Libération (journal, 1941-1964)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Libération.
Ne doit pas être confondu avec Libération (journal).
Libération
Le quotidien républicain de Paris

Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité quotidien (à partir d'août 1944)
Genre Presse clandestine de la Résistance française
Après la Libération, journal quotidien d'information
Diffusion 150 000 ex. (1948)
Fondateur Emmanuel d'Astier de la Vigerie
Jean Cavaillès
Date de fondation juillet 1941
Date du dernier numéro
Éditeur Libération-Sud
Ville d’édition Lyon, Paris (1944-1964)

Directeur de publication Georges E. Vallois
Directeur de la rédaction Emmanuel d'Astier de la Vigerie

Libération était un journal français édité entre 1941 et 1964. D'abord journal clandestin du mouvement de résistance Libération-Sud (mouvement entre autres d'Emmanuel d'Astier, Lucie et Raymond Aubrac), le journal continue après la guerre. Son directeur appartient alors à la mouvance dite des « Compagnons de route » du Parti communiste français. En 1973, son titre sera repris par Jean-Paul Sartre et Serge July pour la création de leur journal.

Historique[modifier | modifier le code]

Débuts clandestins[modifier | modifier le code]

En juillet 1941, Jean Cavaillès et Emmanuel d'Astier de la Vigerie lancent Libération, le journal clandestin du mouvement de résistance Libération-Sud. L'aventure éditoriale commence par un tirage à 10 000 exemplaires pour le premier numéro, cosigné par André Lassagne, Raymond Aubrac et Jean Cavaillès[1]. En atteignant des pointes de 200 000 exemplaires tirés, il devient l'un des plus importants et des plus diffusés des journaux de la Résistance, avec Combat. Durant les six premiers mois de son existence, le "maître d'œuvre" de la rédaction est un rédacteur du quotidien clermontois La Montagne, Jean Rochon[2] De 1942 à avril 1944, date de son arrestation, le rédacteur en chef en est le journaliste-écrivain Louis Martin-Chauffier[3]. Comme le mouvement dont le journal est issu, la rédaction mêle des hommes venus d'horizons politiques divers : socialistes, communistes, syndicalistes de la CGT et militants du syndicalisme chrétien[4].

En difficulté de trésorerie dès ses premiers numéros, le journal ne devait sa survie qu'aux fonds apportés par Yvon Morandat, envoyé du Général de Gaulle, parachuté près de Toulouse dans la nuit du 6 au 7 novembre 1941. Par la suite il bénéficiait comme d'autres organes clandestin de fonds octroyés par le chef de la France libre. Ils permettent une parution tous les 15 jours : 35 numéros sortent entre novembre 1942 et août 1944[5] et le tirage passe de 20 000 exemplaires (no 12, novembre 1942) à 200 000 dans l'été de 1944. Le titre est tiré dans un réseau d'imprimerie et la diffusion est organisée par région. Cette organisation est mise en place par Jules Meurillon avec l'aide du jeune Jean Dutourd.

Dans l'euphorie de la Libération[modifier | modifier le code]

À la libération de la France, le journal paraît au grand jour à Paris[6]. Dès le , dans la hâte d'imposer un titre au nom prestigieux, il devient quotidien. Emmanuel d'Astier, libéré rapidement de ses fonctions gouvernementales le [7], reprend La direction du journal. Celle-ci est en fait bicéphale, Emmanuel d'Astier est assisté par Pierre Hervé[8], responsable avant-guerre de l'Union des étudiants communistes. Plusieurs de ses anciens compagnons de Résistance le rejoignent comme Pascal Copeau, Louis Martin-Chauffier. En décembre 1944 son tirage est de 180 000 exemplaires.

Pourtant, l'existence du journal est rapidement liée à des contraintes financières. Libération porte les aspirations d'un courant de la gauche de la Résistance, à une unité d'action entre des mouvements issus de la résistance non communiste et le Parti communiste français. Cette unité ne se réalise pas et, dès 1946, après un pic de tirage à 200 000 exemplaires, le lectorat du journal décline à mesure que les ambiguïtés politiques augmentent : Emmanuel d'Astier est élu député, dès octobre 1945 à l'Assemblée constituante grâce au soutien du Parti communiste. Malgré sa liberté d'action proclamée, il lui est difficle, dans le contexte des « passions » de la Quatrième République, d'affirmer une voix autonome.

