Lexique du français québécois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Français québécois.

Le lexique du français québécois est constitué de l'ensemble des mots, ou plus précisément des lemmes (unités lexicales autonomes) employés en français québécois ainsi que de toutes les sous-variétés qui le constituent : joual, magoua, chaouin, saguenéen, beauceron, etc.

Traditionnellement, les lexicographes québécois se sont efforcés de créer un rapprochement entre le français québécois et le français de France (cf. la liste d'ouvrages sur le français québécois), mais depuis quelques années, un courant de pensée en lexicographie promeut une division entre les deux variétés (cf. débat sur la norme du français québécois).

Histoire de la lexicographie québécoise[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Les premiers colons venus s'établir en Nouvelle-France venaient principalement du nord-ouest de France. Ils ont emmené leurs termes patois et leurs particularismes[1]. La Conquête provoque ensuite deux phénomènes importants : l'apparition d'anglicismes, favorisée par le contact avec les Anglais, et l'apparition de termes patois et populaires à l'écrit[2], favorisée par la dégradation du niveau de vie, l'exploitation des travailleurs francophones dans des milieux anglophones et le départ de l'élite vers la métropole. Les « Canadiens » (c'est-à-dire les francophones) n'ont plus beaucoup de contacts avec la France. Le temps fait son œuvre et commence à creuser un fossé entre la langue qu'on parle en Amérique et celle qu'on parle en Europe. Pour la première fois depuis presque cent ans, un navire français (La Capricieuse) vient dans l'ancienne colonie française au cours de l'été 1855.

Les Canadiens se montrent sensibles à la critique de certains voyageurs, qui décrivent la langue française du Canada comme pleine d'anglicismes et mal parlée. Certaines personnes donnent l'épithète de « French Canadian patois »[3] au français canadien. Pour épurer le langage, on se met alors à faire la chasse à l'anglicisme, mais aussi aux mots patois et aux termes populaires. Différents ouvrages sur la langue française au Canada apparaissent. La grande majorité d'entre eux sont normatifs. On essaie alors de faire aussi clairement que possible la distinction entre « canadianismes de bon aloi » et « canadianismes de mauvais aloi ».

Premiers dictionnaires sur la langue française au Canada[modifier | modifier le code]

Ouvrage Auteur Date de parution Normatif/
descriptif
Description
Néologie canadienne (dans Bulletin du parler français) Viger 1810 Descriptif Néologismes
Manuel des difficultés les plus communes de la langue française, adapté au jeune âge, et suivi d'un recueil de locutions vicieuses Thomas Maguire 1841 Normatif Régionalismes et anglicismes
Dictionnaire des barbarismes et des solécismes Narcisse Cyr ou Jean-Philippe Boucher-Belleville 1855 Normatif Régionalismes et anglicismes
Recueil des expressions vicieuses et des anglicismes les plus fréquents Jules Fabien Gingras 1860 Normatif Régionalismes et anglicismes
Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada[4] Oscar Dunn 1880 Normatif Régionalismes et anglicismes
Petit vocabulaire à l'usage des Canadiens-français Napoléon Caron 1880 Normatif
L'anglicisme, voilà l'ennemi ! Jules-Paul Tardivel 1880 Normatif Anglicismes
Dictionnaire des locutions vicieuses du Canada J.-A. Manseau 1881 Normatif
Dictionnaire canadien-français Sylva Clapin 1894 Descriptif
Dictionnaire de nos fautes contre la langue française Raoul Rinfret 1896 Normatif
En garde : Termes anglais et anglicismes ! Étienne Blanchard 1912 Normatif Anglicismes
Le parler populaire des Canadiens français Narcisse-Eutrope Dionne 1909 Normatif Régionalismes et anglicismes
Ne pas dire mais dire. Inventaire de nos fautes les plus usuelles contre le bon langage Sylva Clapin 1913 Normatif
Zigzags autour de nos parlers[5] (trois séries) Louis-Philippe Geoffrion 1924-1927 Descriptif
Glossaire du parler français au Canada[6] Société du parler français au Canada 1930 Descriptif Français du Québec
Dictionnaire général de la langue française au Canada Louis-Alexandre Bélisle 1954 Normatif Régionalismes et anglicismes
Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada[7] Gérard Dagenais 1984 Normatif Régionalismes et anglicismes

Dictionnaires différentiels modernes[modifier | modifier le code]

Ces dictionnaires ont une nomenclature focalisée sur les mots et les sens qui ne sont pas partagés avec le français de référence (celui qui est décrit dans les ouvrages de référence publiés en France).

Nom Principal auteur Parution
Dictionnaire de la langue québécoise Léandre Bergeron 1980
Dictionnaire des canadianismes Gaston Dulong 1999
Dictionnaire historique du français québécois Claude Poirier et équipe du TLFQ 1998
Dictionnaire québécois-français Lionel Meney 1999

Dictionnaires non différentiels[modifier | modifier le code]

Il s'agit de dictionnaires généraux de la langue française telle qu'utilisée au Québec. Ce sont des ouvrages collectifs impliquant des équipes importantes. Ces dictionnaires incluent aussi dans leur nomenclature les acadianismes, francismes, belgicismes et helvétismes les plus courants, que les Québécois sont susceptibles de rencontrer dans des textes de source étrangère.

Nom Direction Parution Québécismes ou francismes marqués?
Dictionnaire du français plus Claude Poirier 1988 Francismes uniquement
Dictionnaire québécois d'aujourd'hui Jean-Claude Boulanger 1992, 1993 Francismes uniquement
Dictionnaire de la langue française (Franqus) Hélène Cajolet-Laganière
Pierre Martel
Chantal-Édith Masson
Version préliminaire en ligne depuis 2009; édition imprimée définitive à paraître Québécismes et francismes

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

Nom Auteur Date(s) de parution Québécismes ou francismes marqués?
Multidictionnaire de la langue française (dictionnaire de difficultés de la langue française) Marie-Éva de Villers 1988, 1997, 2003, 2009 québécismes
Antidote (logiciel d'aide à la rédaction) Druide informatique 1996, 1998, 1999, 2001, 2003, 2006, 2009 québécismes et francismes

Petit lexique différentiel[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant fait le bilan de quelques différences lexicales entre le français québécois et le français européen. À noter que certaines de ces différences ne relèvent pas seulement des registres parlé ou familier ; bon nombre de mots québécois tels que achalandage ou clavardage s’emploient également à l’écrit. Tous ces mots ne se limitent pas forcément au français québécois, certains étant aussi courants en français acadien, par exemple.

On trouvera dans le Wiktionnaire une nomenclature exhaustive et mots et expressions typiques du Québec.

Mot québécois Équivalent scolaire ou européen Commentaires ou exemples
A /a/ 1. « elle » pronom sujet
2. Univerbation de « elle a »
« Catherine ? A va travailler à matin !
— Catherine, à pas répond[8] quand que j'ai frappé à porte. »
(forme verbale seulement)
Abreuvoir, buvette Fontaine (pour boire) En Europe, l’abreuvoir n'est utilisé que pour les animaux, tandis qu’au Québec, la fontaine désigne uniquement un bassin d'eau ornemental.
Abrier 1- Se recouvrir d'une couverture ou de literie.

2- Mettre des vêtements chaud (sens assez rare de nos jours)

3- Mettre une housse sur des objets

4- Dissimuler (un fait, la vérité)

5- Défendre quelqu'un (une couverture, garder les arrières)

Accoutumance Habitude, manie
Accroire (faire) Croire (faire) D'un français archaïque très peu utilisé en France, mais encore très vivant au Canada.
Congestion Trafic, embouteillage, circulation peu fluide
Adon Hasard, occasion, coïncidence « Quel adon ! Elle a le même nom que moi. » Provient de l'ancien français, alors qu'il signifiait « don, cadeau ».
Adonner (s’) 1- Présenter des circonstances favorables à, convenir

2- Bien s'entendre avec quelqu'un

3- Pratiquer un sport ou une activité de loisir, vaquer

« Ça adonne que j'avais justement ce qu'il fallait » et « Ça s'adonne que j'avais justement ce qu'il fallait » sont entièrement analogues. Cette forme impersonnelle (tout comme rien d'autre ne peut neiger que « il », sous cette forme, rien d'autre ne peut adonner que « ça »), lorsqu'elle est suivie d'un subjonctif, signifie « présenter un adon (voir ci-dessus), une occasion ». Le pronom « s' » n'a aucune influence sur le sens. Les autres pronoms, tels que « m' » et « lui », par contre, autorisent d'autres sujets que « ça » (« Ce changement de programme m'adonne ») et changent le sens en « convenir »

« Je suis contant, nos enfants s'adonnent bien ensemble.»

Achaler Harceler, ennuyer, lasser qqn, déranger, importuner, contrarier, etc. Désigne une forme modérée de harcèlement (a un sens euphémique par rapport à ce dernier mot.) « Je te donne ton argent, mais arrête de m’achaler ! » - Le meilleur exemple est celui des moustiques qui nous rôdent autour de la tête: « Les maringouins sont achalants à soir (ce soir) »
Achalandage 1- clientèle d'un magasin ; ensemble des personnes fréquentant ou visitant un lieu

2- en parlant d'un lieu, fait d'être fréquenté, achalandé

3- Trafic routier,

« L'achalandage de mon site Web a battu un record aujourd'hui. » Achalandage ne désigne pas forcément du trafic et peut désigner le niveau auquel une personne, un objet est accaparé, utilisé, mis à contribution. La nuance est légère mais présente.
Agrès 1- Un accoutrement hors normes

2- Une personne sans savoir vivre

3- Un équipement pour la pêche

Amancher (s’)

Amancher

Arranger (s’), Habiller (s'),

emmancher, joindre ensemble, fixer ensemble des objets

« Comment qu't'es amanché, toé ? » / Amancher peut aussi être utilisé pour dire qu'une personne à des problèmes « Chus mal amanché. »

«Amancher le le balai» - Fixer la brosse du balai à son manche (voir la définition d'emmancher).

Arachide Cacahuète Au Québec le mot « arachide » désigne aussi bien la graine comestible de la légumineuse que la plante toute entière.
Arrêt (-stop) Stop, halte (panneaux routiers) Au Québec, il est inscrit sur les panneaux routiers « ARRÊT » depuis 1988 ; auparavant, l’inscription bilingue « ARRÊT - STOP » était présente, succédant elle-même à « STOP ». Découlant de cette succession de panneaux, les termes « arrêt » (formel), « stop » (familier seulement, contrairement à la France) et « arrêt-stop » (vieilli) sont utilisés les uns comme les autres au Québec.
Assir Asseoir
Astheure

ou

À c't'heure

Maintenant, désormais, à partir de maintenant Vient de la contraction d'une expression française archaïque « à cette heure,» mais toujours vivante au Canada.
Atchoumer Éternuer
Avant-midi Matinée, matin « On a une réunion en/cet avant-midi ». Ce terme, utilisé en opposition avec « après-midi », a un sens plus large que « matin » au Québec, le premier désignant la période séparant le lever du soleil de midi et le matin se terminant au moment de la journée où les activités de la journée sont bien en route (donc vers 9 h)[9].
Aubaine Bonne affaire, opportunité, promotion « C’est une aubaine à ne pas laisser passer ! » Une aubaine ne désigne pas un simple rabais ou une promotion ; il s'agit forcément d'une excellente affaire.
Au ras (de)

ou

À ras (de)

1- Vers (orientation)

2- À côté (de), à proximité (de)

Expression française archaïque toujours employée au Québec et très fréquente. Les Québécois omettent souvent le « de,» exemple : « Au ras moé » signifie : « à côté de moi » ou « près de moi.»
Ayoye! Aïe! ouille!
Babillard Tableau d'affichage (souvent en liège)
balado (fichier) baladodiffusion Podcast, podcasting Fichier audio ou vidéo que l'on peut consulter avec son baladeur numérique. C'est une francisation contestée du terme anglais.
Balance Pèse personne
Balayeuse Aspirateur domestique
Barbo

Ou

Barbeau

1- Barbouillage, gribouillage

2- Hanneton

Bâdrer 1-Ennuyer, déranger, tourmenter, incommoder, achaler, embêter, harceler, tracasser

2- se donner la peine (souvent à la négative)

De l'anglais « bother »

Ex. : « Bâdre-toé pas avec ça » qui signifie « ne t'en donne pas la peine ».

Bardasser 1- L'acte de chahuter, de bousculer quelqu'un ou quelque chose

2- L'acte de faire du tapage

3- L'acte de manifester son mécontentement ou sa mauvaise humeur.

Barniques Lunettes Du vieux français « bernicles,» qu'on entend encore quelques fois en Belgique.
Banc de neige Congère (Usage interdit au Québec, parce qu'inconnu), remblai de neige Utilisé pour désigner ce qu'en Europe on appelle une « congère », qui est un amas de neige produit par le vent, le « banc de neige » désigne aussi ce que l'on voit rarement en France, soit un amas de neige (il peut être modeste ou gigantesque) résultant du travail de la machinerie lourde pour dégager les routes enneigées.
Batterie Une pile
Bargainer, barguiner, barguigner dealer Marchander, négocier « Bargainer » vient de l'anglais « bargain » ou « deal ». Cependant, le terme « bargain » vient de l'ancien français « barguiner ». Ce mot tient uniquement de l'usage familier et on y préfère généralement, même dans ce cas, le mot « négocier » ou « marchander ».
Barouette Brouette Déformation du vieux français « beroue » qui vient du latin « barola » (véhicule à deux roues).
Barrer Verrouiller, fermer à clé Exemple : Barrer une porte : (fermer à clé). Encore couramment utilisé en France, en Vendée-Poitou dans le même sens qu’au Québec.
Utilisé en Europe pour « rue barrée », également utilisé au Québec. Provient de l'ancienne façon de verrouiller une porte qui consistait à installer une lourde barre de bois en travers de celle-ci entre deux crochets situés de part et d'autre du cadre de porte de façon à l'empêcher de s'ouvrir.
Bas (des) Chaussettes
Bazou Tacot Désigne généralement une vieille voiture en délabrement ou, parfois, une voiture de mauvaise qualité.
Bébelle Jouet, babioles, gadgets, objets sans valeurs, certains bijoux de piercings Viendrait de baubel, qui en ancien français du XIIIe siècle signifiait « jouet (d'enfant) »[10].

C'est une déformation du mot anglais « barbell » quand on l'utilise dans le sens d'un bijou de perçage.

Bécosses Latrines, toilettes, chiottes De l'anglais « Backhouse,»

Ex. : « Le boss des bécosses » où les bécosses imagent le trône malpropre et pittoresque et le mot « boss » qui signifie chef ou patron. L'expression réfère à une personne qui aime gérer les autres et qui s'ingère dans tout.

