Li Ang (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Li Ang (joueur de go).
Li Ang
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
Nom de naissance
施淑端Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Fratrie
Shi Shuqing (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Li Ang 李昂, (pseudonyme de Shih Shu-tuan 施淑端), née en 1952, à Lukang, Taïwan.

Diplômée de l'université de Taïwan, puis études aux États-Unis dans les années 1970. Actuellement vit à Taïwan et enseigne à la Chinese Culture University à Taipei.

A déjà publié une quinzaine de livres en langue chinoise. Ses œuvres ont remporté des prix à Taïwan et ont été présentées dans les journaux du monde entier. Plusieurs ouvrages ont été traduits et publiés à l’étranger : Tuer son mari aux USA, Allemagne, Japon, Pays-Bas, Suisse, Italie, Corée du Sud, Suède ; Le jardin des égarements et Autobiographie & roman au Japon, Fantôme visible en Allemagne.

Son point fort est de décrire la vie des femmes taïwanaises au travers de l'évolution de la société moderne et sous l'influence de la culture traditionnelle. Ses écrits s'attaquent aux tabous de la société, notamment les domaines de la politique (indépendance de Taïwan, par exemple) et de la sexualité. Elle représente un modèle pour ce genre d'écrits pour les femmes écrivains asiatiques. Elle suscite sans cesse des polémiques depuis plusieurs décennies.

Première femme écrivain qui écrit en langue chinoise et qui a reçu l'insigne de Chevalier des Arts et Lettres de la part du gouvernement français.

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • La femme du boucher, Seuil, 1980, (Flammarion, 2007), repris sous le titre Tuer son mari, Denoël, 2004.
  • Le jardin des égarements, trad. André Lévy, Editions Philippe Picquier, 2003.
  • Nuit obscure, trad. Marie Laureillard, Actes Sud, 2004.
  • Une salle funéraire déserte, nouvelle, trad. Sandrine Marchand, in Le Nouveau Recueil, n°61, décembre 2001-février 2002.
  • Pour un bol de nouilles au bœuf, nouvelle, trad. André Levy, in Alibis: dialogues littéraires franco-chinois (dir. Annie Curien), Maisons des Sciences de l’Homme, 2004.
  • Le fantôme de la mangrove, nouvelle, trad. Marie Laureillard, in Jentayu n°3, 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Pour un bol de nouilles au bœuf de Li Ang (ch/fr), Revue Sens Public