Lidewij Edelkoort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lidewij Edelkoort
Lidewij edelkoort paris 1996.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web
Distinction
Prins Bernhard Cultuurfonds award (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Lidewij Edelkoort, ou encore Li Edelkoort, (née en 1950, à Wageningue) est une prévisionniste hollandaise des modes et tendances futures[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Lidewij a commencé sa carrière en tant que coordinatrice de mode au grand magasin De Bijenkorf[2], après avoir obtenu son diplôme à ARTEZ. En 1975, elle a déménagé en France où elle devient consultante indépendante des tendances. Bientôt, elle crée le conseil Trend Union, un service de prévision basé à Paris[3],[4] Trend Union fournit des livres de prévision bi-annuel sur les tendances de la mode et du design avec des informations sur les couleurs et les modes de vie[5]. Elle a depuis fondé le Studio Edelkoort, bureau d'études et de conseil, et a ouvert des bureaux à New York (Edelkoort Inc.) et Tokyo (Edelkoort East).

Elle a contribué à concevoir et donner forme à des produits pour des marques internationales, et à conseiller celles-ci sur leur positionnement identitaire et leurs stratégies de développement produits. Ses clients comprennent Coca-Cola, Nissan, Camper, Siemens, Moooi et Douwe Egberts[2]. Dans l'industrie de la beauté, le Studio Edelkoort a également développé des concepts et des produits de beauté pour Estée Lauder, Lancôme, L'Oréal, Shiseido, Dim et Gucci[2].

Lidewij est directrice artistique et coéditrice de la revue View on Colour[6]. Elle envisage notamment les tendances des couleurs en vue d'examiner leur influence sur la mode, le graphisme, le design industriel, le packaging, les cosmétiques et de nombreux autres domaines. Elle est également l'éditeur du magazine Interior View[5]. Elle a lancé le magazine-photo Bloom en 1998, qu'elle décrit comme "l'horticulture culturelle" car il exprime graphiquement l'évolution des tendances dans les fleurs et la façon dont leur image est utilisée[7]. Elle est aussi impliquée dans l'organisation humanitaire à but non lucratif Heartwear qui aide des artisans à commercialiser leurs produits à l'ouest pour maintenir leur savoir-faire et participer à la transmission des métiers[8].

En 1999, elle devient présidente de la Design Academy d'Eindhoven aux Pays-Bas, jusqu'en 2008[8]. En 2011, Edelkoort crée School of Form à Poznań en Pologne et lance la plate-forme web Trend Tablet.

Le magazine de design britannique i-D l'a listée comme l'une des 40 designers les plus importants du monde et le Time magazine l'a nommée comme l'une des 25 personnes les plus influentes de la mode[9] Le , le Ministère français de la Culture et Didier Grumbach, président de la Fédération française de la Couture, honore Lidewij Edelkoort du titre de Chevalier des Arts et des Lettres en reconnaissance de sa contribution créative, artistique et littéraire à la culture en France et à l'étranger[3]. Lidewij Edelkoort, a également reçu un doctorat honorifique es art de l'Université de Nottingham Trent le [10] ainsi que, le , le Prins Bernhard Cultuurfonds à Amsterdam.

Elle vit à Paris[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Meet trend prophet Li Edelkoort Euronews
  2. a b et c Brief biography sur Fashionmission.nl, 1er juin 2006
  3. a et b Lidewij Edelkoort receives French honour Design.nl. Editor Design.nl 22 février 2008
  4. Li Edelkoort : Militante du vivre-mieux sur lesechos.fr, octobre 2006
  5. a et b Li Edelkoort brief biography at Design Indaba Magazine, 2002. Accessed August 2008
  6. The Forecaster in one piece Kim DeMarco's blog, 15 mai 2007
  7. Suzy Menkes, Flower!, International Herald Tribune, June 2001
  8. a et b Interview with Li Edelkoort, trend forecaster at Designboom le 14 avril 2000
  9. Lidewij Edelkoort: The Business World's Trend Prophet Symrise. 2008.
  10. Li Edelkoort to receive honorary degree from Nottingham Trent University Arts Review 11 juillet 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]