Beigne (n.m.) traduit l'anglais doughnut Au Québec, il y a une distinction entre un « beigne » et un « beignet ». Ne pas confondre avec beigne au féminin, au sens de « gifle », qui n'est pas utilisé au Québec.
(Être, avoir l’air) bête (Être, avoir l'air) désagréable, impoli « Avoir l’air bête » : avoir l’air fâché, désagréable. « Être bête » : être désagréable et sec, fermé. Encore utilisé en France, quoique moins communément, notamment dans l’ouest du pays. En France, l'expression signifie le plus souvent « avoir l'air sot ».
Bibite/Bibitte et parfois Bébitte (langage familier)

Déformation de « Bébête »

Bébête, petite bête, insecte,

Insecte ou maladie transmise sexuellement.

Attention: En Louisiane, lorsqu'on parle d'une « bibitte », il est question de la partie visible de l'organe reproducteur masculin. Par conséquent, un Québécois inaccoutumé au climat tropical et surpris par le grand nombre des gros insectes rencontrés en visite en Louisiane, devrait éviter de dire: « Vous avez des grosses bibittes icitte ! »
Bicycle

ou

Bécycle

Bicyclette, motocyclette, mobylette, scooter
Bienvenue De rien, pas de quoi, il n’y a pas de quoi Il est d'emploi courant au Québec, surtout à Montréal, c'est un calque de l'anglais « You're welcome », « Je te/vous en prie ». Il est aussi utilisé dans son sens premier.
Blé d'inde Maïs Le terme blé d'inde date de l'époque où l'Amérique était nommée « Inde occidentale.»
Bleuet Un fruit bleu qui ressemble à une myrtille. Non pas la fleur.
Blonde Petite amie, petite copine Dans le sens de la vieille chanson française Auprès de ma blonde [qu'il fait bon, fait bon, fait bon...], « Hier, j'ai offert un repas romantique à ma blonde. » Ce terme désigne tant une fréquentation amoureuse frivole qu'une conjointe de fait ou une mère de famille sans mariage.

Le mot blonde est usité avec les expression « brune » et « noire » chez certaines personnes âgées, car à l'époque, on désignait sa copine par sa couleur de cheveux.

Bobettes Caleçon, boxers (parfois), culotte
Boboche Bâclé, minable « Le spectacle que j'ai vu hier soir était boboche ». Ce terme n'est pas répandu dans tout le Québec.
Boisson Boisson alcoolisée L'expression « Être en boisson » signifie par extension « Être ivre ». L'utilisation du terme « boisson » pour désigner une boisson en général est connue mais minoritaire par rapport à celle d'alcool.
Bonjour Bon après-midi, bonsoir Au Québec, Bonjour s'utilise souvent sans donner importance au moment du jour, bien que bonsoir s'utilise aussi, mais moins systématiquement qu'en France.
Bon matin Bonjour Quoique de plus en plus commun en Europe, le terme est un anglicisme ayant transigé par le Canada avant de se rependre sur le vieux continent.
Boucane (substantif) / Boucaner (verbe) Fumée (substantif) / Dégager de la fumée (verbe) « Il y avait une boucane épaisse et étouffante dans ma maison en feu. / Les cendres du feu de camp boucanaient encore quand nous sommes partis » Ces mots appartiennent exclusivement au langage familier. De nos jours, on n'entend plus dire « boucaner » dans le sens archaïque de fumer la cigarette ou la pipe. On dit se faire boucaner ou se faire emboucaner lorsqu'on étouffe sous la fumée d'un groupe de fumeurs ou d'un feu de camp. De nos jours, le bon usage dicte que l'on boucane la viande ou le poisson pour les conserver: on ne les fume pas, à moins de manquer de cigarettes et qu'il faille compenser...
Bout(te) Bout, région Le mot bout peut être prononcé de deux manières en français québécois. Lorsqu'il est prononcé comme en français de France, il n'y a pas de distinction de sens (extrémité), lorsque le « t » final est prononcé (écrit « boutte »), le mot peut alors soit avoir le même sens encore une fois, soit prendre le sens de « région », « zone », « endroit », « environs ». Ainsi, le sens de la proposition « Dans l'boutte de Baie Comeau » (dans laquelle le « t » final serait généralement prononcé) signifie « Dans la région de Baie Comeau »
Brassière Soutien-gorge Le mot brassière, dans le sens québécois, a donné naissance au mot anglais « brassiere » plus souvent vu sous sa forme abrégée « bra,» dû au fait que la « wonderbra » ait été inventée à Montréal.
Brake à bras Frein à main, frein d'urgence
Breuvage Boisson (a donné le mot anglais beverage) Mot tiré du moyen français[11] Au Québec, ce mot partage, de façon majoritaire, avec « boisson », le sens général de liquide destiné à être bu. Il n'a pas, comme en France, de connotation négative. C'est plutôt « boisson », de par son sens très commun d'alcool, qui revêt celle-ci.
(Prendre une, être sur une/la, partir sur une/la) Brosse Cuite, picole, beuverie « Il a pris une brosse hier ; il a donc une gueule de bois persistante ce matin. »
Cabane maison cossue ou très grande (ironie), remise Exemple: Maison cossue: grosse cabane (par ironie). Remise: cabane à outils(synonymes: cabanon, shed). Érablière: cabane à sucre. Le sens basique, hors de ces situations, demeure cependant « petite construction, souvent artisanale et rustique, voire mal faite »
Caboche Tête
Cabochon Têtu, idiot, stupide
Caler 1- Couler (à fond)

2- s'enliser, s'enfoncer

3- Boire rapidement (d'un coup sec)

4- Rabaisser quelqu'un

5- Début de calvitie

Câler

ou

Caller

Appeler, faire un commande par téléphone (souvent pour une livraison du restaurant) Du verbe anglais « to call »
Calorifère Plinthe ou radiateur de chauffage
Capoter / Capoté Au sens premier, faire un tonneau, se retourner sur le capot. Par extension: adorer, s'extasier, exagérer, perdre la tête, paniquer, s'enrager / singulier, extraordinaire Adorer : Elle capote sur ce gars-là. Faudrait qu'ils sortent ensemble. (synonyme : tripper) Exagérer : Tu capotes, je ne te donnerai pas 100 dollars pour ça. Perdre la tête: Je ne sais pas quoi faire, c'est sans issue. Je capote ! S'enrager : Ne capote pas pour ça, je vais réparer les dégâts. / Singulier : Tes cheveux, c'est capoté. Comment arrives-tu à faire tenir un si énorme mohawk ? Extraordinaire : Hier, je suis allé à une fête. C'était capoté ; on a dansé toute la nuit. (Synonyme : flyé)
Cadran Réveille-matin Ce mot appartient exclusivement au langage courant.
Camisole Débardeur
Canter 1- Pencher, incliner

2- Tourner légèrement

Carcajou Glouton (animal) Amérindianisme d'origine montagnaise
Carreauté À carreaux (motif) Ce mot à longtemps été critiqué, mais doit être considéré comme un synonyme à part entière de « à carreaux »[12].
Cartable Classeur à anneaux Le classeur et la filière québécois désignent quant à eux le meuble à classement de dossiers, tout comme dans certaines régions de la France.
Caribou Renne Le nom caribou est un amérindianisme issu du micmac ĝalipu, signifiant « celui qui creuse dans la neige ». Le caribou désigne généralement les sous-espèces nord-américaines du renne. Si, en général, on considère le mot comme synonyme de « renne », il convient de ne pas les considérer comme totalement synonymes, puisqu'au Québec, on scinde bien le caribou et le renne. Cette division est bien présente dans le mythe du père Noël, car ce sont bien des rennes qui tirent son chariot, là aussi.
Catin 1- Poupée, mannequin de vitrine

2- Petite fille

Outre son sens français de prostituée, le terme « catin» au Québec, retrouve son sens de pureté. En effet, le mot « catin » vient du nom « Catherine,» qui lui vient du mot grec « Katharos » et qui signifie « pur.»

En France, on lui attribuait, autrefois, le sens de jeune fille de campagne, ce qui expliquerait le sens Québécois.

Ex. : Au Québec et en Ontario, il y a une chanson de Noël folklorique qui va comme suit : « Père Noël, j'veux des bébelles / Comme les années passées / Ma p'tite catin n'a plus de main / Pourrions-tu les remplacer ?» on comprend, alors, que la fillette ne parle pas d'une prostituée, mais bien de sa poupée qui est brisée.

Cégep Collège d'études générales et professionnelles Le diplôme de ce collège (le DEC) équivaut au bac français. Le cégep vient juste après le secondaire et est d'une durée de deux ans en pré-universitaire et de trois ans en formation technique.
(Téléphone) cellulaire, cell (Téléphone) portable, mobile Calqué sur l’anglais cellular phone, cell phone. Le terme est toutefois légitime. Si on parle de portable au Québec, on se réfère généralement à un ordinateur portable. Notez que le terme GSM utilisé en Belgique est absolument absent du vocabulaire, voire de la connaissance, des Québécois.
Champlure Robinet Ce mot appartient exclusivement au niveau de langue familier. Déformation du mot chantepleure qui se disait en France, du moins en région avant la Révolution française et en Nouvelle-France.
Châssis Fenêtre, cadre de fenêtre
Chaudière Seau Une chaudière est un grand récipient, souvent un seau. Le mot « chaudière » connote un plus gros objet que seau. Noter que ce mot pour décrire un équipement de chauffage central est beaucoup moins utilisé au Québec que le mot « fournaise ».
Chaudron Marmite, casserole Au Québec, chaudron peut désigner une casserole ou une marmite. Certaines personnes, toutefois, rendent chaudron synonyme de marmite et en séparent casserole complètement. Notez que le terme marmite n'est quasiment jamais utilisé au Québec et que chaudron ne désigne presque jamais un objet au bas arrondi. On parlera alors de chaudron de sorcière. Au Québec il désigne également un mauvais entrepreneur.
Chandail Tee-shirt, pull, tricot, polo Tee-shirt est également utilisé. Chandail est, par définition, un gros tricot qui s’enfile par le cou (idem poncho). Il désigne, par extension, tous hauts qui s’enfilent par le cou. On utilise aussi le mot gilet.
Chandail à manches courtes

Ou simplement

Manches courtes

T-shirt
Char Bagnole, voiture, automobile Ce terme appartient au registre populaire très usité au Canada. C'est une extension de son homonyme désignant une voiture romaine à deux roues attelée à des chevaux. Ce mot dérive du latin « carrus » qui a aussi donné des mots comme «charrue,» «chariot,» «charrette,» etc. selon le Larousse.

Il a longtemps été perçu comme un anglicisme à tort au Québec étant donné sa similarité avec le mot «car» tant pour son orthographe que sa signification. le Cambridge Dictionary le réfère comme un mot d'origines françaises.et latines également

Chauffer Conduire « Chauffer à clutch » : conduire une voiture à boîte de vitesse manuelle.
Charrue pute, femme facile, femme laide ou déneigeuse

Chasse-neige

Terme dégradant et péjoratif utilisé pour parler d'une personne de sexe féminin de forte corpulence ou encore ayant la réputation d'être une personne facile . Charrue peut également être utilisé pour parler de la machinerie lourde du déneigement « La charrue vient de passer dans ma rue. »

Le terme est surtout utilisé dans le sens de chasse-neige. On explique ce sens au Québec par le fait que l'on utilisait, à une époque, littéralement des charrues ou des engins similaires pour déblayer la chaussée.

Chien-chaud Hot dog Francisation du « hot dog » anglophone
Chigner Rechigner
Choker /tʃo.ke/ Se dégonfler, être pris de bégaiements par gêne excessive « Si tu y vas, té mieux de pas choker! » / « Yé en train de choker devant à fille »
Chum /tʃɔm/ Ami(e), petit(e) ami(e), copain, copine, petit copain, petite copine Dépendant de qui l'utilise en parlant de qui, ce terme peut désigner un(e) ami(e) très proche ou un(e) amoureux/se ou conjoint(e) de fait :
  • Homme à femme → ma chum → amie, conjointe de fait ;
  • Homme à homme → mon chum → ami ; homme à homme (homosexuel) = mon petit copain, amoureux
  • Femme à homme → mon chum → amoureux, conjoint de fait ;
  • Femme à femme → ma chum → amie.

Pour éviter tout malentendu, on peut forcer le sens amical du terme en ajoutant « de gars » ou encore « de fille », dépendant du sexe de la personne de laquelle on parle.

(se) Choquer (se) Vexer, (se) fâcher « Ça me choque me faire dire que je suis grosse. » Ce terme a une connotation euphémique ou enfantine la plupart du temps.
Chu, cht', ch' Univerbation de « je suis » « Cht'assez content. », « Ch'malade. »
Cigare au chou Chou farci Variante du chou farci avec sauce tomate. Le nom vient de la forme qui évoque le cigare.
Claques Sur-chaussure
Classeur Armoire à dossiers En Europe, Classeur de rangement se dit également. Malgré le mot armoire, il s'agit généralement de tiroirs.
Clavardage / clavarder Chat, tchat / chatter, tchater Ce mot-valise provient de clavier et de bavarder. Si l'anglicisme demeure grandement majoritaire dans le langage courant, il est banni dans le français formel.
Coco Œuf Enfantin et populaire, mais souvent employé, surtout avec des gens avec qui on est intime ou des enfants. Ça peut aussi être un petit nom affectueux.
Comprenable Compréhensible, intelligible
Courir la galipote Chercher les aventures galantes et amoureuses
Courrailler / courraillage Courir de tous les côtés, poursuivre/ énervement

Faire la cour ou séduire pour n'obtenir que du sexe (souvent la personne qui couraille a plusieurs partenaires qu'elle ne fréquente qu'une seule fois).

Être très en demande : « J'arrête pas de courailler depuis à matin! »/ Peut aussi être utilisé pour calmer (surtout les enfants : « Pas d'couraillage dans mainson les enfants! »

«Il couraille dans les bars.»

(être) Correct (le t devenant muet) Bien (aller) / D'accord / O.K. Plus fréquent et parfois mélioratif. « Es-tu correct ? » (Tout va bien ?), « C'est correct. » (C'est bien, ça me va). Seul, correct montre une approbation. Si le mot est précédé de bien, le locuteur exprime également que ce à quoi il fait référence est au-delà des besoins, ou de ses espérances, sans toutefois montrer de l'admiration.
Cossin Babiole, objet sans valeur, machin, bidule, truc, chose
Costume de bain Maillot de bain Cette expression appartient exclusivement au langage courant. Il s'agit d'une traduction littérale de l’anglais swimsuit, bathing costume, swimming suit ou bathing suit. Maillot de bain est aussi utilisé quoique moins fréquemment, mais il est toujours utilisé dans le commerce de détail.
Coton ouaté Sweat-shirt, sweater, sweat
Couvarte

ou

Couverte

Couverture, couette (literie)
Couette Queue de cheval (coiffure)
Crère

Ou

Creire

croire Du vieux français creire et du latin crēdĕre
Croche 1- Tordu, de travers, recourbé

2- Virage abrupte d'un chemin

3- La personne sur laquelle on a un œil (qu'on est secrètement amoureux)

Vieilli et/ou d'usage régional en France, croche est le seul antonyme direct, tant aux sens figuré que littéral, du mot droit. Si une ligne n'est pas droite, elle est croche. Pareillement, si un homme n'est pas droit (honnête), il est croche. Notez que ce mot ne provient pas de l'anglais.

