 2011 161
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1411 1451 1391 032978950909791764
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
618562468424359348304297318
2016 - - - - - - - -
316--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 49 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

La diminution de 13 % de la population de la commune de 1999 à 2006 s’intègre dans une évolution générale à l’ensemble des communes rurales du département de la Vienne. Les zones rurales perdent de leurs habitants au profit d’une vaste région circonscrite autour des deux grandes métropoles du département : Poitiers et Châtellerault, et plus particulièrement au profit des cantons limitrophes de la préfecture.

La répartition par sexe de la population est la suivante :

  • en 1999 : 50,4 % d'hommes et 49,6 % de femmes.
  • en 2007 : 50,8 % d'hommes et 49,2 % de femmes.
  • en 2010 : 53,5 % d'hommes pour 46,5 % de femmes.

En 2007, selon l'Insee :

  • Le nombre de célibataires était de : 29,5 % dans la population de Liglet,
  • Les couples mariés représentaient 50,4 % de la population, les divorcés 5,2 %,
  • Le nombre de veuves et veufs était de 14,9 %.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Les activités liées aux ressources du sous sol, marnières, tuileries, fours à chaux, et surtout extraction du minerai de fer, ont occupé une large place dans l’économie de la commune et sont à l’origine de la construction d'un pont, demandé en 1861.

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[13], il n'y a plus que 26 exploitations agricoles en 2010 contre 27 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont augmenté de 18 % et sont passées de 2 506 hectares en 2000 à 2 960 hectares en 2010. 22 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 12 % pour les oléagineux (colza et tournesol) , 33 % pour le fourrage et 27 % reste en herbes. En 2000, 2 hectares (0 en 2010) étaient consacrés à la vigne.

14 exploitations en 2010 (contre 15 en 2000) abritent un élevage de bovins (2 131 têtes en 2010 contre 1 323 têtes en 2000). 11 exploitations en 2010 (contre 16 en 2000) abritent un élevage important d'ovins (5 147 têtes en 2010 contre 5 774 têtes en 2000). L'élevage de volailles a connu une baisse : 350 têtes en 2000 répartis sur 12 fermes contre 296 têtes en 2010 répartis sur 8 fermes.

L'élevage de chèvres a disparu en 2010 (347 têtes sur 3 fermes en 2000). Cette disparition est révélatrice de l’évolution qu’a connue, en région Poitou- Charente, cet élevage au cours des deux dernières décennies: division par trois du nombre d’exploitations, augmentation des effectifs moyens par élevage (38 chèvres en 1988, 115 en 2000), division par 10 des chèvreries de 10 à 50 chèvres qui représentaient 50 % des troupeaux en 1988, et multiplication par 6 des élevages de plus de 200 chèvres qui regroupent, en 2000, 45 % du cheptel. Cette évolution des structures de production caprine a principalement pour origine la crise de surproduction laitière de 1990-1991 qui, en parallèle des mesures incitatives, a favorisé des départs d’éleveurs en préretraite et encouragé l’adaptation structurelle des élevages restant[14].

Il existe un élevage de lapins.

La transformation de la production agricole est de qualité et permet aux exploitants d’avoir droit, sous conditions, aux appellations et labels suivants :

  • Beurre Charente-Poitou (AOC)
  • Beurre des Charente (AOC)
  • Beurre des Deux-Sèvres (AOC)
  • Veau du Limousin (IGP)
  • Agneau du Poitou-Charentes (IGP)
  • Agneau du Limousin (IGP)
  • Volaille du Berry (IGP)
  • Porc du Limousin (IGP)
  • Jambon de Bayonne (IGP)

Commerces[modifier | modifier le code]

En 2012, un seul type de commerce est ouvert sur la commune de Liglet : une boulangerie.

Activité et emploi[modifier | modifier le code]

Le taux d'activité était de 63,8 % en 2007 et 54,7 % en 1999.

Les retraités et les pré-retraités représentaient 36,4 % de la population en 2007 et 35,2 % en 1999.

