Lièvre d'Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lepus europaeus

Le Lièvre d'Europe ou Lièvre brun (Lepus europaeus) est une espèce de lièvres originaire d'Europe et de l'ouest de l'Asie. Elle fut introduite en Afrique, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et en Océanie. C'est un mammifère classé dans l'ordre des lagomorphes, dans la famille des léporidés. Il fait partie de la « petite faune sédentaire de plaine »[1].

Description de l'espèce[modifier | modifier le code]

Portrait d'un spécimen près d'Hódmezővásárhely, en Hongrie.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Il s'agit du plus grand lagomorphe du Paléarctique occidental. Il mesure de 42 à 68 cm de longueur (tête et corps), avec des oreilles de 8,5 à 12,9 cm et une queue de 6,2 à 13,3 cm. Son poids varie de 2,5 kg à 6,4 kg. Le pelage de son dos est brun-fauve foncé à brun-roux foncé avec des tons jaunâtres, avec des poils de garde courbés et des poils de bourre blancs à la base. Le bas des flancs, le cou et la tête sont à dominante brun clair avec des reflets roussâtres ou vineux. Le ventre est blanc crème. Les oreilles sont grises claires avec tâche noire triangulaire bien marquée à leur extrémité. La queue est noire au-dessus et blanche en dessous. En hiver il y a plus de blanc sur la tête et à la base des oreilles, et les hanches deviennent plus grises[2].

Différences avec le lapin[modifier | modifier le code]

Bien qu'étant tous les deux des léporidés apparentés, le lièvre d'Europe est un animal très typé et très différent du lapin de garenne qui peut être présent dans son habitat. Il s'en distingue par les caractères suivants[3] :

  • il est plus grand et nettement plus longiligne, avec de longues pattes ;
  • son poids moyen (3,8 kg pour l'adulte) est plus élevé que celui d'un lapin de garenne (1,4 kg) ;
  • ses oreilles sont aussi plus grandes, et leur pointe (comme la queue) est noire ;
  • sa robe est plus colorée, tirant sur le brun-fauve à brun-roux mêlé de gris ;
  • l'iris de l’œil est plus clair et bien distinct de la pupille ;
  • ses bonds sont plus importants, plus amples et fluides, et sa course est beaucoup plus rapide, c'est un véritable sprinter sur de longues distances, lui permettant souvent d'échapper à ses prédateurs sur de vastes terrains découverts où il n'a aucun refuge (le lapin se contente de sautiller sur de courtes distances, et de bondir s'il est surpris, jusqu'à un refuge généralement pas bien loin: son terrier ou la végétation dense) ;
  • sa distance de fuite est aussi plus grande lorsqu'il est en activité, et il est plus difficile à observer de près ;
  • il ne creuse pas de terrier ;
  • il élève ses petits à découvert à même le sol (seulement 1 à 3 par portée, rarement plus), ils naissent déjà pourvus d'une fourrure et deviennent rapidement autonomes.

Risque de confusion[modifier | modifier le code]

Localement, il peut être confondu avec 5 autres espèces de lièvres vivant dans le paléarctique occidental :

  1. lièvre ibérique (Lepus granatensis) présent au Portugal dans presque toute l’Espagne, mais dont la taille est toutefois plus petite. Il est aussi plus roux et taché de blanc sur la poitrine, les flancs et le haut des pattes, dont sur les faces antérieures et externes des pattes antérieures. Quelques noyaux de populations ont été formés (par introduction) dans le sud de la France, en zone sèche [3];
  2. lièvre d’Italie (Lepus corsicanus), légèrement plus grand et plus sombre que le précédent, mais un peu moins grand que le lièvre d'Europe, et sans partie blanche sur la face externe des pattes antérieures, occupe la Sicile et le sud de l’Italie. Il a été introduit en Corse vers la fin du Moyen Âge, alors qu’il n’existait antérieurement aucune espèce de lièvre sur cette île. Actuellement, cette espèce ne paraît subsister en Corse que dans quelques zones d’altitude, là où le lièvre d’Europe n’a semble-t-il jamais été introduit ;
  3. lièvre variable (Lepus timidus), moins grand, plus rond (presque aussi rond qu'un lapin de garenne) et surtout devenant blanc en hiver (nord de l’Europe, Irlande, Écosse et Alpes)[3] ;
  4. lièvre des Monts Cantabriques, ou lièvre des genêts, (Lepus castroviejoi), proches du Lepus corsicanus, rare et uniquement présent dans les hauteurs de la cordillère Cantabrique (Espagne)[3] ;
  5. lièvre de la Méditerranée (Lepus capensis mediterraneus), très petit et typique des milieux semi-arides nord-africains et du Nord et du Moyen-Orient, mais aussi présent en Sardaigne[3].