Un créneau éditorial non trouvé[modifier | modifier le code]

En octobre 1948, en proie à des difficultés financières (le tirage est tombé à 150 000 exemplaires) le journal reçoit le renfort de journalistes issus d'un autre quotidien né dans la Résistance, Franc-Tireur. Le codirecteur de ce journal, Georges-Eugène Vallois, devient directeur général de Libération et le restera jusqu'à la fin du quotidien, en 1964. Mais le journal ne cesse d'être déficitaire. Il reçoit pour survivre le soutien financier occulte du PCF. Des liens d'amitié avaient été noués entre d'Astier et Maurice Thorez. Les imprimeries du boulevard Poissonnière éditaient les deux titres, Libération et L'Humanité (ils occupent un temps le même siège au numéro 6, avec Ce soir et Regards)[9].

Les divergences politiques survenues entre d'Astier et le PCF après le retour du général de Gaulle au pouvoir en 1958, des lecteurs de moins en moins nombreux (60 000 en 1964), la mort de Maurice Thorez, sont autant de facteurs qui remettent en cause le soutien du parti communiste. Faute de celui-ci, le journal ne peut que cesser de paraître le [10].

En l'espace de vingt ans, le tirage était passé de 200 000 à 60 000 exemplaires. Là réside plus profondément la cause de sa mort du quotidien qui n'avait pu trouver un créneau éditorial « progressiste » entre les blocs et les partis politiques né dans la Guerre froide. En 1966, Emmanuel d'Astier, dans un livre d'entretiens avec le journaliste Francis Crémieux[11], revient sur son expérience de directeur du journal. Fort de son expérience il pense alors pouvoir faire vivre un périodique, L'Événement : « Commencer autre chose ». La suite montrera qu'il n'y parviendra pas.

Vingt trois années durant, et au long de 6 287 numéros[12], la rédaction pluraliste de ce journal, qui se proclame en sous-titre « Le quotidien républicain de Paris », fait se côtoyer des journalistes venus de divers horizons de la gauche. Certains s'étaient engagés par ailleurs dans des tentatives de créer un parti socialiste « unitaire », entre les deux grandes forces de la gauche, le PCF et la SFIO. D'entre les noms des principaux rédacteurs ou éditorialistes, plusieurs retiennent l'attention.

Une rédaction pluraliste, issue de toute la presse de gauche[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux dessinateurs satiriques, qui illustrèrent les pages de Libération, le jeune André Escaro (né en 1928) assura les dessins de une de 1957 à 1964, avant de se consacrer au Canard enchaîné. Il était aussi le caricaturiste des coureurs au moment du Tour de France. Ses devanciers, souvent éphémères, ayant travaillé pour Libération ont nom Louis Berings, Jean Effel, Jacques Naret, Mittelberg, Robert Fuzier...

Nombres d'autres journalistes travaillèrent à Libération : Jean Freire, Louis de Villefosse, Jean Avran, Michel Hincker. Parmi eux aussi on relève René Fallet et Robert Scipion, François Cavanna comme dessinateur et Irène Allier y effectue ses débuts.

Les rubriques littéraires et des loisirs[modifier | modifier le code]

Les spectacles et la littérature, la page 2 du journal leur est dédiée, sont commentés par des plumes reconnues dans leur spécialité :

  • Jeander, assure la critique de cinéma.
  • Jacqueline Fabre (1916-1996), s'occupe de la rubrique cinéma et spectacles. À la chute de Libération, elle rejoint d'abord Paris-Jour, puis Télé-7 Jours jusqu'à sa retraite.
  • René Dazy, s'occupe de la rubrique spectacle.
  • Guy Dornand, est le critique théâtral.
  • Paul Morelle (1917-2007), dirige le service culturel et écrit la critique littéraire et la critique théâtrale. Il rejoint Le Monde en 1969.
  • Claude Roy (1915-1997), assure la chronique de la littérature, comme il le fait régulièrement dans les pages de France Observateur, après sa rupture avec le parti communiste, à la suite des événements de Hongrie en 1956.

Le service des sports occupe une pleine page du quotidien, pour une pagination moyenne de 6 pages, ce qui dénote un intérêt certain de la part des lecteurs. Le chef de ce domaine est André Chaillot. Spécialisé dans le basket-ball, syndicaliste dirigeant parmi les journalistes sportifs, il dispose de collaborateurs spécialisés :

La plupart écrivent aussi pour l'hebdomadaire sportif Miroir Sprint. Pour terminer cet inventaire des collaborateurs du journal, il faut citer A-E Mars Valett, le spécialiste d'une rubrique "ici l'on pêche", très régulière et sans doute très lue.

Héritage du journal[modifier | modifier le code]

Peu de temps après la cessation de la parution du journal, son directeur emblématique appelle, lors des élections présidentielles de 1965, à voter pour le général de Gaulle. La plupart des anciens journalistes[13] font savoir par une lettre publiée dans Le Monde qu'ils réprouvent « catégoriquement l'initiative d'Emmanuel d'Astier » et qu'ils « ont toujours lutté pour l'unité de la gauche française ». Le destin politique d'Emmanuel d'Astier brouille en effet la vision rétrospective d'un journal qui vécut, le temps d'une courte IVe République, dans une attitude « progressiste », à la lisière du Parti communiste, auquel Emmanuel d'Astier devait son mandat de député d'Ille-et-Vilaine[14] et des forces qui se constituent en 1960 en un Parti socialiste unifié (PSU).