Ex. : « Pour te rendre au village, tu vas prendre le gros croche au boute d'la rue, pis continuer un kilomètre.»

Avoir un « croche » ou « crush » vient de l'anglais « crush »

(Faire la) commande (Aller au) marché, (Faire l')épicerie Cette expression appartient exclusivement au langage courant et ne s'applique qu'aux achats de nourriture au supermarché, sous-entendu que l'on passe une commande à l'épicerie, pour être livrée à la maison.
Crosser / Crosseur

Crosser (se)

Baiser, arnaquer / Arnaqueur

Masturber (se)

Ce terme appartient exclusivement, au sens propre, à l'argot, et au sens figuré, au langage courant. Le sens propre est sexuel et moins utilisé que le sens figuré. Dans quelques régions du Québec, il signifie littéralement baiser (à la différence qu'il n'a alors pas de complément direct) et, précédé de se ou suivi d'un complément direct, masturber. Mais plus simplement, partout au Québec, le sens premier est de (se /faire) masturber. Au sens figuré, il signifie arnaquer ou, par extension, mentir ou frauder. « Crosseur » signifie « arnaqueur ».
Créature (vieux) Femme Façon vieillotte et maladroite de dire « femme.» Ce mot a perdu en popularité depuis le mouvement féministe québécois.
Crème glacée (cornet / cône de...)

Ou

Crème à (la) glace

Glace (cornet de...) « Miam ! Un bol de crème glacée au chocolat. » Glace, au Québec, désigne toujours la version solide d'une substance habituellement liquide à la température ambiante, généralement de l'eau. Toujours utilisé au sens strictement chimique, jamais au sens figuré: ni ce qu'on consomme dans un cornet, ni ce qu'on utilise pour regarder son reflet, auquel cas on utilisera le mot miroir. Manger de la glace consiste à broyer dans sa bouche un cube de glace. Il y a trop de glace dans les rues, et on enseigne aux enfants de ne pas manger la glace qui traîne par terre.

Le terme « crème molle » désigne les glaces à l'italienne.

Culotte Pantalon Non pas les sous-vêtements.
Culotte courte Short
Débarbouillette Gant de toilette Linge carré et texturé, à l'usage analogue au gant de toilette, qui ne fait cependant pas le tour de la main.
Débarrer Déverrouiller
Débarque (n, f.) Tomber, trébucher « Prendre une débarque » signifie « trébucher »
Débarquer Descendre d'un véhicule (ex. : de l’autobus, du métro, d’une voiture).

Descendre d'un objet fixe (du lit, du perron / balcon, d'un divan / sofa (quand les pieds ne touchent pas le sol), etc.

Défriser (ses cheveux) Lisser (ses cheveux)
Défriseur Fer à lisser
Dégoutter Goutter Couler goutte à goutte, d'usage littéraire en France. « L'eau dégoutte de son parapluie ». Ne pas confondre avec « dégoûter » (un T et accent circonflexe), inspirer du dégoût.
Déjeuner Petit déjeuner Repas habituellement servi le matin.
Dîner Déjeuner Repas habituellement servi le midi.
Dequoi

ou

De quoi

Quelque chose
Dispendieux, dispendieuse Qui coûte cher Ce terme littéraire est très courant dans le parlé québécois, il est souvent considéré comme de niveau standard.
Drave (n. f.) 1- Le charriage / transport de troncs d'arbres / billots de bois par un cours d'eau jusqu'à la scierie.

2- Faire un tour d'automobile (faire une drave)

Ex. : « On charrie d'la pitoune, su'a St-Maurice, juasqu'à mill » qui signifie « Nous charrions / transportons des billots de bois, par les eaux de la rivière St-Maurice, jusqu'à la scierie.»
Drette

ou

Drouette

Droit, droite
Souper Dîner ou souper Repas habituellement servi le soir, vers 17 h 30. En anglais, les termes supper et dinner sont utilisés tous les deux pour désigner le souper. En France, le repas qu'on prend en soirée, souvent aux alentours de 19 ou 20 heures, lui est analogue. Par contre, en Belgique et en Suisse on dit « déjeuner », « dîner » et « souper », comme au Québec.
È /ɛ/

ou

Est (on supprime simplement le pronom)

Univerbation de « elle est » Ma matante Rita, è fine comme toute. « Ma tante Rita est très fine. »
Écarter (s') Perdre (se)
Écartiller Écarter, écarquiller Ex : « Il s'écartille les jambes.» ce qui signifie « Il s'écarte les jambes » ou « il s'ouvre les jambes »
Écrapoutiller

ou

Écrapoutir

Écraser
Efface (genre féminin) Gomme (genre féminin), gomme à effacer Ce terme appartient presque exclusivement au langage courant. Notez que si en France, gomme sans précision aucune désigne une gomme à effacer, au Québec, c'est une gomme à mâcher (chewing-gum).
Effoirer Écraser
Embarquer/Débarquer Monter, Descendre (dans l’autobus, dans le métro, dans une voiture...) En Europe « embarquer », intransitif, est utilisé uniquement dans le sens de « monter à bord (d'un vaisseau, d'un navire, d'un avion) ».
Endormitoire 1- Envie de dormir

2- Quelque chose (discours, médicament , chanson, etc.) qui donne le goût de dormir.

Ex : « L'endormitoire me poigne!» qui signifie « J'ai envie de dormir! »
Enfarger 1- Trébucher, faire un croche pied, tomber, se prendre les pieds dans quelque chose, etc.

2- S'empêtrer dans des difficultés.

Du vieux français « enfergier ».

Proche du champenois, « empierger ».

Ex; « S'enfarger (les pieds) dans les fleurs du tapis » cette expression sert à décrire une situation dans laquelle une personne se complique la vie, s’arrête à des détails insignifiants.

Envoye!

ou

Enweille!

ou

Aweille!

1- Allez !

2- Vas-y !

3- Vient-en !

4- Va t'en !

Du verbe envoyer,
Épais / épaisse Con / conne, idiot / idiote Con et conne existent aussi au Québec et sont fréquemment utilisés, mais n'ont été adoptés que dans la deuxième moitié du XXe siècle, sous l'influence des films français. Ce terme argotique nous était inconnu avant la deuxième guerre mondiale.
Épouventable Extraordinaire C'est épouventable !
Partir en épouvante

ou

Prendre épouvante

Monter sur ses grands chevaux Les deux expressions à image équestre coexistent au Québec.
Espadrilles, godasse, running shoe, (shoe-claque) Baskets, chaussures de sport, tennis Le premier proviendrait de Shoe Clark, fabricant de chaussures britannique installée au Québec. En Europe, le mot « godasse » désigne familièrement n'importe quelle chaussure.
Étamper Tamponner, timbrer
États-unien Américain, habitant des États-Unis Cette expression a probablement été inventé pour ôter l’ambiguïté entre les habitants du continent américain et ceux qui vivent aux États-Unis d'Amérique. On peut aussi y voir une volonté de se dissocier de la culture américaine comme c'est le cas en Amérique Latine.
Être plein ou être bourré Avoir trop mangé Peut signifier aussi « saoul » ou « riche ». « Être bourré » peut signifier la même chose en France.

On parle aussi de « se bourrer la fraise », manger à satiété, le mot « fraise » référant à la face, le visage, le nez (à la cabane à sucre, par exemple).

Êtriver (faire étriver) Taquiner gentiment, pour faire fâcher et faire rire. Vient d'un terme maritime qui signifie : faire croiser deux cordages, et les lier avec un troisième, couder des cordages. L'idée véhiculée est que lorsque l'on fait étriver quelqu'un, on le taquine, on le mêle, on le contrarie en le forçant à faire, en quelque sorte, des contorsions mentales. (Ce terme est de moins en moins utilisé)
Évacher 1- S'affaler, s'étaler sur une surface, occuper une surface exagérément en parlant d'un individu paresseux Déformation du mot « avachir »
Fâchant, fâchante 1- Le caractère fâcheux d'un individu ou d'une situation

2- Le caractère de ce qui provoque la colère

Fesser Frapper Contrairement à en France, son usage n'est pas restrictif à « asséner des coups francs sur les fesses à l'aide d'une verge,» mais de tout type de coup fait avec les bras ou les mains avec ou sans bâton ou verge.

On peut fesser un objet ou une personne. Par exemple, « Pour me défouler, j’ai fessé dans mon oreiller » ou « Je m’en va le fesser, le p’tit morveux ! »

Fête /faɪ̯t/ Anniversaire Dire que « ça va être [sa] fête » à quelqu’un peut signifier aussi qu’il va se faire battre ou qu’il est dans le pétrin - idem en France.
Fer plat Fer à lisser
Fin, fine 1- Gentil (fém. : gentille)

2- Raffiné(e)

3- Intelligent, rapide d'esprit

Être fin ou être fine. Par exemple : « Il m’a donné 50 piastres. Y est vraiment fin ! » ou « Cette fille là, est fine comme toute ! »

Ex. : « Y est-tu pas assez fin c't'enfant-là? Y a comprit la twist! » ce qui veut dire « N'est-il pas brillant cet enfant ? il a compris le principe ! »

Flatter Caresser de la main qqn ou (surtout) un animal.
Flots Gosses, enfants Au Québec, « gosses » est seulement utilisé pour parler des testicules. Le verbe « gosser » signifie « énerver » ou « tanner » quelqu’un (« il me gosse »). Le verbe « gosser » peut aussi vouloir dire bricoler (patenter) quelque chose.
Fourrer (plusieurs sens)

Se faire fourrer

Baiser (vulgaire)

Se faire avoir

« Fourrer » peut vouloir dire « tromper une personne », par exemple au cours d'une affaire financière, ou, d'une façon vulgaire, « faire l’amour ».
Foufounes Fesses
Frais chié Prétentieux On peut aussi employer le terme « frais » (ou l’anglais « fresh ») sans « chier ».
Frette Froid ou très froid Souvent utilisé pour mettre l'accent quand il fait particulièrement très froid. Dans plusieurs régions « frette » est simplement le mot employé pour « froid.»
Froque Manteau « Enlève ta froque, y fait 30 °C dehors ! » Froque et manteau sont tous les deux utilisés. À ne pas confondre avec « Froc », mot masculin désignant familièrement un pantalon. Très peu utilisé à Montréal, plus entendu en région.
Gala /ɡalɑ/ ou /ɡalɔ/ Cérémonie, émission de variété, soirée dansante En français européen, le terme est cantonné à désigner une célébration (le plus souvent non retransmise à la télévision) avec une ou plusieurs célébrités
Glace glaçons Au Québec, mettre des glaçons dans une boisson se dit « mettre de la glace ». Le sens synonyme de « miroir » est inconnu au Québec. Aussi en France « une glace » et « de la glace » se dit « une crème glacée » et « de la crème glacée » au Québec et au Canada francophone.
Garderie Crèche ou jardin d'enfants
Garnotte, gravelle, grenotte Gravier, gravats que constitue la route avant d'être pavée (si c'est le cas) Au Québec Garnotte décrit aussi la qualité ou la puissance d'un tir d'un lanceur au baseball ou d'un hockeyeur. Exemples: Envoye-là ta garnotte ! Maurice Richard avait toute une garnotte !
Garrocher, pitcher Lancer, jeter Garrocher vient du Breton « garo » ou du français « garrot » et du français « roche »

Terme québécois d'origine dialectale (ouest de la France), dérivé de « guaroc », « trait d'arbalète » forme parallèle de « garrot » ; « bâton »

Le mot «garrocher» était présent sous différentes formes dans les dialectes romans d'oïl.

Pitcher (du verbe anglais « to pitch »).

Gâteau aux fruits Cake (Cet usage est proscrit au Québec, étant identifié exclusivement comme un anglicisme) Au Québec un gâteau aux fruits signifie un cake en France. En France, un petit gâteau signifie un biscuit au Québec. Exemple (au Québec) : un gâteau Forêt-Noire. Un biscuit [de marque] Oréo. Dans le premier cas, le québécois calque sur l'anglais tandis que le français de France fait carrément emprunt, avec ellipse de « fruit ». Dans le second cas, c'est le québécois qui fait l'emprunt.
Gaz Essence, carburant
Gazer 1- Mettre de l'essence dans son automobile

2- Faire des pets

Crémage Glaçage C'est le français de France qui calque sur l'anglais.
Gilet Chandail, pull, colle-roulé, sweats, etc
Gosses (mot féminin) 1- Couilles « testicules »

2- Qui dérange

Au Québec, ce mot est seulement utilisé pour parler des testicules ou pour dire que quelqu'un nous énerve : « Il me gosse ! » – en France « il me casse les couilles » (très familier). Le terme gosses pour désigner les enfants, n'est pas utilisé au Québec, mais l'expression peut être comprise, dû à la diffusion de films Français où fourmillent les termes argotiques. Les humoristes Québécois exploitent souvent cette différence lexicologique avec des dialogues du genre: (à Paris) « (Le Parisien) Avez-vous des photos de vos gosses? – (Le Québécois) Heu, ... Non ! -- Vous devriez toujours voyager avec des photos de vos gosses! – Ah oui ??? – Voulez-vous que je vous montre les miens ? – Non, pas vraiment, je n'ai pas encore mangé... »
Gosser (verbe) importuner quelqu'un ou bidouiller, rafistoler, réparer. Vient du vocabulaire technique du travail du bois avec un couteau ou un canif. Sous-entend souvent des essais-erreurs. « Je vais gosser sur mon projet. »[13]
Gougounes (« Babouches » dans la région du Saguenay-Lac-St-Jean) Tongs, Claquettes (Chaussures de plage), sandales de plage « J’vais chercher mes gougounes (babouches) et je reviens. »
Gomme (à mâcher) Chewing-gum Le terme anglophone « chewing-gum » n'est que très rarement utilisé au Québec, autant à l’oral qu’à l’écrit, parce que considéré comme un anglicisme. En France le terme « Gomme à mâcher » est désuet et utilisé par certaines personnes âgées. « T'aurais de la gomme ? »
Grafigner Égratigner, érafler
Grafignure

ou

Grafigne

Éraflure
Gratteux, gratteuse 1- Billet de loterie (gratteux)

2- Quelqu'un de radin, de pingre, d'avare

Gricher

ou

Grincher

Interférences, friture, parasites (à la radio ou la télévision), grincer

« Grincher » est le plus souvent utilisé pour le frottement des dents ensembles (« grincer des dents »).