Dimorphisme sexuel[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de dimorphisme sexuel et l'identification des sexes est difficile même en ayant l'animal en main[4]. Mais les comportements permettent de distinguer mâles et femelles en période de reproduction.

Croissance et durée de vie[modifier | modifier le code]

Les jeunes grandissent rapidement, et dès l'âge de deux mois, il est difficile de distinguer les jeunes de l’année des adultes[4].

Un poids moyen de 2,5 kg est atteint à l'âge de 2 mois et demi, soit à peu près le poids d'un adulte chétif.
A 4 mois le jeune lièvre approche la taille et le poids d'un adulte moyen ou le dépasse (jusqu'à 4 kg). Ni le poids, ni la taille sont donc de bons critères pour identifier les jeunes de l'année dans un tableau de chasse[3]. Le lièvre d'Europe vit environ 10 ans.

Méthode de détermination de l'âge[modifier | modifier le code]

  • Les spécialistes évaluent l'âge d'un lièvre fraichement mort en pesant son cristallin (après dessiccation de l'œil dans une solution de formol puis passage à l'étuve). Une abaque permet d’estimer l’âge à 2-3 semaines près pour les individus de moins de 3 mois, et avec une précision de 6 semaines jusqu'à l'âge de 5 à 6 mois, puis avec une précision de 4 mois environ pour des lièvres âgés de 1 ans et de 18 mois pour ceux qui dont de 1 à 3 ans. Ceci permet lors d'études démographiques ou écoépidémiologiques parmi les animaux trouvés tués par des voitures, empoisonnés ou tués à la chasse de déterminer le taux de jeunes et d'animaux nés les années précédentes (adultes)[3].
  • Une autre méthode est la mesure du cartilage de conjugaison de la face externe de la base du cubitus de l'animal mort. À cet endroit, le cartilage forme une excroissance qui diminue peu à peu jusque vers l'âge de 6 mois. La classe d'âge des individus de moins de 6 ou 7 mois peut ainsi être identifiée parmi les lièvres plus âgés[3].

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit principalement des parties vertes de diverses plantes herbacées, et en particulier des graminées, dans les prairies naturelles, zones humides, dans les champs (les céréales en herbe de l'automne au printemps, comme le blé d'hiver), et dans les banquettes herbeuses des bordures de parcelles. Il consomme aussi les adventices des cultures (celles qui poussent rapidement entre les chaumes après la moisson en même temps que les repousses des plantes cultivées). Il ne consomme parfois que les parties les plus nutritives comme les jeunes pousses et les boutons floraux.

Il mange aussi des fruits, graines et racines (betteraves notamment) ou des plantules d'arbres et arbustes, notamment en période d'enneigement. Il consomme parfois les jeunes plants de vigne[3].

En période sèches, il peut se rabattre sur des plantes cultivées riches en eau, telles que les pousses de tournesol ou d'asperge. Il peut se passer d'eau, la rosée et l'eau des végétaux lui suffisent[3].

Dans un groupe, les individus dominants peuvent avoir un accès privilégié à la nourriture[5].

Comportement[modifier | modifier le code]

Le combat des mâles appelé « bouquinage ».

Les lièvres sont très sociables, mais avec une hiérarchie plus marquée lors de l'alimentation[6] et au moment de la reproduction.
Ils montrent une préférence pour certains types de paysages ou d'éléments paysagers, éventuellement en zone d'agriculture intensive[7], et y sont alors plutôt grégaires, sans comportement de défense du territoire. La plupart des jeunes ne se dispersent pas loin, ils se choisissent un territoire qui est rarement éloigné de plus de 2 km de leur lieu de naissance. Quelques individus "disperseurs" sont retrouvés jusqu'à 9 km de leur lieu de naissance[8].

Leur domaine vital n'atteint généralement pas 2 km2. Mais il peut varier de moins de 0,5 à plus de 4 km2 selon les individus et la ressource alimentaire[3].

Le lièvre est plutôt lucifuge ; c'est-à-dire qu'il vit surtout la nuit, où il part se nourrir, par groupes de 2 à 6 individus (parfois jusqu'à une quinzaine[3]). Il pourrait donc peut-être souffrir de la dégradation générale de l'environnement nocturne et de la pollution lumineuse, mais ceci ne semble pas encore avoir fait l'objet d'études.

Le parade nuptiale est collective. Les naturalistes parlent de « bouquinage » pour décrire les combats entre lièvres à cette époque[3].

Après la reproduction et l'élevage des jeunes, les levrauts se dispersent rapidement.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La maturité sexuelle est acquise dès 3 ou 4 mois. La reproduction débute en décembre, avec des naissances se succédant potentiellement de fin janvier à début octobre de l'année suivante.