Le taux de chômage était de :

  • en 1999 : 21,2 %.
  • en 2007 : 12,7 %
  • en 2011 : 13,4 %

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Hilaire et Sainte-Marguerite date des XIe, XIIIe, XVe et XIXe siècles. Elle est construite en moellon enduit. Le chevet est plat. Sa nef remonte au XIe siècle. Le clocher-porche est orné de corniches à modillons et est plus tardif. Une chapelle seigneuriale a été construite en 1223 par G. Bourde, seigneur de Courtevrault, à son retour de croisades. Le bénitier, l'un des plus anciens du département de la Vienne, date du XIe siècle. Son décor sculpté comporte une croix, des losanges et des damiers. Le tabernacle en bois date du XVIIIe siècle. La porte du tabernacle est ornée d'un triangle équilatéral d'où partent des rayons lumineux. Ce signe est le premier symbole trinitaire connu, mais il est surtout représenté aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le chevet plat de l'église est percé d'une seule baie. Le vitrail est consacré aux deux saints patrons de l'église. Il date de 1879 et est dû au maître verrier P.E. Guérithault.
  • La fosse à boire de 2 m de diamètre date du XIXe siècle. La commune a un sol très calcaire qui ne garde pas l'eau. Chaque lieu d'habitation est donc équipé d'un puits ou de fosse à boire. La fosse à boire est creusée en entonnoir et entourée d'un petit muret de pierres sèches. Le fond est recouvert d'argile blanche permettant de retenir l'eau de ruissellement. Des marches en pierre permettent de puiser l'eau plus facilement. Cette eau, après avoir été bouillie, servait à la consommation courante et même pour confectionner les biberons.
  • Les 40 ferriers : les ferriers sont des sites où l'homme de l'Antiquité pratiquait la réduction du minerai de fer dans un bas fourneau et dont, il ne subsiste aujourd'hui que des résidus formant de vastes traces rouges et noirs. Ce sont ces plaques qui sont visibles dans les champs par photos aériennes. La découverte d'un mobilier résiduel (tégulac, tessons, céramique, morceaux de paroi ou sol de four) ainsi que l'étude des résidus: laitiers et scories ont permis la datation de ces implantations humaines soit l'époque gallo-romaine.
  • Le prieuré Saint-Antoine de Fontmoron date du XIIe siècle. Il a été fondé par Pierre de l'Étoile, fondateur de l'abbaye de Fontgombaud. Le prieuré a été construit près d'une source : Font-de-Moron qui est située en contrebas du logis et qui a donné son nom au prieuré. Les moines, aidés de laïcs, défrichèrent la brande et exploitèrent les terres. Afin de les drainer et de les assainir, ils aménagèrent des étangs et développèrent la pisciculture. Ils installèrent des moulins sur l'un des étangs. Le logis du prieur a été fortifié par la construction de deux tours au XVe siècle pour protéger le prieuré de l'attaque des Routiers. Le prieuré, lors de la Révolution, fut vendu comme bien national. Entre 1850 et 1890, il appartient à Émile Colin, gentilhomme cultivé, voltairien, qui y accueillit George Sand. La chapelle du prieuré est dédiée à saint Antoine du Désert.
  • La maison forte de la Tour. Elle fut construite en 1434. Elle appartient aux seigneurs de Bélâbre. Elle complète la fortification de l’église. En effet, lors des attaques, la population villageoise se réfugiait dans l’église et les soldats dans la maison forte située 2 m avant. Une porte, dont il reste la trace, permet de faire communiquer les deux édifices. La maison forte a des murs épais et des angles arrondis qui lui permettent de mieux résister aux projectiles. La salle basse est dotée de trois archères canonnières. La partie supérieure, une ouverture rectangulaire, permettait la visée, la bouche du canon crachant à partir de l’ouverture inférieure sur les attaquants.
  • Le pierris en langue d’oc ou le pierrat en langue d’oil est un gué permettant la traversée de la Bénaize. Il est constitué de 23 grosses pierres rondes et ovales. Ce type de gué qui est aménagé pour les piétons uniquement, est fréquent dans la région et datent du Moyen Âge. On en trouve à Brigueil-le-Chantre ou au Thollet. Ces gués étaient souvent protégés par une place forte ou par un prieuré. Les contrebandiers, et plus particulièrement les faux sauniers, les utilisaient, sous l'Ancien Régime, pour aller du Poitou en Champagne berrichonne.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • La commune abrite deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) [15] qui couvrent 1 % de son territoire : la vallée du Corchon et la vallée du Salleron.
  • Un espace naturel de la commune bénéficie de protections issues d'engagements internationaux relevant de la directive habitats-faune-flore[16] . Cet espace représente 1 % de la surface communale et il s'agit de vallée du Corchon.