Les verbes gricher et grincher, encore couramment usités dans la langue familière au Québec, sont un héritage des dialectes de France. Ces formes, qui correspondent au français grincer, ont pénétré en Nouvelle-France à l’époque de la colonisation. Elles étaient particulièrement répandues dans les régions du nord-ouest et du centre de la France d’où sont venus de forts contingents de colons. Si gricher et grincer sont restés des variantes régionales en France, l’adjectif grincheux a connu un sort plus heureux en accédant à la langue « officielle », le français.

Étant donné que l’usage de gricher et de grincer est senti comme relevant de la langue familière, il est préférable de les éviter dans un registre de langue neutre ou soutenu, en leur substituant notamment le verbe grincer (grincer des dents). Mais ce dernier ne peut remplacer systématiquement gricher dans tous les contextes. Ainsi, en parlant d’une ligne téléphonique, d’un appareil de transmission qui produit un bruit qui perturbe la réception du son, ou encore d’un disque, on pourra remplacer gricher, ou son dérivé grichage, en recourant entre autres aux verbes grésiller ou crépiter, ou encore aux noms parasites, grésillement, brouillage(sonore ou visuel) et friture[14].

Guidoune 1- Une femme aux mœurs légères, une putain

2- Une femme vulgaire, dont la tenue est obscène et le maquillage exagéré, une cagole, une bimbo

Avoir le goût (de) Avoir envie (de) « J’ai le goût de faire un party pour fêter mes 16 ans. »
Habit Costard, veston cravate, smoking, tuxedo, etc.
Habitant, habitante Paysan C'est un anglicisme dans ce contexte. Les Canadiens de Montréal sont souvent nommés les « habs » parce qu'à l'époque, les stéréotypes anglais voulait que les canadiens-français soient tous des paysans.
Hambourgeois Hamburger, burger Francisation de « hamburger »
Haler Tirer Ex. : « Hale la table au ras (de) toé » qui signifie « tire la table vers toi »
Hardi Fort, habile, travaillant, vaillant, courageux, audacieux Assez commun au Québec et ayant des sens détournés de sa réelle définition.
(Avoir) hâte Espérer avec impatience Cette expression est plutôt archaïque en France.
Huard

Ou

Huart

Le un dollar Canadien (loonie en anglais) Ce nom est probablement dû à la représentation d'un huard du côté pile de la pièce.
Icitte Ici
Innocent

ou

Ignorant

Imbécile Le mot peut également prendre le sens approprié de « non coupable », en fonction du contexte.
Insignifiant Imbécile « Maudit insignifiant ! »
Itou

ou

Itoo

Aussi, également Mot d'origine anglo-normande.
Ivressomètre Alcootest, éthylotest
Jambette Croche-pied
Jacket Robe de chambre
Jaser Parler, discuter, jacasser, piallier « Jaser » n’est pas utilisé dans le sens péjoratif comme il peut souvent l'être en France. C’est une expression neutre.

Lorsqu'on discute avec quelqu'un, on « se tape une jasette ».

Jobine Mac job, petit emploi dévalorisant
Joual 1- Cheval

2- Ancien dialecte de Montréal qui était un créole anglais-français particulier à cette région

Joute Partie « Une joute de hockey ». « Partie » et surtout « Game » (de l'anglais) sont aussi couramment utilisés. Le mot « Match » est aussi souvent utilisé pour décrire une compétition sportive.
Job /dʒɔb/ n.f Travail, emploi, poste, boulot Au Québec, le mot « job » est féminin à l'inverse du français européen où il est masculin. Exemple : « J’ai perdu ma job ! » ou encore : « T’as fais une maudite belle job ! » Même chose pour le mot « business », employé au féminin : « Il a parti sa propre business ». Note : La règle régissant les emprunts de l'anglais, concernant l'attribution d'un genre au mot emprunté, est généralement à l'inverse de la France / Europe : masculin en France, féminin au Québec.
Kangourou Sweat-shirt, sweater, sweat (ayant une poche ventrale)
Lâche 1- Paresseux

2- Couard, peureux

Lambineux, lambineuse Quelqu'un de lent
Laveuse (à linge) Machine à laver
Licher Lécher
(Du) Linge Vêtements Le « linge » est toujours singulier, excepté pour l’expression : « des linges » (de petites serviettes).
Linge à vaisselle Torchon (pour essuyer la vaisselle) Pluriel : Des linges à vaisselle.
Liqueur /li.kaœ̯ʁ/ Boisson gazeuse, soda On ne s’étonnera donc pas qu’une mère propose à ses jeunes enfants de boire de la liqueur. « Boisson gazeuse » est parfois utilisé.
Loyer Appartement, logis (à rente mensuelle) Outre ses sens usuels.
Lumière 1- Ampoule

2- Feux de circulation

Lutter signifie « se faire frapper / heurter par une voiture » « L'autre jour, je me suis presque fait lutter ! » ou encore « Je conduisais tard la nuit et j'ai lutté un chevreuil. »
M'a / m'a

ou

J'va / j'vas

Moi, je vais

Je vais

Magané En mauvais état, détérioré, épuisé, fourbu Peut être utilisé pour un objet. Exemple : Sa radio est maganée / J'ai magané mon char. Peut être utilisé pour désigner une personne. « Elle a trop fêté hier soir, elle est pas mal maganée à matin. » Comme un verbe : « Arrête de maganer tes souliers ».
Magasiner, magasinage Faire ses courses, faire les magasins, acheter, faire du shopping Calqué du mot anglais « shopping ». On dit aussi « faire du magasinage ». Le shopping est un anglicisme jamais utilisé au Québec parce que considéré comme inutile, donc ridicule. À l’écrit, autant qu’à l’oral, on utilise le terme « magasinage ».
Mais que

ou

Mec / meck

Quand Ex. : « Mais que j'y aille », qui signifie « quand j'y irai ».
Malle Courrier, la poste
Marabout Qqn de mauvaise humeur, irritable
(Prendre une) marche Faire une promenade
Matante 1- Tante

2- Femme kitsch, démodée

Marde Merde
Maringouin Moustique « Moustique » est aussi utilisé au Québec, mais moins souvent que « maringouin »[15]. Le français colonial a emprunté le terme au tupi en 1579 et il s'est répandu depuis dans l'ensemble de la Francophonie même s'il recule inégalement selon les régions devant « moustique » et « moustiquaire » empruntés à l'espagnol[16].
Médium Moyen Pour les tailles de vêtements ou les cuissons.
Mémère 1- Une grand-mère

2- Une personne qui ne cesse de parler

Menterie Mensonge
Minou, Minoune chat, chatte, ma chérie, vieille voiture Minou désigne un chat ou est utilisé comme surnom pour désigner sa petite amie, épouse ou son petit ami, mari. « Minoune » désigne la femelle du chat, mais surtout une vieille voiture en mauvais état, en décrépitude. Minoune peu aussi être un euphémisme enfantin pour parler du sexe féminin.
Minoucher Se caresser mutuellement
Mitaine 1- Une manille pour le four

2- Des moufles

3- Un gant de gardien de but au hockey

4- Un gant de premier but au baseball

Moé moi Façon dont le mot était prononcé quand sont orthographe était « moy »
Moppe Balai serpillière (en filaments et nom la serpillière en tissus), balai à laver, balai à franges
Moulin à scie Scierie De l'anglais « sawmill »
Mur Passoire « Ce gars est un véritable mur », expression souvent utilisée en MLS pour railler un gardien qui a fait un mauvais match.
Nettoyeur Teinturier, blanchisseur, pressing (interdit au Québec parce que considéré comme un anglicisme inadmissible). « Je vais aller porter ces vêtements-là chez le nettoyeur »

Depuis le XIXe siècle, jusqu'à la première moitié du XXe siècle, on disait aussi : « Porter les chemises au Chinois », car il fut un temps où les établissements de nettoyeur étaient tenus par des Chinois qui étaient reconnus pour leur expertise à presser les cols de chemises en les durcissant avec de la fécule de maïs tel que la mode en dictait la coutume à l'époque.

Niaiser Se moquer de, dire/faire des idioties, faire le niais, prendre son temps (aux dépens de la hâte de quelqu'un d'autre) Dire d’une personne qu’elle est niaiseuse signifie surtout qu’elle manque d’intelligence, alors que l’expression « arrête de niaiser » fait strictement référence au comportement.
Niaiseux, niaiseur / niaiseuse Quelqu'un qui fait le niais, quelqu'un qui prend son temps / qui est lent
Ouaouaron Grenouille-mugissante

Grenouille-taureau

Ouaouaron vient d'un mot d'origine wendate.
Party /paʁ.te/ ou /pɑɹ.ti/ Fête, soirée Emprunt à l'anglais
Patente Babiole, objet sans valeur, machin, bidule, truc, chose Venant du vieux français, la patente était un brevet qu'accordait le roi à un sujet. Au Québec, on l'utilisait ironiquement, car un brevet n'est qu'un bout de papier qui nous donne des droits, souvent, sur un objet superflus qui n'est pas utile à la survie, mais dont la commercialisation est d'une grande valeur monétaire.
Parlable

ou

Parlabe

Décrit quelqu'un de raisonnable et d'apte à la conversation. Cet adjectif s'emploie le plus souvent au négatif dans une figure de style pour désigner l'absence de lucidité d'un individu : « Jean, tu sais bien qu'après un verre il n'est pas parlable.»
Parlure Façon de parler ou de s'exprimer Bien que ce mot soit désormais intégré dans les dictionnaire et qu'il soit de moins en moins utilisé, il demeure un mot typiquement québécois.
Peingnure Coiffure
Peinturer Peindre une grande surface, généralement d'une seule couleur (pas une toile) « J’ai peinturé ma maison hier. » n'a pas de sens péjoratif au Québec. En fait, peinturer fait référence à la peinture en bâtiment. Un peintre peut donc peinturer une pièce, un mur ou un meuble et faire un travail de grande qualité. Le mot peindre est utilisé exclusivement dans le sens de peindre une œuvre d'art.
Pénitencier Prison, maison d'arrêt Décrit plus précisément une institution carcérale sous juridiction fédérale (Canada) dans laquelle sont gardés les détenus ayant à purger une sentence de plus de deux ans. Les prévenus et détenus ayant une sentence de moins de deux ans sont gardés dans une prison sous juridiction provinciale.
Pantoute

ou

Pentoute

Pas du tout De l'expression française archaïque «pas en tout» qui est la négation de l'expression toujours vivante «en tout» Ex : « Préparons-nous en tout» v.s. «Nous ne sommes pas en tout préparés» ou «Nous avions en tout [...]» v.s. «Nous n'avions pas en tout [...]».

« Il ne veut rien faire pentoute! ». S'écrit aussi « Pantoute ». En Acadie, on dit : « Pas en toutte. »

Peser Appuyer « Peser sur le piton » : « appuyer sur le bouton ». « Peser sur la suce » : « appuyer sur l'accélérateur ». Parfois prononcé péser.
Pet-de-loup Vesses-de-loup Rien à voir avec l'expression française découlant du personnage Petdeloup du roman La Vie publique et privée de mossieu Réac.
Piastre (prononcé piasse) Dollars canadien ou américain Mot d'origine espagnole qui témoigne du commerce triangulaire.
Pichou Laideron Vient d'un mot amérindien qui signifiait « lynx.» Les canadiens on donné le nom « pichou » à des mocassins (utilisés avec des raquettes) qui leur permettaient de se promener facilement dans la neige tout en restant au chaud, comme les pattes d'un lynx.

Sa connotation négative de laideron vient du fait que ledit mocassin était cousu de façon grossière, ce qui lui donnait une apparence très moche.

Piler sur...

Piler

Marcher sur...

mettre le pied sur...

Empiler

Piquetage Piquet de grève Des grévistes se réunissent à l'intérieur et aux alentours du lieu de travail
Piton, pitonneux, pitonneuse, pitonner Bouton (de commande) « Pèse su’l piton pour sonner à 'a porte ». Pitonneu(se) un garçon(fille) qui zappe beaucoup. Le mot pitonneuse ou pitonneux signifie aussi zappette. Pitonner signifie appuyer sur des touches.
Plote 1- Con, vagin

2- Fille facile

Ce mot vient du mot « pelote » qui désignait à une certaine époque, en France, les parties intimes tant d'une femme que d'un homme. Ce une image faisant référence aux poils pubiens puis par extension, aux parties intimes. Ce terme ne s'est conservé que sous le sens féminin au Québec. Quoi qu'il en soit, son emploi est péjoratif.
Pitoune Superbe nana (non péjoratif)

Pute (péjoratif)

Billot de bois, tronc d'arbre prêt pour la « drave » c'est-à-dire, son transport par flottaison, dans un cours d'eau, jusqu'à la scierie.

Exemple: « Check, la pitoune a des gros jos (seins)». En France, on dirait une fille canon. Peut désigner un fille/femme qui s'arrange pour une occasion. Le terme peut avoir un sens péjoratif (une pitoune pouvant être apparentée à une pétasse, mais rarement à une prostituée). On utilise aussi le terme plus respectueux de pétard.

Décrit aussi le flottage de bois entre un site de coupe et une scierie ou une usine de pâtes et papiers. « Dans les années 1900, il y avait énormément de pitounes sur la rivière Saint-Maurice. »

Poigner (le «i» se prononce comme dans oignon)

ou Pogner

Du verbe empoigner. Variable de prendre, avoir, « choper ».

Utilisé de plusieurs façons, souvent dans le sens de « prendre », Être populaire, être populaire en amour.