La gestation ne dure que 41 jours. Deux portées peuvent se succéder voire se chevaucher (en 37-38 jours), phénomène dit superfœtation. Ceci permet à une femelle de produire 5 portées par an, en 6 mois seulement (des derniers jours de janvier à début octobre). En France, selon l'ONCFS, 13 jeunes sont en moyenne produits par femelle reproductrice chaque année, mais ce chiffre peut fortement varier dans certains contextes. Une portée contient de 1 à 3 levrauts et rarement 4 ou 5 (2,6 en moyenne par femelle en France). C'est moins que chez le lapin ou d'autres animaux comparables, mais ces levrauts sont précoces. Nés couverts d'une fourrure dense, ils sont thermorégulés et bien camouflés au sol. Sevrés à 3 ou 5 semaines ils sont rapidement totalement autonomes[3].

Répartition[modifier | modifier le code]

Planisphère de couleur grise représentant en brun la répartition d'origine du lièvre d'Europe dans le monde (Ouest de l'Asie et Europe) et en rouge les zones d'introductions (zone des Grands Lacs américains, cône Sud, Grande-Bretagne, Sud de la Suède, Crète, Est de l'Australie, Tasmanie et Nouvelle-Zélande).
Carte de l'aire de répartition du Lièvre d'Europe.

Le lièvre d'Europe est originaire d'Eurasie occidentale, depuis l'ouest de la France jusqu'à l'Altaï en Asie centrale, et du nord du Moyen-Orient jusqu'à la Finlande. En Europe occidentale il est absent de la majeure partie de la péninsule ibérique (où il est remplacé par le lièvre ibérique). Il était à l'origine absent des iles Britanniques et de la péninsule Scandinave mais il y a été introduit.

Il fut introduit également en Amérique du Nord aux États-Unis dans l'État de New York en 1893 et au Canada dans la province de l'Ontario en 1912[9], mais aussi en Argentine, au Chili, en Nouvelle-Zélande, en Australie et dans certaines régions de l'Afrique[9].

Habitat[modifier | modifier le code]

Cette espèce est vraisemblablement originaire de la steppe eurasiatique. Elle se serait répandue en Europe occidentale principalement grâce aux déboisements effectués par l'Homme à partir du Néolithique, qui ont créé des milieux ouverts (les champs et les prairies pastorales) qui lui sont favorables. Les forêts qui couvraient l'Europe avant cette période lui étaient défavorables[10].

C'est un spécialiste des milieux ouverts et dégagés à végétation herbacée: les prairies aussi bien sèches que humides et les champs cultivés. Il est cependant très plastique et très peu exigeant sur les autres paramètres de l'habitat. On le trouve dans les marais, les vastes pâturages pastoraux extensifs secs (causses), les landes à bruyères, les garrigues, les champs cultivés, les vergers et les vignes, les steppes et jusqu'aux zones semi-désertiques d'Asie centrale, mais aussi les clairières et les lisières des bois et parfois dans les forêts claires à végétation herbeuse au sol. Il tend cependant à éviter les zones entièrement vouées à l'herbage intensif permanent, car la structure très basse et la couleur uniformément verte toute l'année de l'herbe des pâtures tondues par les bovins ou les moutons ne conviennent guère à sa stratégie mimétique (la couleur de son pelage), notamment en période de reproduction (les jeunes sont très vulnérables aux prédateurs), et il est donc moins abondant dans les régions de bocage.

Il est l'une des rares espèces à pouvoir s'adapter aux zones d'agriculture intensive au paysage complètement ouvert ou presque, où il est plus abondant qu'ailleurs (en France, la Flandre, l'Artois, la Picardie, la Champagne, la Beauce, le Berry, font partie des régions où il est le plus abondant). Il est présent notamment là où sont cultivées des céréales d'hiver, qui lui fournissent une nourriture herbacée de qualité durant toute la mauvaise saison au lieu d'une terre nue, favorisant de hautes densités de lièvres au km², mais aussi des cultures de plantes sarclées. À défaut la présence de bandes enherbées, de banquettes herbeuses des bordures ou de prairies intercalaires, favorise sa subsistance. Malgré sa grande tolérance et sa préférence nette pour les grands espaces de monoculture, une homogénéisation excessive des cultures sur d'immenses surfaces et certains changements de pratiques agricoles peuvent dans certains cas finir par lui devenir défavorables.

