Librairie de l'Université de Fribourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 1889
Disparition 1953
Fondée par César Schmidt
Fiche d’identité
Siège social Fribourg  (Suisse)
Dirigée par Walter Egloff (1935-1953)
Spécialités Ouvrages académiques, littérature française, littérature romande
Collections Le Cri de la France, Les classiques de la politique, Collectanea friburgensia, Academia friburgensia
Titres phares Le Don Juan de Mozart (Jouve), Présence et Prophétie (Claudel), La Colombe (Emmanuel), Stendhal (Starobinski)
Langues de publication français, allemand
Filiales Librairie Universelle de France (Paris)

La librairie de l'Université de Fribourg, plus connue sous le sigle LUF, est une librairie et une maison d’édition suisse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contemporaine de l’Université de Fribourg, fondée en 1889, la librairie de l'Université est à l’origine spécialisée dans la vente des ouvrages académiques qu’elle édite. Lorsque Walter Egloff la rachète en 1935, elle se trouve au 16 de la rue de Romont, dans des locaux assez exigus. Son nouveau propriétaire élargit l'activité éditoriale en dehors du cadre universitaire.

La guerre, l’occupation de la France, l’arrivée de nombreux réfugiés transforment Fribourg et sa librairie en un foyer culturel où se rencontrent des personnalités telles que le Père Jean de Menasce, son cousin Georges Cattaui, Pierre Emmanuel, Charles-Albert Cingria, le linguiste Émile Benveniste, le philologue Gianfranco Contini.

C'est à cette période qu'apparaît le monogramme « LUF », imitant le célèbre « NRF » de la maison Gallimard. Ce changement de logo coïncide avec le déménagement de la Librairie de l'Université au 22 de la rue de Romont et avec l’entrée des auteurs français dans la maison d’édition : Paul Claudel (Présence et prophétie, La rose et le rosaire), Pierre Jean Jouve (Le Don Juan de Mozart, Le paradis perdu, Le bois des pauvres, Vers majeurs, La Vierge de Paris), Pierre Emmanuel (La colombe, Tombeau d’Orphée, Sodome). Chacun de ces auteurs est invité à Fribourg pour une conférence; Charles-François Landry y est aussi édité (Sortilèges de Paris en 1945 et Le Pavé de Paris en 1947).

La LUF publie également « Le Cri de la France », une collection anthologique, dirigée par Pierre Courthion dès 1943, qui donne à lire les classiques français édités et préfacés par des critiques confirmés. C’est dans cette collection que paraissent les Discours de guerre du général de Gaulle entre 1944 et 1945.

Avec la fin de la guerre, la reprise du marché éditorial laisse entrevoir des lendemains difficiles pour la LUF. Dès l’automne 1944, Walter Egloff organise la « montée à Paris » de la LUF, qui devient en 1946 la « Librairie Universelle de France ». En mars 1946, Walter Egloff fonde avec Pierre Emmanuel et Pierre Jean Jouve une SARL, dont le siège est au 30, rue de l’Université. Celle-ci devra bientôt affronter le protectionnisme français d’après guerre et la volonté des maisons d’édition parisiennes de reprendre leurs auteurs et leurs lecteurs perdus pendant la guerre. Tandis qu’elle s’installe à Paris, la LUF conserve son siège principal à Fribourg et à la librairie de l’Université. Elle poursuit un ambitieux programme éditorial jusqu’en 1949. À partir de 1950, on assiste au déclin et à la fin de la LUF, confrontée à des difficultés insurmontables. En 1953, la maison d’édition sera remplacée par les Editions universitaires de Fribourg, tandis que la librairie sera rachetée par Antoine Dousse, sous le nom de « Librairie Antoine Dousse ».

Sources[modifier | modifier le code]

  • Walter Egloff et la L.U.F. (1935-1953) : une librairie idéale, une aventure éditoriale : catalogue de l'exposition : Fribourg, Bibliothèque cantonale et universitaire, du 24 septembre au 23 octobre 1999 / textes réunis par Michel Dousse et Simon Roth ; préf. par Martin Nicoulin. - Fribourg : Bibliothèque cantonale et universitaire, 1999.

Liens externes[modifier | modifier le code]