Exemple : Je suis resté pogné (resté pris). Je me suis pogné une liqueur (s'acheter une boisson). Ça pogne pas mal (c'est populaire). Cette fille-là, a pogne beaucoup (se fait constamment draguer)!
Police (une) Un policier, une policière « Y avait une police qui guettait le magasin. »
Pommes de route Crottin de cheval
Pouce (faire du) Auto-stop Viens du fait que l’on utilise le pouce pour faire de l’auto-stop. Le terme « auto-stop » n’est jamais utilisé au Québec, parce que considéré comme un anglicisme inadmissible. « J’ai fait du pouce et je me suis ramassé en Ontario ! »
Poudrerie Neige soulevée et poussée par le vent (blizzard)

Lorsqu'il tombe une neige fine très frivole

Est également utilisé dans les médias pour parler de météo. Ce mot existe réellement et peut être utilisé, comme le terme courriel l’est.
PQ Parti québécois Au Québec, ces deux lettres désignent exclusivement le Parti québécois ou la Province du Québec, mais rarement. En Europe, PQ désigne du papier toilette.
Présentement Actuellement, en ce moment
Procrastiner Action de remettre à demain, exercer la procrastination Le mot procrastination devient un verbe au Québec.
Que c'est (prononcé : que cé)

ou

Quoi c'est (parfois prononcé : quo' cé)

Qu’est-ce que Sous la forme interrogative: Quessé qu’c’est ça ?/ Quessé ça ?, ou sous la forme exclamative/interrogative: Kossé ? (Quoi ? / Pardon ? / Vous dites ? / M'enfin !). Usage très répandu comme abréviation dans le clavardage (chat) et dans le texting lorsqu'on veut être drôle ou familier.
Questionner (se) Interroger (s') le fait de poser une question
Quétaine Kitsch Soit de « Queaton,» le patronyme d'une famille pauvre de St-Hyacinthe dont les goûts étaient discutables ou du mot anglais « kitten » probablement à cause de certains mouvements kitsch où les images de chatons prenaient une place importante.
Ralle Tronc Branche maîtresse d'un arbre. Expression utilisée à St-Luc de Vincennes, Champlain, Québec
Rentrer Entrer, rentrer Pour « entrer à nouveau », on utilise « rerentrer ». Phénomène aussi présent en français européen.
Revenisy

ou

Arvenisy

ou

R'venisy

D'agrément, de plus, de spécial, qui plais, d'agréable, etc. Souvent usité dans l'expression « Un petit goût d'arvenisy » en cuisine, ce qui veut dire « un petit goût d'agrément » Cette expression vient probablement de « revenez-y,» qui à l'époque devait être utilisé (et mal prononcé) dans les gargotes et cabanes à sucre pour dire qu'il fallait que la nourriture soit bonne pour que les clients reviennent.
Robeur / robeux, de l'anglais « rubber », caoutchouc. Caoutchouc, pneu (au Lac-Saint-Jean) « On va y coller du robeur en dessous pour qu'y glisse p'u. »
« Il faut que j’aille au garage faire changer mes robeurs, ils sont finis. »
Sacoche Sac à main pour femmes (uniquement) La sacoche n'est pas unisexe au Québec. On préférera dire le mot « sac » tout simplement pour un sac masculin.
Safre

ou

Sarfe

Goinfre, goulu, glouton, vorace Ce mot existe encore quoique archaïque en France.
Secousse

ou

Essecousse

Durée indéterminée.
Petite secousse : temps assez court ;
bonne secousse : temps assez long
Exemple : « Ça fait une bonne secousse. »
« Ça fait un bon bout de temps. »
Aussi « essecousse » (Est de Québec)
Service au volant Drive, Mac'Drive, Service au volant Panneau d’indication à l’extérieur des restaurants de restauration-rapide où les clients peuvent passer leur commande, payer et recevoir leur repas (emballé dans un sac) sans quitter leur voiture.
Souffleuse Sorte de chasse-neige qui, grâce à des lamelles, recrache la neige dans les airs pour en faire une colline quand on déblaye la neige.
Stationnement Parking « Parking » est considéré comme un anglicisme admissible, surtout dans la signalisation routière. Car park ou parking lot sont les équivalents anglais ; « parking » ne peut pas être utilisé seul dans ce sens.
Sucette Suçon
Suçon Sucette Et inversement, « sucette », au Québec, a le sens du suçon européen.
'Ta /ta/ ou /tɛ/[17] 'tait « était » Le p'tit gars du voisin 'ta malade comme un chien.
Tataouiner Manquer de célérité, tergiverser inutilement.
Tataouinage Tergiversations, hésitations, attachement aux détails futiles.
Taouin Un idiot, un sot, un con
Taponner bricoler, palper sans but précis, rapport sexuel partiel exploratoire, perte de temps et/ou compliqué, entassé, tripoter Exemples :

Bricoler : J'ai taponné après mon char.

Palper sans but précis : Arrête de taponner les fruits!

Rapport sexuel (euphémisme) : On s'est taponnés toute la soirée.

Perte de temps/ou compliqué : Installer une piscine, c'est du taponnage.

Entassé : On était tout taponnés dans l'autobus.

Tapon Un idiot, un con Non pas comme le sens vieilli d'un linge ou d'une pièce de vêtement chiffonnée formant une sorte de bouchon.
Tête-heureuse /taɪ̯t‿øʁøy̯z/ Imbécile heureux
Tirer une bûche (se) S'asseoir Vient du temps où les coureurs des bois tiraient des bûches aux arbres pour en faire de quoi s'asseoir.
Toé Toi Façon dont le mot était prononcé quand sont orthographe était « toy.»
Toton Déformation de « téton » Le sein d'une femme, ou une personne idiote, comme dans: « T'es ben toton! » (France : « Qu'est-ce que t'es con ! »)
Toutou Ours en peluche En Belgique et en France (mais aussi au Québec), toutou est un terme familier qui désigne le chien.
Traversier Bac, ferry Ferry est considéré comme un anglicisme inadmissible.
Trôner Déféquer (en étant sur le « trône ») Évacuer des matières fécales.
Tsé

ou

T'sais

Tu sais Est utilisé aussi en vouvoyant et pour reprendre son souffle durant la phrase. Exemple : Vous savez l'gars qui fait d'la radio là, tsé, Bob Tremblay ; ben y m'doit quinze piasses!
Tu /t͡sy/ Univerbation de « -t-il »[18] « -tu » s'utilise dans le même sens que « -ty » en France rurale. On l'emploie dans une phrase interrogative en tant que particule interrogative. Exemple : "C'est-tu comprenable ?"[19]
Tuque Bonnet « Tuque » est une variante linguistique du mot « toque.» On explique la divergence de prononciation par le fait qu'en langue d'oïl, les « o » étaient prononcés « ou » ayant mené au sont « u » au Canada.
Turlutte 1. Chanson entraînante où l'on turlutte, une sorte de clappement de la langue.

2. Signification originelle: Pousser son cri, en parlant de l'alouette.
3. Au Canada français, technique de chant que l'on retrouve dans certaines musiques traditionnelles qui consiste à chanter de façon rythmique en utilisant des syllables qui n'ont pas de sens. (ex : « Qu'est-ce qu'elle ferait avec moi ? / mon tiralire a lon lira »)

Expression popularisée par la chanteuse Mary Rose-Anna Travers, surnommée La Bolduc (1894-1941) dans la chanson « J'ai un bouton [su' l'bout d'la langue, qui m'empêche de turlutter]. »

Dans la musique celtique, comme en Écosse, en Irlande et au Canada anglais (Provinces maritimes), il correspond à son équivalent anglais lilt « intoner, moduler la voix ». Dans la musique jazz aussi il s'emploie, même si on parle dans le jargon technique du scat.
Une turlutte est utilisé en Europe dans un sens strictement argotique et signifie une fellation. Cet usage argotique est tout-à-fait inconnu au Québec, sauf pour ceux qui se sont plongés dans le parler vernaculaire européen.

Vadrouille Serpillière Le balai ayant une pièce de tissus gaufré pour laver les planchers et non la promenade. Le terme vadrouille dans le sens de promenade n'existe pas au Canada.
Vaillant Qui travaille beaucoup, qui met de l'énergie à l'ouvrage Ce terme est de niveau littéraire en France et y est très peu employé, au Québec, c'est un terme assez fréquent et est souvent considéré comme étant du niveau de langue standard.
Varger Marteler de coups, frapper fort et avec acharnement Vient du fait qu'autrefois, les professeurs et les directeurs d'écoles québécoises punissaient les élèves turbulents ou qui échouaient à un examen en leur donnant la fessée à l'aide d'une verge ou d'un bâton (parfois une ceinture).
Vidanges, Les Monstres Ordures, poubelle, rebuts Le terme le plus fréquemment utilisé est tout de même poubelle. Exemple : Va mettre les poubelles (ou vidanges) au chemin. Les monstres désigne les gros rebuts et/ou l'équipe qui collectes les gros rebuts. Exemple : « C'est quand qu'les monstres vont passer? », « Demain, c'est le jour des monstres. »
(Lâcher un) wack Pousser un cri Est utilisé pour pousser un cri de surprise. Exemple : « Quand y'est entré dans les toilettes sans frapper, j't'ai lâché un wack! », ou pour appeler quelqu'un. Exemple: « Si tu veux de l'aide, tu m'lâcheras un wack. »
Y /i/ 1. « il(s) », pronom sujet au singulier ou pluriel
2. (aussi ), univerbation de « il est »

3- -lui (comme dans "dis-lui" → "dis-y")

1. « Le chien du voisin, y mange de tout ».
2. « Mon petit frère, y est malade comme un chien ».
Yabe - yâbe

ou

Yable - yâble

Diable
Yeule Gueule
Yeux, Yeuse 1- Dieu, Déesse

2- Gueux, gueuse

Ex. : « Bon Yeux ! » se traduit « Bon Dieu ! »

Ex. : « Pauvre yeux ! » ou « Pauvre yeuse » se traduisent « Pauvre gueux ! » ou « Pauvres gueuse ! »

Il se pourrait que ce rapprochement entre les gueux et Dieu ne soit pas anodin, puisque les québécois ont été longtemps un peuple très pieux et très pauvre.

Zigonner 1- Perdre son temps, tergiverser

2- Ennuyer, lasser qqn

Traits typiques du lexique québécois[modifier | modifier le code]

Termes sans comparaison[modifier | modifier le code]

  • 30 sous : expression québécoise qui désigne une pièce de 25 cents. Après la colonisation de la Nouvelle-France, la monnaie britannique fut introduite dans la nouvelle colonie britannique. À ce moment, une livre britannique valait 120 sous, donc la pièce d'un quart de livre valait 30 sous. Depuis ce temps, et ce, même après la mise en place de la monnaie canadienne, une pièce de 25 sous (un quart de dollar) est appelé un 30 sous. L'expression « Quatre trente sous pour une piastre! » désigne le fait de faire un changement en obtenant pourtant le même résultat.
  • Pitoune : le terme « pitoune » est d'origine québécoise et désigne d'abord un tronc d'arbre jeté à l'eau pour son transport vers une usine de papier. Par dérivation, il est devenu un qualificatif très familier applicable à une jeune fille jolie.
Ce mot tire son origine de la manière, par les Britanniques, de désigner les campements des canadiens-français. Ils appelaient ceux-ci les happy town (« joyeuses villes ») d'après la jovialité et la quantité de fêtes célébrées.
Dans certaines régions tel que l'Abitibi-Témiscamingue, l'expression jouer à la « pitoune » fait référence à jouer au hockey sur glace chaussé de bottes au lieu de patin.
Pitoune est aussi le nom donné à une attraction aquatique du parc montréalais La Ronde.
Ce terme est également utilisé pour désigner des rondelles de plastique utilisées pour marquer les numéros dans les jeux de bingo, aussi appelées « pinouches ».
  • Sloche (de l'anglais « slush », prononcé /slɔtʃ/ ou simplement /slɔʃ/, selon les régions) :
    • Neige fondante mêlée au sel de déglaçage, dans la langue orale familière. L'Office de la langue française a préconisé l'utilisation du terme « gadoue » qui fait pourtant référence à la boue ailleurs en francophonie, toutefois le terme uniformisé par le Comité d'uniformisation de la terminologie aéronautique (CUTA) est névasse[20]. Il est utilisé par plusieurs auteurs comme Marco Mirone[21] et les organismes officiels fédéraux[22].
    • Boisson fruitée consommée durant l'été et composée de glace concassée et de sirop à saveur artificielle de fruits (ou de vrais fruits) (voir Barbotine). En France, c'est du granité.
    • C'est aussi la marque déposée utilisée par Alimentation Couche-Tard pour sa sloche.

Préservations de formes[modifier | modifier le code]

De nombreuses différences entre le français québécois et le français européen proviennent de la préservation de certaines formes aujourd'hui archaïques en Europe.

  • Une « cour » est un « jardin » (en France, le mot « cour » a perdu ce sens).
  • Le mot « breuvage » est utilisé pour « boisson » en plus de ce dernier terme ; c’est un mot de vieux français duquel le mot anglais beverage est originaire. « Breuvage » peut être utilisé en français d'Europe, mais il a généralement une nuance parfois péjorative ou précieuse. De plus, le terme « boisson » est plutôt utilisé au Québec pour désigner une boisson alcoolisée (de la boisson).
  • « Piastre » /pjas/, terme argotique pour un dollar (équivalent de « balle » en France) est en fait le mot originellement utilisé en France pour le dollar américain ou espagnol.
  • Le mot « couple » est un nom masculin en français, mais au Québec il est également utilisé comme nom féminin dans des expressions telles que une couple de semaines. On pense souvent que c’est un anglicisme, mais il s’agit en fait d'un reste de français archaïque. Cette confusion n'est cependant pas si erronée, étant donné que la langue anglaise elle-même inclut des archaïsmes français et normands (par exemple la prononciation du « ch » initial en /tʃ/).
  • « Frette » vient de l’ancien français. Ce mot signifie qu’il fait très froid. Il est du registre parlé.

Modification de sens[modifier | modifier le code]

Au Québec, d'autres mots ont, par ailleurs, subi un glissement de sens tel qu'ils ont un sens différent de celui ayant cours en France :

  • « lunatique » désigne une personne distraite, qui est « dans la lune » ;
  • « branler » signifie « masturber » en français européen et québécois mais possède également des sens variants. Il veut dire « se déplacer lentement », par extension « hésiter » (« branler dans le manche »), au Québec, tandis qu'en France, ce terme signifie « perdre son temps à ne rien faire ». « Branler » veut également dire « remuer » au Québec, comme la queue d'un chien lorsqu'il est content ;
  • « jaquette » désigne une chemise de nuit ou une chemise d’hôpital, une sorte de veste en France ;
  • « turluter » désigne un style de chant folklorique en québécois tandis qu'elle est utilisée comme terme humoristique pour désigner une « fellation » en France
  • « gosses » ; en France, il s'agit d'enfants, tandis qu'au Québec, le mot signifie «testicules ».

Certains glissements proviennent de l'influence de l'anglais : « supporter » signifie entre autres « encourager ».

Modifications non sexistes[modifier | modifier le code]

Le français québécois a une approche d'avant-garde en ce qui concerne le langage épicène. Les formes féminines d'appellation d'emploi sont courantes au Québec depuis les années 1980. Le but est de rendre justice à chacun et chacune en utilisant la variante en genre conformément au sexe de la personne en cause. On évite aussi de cette façon de suggérer qu'une profession particulière est avant tout masculine. Des formes qui seraient perçues comme étant très inhabituelles et agressivement féministes en France sont communes au Québec, comme « la docteure », « la professeure », « l'écrivaine », « la mairesse », « la première ministre », « la gouverneure générale ». Nombre de ces formes ont été officiellement recommandées par des agences régulatrices variées. L'Europe francophone adopte de plus en plus cet usage avec, par exemple, des emplois officiels autrefois essentiellement nommés au masculin (ex. « Madame la ministre »).