Interaction écologique[modifier | modifier le code]

Facteurs de régression[modifier | modifier le code]

Le lièvre est une espèce très commune dans les campagnes européennes et l'un des petits gibiers les plus recherchés par les chasseurs. Il a cependant connu une forte diminution de ses effectifs entre les années 1960 et 1980, puis une stabilisation voir une remonté assez forte dans certaines régions, puis de nouvelles diminutions à partir des années 1990 par endroits. Il y a cependant de fortes disparités régionales dans ces fluctuations, et les causes semblent multiples et souvent mal comprises, difficiles à hiérarchiser. Cela provoque périodiquement des inquiétudes chez les écologistes, les chasseurs et les biologistes. Mais actuellement on ne peut pas considérer l'espèce comme en danger, elle reste localement abondante, mais rare ailleurs, et demeure toujours un des gibiers les plus chassés[10].

La prédation, les parasitoses et les maladies sont les facteurs normaux de contrôle démographiques, avec des impacts ponctuels et locaux parfois alarmants sur les populations, mais qui n'expliquent pas la « forte mortalité supplémentaire »[11] constatée depuis les années 1960 et qui « n'ont probablement pas d'influence sur la tendance de la population à long terme »[11]. De même, une mauvaise gestion cynégétique (trop de chasse), constitue une cause de régression seulement localement et temporairement, étant donné que la pression de chasse varie localement.

Le lièvre a décliné en effet de manière « spectaculaire »[12] dans de nombreuses régions d'Europe de l'Ouest à partir des années 1960, pour des causes probablement multiples[11]. En France, selon l'ONCFS, la dynamique de population de cette espèce est préoccupante. Il est en régression depuis la fin des années 1990 « sans que l'on puisse identifier avec certitude les raisons de ce recul »[4].

On a beaucoup avancé comme causes principales les remembrements, le recul des prairies et des zones humides, ainsi que l'artificialisation et l'homogénéisation des paysages agricoles[13], ce qui aurait privé le lièvre d'une partie de ses habitats[14]. Cependant, rien n'est venu prouver que de tels facteurs auraient une influence sur la baisse des populations de lièvres. Car bien au contraire, c'est dans les régions de vastes monocultures intensives qu'il reste de loin plus abondant qu'ailleurs, comme en Beauce ou en Artois entre autres. Car ces paysages d'agriculture intensive correspondent en réalité à l'habitat idéal pour cette espèce très spécialisée des milieux ouverts et homogènes, et il parvient encore à y trouver sa nourriture. Les chercheurs abandonnent donc aujourd'hui cette piste[10]. La nourriture verte peut temporairement devenir rare en été dans les monocultures trop vastes et homogènes, du fait de la disparition de nombreuses plantes adventices des cultures et des bordures par l'utilisation des herbicides, ayant fait disparaitre une partie de sa ressource alimentaire. Mais il est rare que les monocultures atteignent une homogénéité si extrême qu'il ne puisse pas trouver de nourriture dans les parages en cette saison, car il se déplace facilement si nécessaire. De plus, il ne semble pas souffrir directement des pesticides dans ces régions actuellement (du moins, on a pas pu le démontrer, bien que cela pourrait éventuellement avoir été une cause importante dans les décennies passées).

C'est plutôt la spécialisation dans l'élevage de certaines régions, avec soit la généralisation des herbages, ou soit le remplacement des parcelles de céréaliculture par des cultures fourragères (le maïs notamment, mais aussi les prairies artificielles trop régulièrement fauchées qui ne lui conviennent pas), qui explique la diminution des effectifs de lièvres dans ces régions (ce serait notamment le cas en Suisse et en Bretagne par exemple), alors que le paysage y reste plus diversifié qu'ailleurs. Dans d'autres régions c'est la déprise agricole qui est la principale cause de sa disparition, du fait des reboisements (ces régions redeviennent en fait plus naturelles) avec des zones agricoles devenues trop petites et isolées pour le lièvre.

À la suite des modifications du paysage agricole du XXe siècle, qui a vu le renforcement des spécialisations régionales dans les productions, on peut dire aujourd'hui que les populations les plus florissantes de lièvre d'Europe se concentrent désormais principalement dans des zones où l'agriculture est la plus intensive, simplement parce que c'est là que les paysages ouverts avec de vastes espaces interconnectés de céréaliculture persistent et même se généralisent, alors qu'il est devenu plus rare ailleurs. Dans cet habitat, on peut considérer le lièvre comme l'une des espèces la plus tolérantes qui soient aux pratiques de l'agriculture moderne, adaptation que très peu d'espèces sont parvenues à acquérir (l'écologie du lièvre le rendait préalablement adapté à ce milieu). C'est donc dans ces zones que sa conservation doit être prise en compte dans les pratiques agricoles dont il est dépendant. Des mesures simples et peu couteuses peuvent le favoriser, d'autant qu'il n'est pas considéré comme un ravageur potentiel des cultures à la différence du lapin de garenne, et que sa présence est au contraire très appréciée en tant que gibier.

Aujourd’hui, la maladie est la première cause de mortalité des levrauts, devant la prédation, la chasse, le braconnage et les collisions avec des véhicules.