La vallée du Corchon[modifier | modifier le code]

La vallée du Corchon est un site classé zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) . Il comprend l’ensemble du réseau hydrographique du Corchon qui est un petit affluent de la Benaize. Il s’agit d’une petite rivière de région bocagère, aux eaux d’excellente qualité, à fond de sédiments fins (sables et limons), alimentée par de nombreux petits ruisseaux qui prennent leur source au sein des prairies et des landes couvrant les coteaux riverains.

L’intérêt biologique du site qui justifie son classement et sa protection réside dans la présence importante de la Lamproie de Planer qui est un poisson menacé de disparition dans toute l’Europe. La Lamproie de Planer exige des eaux de très bonne qualité et des sédiments à granulométrie moyenne à grossière pour vivre et se reproduire. De nos jours, les principales menaces sur cet environnement fragile sont : un ralentissement anormal du courant qui modifierait le tri mécanique des sédiments, ou une pollution chimique (toxiques, métaux lourds) ou organique (eutrophisation par surcharge des eaux en nutriments provoquant une pullulation d’algues et une réduction de l’oxygène dissous). La création d’étangs destinés à la pêche le long du cours du Corchon constitue un risque important du aux vidanges des étangs qui pourraient transférer des maladies aux lamproies, qui réchaufferait l’eau de la rivière et qui pourrait introduire des espèces piscicoles exotiques. De même, la transformation des prairies naturelles du bassin versant en cultures céréalières intensives pourrait avoir d’importantes répercussions sur la balance trophique et sédimentaire des eaux (apport d’engrais et de produits phytosanitaires), voire, en cas d’irrigation, sur les débits en période d’étiage.

La vallée du Salleron[modifier | modifier le code]

La vallée du Salleron est un site classé zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). Le site intègre une grande partie du cours de la rivière qui est un affluent de l’Anglin ainsi que ses affluents. Le Salleron est une petite rivière d’eaux vives avec une forte dénivellation depuis ses sources jusqu’à la confluence avec l’Anglin. Ses eaux sont de bonne qualité et bien oxygénées. Son lit est riche en sédiments grossiers (sables et graviers). Son bassin versant est à dominante forestière et bocagère et il est encore peu touché par l’intensification agricole.

Comme pour la vallée du Corchon, l’intérêt biologique du site qui justifie son classement et sa protection, réside dans la présence importante de la Lamproie de Planer qui est un poisson menacé de disparition dans toute l’Europe. Les menaces qui pèsent sur son environnement sont les mêmes que pour la vallée du Corchon.

La présence d’une petite population de Cistude d'Europe, une espèce de tortue, est un autre facteur important justifiant la protection du site. Cette tortue aquatique connaît en effet un déclin alarmant dans toute l’Europe de l’Ouest, victime de la disparition des zones humides ou de leur fragmentation, de la dégradation de la qualité des eaux et de l’introduction d’espèces exotiques telles que la tortue de Floride, lesécrevisses américaines, ou les ragondins.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Spécialité culinaire[modifier | modifier le code]

Gralette de Liglet.jpg

Liglet est réputée pour la gralette, que l'on mange de préférence au petit déjeuner. La tradition de ces tartines finement grillées est issue de la famille Pennetier et s'est ensuite étendue à toute la localité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Etude 'Evolution du linéaire de haies en Poitou-Charentes', IAAT 2006 – 2008
  2. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  3. a et b Observatoire régional de l'environnement de Poitou-Charentes
  4. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Édition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  5. Ministre des travaux publics, « Partie non officielle », Journal officiel de la République française,‎ , p. 3546 (lire en ligne, consulté le 29 août 2016).
  6. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 222
  7. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  8. Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  14. Agreste – Bulletin no 11 de décembre 2005
  15. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011
  16. DREAL Poitou-Charentes / MNHN, 2013
  17. Poitou-Charentes Nature, 2000
  18. « Bernard Violet », sur whoswho.fr, (consulté le 16 janvier 2018)