L'héritage éditorial du titre perturbe un peu plus le panorama.

Son titre est en effet repris en 1973 par Jean-Paul Sartre et Serge July pour la création de leur journal. Pour ce faire, ils ont obtenu l'accord de la veuve de d'Astier, sur l'insistance de Michel-Antoine Burnier. Mais les deux journaux, édités dans des périodes historiques différentes, ont peu de points communs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « André Lassagne - Mémorial de Caluire Jean Moulin - Maison du Docteur Dugoujon », sur memorialjeanmoulin-caluire.fr (consulté le 25 juillet 2011)
  2. Geoffroy d'Astier de la Vigerie : Emmanuel d'Astier de la Vigerie, combattant de la Résistance et de la Liberté (1940-1944), note biographique Jean Rochon (1903-1944), p. 331.
  3. Notice "Martin Chauffier" Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, version papier tome 35, p. 397-400.
  4. Parmi les premiers contributeurs, on retrouve Anna Bellini, Lionel Brahic, David Wettel ou Pierre Savornin
  5. Geoffroy d'Astier, p. 330. les chiffres et détails cités ici proviennent de cette source
  6. Libération s'installe dans les anciens locaux du journal collaborateur Paris-Soir, 37 rue du Louvre : cf. Jean-Pierre Tuquoi, Emmanuel d'Astier, la plume et l'épée, Arléa, 1987, p. 205
  7. D'Astier était commissaire à l'Intérieur du GPRF, mais il n'est pas confirmé par le général de Gaulle sur le sol français...
  8. Pierre Hervé quitte la rédaction en décembre 1946 pour devenir rédacteur en chef adjoint de L'Humanité
  9. Jean-Pierre Arthur Bernard, Paris rouge: 1944-1964 : les communistes français dans la capitale, Époque, Champ Vallon, 1991, pages 24-27.
  10. Mort d'un journal, France observateur, 5 décembre 1964
  11. Francis Crémieux, Entretiens avec Emmanuel d'Astier, éditions Pierre Belfond, 1966
  12. « 6 297 », c'est le titre du dernier article d'Emmanuel d'Astier en Une du 27 novembre 1964
  13. Le texte mentionne vingt-cinq noms, parmi lesquels figurent Henry Bordage, rédacteur en chef; Marcel Fourrier et André Sauger, éditorialistes ; René Maisons, secrétaire général ; quatre chefs de service, André Chaillot (sports), Jean-François Dominique (Informations), Jean-Maurice Hermann (étranger), Michel Hincker (économie); cinq chefs adjoints, Jean Avran (politique), René Dazy (spectacles), Albert-Paul Lentin (étranger), Maurice Lissonde, et Roland Vuillaume (informations); François Fontvieille-Alquier, chroniqueur, Jean Freire et Henri Champsavoir, rédacteurs politiques; Maurice Cuvillon, administrateur, etc.
  14. D'astier est « apparenté au groupe communiste » à la Chambre des députés de 1946 à 1958, avec quelques autres élus de l'Union progressiste : Pierre Cot, député de Savoie, Robert Chambeiron, député des Vosges, Pierre Meunier, député de la Côte-d'Or, Pierre Dreyfus-Schmidt, élu de Belfort, Gilbert de Chambrun, député de la Lozère

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geoffroy d'Astier de la Vigerie, Emmanuel d'Astier de la Vigerie, éditions France Empire, Paris, 2009.
  • Francis Crémieux, entretiens avec Emmanuel d'Astier, Éditions Pierre Belfond, Paris, 1966
  • Laurent Douzou, La désobéissance, histoire du Mouvement Libération-sud, Éditions Odile Jacob, Paris, 1995
  • Claude Estier, La gauche hebdomadaire, 1914-1962, Collection Kiosque, Armand Colin, 1962
  • Claude Estier, J'en ai tant vu. Mémoires, Éditions le cherche midi, 2008.
  • Jean-Pierre Tuquoi, Emmanuel d'Astier, la plume et l'épée, Arléa, Paris, 1987 (préface de Lucie Aubrac)
  • Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social (1940- mai 1968), tome 1, Éditions de l'Atelier, Paris 2006 : notice « Emmanuel d'Astier de la Vigerie », signée Laurent Douzou.
  • Dico / Solo, Plus de 5000 dessinateurs de presse et 600 supports, en France de Daumier à l'an 2000, AEDIS, 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]