Les maladies du lièvre[modifier | modifier le code]

Le lièvre européen est notamment infecté par :

Ecoépidémiologie[modifier | modifier le code]

Le manque de prédateurs variés et spécialisés (souvent inféodés à des structures écopaysagères en régression telles que lisières forestières, zones humides, les haies, bosquets, arbres-perchoirs, zones à forte naturalité) pourrait faciliter la diffusion et persistance de ses maladies, le prédateur naturel consommant généralement d'abord les animaux malades en limitant les risques d'épidémies.

Les élevages et leurs conditions de promiscuité et d'absence de sélection naturelle pourraient parfois être source de dispersion de virus mutants. En 2010, un virus hémorragique génétiquement nettement différent des autres a été repéré dans des élevages, puis chez certaines populations de lièvre sauvage qu'il a décimé dans le Nord de la France. Des syndromes oculaires évoquant la myxomatose sont également sporadiquement détectés chez le lièvre (en 2010, on ne savait pas encore s'il s'agissait exactement du même virus que celui qui infecte le lapin[17]).

La chasse est également une cause de mortalité, notamment pour les animaux en phase de transit vers un nouveau territoire[1].
Le braconnage l'est aussi parfois (Par exemple, pour 60% des cas identifiés de mort chez soixante lièvres suivis par Radio-tracking durant 4 ans (de novembre 2005 à novembre 2009) dans le centre de la Pologne, 13 % ont été tués par des braconniers, ce qui est deux fois plus que la mortalité par roadkill (7%)[18]. Ce chiffre est peut-être sous-estimé car les braconniers détruisent les radioémetteurs des lièvres qu'ils capturent, et 40% des causes de mortalités n'ont pu être identifiées lors de cette étude)[18].

Classification[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1778 par le zoologiste allemand Pallas (1741-1811). Elle est classée par plusieurs auteurs[19] dans le sous-genre Eulagus[20].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (1 décembre 2014)[21] :

  • sous-espèce Lepus europaeus caspicus Hemprich & Erhenberg, 1832
  • sous-espèce Lepus europaeus connori Robinson, 1918
  • sous-espèce Lepus europaeus creticus Barrett-Hamilton, 1903
  • sous-espèce Lepus europaeus cyprius Barrett-Hamilton, 1903
  • sous-espèce Lepus europaeus cyrensis Satunin, 1905
  • sous-espèce Lepus europaeus europaeus Pallas, 1778
  • sous-espèce Lepus europaeus hybridus Desmarest, 1822
  • sous-espèce Lepus europaeus judeae Gray, 1867
  • sous-espèce Lepus europaeus karpathorum Hilzheimer, 1906
  • sous-espèce Lepus europaeus medius Nilsson, 1820
  • sous-espèce Lepus europaeus occidentalis de Winton, 1898
  • sous-espèce Lepus europaeus parnassius Miller, 1903
  • sous-espèce Lepus europaeus ponticus Ognev, 1929
  • sous-espèce Lepus europaeus rhodius Festa, 1914
  • sous-espèce Lepus europaeus syriacus Hemprich & Ehrenberg, 1832
  • sous-espèce Lepus europaeus transsylvanicus Matschie, 1901

Le lièvre d'Europe et l'homme[modifier | modifier le code]

Protection de l'espèce[modifier | modifier le code]

État des populations, menaces[modifier | modifier le code]

Si le lièvre a beaucoup régressé, et que sa situation est préoccupante dans certaines régions, il est encore plus ou moins abondant dans de nombreuses régions, et il reste l'un des gibiers les plus chassés de France.

Les facteurs de régression semblent multiples (généralisation de l'usage des pesticides et autres changements agricoles[22], pression de chasse[1], dégradation (dès l'Après-guerre en Europe de l'Ouest[23]), destruction ou fragmentation écopaysagère des paysages agricoles[24], épidémies (et peut-être pollution lumineuse ?). Les causes sont encore mal connus et mal hiérarchisés.

Statut juridique[modifier | modifier le code]

C'est une espèce gibier, bien que localement éteinte ou menacée.

Il peut faire l'objet de mesures réglementaires et de plans de gestion. Localement, il a été réintroduit ou on a tenté de le faire pour repeupler certaines zones en animaux pour la chasse[25].

Mesures de gestion[modifier | modifier le code]

De nature cynégétique et/ou naturaliste, la gestion de populations de lièvres a deux objectifs, qui peuvent être contradictoires ;

  1. augmenter les populations et la densité d'individus car l'espèce est en régression
  2. contrôler ou limiter les populations là où elles sont jugées indésirables pour l'agriculture, bien que cette espèce à densités de populations relativement faibles, et à large rayon d'action diffus, fasse beaucoup moins de dégâts que le lapin [3].