De plus, en écartant l'usage du masculin incluant le féminin (le masculin étant traditionnellement considéré un genre non marqué ou neutre), il est relativement commun de créer des doublets, en particulier pour des discours inclusifs : « Québécoises et Québécois », « tous et toutes », « citoyens et citoyennes » Autre exemple : L'Ordre des Infirmières et Infirmiers du Québec OIIQ.

On notera au passage que Charles de Gaulle ouvrait ses discours par « Françaises, Français » : il fut le premier à le faire, et fut en cela suivi par ses successeurs. Avant-guerre, l'usage était inverse : « Français, Françaises » .

En outre, une association au Québec, plutôt que d'utiliser soit « professionnels » (masculin seulement) ou « professionnels et professionnelles » (masculin et féminin), a décidé de promouvoir un néologisme épicène sur le modèle de « fidèle », en se nommant la « Fédération des professionèles ». Cela a toutefois déclenché un débat animé et reste une forme plus que marginale d'écriture se voulant non sexiste du français québécois.

D'un autre côté, en discours familier, certains marqueurs féminins se perdent ; par exemple, la forme « y » (dérivée de « ils ») est souvent utilisée à la fois pour « ils » et « elles ».

Au Québec, et plus généralement au Canada, on évoque plutôt les droits « de la personne » (faisant référence à la Charte des droits et libertés de la personne, charte propre au Québec) plutôt que les simples droits « de l'Homme ». D'ailleurs, le mot humain remplace de plus en plus le mot hommes (au sens d'êtres humains), ce dernier ne désignant de plus en plus que les humains de sexe masculin.

Termes informatiques[modifier | modifier le code]

L'Office québécois de la langue française propose des équivalents français pour les termes techniques et usuels anglais en informatique ; l'emploi de ces termes varie selon l'environnement de travail, le bilinguisme français-anglais des utilisateurs et l'habitude d'éviter les anglicismes. Ainsi, au Québec, l'Office prône l'emploi de courriel au lieu de e-mail (terme officiellement recommandé aujourd'hui en France et dans certains cantons suisses, notamment Genève), pourriel au lieu de spam mail, polluposteur ou pourrielleur au lieu de spammer, pollupostage ou pourriellage pour spamming, clavardage et clavarder au lieu de chat et to chat, baladodiffusion et balado (fichier) au lieu de podcasting et podcast, hameçonnage au lieu de phishing, espiogiciel au lieu de spyware, la forme francisée blogue, etc.

Les Québécois ont emprunté quelques mots de leur vocabulaire à l'anglais, mais aussi, de relativement nombreux mots aux langues amérindiennes (le mot Québec est d'ailleurs dérivé d'une langue autochtone et signifie « là où le fleuve se rétrécit »). Plusieurs mots ou locutions sont aussi nés de troncages des mots ou des suites des déformations phonétiques.

La plupart des mots dérivant de l'anglais sont surtout utilisés dans les grandes régions urbaines, comme Montréal, ou dans les régions limitrophes aux frontières américaines ou des autres provinces canadiennes anglophones.

Termes nautiques[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de termes possédant dans d'autres régions francophones un sens strictement nautique sont utilisés dans des contextes plus larges au Québec. Ceci est dû au fait que, jusqu’à l'arrivée du chemin de fer et des liaisons routières, le seul moyen de transport était la voie fluviale du Saint-Laurent, autour duquel la majorité de la population est, encore aujourd'hui, située. Par conséquent, le Québec a une forte tradition maritime : malgré un quart de millénaire d'occupation britannique, le français est toujours demeuré et demeure encore la langue utilisée par les pilotes sur le Saint-Laurent.

Par exemple, le mot débarquer est employé au Québec pour indiquer la sortie hors d'un moyen de transport (voiture, ascenseur, etc.) et embarquer pour l'opération contraire. De plus, il n'est pas rare d'entendre les locuteurs plus âgés ou situés en milieu rural utiliser haler au lieu de tirer, virer au lieu tourner; les vieux bricoleurs font des « radoubs » sur leur maison. On disait aussi « dégréez-vous » pour dire aux invités d'enlever leurs manteaux. Un « grément » désigne un objet quelconque (bidule). Également, les termes « monter à/descendre à » sont utilisés pour parler d'un voyage d'une ville vers une autre. À l'origine, cela suivait la direction du courant du fleuve St-Laurent (ou autre cours d'eau majeur selon la ville). Ainsi, on dirait « descendre à Québec » si on vient de Montréal ou « monter à Québec » si on vient de Rimouski par exemple. On pourrait également dire « descendre à Québec » si on part de la ville de Chicoutimi, en faisant référence cette fois au cours de la rivière Saguenay. Mais de nos jours, monter et descendre sont utilisés dans un sens comme dans l'autre sans que la direction du courant ait d'importance. Le poète et chansonnier (faiseur de chansons) Gilles Vigneault a tout un vocabulaire de pêche fluviale, alors que Félix Leclerc a celui du paysan de l'île d'Orléans.

Morphologie dérivationnelle[modifier | modifier le code]

Certains affixes se retrouvent plus fréquemment au Québec qu'en France, en particulier le suffixe -eux (provenant du dialecte normand) qui possède un certain sens péjoratif : téter → téteux (lèche-cul) ; niaiser → niaiseux (idiot, agaçant) ; obstiner → obstineux (ergoteur, argumentateur) ; pot → poteux (consommateur ou revendeur de marijuana, « pot » (prononcé /pɔt/) signifiant « marijuana »).
On retrouve aussi fréquemment le suffixe -age, qui désigne l'action de, sans sens péjoratif : magasiner → magasinage, voyager → voyageage, niaiser → niaisage.

Anglicismes, archaïsmes, calques et prêts linguistiques[modifier | modifier le code]

Forme et francisation[modifier | modifier le code]

La prononciation des emprunts à l'anglais dépend fortement à la fois de son contact avec la communauté anglophone et de la lexicalisation associée au terme.

Ainsi, un terme lexicalisé aura une prononciation francisée, s'adaptant à la phonologie et à la phonétique du français. C'est le cas des mots tels bécosse et van (prononcé vanne). Un terme non lexicalisé, tels washer et running shoe, pourra être prononcé avec un accent américain, selon l'accent propre du locuteur. La lexicalisation dépend surtout de la tradition, de l'habitude et de l'idiolecte.

Cette règle dépend alors du contact du locuteur avec la langue anglaise (influence de l'idiolecte). Un francophone qui est peu en contact avec des anglophones ou des francophones bilingues aura tendance à tout franciser phonétiquement. À l'inverse, un francophone fortement exposé à l'anglais aura même tendance à retourner à la prononciation anglaise. Dans ce dernier cas, van retrouverait sa prononciation originale. On peut parler ici d'hyper-correction. Par exception, bécosse resterait cependant francisé, l'emprunt étant pratiquement complètement lexicalisé, en témoigne l'orthographe.

Lorsque le terme est grammaticalisé, tels les verbes toaster et caller, le terme peut perdre définitivement sa prononciation anglaise, même chez le francophone anglophile. La logique derrière cette perte est que le mot subit la grammaire française comme n'importe quel autre mot : il n'est plus anglais, mais québécois. Leur étymon respectif toast et call conserve cependant sa prononciation variante. À noter que la grammaire anglaise ne s'applique pas. (Il n'y a pas de grammaticalisation philologique.) Ainsi, on ne dira pas « des washers » en prononçant le s final. Un « s » serait ajouté à l'écrit, mais la prononciation suivrait la règle française. Cependant, running shoe ayant été emprunté comme un terme pluriel, on pourra rencontrer le terme avec un s prononcé à l'anglaise /z/.

Certains mots du français utilisé au Québec sont également archaïques et désuets vis-à-vis du français moderne international. Mis hors de l'usage encore aux XVIIIe - XIXe siècles en France, les mots tels que pocher, galipote, charrue et magané peuvent encore se rencontrer dans le lexique québécois. Leur utilisation, par contre, a drastiquement diminué depuis les vingt dernières années, mis à part magané, et continue de diminuer encore aujourd'hui. Les mots sont courants chez les tranches les plus âgées de la population.

D'autres mots, tels côte et coteau sont venus du français artisanal des premiers colons de la Nouvelle-France et sont bien ancrés dans l'histoire du Québec. On en fait un usage très courant de nos jours, surtout au niveau cadastral, pour ainsi souligner l'héritage français sur l'ancienne colonie.

Table du lexique[modifier | modifier le code]

Mot ou expression Origine Signification Explication/exemple
Anyway, enniwé Anglais anyway De toute façon « Je voulais aller là anyway. »
Anorak inuit Manteau court à capuchon
Astheure, asteur (prononcé [astaœ̯ʁ]) À cette heure Maintenant « Astheure, qu’est-ce qui va arriver ? »
« Il fait noir de bonne heure astheure. »
(En) avoir son voyage Être fatigué, voire écœuré de quelque chose. Ou être très surpris (variante sans le « en ») « J’en ai mon voyage de t’entendre ! »
« Elle est enceinte ? Ah ben ! J’ai mon voyage ! »
Awaye /awɛj/, enwaye /ãwɛj/, awé /awe/ Envoye (conjugaison archaïque de l'impératif 2e personne singulier du verbe envoyer) Vas-y, allez-y « Awé, appelle le taxi. »
Barniques Vieux français «bernicles» et du breton « bernic » Lunettes Souvent péjoratif : lunettes peu esthétiques, le plus souvent par leur taille
Batterie Anglais : Battery
Employé dans le sens de pile, batterie est un anglicisme.
Par contre, si le terme est utilisé pour désigner la réunion d'éléments générateurs d'électricité du même type, alors il est français accepté[23].
Pile sèche, électrique
Bicycle (prononcé /be.sɪk/ ou /bɪ.sɪk/) (familier) Anglais bicycle (bicyclette) Bicyclette, vélo Un bicycle à gaz : une moto (familier)
Bécosse Anglais : back house, qui vient aussi de l’allemand Backhauss Toilette extérieure, sanisette.
Ben /bẽĩ̯/, bein /bẽĩ̯/, bin /bẽĩ̯/, bè /bɛ/ déformation / contraction de Eh bein,
Calque de well en anglais
1. Bon, eh bien, eh donc
2. lorsque se place au début d'une phrase, signifie l’opposition ou la négation (analogue de mais)
3. Peut aussi prendre les sens beaucoup, très et extrêmement, tout dépendant du contexte.
« Eh bein, on verra ! » « Ben là, tu m’fais chier. »
« Bè non ! »
« J’ai ben de la monnaie. » « Je t’aime ben fort. »
Bizoune Ancien français Sexe masculin (Aussi appelé pénis ou graine)
Bombe (vieux) Bouilloire Par analogie de forme, Femme aux formes avantageuses en France
Botch, boutch, boutte Anglais butt Mégot de cigare, cigarette
Botcher Mal faire, faire à la hâte. « Il a botché son travail. On devra tout recommencer ! »
Brailler Ancien français 1. Pleurer
2. se plaindre, se lamenter
3. crier après
1. « Quand même tu brâillerais à journée… »
2. «Il est jamais content, il brâille toujours.»
3. «il crie après sa mère.»[24]
Branler 1. Hésiter
2. lambiner, traîner
3. (se) masturber
Branler dans le manche
Branleux(euse) Personne hésitante, lambineuse « Avance, branleux ! »
Brassière Ancien français Soutien-gorge
Buck (prononcé /bɔk/) Gibier mâle. « Je viens de tuer un gros buck de 12 pointes ! »
Caller (prononcé /kɔ.le/) Anglais (to call) Appeler. Aussi : Animer une danse traditionnelle par l'indication des figures à effectuer. Chasse : Imiter le cri d'un animal pour l'attirer.
Campe (Canada) (Acadie) Maison primitive, cabane, souvent bâtie avec des troncs d’arbres non équarris, bois rond. Abri forestier.

Le "e" final est prononcé.

Caler 1.Boire à fond, finir le verre rapidement (généralement en une gorgée).

2.renfoncer, s'enfoncer

1.Se dit aussi finir d’une shotte ou d'une traite.

2. Caler dans la neige

Canceller Ancien français : chanceler, barrer, cloîtrer et de l’anglais to cancel Annuler « J’aimerais canceller ma commande »
Canard (vieux) De bec de canard (lampe), désigne une bouilloire ayant la forme de ladite lampe. Bouilloire Par analogie de forme et de son. N’est utilisé que dans quelques régions.
Cave (adjectif et nom) Idiot, imbécile « T’es vraiment un beau cave. »
Cédule Provient du mot anglais schedule Horaire
Char (prononcé /ʃɑɔ̯ʁ/) Français : de l’ancien français charriote (XIIe siècle, du latin carrum (chariot)[25] Voiture (automobile). Anciennement, les gros chars étaient les trains, les petits chars, les tramways. Dans ces acceptions, char est un calque emprunté à l'anglais[26].
Charrier 1. Exagérer
2. Transporter une grande quantité de choses ou une lourde charge
Charrue Ancien français vulgaire 1. Prostituée (surtout âgée)
2. femme rustre, sans éducation, sotte
3. femme laide, répugnante, dégoûtante
4. Chasse neige (utilisé pour déneiger les routes et chemins, l'hiver, à cause de la forme de la lame en avant)
« Tu vas tu encore sortir avec c’te charrue ? »
Checker ou tchéquer Anglais Regarder, vérifier (contrôler) (selon le contexte) « Check moi le touriste là-bas » « Check [la pression de] mes pneus ». Aussi parfois utilisé pour contrôler, vérifier en France.
Chialer (prononcé /ʃjɑːle/ ou /ʃjɔːle/) Ancien français Se plaindre Ailleurs dans la francophonie : pleurer (familier)
Chique, chix (prononcé /tʃɪk/) Anglais chick Belle femme, belle fille, très jolie et ravissante, parfois même sexy « Ta sœur est une vraie chique ! »
Chou-claque Anglais (shoe-clack) Basket tennis, chaussures de sport « J’aime bien jouer au hockey dans la rue avec mes nouveaux chou-claques. »
Coat (prononcé /koʊt/) Anglais Manteau « Les motards ont tous des coats de cuir. »
Coaltar (prononcé /kal.tɑːʁ/ ou /kal.tɑɔ̯ʁ/) Anglais, de coal (charbon) et tar (goudron) type de goudron « Être dans le coaltar », être confus, mal réveillé

Aussi utilisé en France.

