Lieu d'art et action contemporaine de Dunkerque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lieu d'art et action contemporaine de Dunkerque
Informations générale
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Jardin de sculptures, 302 avenue des Bordées entrée pont Lucien Lefol, 59140 Dunkerque, France
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Nord
voir sur la carte du Nord
Red pog.svg

Le Lieu d'art et action contemporaine de Dunkerque (LAAC), anciennement musée d'art contemporain de Dunkerque, est un musée d'art contemporain constitué d'un bâtiment et d'un jardin de sculptures.

Historique[modifier | modifier le code]

Le LAAC vu à travers le canal exutoire.

Le LAAC a été fondé grâce au travail entrepris, au début des années 1970, par Gilbert Delaine, un ingénieur ignorant du monde de l'art contemporain, mais qui aurait connu, selon la légende, un véritable coup de foudre en feuilletant un magazine d'art.

Gilbert Delaine crée, en 1974, une association nommée L'Art contemporain, dans le but de réunir une collection pour la ville. Il réussit, en partie grâce à la loi Malraux, à intéresser à son projet des industriels, des personnalités et des artistes comme Ladislas Kijno, Victor Vasarely, Alfred Manessier, Jean Le Moal, Arthur Van Hecke, Joan Mitchell, Arman, César ou Karel Appel.

Ni esthète, ni spéculateur, mais véritable amateur d'art, Delaine achète selon ses coups de cœur. Aux artistes, il leur demande d'offrir une œuvre pour chaque pièce achetée par l'association et, en 1982, neuf cents œuvres sont ainsi rassemblées. C'est aussi cette année-là qu'est construit le bâtiment du musée d'art contemporain conçu par l'architecte Jean Willerval ainsi que le jardin de sculptures pensé par le paysagiste Gilbert Samel.

De nombreux problèmes surgissent sous forme de conflits politiques locaux, de problèmes d'assurances et de dégâts des eaux. Le musée ferme ses portes en 1997, mais sa renaissance est préparée ; les bâtiments sont rénovés. La collection est enrichie avec comme objectif de couvrir toute la création contemporaine de 1945 à nos jours, le FRAC Nord-Pas-de-Calais, le Centre Pompidou et le musée d'Art moderne de Lille prêtent des œuvres, et le LAAC rouvre en novembre 2005.

Le LAAC aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Au cœur d’un jardin de sculptures, d’eau, de pierre et de vent, à proximité immédiate de la plage, le LAAC défie le ciel avec son architecture étonnante en céramique blanche. Pétillant et joyeux comme les années pop, il conserve une très riche collection, miroir des années 1940–1980. Celle-ci, riche de plus de 1 500 pièces, peintures, sculptures, dessins, estampes, photographies, est présentée de façon cyclique en fonction de la programmation des expositions.

Le LAAC conserve, autour de Circus de Karel Appel, l’un des plus riches ensembles d’œuvres d’artistes de CoBrA en France. Il réunit par ailleurs de très nombreuses œuvres d’abstraction lyrique et informelle (Hugh Weiss,Soulages, Hartung, Manessier, Joan Mitchell…), quinze sculptures des Nouveaux Réalistes, Arman, César et Niki de Saint-Phalle, une pièce majeure d’Andy Warhol, Car Crash, et plusieurs œuvres importantes d’artistes de la Figuration narrative, Rancillac, Télémaque, Klasen…

D’autres tendances et mouvements artistiques de la seconde moitié du XXe siècle sont également représentés : abstraction géométrique, art concret, Supports/Surfaces

Le LAAC permet enfin de découvrir des artistes du Nord tels Eugène Leroy, Eugène Dodeigne ou Édouard Pignon.

Artistes, œuvres et expositions[modifier | modifier le code]

Artistes ou groupes représentés[modifier | modifier le code]

Œuvres présentées[modifier | modifier le code]

Dans le jardin de sculptures[modifier | modifier le code]

Un ensemble de 19 sculptures dont :

Dans le musée[modifier | modifier le code]

Les œuvres sont présentées en fonction du programme d'expositions.

Sur la mezzanine, le vaste cabinet d'art graphiques permet de découvrir près de 150 dessins et estampes tels l'album Miserere de Georges Rouault, les trois albums Appel Circus de Karel Appel, ou encore des sérigraphies d'Auguste Herbin et de Victor Vasarely, des fusains d'Eugène Dodeigne, des lithographies de Maurice Estève, des aquarelles d'Édouard Pignon

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

  • 2007 :
    • 3 mars - 3 juin : « La parution sms », cabinet d'arts graphiques
    • 3 mars - 10 juin : exposition « Marie Raymond / Yves Klein »
    • 28 juin - 28 octobre : « Fragmente einer Geschichte / Particules d'Histoire » de Gerhard Richter à Markus Sixay
    • 10 novembre - 2 mars 2008 : « Jürgen Nefzger - war games » (photographie)
  • 2008 :
  • 2009 :
    • 14 mars - 20 septembre : « Olivier Debré, Signes-personnages »
    • 21 juin - 20 septembre : « Charles Gadenne, dessins »
    • 3 octobre - 13 février 2010 : « Peter Klasen, la mémoire du regard, l'œuvre photographique »
  • 2010 : 7 mars - 19 septembre : « Mark Brusse, Heureusement l'art n'est pas raisonnable »
    • 7 mars - 19 septembre : « Appartement témoin, Michel Laubu »
  • 2010-2011 :
    • 9 octobre 2010 - 5 mars 2011 : « Jacques Doucet, le CoBrA français »
    • 9 octobre 2010 - 5 mars 2011 : « Eugène Leroy, Marines »
  • 2011-2012 :
    • 9 avril 2011 - 9 avril 2012 : « Les années 68 »
    • 12 mai - 16 septembre 2012 : « Dessiner-tracer »
    • 20 octobre 2012 - 3 mars 2013 : « CoBrA sous le regard d'un passionné »
  • 2013-2014 :
    • 6 avril - 15 septembre 2013 : « Poétique d'objets »
    • 19 octobre 2013 - 2 mars 2014 : « Multiples uniques »
    • 12 avril - 19 octobre 2014 : « L'aventure d'une passion / Gilbert Delaine, un homme, un musée »
    • 15 novembre 2014 - 15 février 2015 : « 20 000 lieux, voyage dans les collections de Société Générale et du LAAC »
    • 15 novembre 2014 - 15 février 2015 : « Donation Dewasne »
  • 2015 :
    • 27 mars - 20 septembre 2015 : « Françoise Pétrovitch rencontre les collections du LAAC et du Frac Nord-Pas de Calais »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur larousse.fr.

Lien externe[modifier | modifier le code]