Études et recherche[modifier | modifier le code]

De nombreuses études ont porté sur cette espèce, notamment pour tenter de comprendre pourquoi elle a régressé si vite et dans toute l'Europe de l'Ouest, et pourquoi les opérations de réintroduction étaient souvent des échecs à court ou moyen terme (ce qui n'est pas propre à cette seule espèce[26]).

L'un des meilleurs moyens de le suivre dans ses déplacements (ou tanières) et le radiotracking[27]. Une autre technique de suivi de population et de dispersion d'individus est la méthode Capture-marquage-recapture[28]. Des analyses génétiques peuvent aussi être utilisées.

Selon le CNERA, méthodes de suivi des lagomorphes donnent des indices d'abondance plus précis pour le lièvre que pour le lapin mais « aucune méthode d’estimation avant chasse du succès de la reproduction n’est disponible, ce qui complique la gestion des prélèvements cynégétiques et suppose encore des phases de recherche ou de tests. L’étude de la dynamique spatio-temporelle des populations de ces espèces est le thème principal des travaux du CNERA, en particulier en relation avec les maladies virales qui les touchent (myxomatose, RHD et EBHS) »[29].

On teste aussi depuis peu une méthode de mesure de l’« âge-ratio » des animaux prélevés à la chasse par radiographie des pattes. Cette méthode permettrait aussi d'éviter d'avoir à tuer l'animal pour déterminer son âge et éventuellement de donner des indices sur le saturnisme animal chez les lièvres vivant en zone à risque de pollution par le plomb).

Élevage[modifier | modifier le code]

Cette espèce fait depuis longtemps l'objet d'élevage qui produisaient de la viande et des peaux/fourrures. Il se pratique en cages et/ou parcs au sol. Dans les élevages le levraut commence à s'alimenter dès deux semaines alors que la lactation diminue chez la mère. Le sevrage est accompli vers 3 à 4 semaines (le levraut pesant alors de 600 grammes à 1 kg et il pèsera environ 1,5 kg à l'âge de deux mois.

Depuis la régression du lièvre, les animaux d'élevage servent surtout à faire des réintroductions de gibier pour les chasseurs.

Élevage en France : Il existe en France un organisme syndical regroupant les professionnels de cet élevage, la Fédération des éleveurs de lièvres de France (FELF), elle-même adhérente du Syndicat National des Producteurs de Gibier de Chasse, lui-même partie intégrante de la Confédération française de l'aviculture. Selon son site internet, la FELF regroupe en 2012 environ 40 éleveurs, produisant chaque année environ 30000 lièvres à partir d'environ 5000 couples de lièvres reproducteurs, soit un chiffre d'affaires de 15 millions de francs environ. Elle a édité des fiches conseils de repeuplement destinés aux sociétés de chasse (recommandant notamment de faire passer le lièvre par un parc de transition (ou de parc de pré lâcher) pour l'accoutumer à une vie sauvage avant de lui donner une totale liberté.

Débats sur le repeuplement artificiel (par réintroduction)[modifier | modifier le code]

Face à la forte régression de cette espèce (les prélèvements se sont effondrés de moitié en 15 ans (de 1983 à 1998) dans de nombreuses régions françaises[30]), de nombreux repeuplement ont été fait depuis la fin du XXe siècle[31].

Dans le monde cynégétique, comme dans le domaine de la pisciculture et de la pêche, à la suite du constat des nombreux échecs de repeuplements à fin de restaurer des populations de « petit gibier », constatés par les sociétés de chasse qui les ont pratiqué et par l'ONCFS [32], il existe un débat de fond sur l'intérêt des repeuplements et les risques qu'ils présentent.

Deux attitudes se dessinent face aux repeuplements :