Colon Ancien français pour les habitants d'une colonie Homme sans manières, sans éducation, idiot, rustre « Mon voisin est un vrai colon ! », En France : sauvage, beauf
Cool (prononcé /kuːl/) Anglais Chouette, génial, parfait, superbe, super, « Les vacances, c’est cool. ». Utilisé en France
Cooler (prononcé /kulɚ/) Anglais Glacière, anciennement congélateur.
Coqueron Anglais (cook room) Remise, appentis, endroit exigu
Côte Mot anciennement utilisé pour désigner un « rang » seigneurial dans le découpage territorial de la Nouvelle-France 1. Pente
2. Rue principale formée à partir de l’ancien chemin du rang
Le chemin de la Côte Saint-Antoine (Montréal), prononcé simplement la Côte-Saint-Antoine
Coudon[27], coudonque[réf. nécessaire] Simplification des mots écoute donc Voyons, tiens, voilà « Coudon ! Je l’ai pas vue, celle la ! »
Cours Jardin « Allez jouer dans cours, les enfants. »
Créature Vieux sens du mot Femme, fille, adolescente « Quelle belle créature! » (se dit d’un homme qui manque de masculinité). Utilisé en France pour une belle femme qui paraît inaccessible.
Crosse Vieux sens 1. Injustice, trahison, menterie
2. Hockey sur l’herbe
« C’est d’la crosse ! »
« Veux-tu aller jouer à la crosse avec nous ? »
Crosser (se) Vieux sens 1. Duper, trahir, (se) faire avoir ou (se) faire baiser
2. Se masturber
« On s’est fait crosser encore ! »
Couverte

ou

Couvarte

Couvre-lit, plaid
Cutex Cutex, marque de commerce Vernis à ongles
Dash (se prononce /datʃ/ ou /daʃ/) Anglais Tableau de bord (automobile) « Les clés sont sur le dash »
Dégueux, dégueulasse Dégoûtant, répugnant, laid « Berk ! C’est dégueulasse ! ». Même sens en Europe auquel s'ajoute un second sens : injuste (familier).
Dépanneur Du verbe dépanner, venir à la rescousse Petite épicerie du coin de la rue, supérette
Dérenneché Anglais to wrench Usé, délabré, brisé, abîmé, en mauvais état, etc.
Drab ou drabe Anglais 1. Beige
2. Sans vie, sans relief, sans intérêt
Drette (familier) Régionalisme français du XVIIIe siècle, Droit (encore entendu en France dans certain campagne de Vendée-Poitou), à droite (par opposition à gauche) ou encore, sans délai, tout de suite. « C’est drette en avant de toi. »
« Tourne à drette. »

« Pas demain, drette là! »

Éfouèrer, afouairer Écraser (s'éfouèrer : s'écraser de façon disgracieuse sur un divan par exemple)
Enfarger, s'enfarger du champenois : empierger, s'empierger Faire trébucher, trébucher
Enfirouâper Dérivation de sens, de l’anglais in fur wrapped (enveloppé de fourrure)[28] Tromper, duper, avaler, se faire attraper « Je me suis encore fait enfirouâper! »
Embrailler Accélérer, démarrer, s'utilise aussi comme awaye (pas seulement en parlant d'automobile Souvent à la suite d'une demande ou d'un ordre : Allez/Awaye, embrailles! (Allez, accélères!), Embraillez! (Allez !) ou un ordre sous forme de question : Awaye, t'embrailles-tu?
Épicerie(s) Emplettes, courses « Je vais aller faire l’épicerie. » (« Je vais faire les courses »).
Faque, fèque (Qui) fait que Alors, donc, de cette manière
Flashlight Anglais Lampe de poche Anglicisme de moins en moins utilisé.
Foufounes De l’enfantin frou-frou Fesses Ailleurs dans la francophonie, employé au singulier : désigne le sexe féminin.
Frette Ancien français fraide (Très) froid « Y fait frette à matin ! »
Fucker, Fucké (non péjoratif) (prononcé /fɔ.ke/) De l'anglais Fuck Fou, bizarre, étrange, absurde « C'est bin fucké ça ! » (non péjoratif)
Foquer le chien, foquailler, foquaillage[29] Chercher les problèmes, semer le trouble, bâcler, flâner « Arrêtes de foquer l'chien ! » (non péjoratif)
Fuse (prononcé fiouze) Anglais 1. Fusible (dans un tableau d'alimentation électrique)
2. Flatulence n'émettant pas de sons, mais qui est trahie de par son odeur
1. Anglicisme de moins en moins utilisé (sauf dans sauter une fuse = péter les plombs). En France Fuse (du verbe fuser) qui va dans tous les sens.
Fun (prononcé /fɔn/) Anglais 1. Fun (nom) : "plaisir"
2. Le-fun (adjectif) : "plaisant, agréable"
1. Avoir un fun de bossu = avoir un plaisir fou[30].
C'est une fille le-fun que j'ai sorti hier avec.
Galerie Balcon
Galipote (courir la) (vieilli) Ancien français Chercher à séduire ou vivre dans la débauche, voire courir au-devant des ennuis
Garnotte(s) Ancien français Gravier, (garnotter : lancer vivement un projectile)
Gosse(s) Usage déformé du contexte de la progéniture (à l'initiale signifiant les enfants de quelqu’un) Testicules, couilles, bijoux de famille « Arrête de jouer avec tes gosses ! » (autrement dit : « Arrête de te masturber ! »)
Gosser De l'ancien usage artisanal voulant dire construire, fabriquer (essentiellement, avec du bois) 1. Faire n'importe quelle action avec n'importe quel objet (peut être vu comme le verbe foutre)
2. Travailler dur, sans repos sur qqch

3. Énerver

« Cosser que t’as gossé encore ? » (sarcastique par la rime avec cosser)
« J’en ai vraiment gossé des choses à soir. » pour « J’ai vraiment fait beaucoup là dessus hier soir. »

3. « Tu gosses ! » « Il arrête pas de me gosser. » « Esti qu'tes gossant ! »

Guidoune De l’anglais to get down (with somebody), coucher (avec quelqu’un) Jolie femme, qui s'est «arrangé» pour une occasion. (de moins en moins utilisé aujourd’hui) Ouin, belle guidoune!
Hot (prononcé otte) Anglais Intéressant, fascinant, magnifique, chouette, amusant. En France : chaud > Attirant (sexuellement) « Si c’est pas hot, ça ! »
Icitte Ancien français Ici « Viens icitte ! » Prononciation archaïque, tel litte : lit. Présente aussi en Catalogne.
Innocent Peu instruit, imbécile, naïf (aussi utilisé au sens de non coupable) Péjoratif (peut avoir le même sens que gentil en Europe)
Jammer (prononcé /dʒa.me/) Anglais : to jam 1. Coincer
2. Jouer, faire de la musique
« La porte est jammée. »
« On a jammé du rock et du reggae. »
Jardin Potager
Kesséça (ou, plus rare, kosséça), kesser ça (kosser ça) Qu’est-ce que c'est que ça ? « Kosser que tu viens d’me dire ? »
« Du kesser ça ? » (synonyme de « Quoi donc ? »)
Ketch, kitch Anglais Verrou (de moins en moins utilisé)
Kodak Kodak, marque de commerce Appareil-photo (tend à être remplacé par caméra)
Laveuse (plus rare : Lessiveuse) Machine à laver, lave-linge En France, une lessiveuse ne désigne pas la machine mais un seau pour bouillir l'eau (maintenant archaïque).
Lurette (rarement utilisé) Archaïsme du mot heurette (petite heure) Une période de temps inexistante, imaginaire et satirique
N'est utilisé dans :
« Attends-moi à lurette. » pour « Ne m'attends pas. ». Utilisé en France avec l'expression : depuis belle lurette, depuis longtemps.
Machine Voiture. Rarement utilisé aujourd'hui. « Viens t'en ! On va faire un tour de machine. »
Machines (faire le tour des) Expression datant de l’époque industrielle Examiner, visiter, aller voir quelque chose ou quelqu’un « J'vas faire le tour des machines chez Guillaume. »
Maganer Du francique maidanjan «mutiler/estropier»[31]. Maltraiter, affaiblir, abîmer «Ça m’magane le cœur» (= me déchire le cœur).
Aussi orthographié maganner[31]
Magasiner Calque du mot anglais shopping Faire des courses, faire des achats « On s’en va aller magasiner dans l’mail. »
Maringouin Tupi-guarani : mbarigui Moustique Aussi utilisé aux Antilles
Matante (nom) Tante Tantine
Matante, mononcle (adjectif) Ringard, vieux-jeu « Mets pas ces lunettes-là, ça fait matante ! »
« D'la musique de mononcle. »
Mononcle (prononcé « mononque ») Mon oncle Tonton
Maudusse, mauzusse provient du mot maudit qui était à l'époque considérer comme un juron et non d'un anglicisme de Moses ou Moise..., Meince, a Mince ! Zut alors, ah non, maudit(e) « Mauzusse, j'ai oublié mon rendez-vous! »
Maudille, (en) maudit Défiguré des jurons religieux de l’ancien régime (maudire) Beaucoup, trop (très), fort « La semaine, on y travaille en maudit ! » ; « Maudite de bonne idée, ça ! »
Moppe anglicisme de mop Serpillère
Neveurmagne (vielli) Anglais nevermind, ne pas s’en faire Laisser faire, oublier
Newfie (prononcé noufi) Se référant aux habitants de Terre-Neuve, Newfoundland et aux imbéciles en général Imbécile Terme péjoratif
Niaiseux, niaiseuse Dérivé de niais Personne peu intelligente « Mon père est niaiseux » (masculin), « Ma mère est niaiseuse » (féminin)
Nono, nonoune Mot plus enfantin pour niaseux Idiot, idiote « Mon père est nono »
Nounounerie Dérivé de nono Idiotie, niaiserie, stupidité « Arrête de dire des nounouneries »
Noune Sexe féminin, peut aussi être utilisé comme nono (voir plus haut)
S’ostiner, s’astiner Dérivé de (s’)obstiner Contredire avec insistance, ergoter, argumenter, s’opposer à qqch (non péjoratif) « Arrête ! Tu t’astines pour rien ! »
Ostineux (euse), astineux (euse) Dérivé de (s')obstiner Personne contrariante, chicanière, qui contredit tout le temps
Ouache Mot d'origine algonquine[32] Abri d'animal (ours, castor, orignal); expression de dégoût (remplace beurk, qui est très peu utilisé)
Pantry (prononcé /pɛn.tʁe/) Placard ou comptoir Terme de moins en moins utilisé
Parker, parquer, pâker (prononcé /pɑ(ʁ).ke/) Français : mener au parc (les animaux) ; anglais : to park Stationner, se stationner (les deux termes sont utilisés au Québec) « J’va aller parker mon char. » « Parquer » est aussi utilisé en Suisse.
Patente (ou patente à gosse) Ancien français : brevet émanant du roi Bidule, machin, truc, chose, schmilblick (ce dont on ne connaît pas tout-à-fait l’utilité) « C’te patente m’fait peur! »
Patenter Ancien français : délivrer une patente Inventer, fabriquer, réparer « T'as tu finis de patenter ça ? »
Patinoire à poux Calvitie
Peanut Anglais : peanut Cacahouète, arachide
Pis, pi Puis Et, en plus, en dessus de
Très souvent utilisé au milieu des phrases pour les lier entre elles. Aussi utilisé en français européen, dans le langage familier, et plus sporadiquement.
« Pis ton frère, y va bien? »
« Pis là, a m’parle pu. »
Pitoune Anglais happy town, réduit à pi town Belle fille, fille de peu de vertu (selon le ton et le contexte) Langage populaire, voire inconvenant
Plasteur Anglais : plaster pansement
Plate, platte Du mot plat Moche, nul, sans intérêt, ennuyant « Mon travail est plate. »
« La vie est bein platte! »

« C'est donc ben plate! »

Plotte Sexe féminin (aussi sens figuré) Chercher de plotte à satisfaire (allusion aux relations sexuelles, se dit aussi chercher du cul à satisfaire)
Plogue Anglais : plug Prise de courant électrique ou publicité (faire une plogue à la télé), avoir un contact « J'ai une plogue pour rentrer dans cette compagnie-là. »
Ploguer Anglais : plug Mettre en relation, en contact
Brancher un appareil électrique
« Je me suis fais ploguer pour une job » (se faire pistonner, en France).
« J’arrive pas à ploguer la lampe. »
Pogner Possiblement, du mot pogne, de l’ancien français 1. Attraper, empoigner, prendre, obtenir (propre et figuré)
2. (intr.) Être populaire, susciter un grand intérêt de la part du sexe opposé
3. Attraper une maladie
4. Capter une station de télévision ou de radio
5. Se pogner avec : se battre contre quelqu’un.
6. Pogner la joke : Comprendre une blague, une référence, un jeu de mot (équivalent en France de piger)
« Tu t’es pogné une blonde, finalement? »
Poche Du verbe pocher, ancien sens de mettre hors d’usage 1. De mauvaise qualité, mal fait, désuet, inutilisable (parlant d'un objet)
2. Ennuyant, nul, moche
3.La poche, poil de poche = poil de pubis (chez les hommes)

4. Ne pas réussir/couler un examen ou une matière à l'école

1. « Ta montre est bein poche. »

2. « C'est poche, cette blague là ! » « Maudite émission poche ! »

3. « J'me gratte la poche. »

4. « Hey j'ai poché mes maths ! »

Polar Polar, marque de commerce Vêtement (de sport) en fibre synthétique
Pôle Anglais : pole, poteau Tringle à rideaux
Portique Vestibule
Pot (prononcé /pɔt/) Anglais pot Cannabis, hashish, marijuana (équivalent du mot herbe en Europe). « Tu veux-tu du pot? »
Pouce (faire du) Faire de l'auto-stop « Il voyage sur le pouce »
Prélart (parfois prononcé /pʁo.laʁt/) Revêtement de plancher, linoléum
Puck (prononcé /pɔk/) Rondelle (Canada), Palet (France) « On ne peut pas jouer sans puck. »
Q-tip, q-tips (prononcé /kju.tɪps/) Q-Tips, marque de commerce Coton-Tige (marque de commerce), bâtonnet ouaté, cure-oreille.
Quétaine Cu-cu, vieilli, démodé, désuet (figuré ou abstrait), kitsch « C’te toune là est trop quétaine, ferme la radio. »
« Moi, je suis un gars quétaine : j’aime ça faire des soupers romantiques avec ma blonde. »

« T’es donc ben quétaine! »

  • Viendrait de « quêteux », un mendiant habillé d'une façon dépareillée et donc de mauvais goût.
Record (très vieux, prononcé /re.cɔʁd/) Anglais Disque 33-tours, 45-tours
Rester Démeurer, résider, pas toujours temporairement (synonyme d’habiter) « Dès ma naissance, chu toujours resté chez mes parents. »
Robineux, robinard Ancien sens du mot robin, charlatan vagabond, voleur ou petit criminel sans lieu de résidence permanent

