Liaisons de transport Europe-Asie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les transports image illustrant l’Europe image illustrant l’Asie
Cet article est une ébauche concernant les transports, l’Europe et l’Asie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Le projet de liaisons de transport Europe-Asie (EATL) est une entreprise commune de la Commission économique des Nations unies pour l'Europe (CEE-ONU) et de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP). Ce projet concerne dix-huit États de la région eurasiatique quant à leur liaisons ferroviaires et routières[1].

Ce projet envisage différents corridors entre l'Asie et l'Europe comme le TRACECA.

Portée pratique[modifier | modifier le code]

En 2012, le transport ferroviaire de fret entre l'Asie et l'Europe se développe sur un rythme quotidien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers transports terrestres eurasiens connus furent ceux de la Route de la soie.

En 2011, les divers projets de transport (autoroutier et ferroviaire) conduisent à reparler de l'autoroute de la soie[2]; la Nouvelle route de la soie.

Projets d'infrastructure[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réseaux autoroutiers européens.

Magistrale européenne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Magistrale européenne.

Ce projet transeuropéen est quasiment identique au projet no 17 (Paris - Bratislava) de la convention sur les réseaux transeuropéens, à ceci près qu'il est effectivement commencé. Budapest se trouvera ainsi au sud de cette ligne transeuropéenne.

Vienne[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

La Russie s'inscrit dans des axes transsibérien et transcaspien jusqu’au golfe Persique[4].

Pour le trafic passager, l'enjeu est les jeux olympiques de 2018. Pour le fret, l'enjeu est la livraison de vêtements fabriqués en Chine destinés au marché européen, ainsi que le transport des pièces automobiles.

Khazakstan[modifier | modifier le code]

La route européenne 40 est une route reliant Calais (France) à Astrakhan (Russie) en passant par Bruxelles et Kiev. Avec son extension, Astrakhan à Ridder (Kazakhstan), c'est la plus longue route européenne: 8 300 km. En France, son tracé est confondu avec l'autoroute A16.

La république populaire de Chine a déclaré avoir l'intention de construire la ligne TGV Astana - Alma-Ata[5].

Le Kazakhtsan est un nœud du fret ferroviaire sur l'axe Asie-Europe [6].

Chine[modifier | modifier le code]

Services de transport[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

En mai 2013 a été inaugurée une liaison directe de fret ferroviaire reliant Chengdu (chine populaire) et Lodz (Pologne)[7].

Le jeudi 18 juillet 2013, un train porte-conteneurs quitte la ville de Zhengzhou (Chine populaire) pour rejoindre Hambourg (Europe) afin de promouvoir le commerce bilatéral [8]. Le trajet emprunte l'itinéraire Zhengzhou (Henan), Kazakhstan, Russie, Biélorussie, Pologne, Allemagne d'après le Bureau des chemins de fer de Zhengzhou.

Cette distance de 10,214 km devrait être parcourue en 16 à 18 jours, soit une durée de trajet inférieur d'environ 15 jours à un transport maritime entre Zhengzhou et l'Europe. Le premier train porte 551 conteneurs contenant 665 tonnes de marchandises, (pneus, chaussures, vêtements), estmés à une valeur de 1,52 million de dollars. En 2013 six trains de ce type doivent rejoindre Hambourg pour réaliser 100 millions de dollars d'import/export

En 2014, l'ambition de la Chine populaire est d'avoir 50 trains de fret sur ce parcours, afin de déployer un volume d'échanges commerciaux de l'ordre d'un milliard de dollars.

En 2015, le premier train Chine-Europe transportant vers l'Allemagne six conteneurs de composants photovoltaïques est parti de Zhengzhou, ville située dans le Henan. Le voyage doit durer quinze jours. Cette action s'inscrit dans la stratégie « Une ceinture et une route », visant au développement de la ceinture économique de la route de la Soie. Avant cette ligne ferroviaire, les produits photovoltaïques étaient transportés par voies maritime ou aérienne seulement. Le train doit parcourir plus de 10 000 kilomètres en traversant des pays comme la Mongolie intérieure, la Russie, la Biélorussie et la Pologne, pour arriver en Allemagne. Le voyage en train est plus rapide de vingt jours que le transport maritime. Son coût est inférieur de 80 %.

En 2015, huit lignes de chemin de fer à destination de l'Europe ont été ouvertes par la Chine[9].

En 2015, 35000 conteneurs ont été transportés par train entre l'Allemagne et la Chine populaire[10].

En 2016, les liaisons ferroviaires relient la Chine à l'Allemagne en douze jours [11].

Le chemin ferroviaire reliant la Chine à l'Europe est le plus long du monde; a longueur dépasse les 10 000 kilomètres[11].

Ces lignes privilégient l’utilisation de travailleurs chinois qui sont enthousiastes et qui garantit leur temps de chargement et déchargement des trains[11].


Source french.cri.cn [12]

Le dimanche premier janvier 2017, un train est parti de Jiwu en République Populaire de Chine à destination du Royaume-Uni[13]. Ce train de la Deutsche Bahn est arrivé le 18 janvier à Londres après dix-huit jours environ de trajet. Il comportait 34 conteneurs. Les locomotives et les wagons ont cependant été changés sur la partie du trajet où les rails ontune dimension soviétique[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.unece.org/fr/transport/areas-of-work/euro-asian-links/about-us/projet-de-liaisons-de-transport-europe-asie-eatl.html
  2. http://www.iru.org/cms-filesystem-action/Media/autoroutedelasoie_2011.pdf
  3. « Une ligne à écartement russe jusqu’à Vienne en Autriche - Rail Passion », sur laviedurail.com (consulté le 2 janvier 2017)
  4. a, b et c Paul Duvernet, La très haute vitesse et le fret, La Russie d'Aujourd’hui, 19 décembre, 2011 (lire en ligne)
  5. Un TGV chinois jusqu’à Astana ou l'envolée des relations sino-kazakhes (lire en ligne)
  6. « Le Kazakhtsan nœud du fret ferroviaire sur l'axe Asie-Europe », sur lesechos.fr,‎ (consulté le 2 janvier 2017)
  7. * www.challenges.fr/economie/20130521.CHA9664/ouverture-d-une-liaison-directe-de-fret-ferroviaire-chine-pologne.html
  8. Vivienne, « La Chine inaugure un train de marchandises à destination de l'Allemagne », sur french.china.org.cn (consulté le 2 janvier 2017)
  9. F_200768, « Départ du premier train Chine-Europe chargé de composants photovoltaïques », sur french.peopledaily.com.cn (consulté le 2 janvier 2017)
  10. http://www.rtbf.be/info/economie/detail_deutsche-bahn-hausse-du-fret-jusqu-en-chine-sur-la-plus-longue-ligne-de-train-au-monde?id=9491386
  11. a, b et c Economie La route ferroviaire de la soie rapproche l’Asie de l’Europe 12 jours de trajet entre Zhengzhou en Chine et Hambourg en Allemagne Témoignages.re / 23 août 2016 www.temoignages.re/economie/la-route-ferroviaire-de-la-soie-rapproche-l-asie-de-l-europe,87296
  12. « Un total de 122 trains de fret sont partis de Chine à destination de l'Europe en 2016 - china radio international », sur french.cri.cn (consulté le 2 janvier 2017)
  13. « La Chine lance son premier train de fret à destination de Londres - china radio international », sur french.cri.cn (consulté le 2 janvier 2017)
  14. http://www.arras.maville.com/actu/actudet_-un-train-de-marchandises-relie-desormais-la-chine-a-londres_fil-3118312_actu.Htm

Liens externes[modifier | modifier le code]