  1. Certains biologistes, écologues, techniciens ou conseillers cynégétiques recommandant comme première priorité de d'abord lutter contre les facteurs de régression du lièvre, de limiter les tableaux de chasse quand et où il régresse et le temps de la reconstitution de populations normalement denses, et dans le même temps ou ensuite de restaurer les habitats, corridors biologiques et milieux refuges favorable à ce rongeur, afin d'en favoriser la dispersion et des échanges génétique normaux dans le cadre de la restauration d'une trame verte et bleue, et notamment en profitant des bandes enherbées imposées par la nouvelle Politique agricole commune. Ainsi, selon eux, les populations pourront s'y reconstituer spontanément, entretenues par la sélection naturelle (les animaux d'élevages étant génétiquement peu diversifiés et risquant d'introduire des maladies ou d'y être plus vulnérables), et sans pulluler ni être source de dégâts sur l'agriculture s'ils sont exposés à leurs prédateurs naturels.
  2. En 2013, les éleveurs de la FELF estiment de leur côté que les souches de lièvres qu'ils utilisent sont « bien adaptée au pays, prolifiques, et résistantes aux maladies » et que « remonter les populations de lièvres n'est pas une gageure comme sembleraient le croire certains défaitistes ou certains conseillers anti-repeuplement ou anti élevage ». Ils reconnaissent que « certains rapports sont négatifs » mais estiment que « d'autres lorsque les conditions sont réunies (qualité des lièvres et préparation du biotope d'accueil) sont positifs » avec selon eux des « taux de survie allant jusqu'à 60 voir 70 % trois mois après le lâcher »[33]. Selon le syndicat des éleveurs, le repeuplement doit idéalement se faire via un parc de pré lâcher construit en deux parties : « un parc d'adaptation et un grand parc »[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c ONCFS (2011), Impact de la dispersion et de la chasse sur la survie juvénile du lièvre d’Europe, Rapport scientifique 2011, PDF, p. 13, consulté 2013-05-23
  2. S.Aulagier, P.Haffner, A.J Mitchell-Jones, F. Moutou, J. Zima, Guide des mammifères d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, Delachaux & Niestlé, 2008, (ISBN 978-2-603-01505-6)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o ONCFS, Le Lièvre d’Europe, consulté 2015-05-23
  4. a, b et c Colloque Lièvre d’Europe, 15 et 16 mai à Troyes, coorganisé par l'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et divers organismes de représentation des chasseurs (FNC, la FRC FDC) et plusieurs collectivités]
  5. Lindlöf B (1978) Aggressive dominance rank in relation to feeding by European hare. Viltrevy 10:145–158
  6. Monaghan P, Metcalfe NB (1985) Group foraging in wild brown hares: effects of resource distribution and social status. Anim Behav 33:993–999
  7. Reitz F, Léonard Y (1994) Characteristics of European hare Lepus europaeus use of space in a French agricultural region of intensive farming. Acta Theriol 39:143–157
  8. Devillard S. & Bray Y. (2009). Assessing the effect on survival of natal dispersal using multistate capture-recapture models. Ecology 90: 2902-2912.
  9. a et b Mammifères du Québec et de l'est du Canada, p. 90-92
  10. a, b et c La fiche de l'espèce sur le site de l'ONCFS, consulté en 2017, [1]
  11. a, b et c Edwards PJ, Fletcher MR, Berny P. Review of the factors affecting the decline of the European brown hare, Lepus europaeus (Pallas, 1778) and the use of wildlife incident data to evaluate the significance of paraquat. Agric Ecosyst Environ. 2000;79:95–103. doi: 10.1016/S0167-8809(99)00153-X
  12. Thomas Reichlin . Erich Klansek . Klaus Hackländer Diet selection by hares (Lepus europaeus) in arable land and its implications for habitat management, Eur J Wildl Res (2006) 52: 109–118 ; DOI:10.1007/s10344-005-0013-3en ligne 2006-01-10
  13. Panek M, Kamieniarz R (1999) Relationships between density of brown hare Lepus europaeus and landscape structure in Poland in the years 1981–1995. Acta Theriol 44:67–75
  14. Lewandowski K, Nowakowski JJ (1993) Spatial distribution of brown hare Lepus europaeus populations in habitats of various types of agriculture. Acta Theriol 38:435–442
  15. Dr Esther van Praag Les lapins avec cornes existent-ils vraiment ? Fibromatose ; Medirabbit.com
  16. Le Gall-Reculé G., Zwingelstein F., Portejoie Y., Péroux R. & J.-S. Guitton (2007) Mise en évidence d’un nouveau génotype d’EBH SV suite à des mortalités inhabituelles de lièvres bruns dans l’est et le sud-est de la France à l’automne 2004. Virologie, 11: S72-S73
  17. ONCFS Communiqué de presse Maladies virales des Lapins et des lièvres ; Le point sur les épidémies de VHD (Viral Hemorrhagic Disease) et d'EBHS (European brown hare syndrome) de l'automne 2010
  18. a et b Magdalena Misiorowska et Michał Wasilewski (2012) Survival and causes of death among released brown hares (Lepus europaeus Pallas, 1778) in Central Poland ; Acta Theriol (Warsz). octobre 2012; 57(4): 305–312. En ligne 2012-05-02 ; Doi:10.1007/s13364-012-0081-1 PMCID:PMC3443339
  19. Averianov, 1998; Gromov and Baranova, 1981; Gureev, 1964
  20. Mammal Species of the World, consulté le 1 décembre 2014
  21. Catalogue of Life, consulté le 1 décembre 2014
  22. Tapper SC, Barnes RFW (1986) Influence of farming practice on the ecology of the brown hare (Lepus europaeus). J Appl Ecol 23:39–52
  23. Robinson RA, Sutherland WJ (2002) Post-war changes in arable farming and biodiversity in Great Britain. J Appl Ecol 39:157– 176
  24. Smith RK, Jennings NV, Harris S (2005) A quantitative analysis of the abundance and demography of European hares Lepus europaeus in relation to habitat type, intensity of agriculture and climate. Mamm Rev 35:1–24
  25. Angelici FM (1995) Ecologia della leper europea Lepus europaeusPallas 1778 nel Pre-Appennino Laziale. Analisi di individui immessi per il ripopolamento venatorio. PhD thesis, University of Rome ‘La Sapienza’, 68 pp (en Italien)
  26. Havet, P. & Biadi, F. 1990. Réintroductions et soutiens de populations d'espèces de petit gibier. Rev. Ecol. (Terre & Vie), suppl . no 5 : 261-289
  27. Angelici FM, Riga F, Boitani L, Luiselli L. (1999) Use of dens by radiotracked brown hares Lepus europaeus. Behav Process ;47:205–209. doi: 10.1016/S0376-6357(99)00064-9
  28. Benmergui M, Reitz F, Fiechter A. Taux de reprise et dispersion de lièvres (Lepus europaeus) sauvages d’Europe centrale relâchés dans l’Est de la France. Gibier Faune Sauvage. 1990;7:255–274.
  29. CNERA Les études du C.N.E.R.A. Petite Faune Sédentaire de Plaine , ONCFS, page mise à jour le 19/01/2010 et consultée 2013-05-25
  30. Péroux, R. 2000. Enquête nationale sur les tableaux de chasse à tir, saison 1998-1999. Le lièvre d'Europe. Faune Sauvage, Cahiers Techniques no 251 : 26-37
  31. Péroux, R. 1995. Le lièvre d'Europe. Bull. Mens. ONC no 204. 96 p.
  32. François Reitz, ONCFS, chef du CNERA Petite faune sédentaire de plaine, Repeuplement en petit gibier sédentaire de plaine : une ancienne problématique toujours d’actualité
  33. a et b Yves Mercier, Président de la FELF texte de présentation de la Fédération des éleveurs de lièvres de France, Revuegibieretchasse.fr, consulté 2015-05-25