Étymologie alternative, buveur de rubbing alcohol soit d'alcool à friction. Le robineux est celui qui boit de la robine.

clochard, sans-abri
se dit aussi quêteux (ancien français), bum ou hobo, qui sont les usages répandus en anglais américain
« Faut pas parler aux robineux. »
Running-shoes, runnings (prononcé /ʁɔnɪŋ.ʃuz/) Anglais Baskets, Tennis, chaussures de sport
Sacrer 1. Jurer avec des mots particuliers à cet usage : crisse, câlisse, cibouère, calvaire, sacristie, viarge, tabarnaque, astie, sacrament, etc.; « sacrer comme un charretier »
2. Jeter, envoyer nonchalamment ou avec mépris ou violence : « il a sacré la télé par la fenêtre. »
3. Ne pas accorder d’importance à qqch. : « je m'en saque »
4. Foutre le camp. : « Sacrer son camp »
Scotch-tape (prononcé /skɔtʃ.teɪp) Marque de commerce Ruban adhésif En France, on dit aussi scotch.
Scott-towel (prononcé /skɔt.ta.wœl/) Marque de commerce Essuie-tout, Sopalin (aussi une marque de commerce)
Scrapper De l'anglais to scrap Briser quelque chose, abîmer qqch - se débarrasser de quelque chose « J'ai scrappé la voiture. », « La porte est scrappée. »
Sécheuse Sèche-linge
Serrer Ranger « Serre-ça là où tu l'as pris. »
Signe (vieux) Anglais : sink Évier
Slotche ou sloche Anglais 1. Neige souillée de boue, surtout dans les rues urbaines
2. Glace pilée
3. Boisson faite de glace concassée et de saveur artificielle que l’on aspire avec une paille (barbotine)
SOS Marque de commerce Tampons à récurer en laine d’acier
Tanné(e) Du verbe tanner Fatigué(e), las(se), ennuyé(e) « Chu tanné de l’hiver. », En France insister
Tasser Du vieux sens mettre de côté, laisser faire Déplacer, bouger, entasser (aussi pronominal) « Pourrais-tu m’aider à tasser la table ? » « Tasse-toi ! », sens figurer laisser retombé (une rumeur par exemple)
Tayeule (familier, péjoratif) Ta gueule, abrégé de ferme ta gueule Tais-toi (taisez-vous), silence
yeuler (gueuler) - être impoli, grossier, malappris
« Tayeule, j’entends rien ! »
Toast/toaster (f) Anglais Toast = rôtie, tranche de pain grillée. Toaster (prononcé /toʊs.tœʁ) = grille-pain. Peut être utilisé comme verbe (prononcé alors /tos.te/) « T’es en train de toaster! » (Tu prends un coup de soleil)
Tomber en amour Expression désuète ou littéraire en français européen, de l’anglais to fall in love. Tomber amoureux
Tough (prononcé /tɔf/) (adjectif et nom commun) Anglais (a)Difficile (n.c.) Un dur à cuire « Jack Bauer, c'est un vrai tough ! », « C'est tough à vivre cette situation »
Toune, tounne Anglais : tune Chanson
Trail (peut se prononcer /tʁɛj/ dépendant des régions)
féminin
De l’anglais qui signifie piste Chemin, sentier, piste « La trail la moins longue est ici. »
Traileur (se prononce tʁe.lœʁ/ ou /tʁɛj.lœʁ/ en fonction de la région) De l’anglais trailer qui signifie caravane Une remorque tractée par une voiture « Embarque dans le traileur. »
Tuque Inuit Tujk Bonnet d’hiver
Turluter Onopatopée turlu-tu Chantonner
Van (prononcé /van/) Anglais camion, fourgonnette
Twit (se prononce /twɪt/) Anglais Stupide, niaiseux, gaffeux « Maudit twit ! »
Varger Frapper fort, battre (un objet), s'acharner « Arrête de varger dessus (qqun/qqch)! »

« Il vargeait dessus comme un malade! »

Du verbe verger - frapper avec un verge.

VTT (ou quatre-roues) Véhicule tout-terrain de type quad et non pas un vélo de montagne (vélo tout-terrain) et non pas « vélo tout-terrain » comme en France, on y préfère le terme « vélo de montagne »
Washer (prononcé /wɑ.ʃɚ/) ou gasket Anglais Rondelle ou joint d’étanchéité À ne pas confondre avec laveuse / lessiveuse. (Voir au-dessus.)
Wipers (se prononce /wɪ.pɚz/) Anglais Essuie-glaces « Il commence à pleuvoir, pars les wipers. »
Wind-washer (prononcé /wɪnd.wɑ.ʃɚ/) Anglais : windshield washer Lave-glace (tend à disparaître au profit de lave-glace)

Expressions[modifier | modifier le code]

  • Lâche pas la patate

Expression originaire de Louisiane, popularisée dans les années 1970 par la chanson « Lâche pas la patate » ("The Potato Song"), composée par le musicien Cajun Clifford Joseph Trahan (pseudonymes: Johnny Rebel et Pee Wee Trahan), et popularisée au Québec par Jimmy C. Newman, (attribuée à tort à Zachary Richard)
Signifie: ne pas abandonner, continuer et aller de l'avant. « Lâche pas la patate, tu vas réussir! ». À l'inverse, l'expression « lâche-moi la patate » veut dire laisse-moi tranquille.

  • À/Un moment d'né

Littéralement : "À un moment donné", c'est-à-dire à un moment quelconque. « À moment d'né, il faudra aller voir un film! ».

  • (Que) Le yable l'emporte

Que le diable l'emporte : malédiction, démission/abandon.

  • Au yable vert (de moins en moins utilisé)

Signifie « à l'autre bout du monde », ou à un endroit éloigné ou inconnu. « On a amené mon frère au yable vert ». À rapprocher du français au diable vauvert

  • Pogne pas les nerfs

« Fâche-toi pas! »

  • Chanter la pomme (de moins en moins utilisé)

« Faire la cour », « Draguer »

  • Gros de

« Y'a gros du monde icitte ! » (Il y a beaucoup de personnes ici !) - (Sherbrooke/Cantons de l'Est/Trois-Rivières)

  • Avoir le feu au cul, (non péjoratif)

Signifie être fâché ou être désagréable « Y'a l'feu au cul depuis qu'y s'est fait virer. »

  • « Y vien d'un d'sour de balcon », ( Il vient du dessous d'un balcon )

- Utilisé pour décrire quelqu'un venant d'une famille nombreuse et sans éducation ,"( fait référence a une portée de chatons sans race précise souvent trouvée sous les galeries dans les villages ).

  • Tirer de l'ampérage (Côte-Nord)

- Être très fatigué. Fait référence à l'image d'une consommation excessive d'énergie électrique.

  • Cogner des clous

- Être si fatigué que les yeux en viennent à fermer par eux-mêmes; être à moitié endormi.

Jurons ou sacres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sacre (juron).

Plusieurs jurons de la langue française du Québec ont un rapport avec l'Église catholique. Le fait de « sacrer » (utiliser des jurons avec ou sans intention de blasphème) a sans nul doute un rapport avec la position prédominante de l'Église dans la vie des Québécois jusqu’à la Révolution tranquille (1960-1970).

Attention, certains Québécois peuvent être très choqués par la violence de ces jurons, notamment dans la bouche de visiteurs français. Les termes peuvent sembler anodins vus d'Europe, mais peuvent autant blesser qu'un « nique ta mère » ou un « enculé de ta race » pour un Français. Leur usage ne doit donc pas devenir un jeu. Le sacre québécois, même sans intention de blasphème, peut offenser les Chrétiens. De nombreuses variantes, considérées moins grossières (utilisées pour la plupart comme euphémismes), existent cependant.
À cette fin, câline, crime, cibole et tabarouette (une barouette est un synonyme de brouette) sont utilisés comme des versions comiques appropriées pour les oreilles des enfants, de sorte que l'on peut ainsi sacrer/jurer devant eux de façon responsable, puisque non offensante.

  • tabarnak (« tabernacle »)
    • Variantes : tabarslak, tabarnik, tabarnouche, tabarouette
  • câlisse (« calice »)
    • Variantes : câliboère, câlique, coliss, câlife, câline, (n'est pas prononcé comme le verbe « caliner »)
  • calvaire (allusion à Golgotha)
    • Variantes : calvince, calvâsse, calvette, caltar
  • Hostie, asti, ostifi, esti, osti, souvent abrégé en sti
    • Variantes: estique, ostiche, estiche, astiche, osto, esto, asto, ostin, ostifi, estifi, astifi
  • crisse (« Christ »)
    • Variantes : criffe, crime, criss... tophe Colon (très rare)
  • ciboire, saint-ciboire
    • Variantes : ciboère, cibole, cimonak, saint-cibolak
  • viarge (« Vierge » - c'est-à-dire Vierge Marie)
  • bout de ciarge (bout de cierge)
  • sacrament (sacrement)
  • baptême
    • Variante: batinse
  • esprit (c'est-à-dire Saint Esprit)
  • torrieux (de « tort à Dieu »)
  • Môsusse (de Moses, version anglaise de Moïse)


À cette liste s'ajoute le nom de saints jadis populaires dans la dévotion chrétienne :

  • sainte Anne
    • Variantes : bonne Sainte-Anne !
  • saint Christophe


Les jurons sont fréquemment combinés en chaîne de longueur variable, pour un effet multiplicateur (offensant et vulgaire), de sorte à exprimer une extrême colère ou frustration: « ostie d'câlice de tabarnak de saint-ciboire d'esti d'crisse » (très sérieux blasphème).

Un autre phénomène est la conjugaison des jurons comme: « câlicer une volée » (flanquer une raclée) ou « crisser son camp » (foutre le camp). On dit aussi « décrisser » pour se barrer. Les jurons peuvent servir de nom, d'adjectif, d'adverbe ou de verbe :

  • nom : C'est un p'tit crisse celui-là (morveux, insolent, énergumène, sacripant).
  • adjectif : C'est une tabarnak de pneumonie (d'aplomb, carabinée).
  • adverbe : C'est crissement dur! (fichtrement/foutument).
  • locution verbale : être en tabarnak (être furieux, en furie).
  • verbe : Je lui ai crissé une volée (flanquer une fichue raclée).

Plusieurs mots qui ne sont pas autrement grossiers, ou des insultes, sont parfois utilisés à l'intérieur de chaînes de jurons, mais ne constituent pas par eux-mêmes des jurons : saint (saint-cimonak), innocent, sans-dessein, maudit(e)...

Étrangement, le blasphème européen « nom de Dieu » qui consiste à utiliser le nom de Dieu en vain, tombe à plat car il ne correspond à aucune référence familière, et par conséquent n'est absolument jamais utilisé. Il est néanmoins compris, à cause des films européens et des traductions françaises de films américains.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les immigrants Normands au Québec au XVIIe siècle », Jacques Leclerc, site de Magène, 4 août
  2. Le français en Amérique du Nord, Claude Poirier
  3. « French Canadian Patois », rechercher effectuée sur Google Books le 4 août 2007 2005
  4. Texte sur www.gutenberg.org
  5. Louis-Philippe Geoffrion, Zigzags autour de nos parlers, première série, publié chez l'auteur, Québec, 1924, 222 pages
  6. Société du Parler français au Canada, Glossaire du parler français au Canada, L'Action sociale, Québec, 1930, 709 pages (Réimprimé Les Presses de l'université Laval, Québec, 1968)
  7. Étienne McKenven, « Je l’aime mon Dagenais (eh oui!) », OTTIAQ,‎ (consulté le 8 avril 2015)
  8. Le participe passé répond pour répondu est un exemple de régularisation des paradigmes documenté: Société du parler français au Canada (éd.), Glossaire du parler français au Canada, Les Presses de l'Université Laval, 1968, p. 584
  9. Léandre Bergeron, Dictionnaire de la langue québécoise, VLB Éditeur, p. 55
  10. Dictionnaire Québécois Vocabulaire Québécois
  11. Étymologie de breuvage
  12. Carreauté sur le Grand Dictionnaire Terminologique
  13. http://www.dufrancaisaufrancais.com/letrange-verbe-gosser/
  14. « Gricher, grincher et grincer », sur Office Québécois de la Langue Française (consulté le 3 décembre 2015)
  15. Sur des étiquettes canadiennes de pesticides, on peut parfois y lire : « Pour éloigner les moustiques (maringouins) ».
  16. Oscar Bloch & Walter von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, Presses Universitaires de France, 3e édition, 1960, pp. 387 et 416
  17. La prononciation [a] pour [ɛ] résulte d'une règle morphophonologique qui change la voyelle [ɛ] en fin de mot (Luc Ostiguy et Claude Tousignant, Le français québécois: normes et usage, Montréal, Guérin universitaire, p. 83-88).
  18. Gaston Paris, « Ti, signe de l'interrogation », Romania 1887, 6.438-442.
  19. Titre du controversé livre de Georges Dor, Ta mé tu là (Ta mère est-elle là?), Montréal: Lanctôt Éditeur.
  20. Tous les chemins mènent à la Slush
  21. Le Figuier enchanté « recueil hybride qui suit, trace l'itinéraire d'un enfant qui foula la gadoue avant la névasse »
  22. Le Bureau de la sécurité des transports du Canada
  23. Avis au public
  24. SPFC (collectif), Glossaire du parler français au Canada, Les Presses de l'Université Laval, 1968, p. 148 (pour l'ensemble des informations sur brailler).
  25. comme le breton karr (vieux breton carr), le gallois car, le vieil irlandais carr ainsi que l’anglais car, ce mot vient d’un terme gaulois. Emprunté au gaulois par le latin (carrum ou carrus), ce mot est passé aux langues latines, dont le français.
  26. Gilles Colpron, Les anglicismes au Québec: répertoire classifié, Montréal: Beauchemin, 1970, p. 47.
  27. Léandre Bergeron, Dictionnaire de la langue québécoise", Saint-Laurent : VLB Éditeur, p. 151.
  28. L’étymologie anglaise de ce terme est fortement contestée aujourd'hui.Discuter:enfirouaper
  29. Dictionnaire Québécois Vocabulaire Québécois
  30. Glossaire du parler français au Canada, Québec : PUL, p. 357.
  31. a et b « maganer:définition de maganer », sur Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales
  32. Intégrée au vocabulaire québécois vers le XVIIe siècle, ce mot d'abord emprunté à la langue algonquine désignait la cache de certains animaux sauvages (castors, ours, etc.)Dictionnaire Québécois Vocabulaire Québécois

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]