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jacques Prescott et Pierre Richard, Mammifères du Québec et de l'est du Canada, Waterloo (Québec), Édition Michel Quintin, , 400 p. (ISBN 2-89435-270-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Angelici FM (1995) Ecologia della leper europea Lepus europaeusPallas 1778 nel Pre-Appennino Laziale. Analisi di individui immessi per il ripopolamento venatorio. PhD thesis, University of Rome ‘La Sapienza’, 68 pp
  • Avril A., Léonard Y., Letty J., Péroux R., Guitton J.S. & D. Pontier (2011) Natal dispersal of European hare in a high-density population. Mammalian Biology 76:148–156. – avril
  • A., Letty J., Pradel R., Léonard Y., Santin-Janin H. & D. Pontier (2009) A multi-event model to study stage-dependence dispersal in radio-collared hares : when hunting promotes costly transience. Ecology. – Devillard, S. & Bray, Y. 2009. Assessing the effect on survival of natal dispersal using multistate capture-recapture models. Ecology 90: 2902-2912
  • Guitton J.-S., Le Gall-Reculé G., Puech C., Zwingelstein F., Portejoie Y., Ruvoen-Clouet N. & M.-E. Terrier. (2007) Was a new EBHSV genotype responsible for unusual wild hares mortalities observed in south-eastern France during the fall 2004 ? Ecology and management of wildlife diseases conference, York: 42
  • ONCFS Communiqué de presse Maladies virales des Lapins et des lièvres ; Le point sur les épidémies de VHD (Viral Hemorrhagic Disease) et d'EBHS (European brown hare syndrome) de l'automne 2010
  • (de) Späth V (1989) Untersuchungen zur Populationsökologie des Feldhasen (Lepus europaeus Pallas) in der Oberrheinebene. PhD thesis, University of Freiburg, Freiburg im Breisgau
  • (en) Vaughan N, Lucas E-A, Harris S, White PCL (2003) Habitat associations of European hares Lepus europaeus in England and Wales: implications for farmland management. J Appl Ecol 40:163–175
  • (de) Zörner H (1977) Ergebnisse der Untersuchungen über die Ernährung des Feldhasen (Lepus europaeus) im Wildforschungsgebiet Hakel. Beitr Jagd Wildforsch 10:255–266
  • (de) Zörner H (1996) Der Feldhase. 2nd edn. Westarp Wissenschaften, Magdeburg

Bases taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Autres liens externes[modifier | modifier le code]