Lexique du football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dans cet article l'emploi du masculin dans les noms comme « joueur », « gardien de but », etc. devra être remplacé par le féminin quand il s'agit de football féminin et l'on dira, «joueuse », « gardienne de but » etc. De même « capitaine », « arbitre » et « juge » seront mis au féminin si nécessaire.

A[modifier | modifier le code]

Action
Ensemble de combinaisons menant à une situation devant le but. (voir combinaison et situation)
Agent
Personne qui gère les aspects financiers de la carrière d'un footballeur professionnel.
Aile de pigeon
Terme désignant un type de prise de ballon. Le joueur contrôle, dévie ou frappe le ballon avec l'extérieur du pied ou le talon tandis que la jambe est pliée et alors que le ballon est en l'air, derrière ou à côté du joueur. L'origine de ce terme est la forme de la jambe repliée en arrière qui, grâce à un peu d'imagination, ressemble à l'aile d'un pigeon et le mouvement qui évoque le battement de l'aile.
Ailier
Joueur offensif qui évolue sur un côté du terrain (l'aile) et dont le rôle est généralement de déborder et de centrer le ballon. On parle d'ailier droit ou d'ailier gauche. Historiquement joueur de la ligne avant, il est en relative disparition dans les 4-4-2 où certains joueurs apparaissent comme jouant dans le « couloir » latéral et remplissent aussi cette fonction.
Amorti
Contrôle du ballon, le plus souvent avec la poitrine, pour freiner sa course, dans le but de le manipuler avec les pieds pour une course balle au pied ou pour une passe.
Anti-jeu
Conduite antisportive. Est considéré comme acte d'anti-jeu tout geste délibérément fautif visant à empêcher l'adversaire de jouer : retenir un joueur adverse par le maillot, le tacler brutalement par derrière, etc. Ce genre de geste peut valoir un avertissement, un carton jaune ou un carton rouge. L'anti-jeu peut concerner un joueur ou une équipe qui mène au score et tente de gagner du temps en ralentissant le jeu ou en faisant durer au maximum les arrêts de jeu.
Appel de balle
Course effectuée par un joueur pour signifier qu'il attend le ballon. Souvent utilisé pour caractériser le jeu des attaquants. Ceux-ci peuvent faire des appels « dans le dos » de la défense (en profondeur), sur les côtés, pour éventuellement centrer. Les appels permettent également de créer de fausses pistes pour désorganiser la défense adverse et ouvrir des espaces pour les autres attaquants.
Appels croisés
Deux attaquants croisent leurs courses pour appeler la balle, ils essaient ainsi de désorganiser les défenseurs adverses.
Appui
Le jeu en appui désigne la manière de jouer d'un attaquant qui, plus haut que le reste de l'équipe, sert de point d'ancrage pour progresser vers le but adverse par le biais d'appui-remise. Il permet aussi d'attirer les défenseurs adverses autour de lui pour libérer des espaces.
Arbitre
Personne présente sur le terrain veillant au respect des règles.
Arbitre assistant(e)
Aide de l'arbitre principal(e) du match. Autrefois appelé(e) « juge de touche », il (elle) se déplace le long de la limite latérale du terrain, indique principalement les hors-jeu, si et où le ballon est sorti et à qui revient la remise en jeu et signale les fautes.
« Arconada »
« Faire une arconada », expression principalement employée en France[réf. nécessaire] lorsque le gardien de but se couche sur la balle mais que celle-ci lui glisse sous le corps. Ce terme fait référence au gardien espagnol Luis Arconada, auteur d'une erreur semblable lors de la finale de l'Euro 84 sur un coup franc de Michel Platini.
Arrêt
Geste du gardien consistant à bloquer la balle pour l'empêcher de rentrer dans le but. Si le geste est particulièrement bien fait, on parle d'arrêt spectaculaire.
Arrêt Bosman
Décision de la Cour de justice des Communautés européennes qui a eu un impact considérable sur le football professionnel européen.
Arrêts de jeu
Temps de jeu qui est décompté par l'arbitre et qui est ajouté à chaque mi-temps au-delà des 45 minutes règlementaires. L'arbitre ajoute en général 30 secondes de plus par changement de joueur, une minute en cas de blessure d'un joueur et une minute supplémentaire (que l'ex-entraîneur et commentateur français Guy Roux appelle la minute syndicale).
Arrière latéral
Défenseur qui occupe un côté de la défense (arrière latéral droit ou gauche).
Ascenseur
Action pour un joueur de s'appuyer sur un adversaire pour jouer un ballon aérien. L'ascenseur est une faute qui peut entraîner un coup franc. En revanche si le joueur s'appuie sur un partenaire, l'action est licite.
Assise
Synonyme de la stabilité tactique d'une équipe[pas clair].
Avertissement
Déclaration de l'arbitre à un joueur fautif qui précède un carton jaune.
Avant centre
Joueur faisant partie des attaquants qui évolue en position offensive axiale. Il peut être le seul joueur en position d'attaquant, avec un autre avant centre ou sur un schéma plus classique avec deux attaquants ailiers.

B[modifier | modifier le code]

Ballon de football
Ballon sphérique destiné au jeu du football
Ballon de football
Ballon d'or
Récompense décernée par le magazine français France football et remise, début décembre, au meilleur joueur de l'année, selon un vote de journalistes européens. Le Ballon d'or a été créé en 1956. Jusqu'en 2007, il ne récompensait qu'un joueur évoluant dans un club européen.
Ballon de plomb
« Récompense » décernée par Les Cahiers du football pour désigner le joueur de Ligue 1 ayant rassemblé le plus d'opinions négatives sur son nom autour des critères suivants : mentalité, choix de carrière et niveau footballistique.
Banc de touche
Abri hors terrain où les joueurs se réunissent pour s'échauffer en attendant de remplacer un autre joueur. Par métonymie, désigne le groupe des joueurs remplaçants. Le banc de touche est situé le long de la ligne de touche.
Béton
Terme générique pour qualifier une tactique ultra-défensive. On dit d'une équipe qu'elle « bétonne » ou qu'elle pratique le « béton ». Cette stratégie est utilisée en général lors des dernières minutes d'un match à fort enjeu par une équipe menant d'un but d'avance.
Bicyclette
Tir de volée en extension où l'impulsion et le tir sont réalisés avec la même jambe ; les 2 jambes se croisent alors dans les airs. La bicyclette retournée (tête en bas, amorcée dos au but) est généralement considérée comme le geste le plus spectaculaire du football. Ce geste fut popularisé (mais pas inventé) par le Brésilien Leônidas da Silva, meilleur buteur de la Coupe du monde 1938.
Bidone
Terme désignant en argot italien un joueur médiocre, surcoté, ne répondant pas aux attentes placées en lui.
Biscotte
Terme familier désignant le carton jaune que l'arbitre sort pour avertir un joueur fautif.[réf. nécessaire]
Bouffer la feuille (de match)
Expression qualifiant un attaquant en panne de réussite au cours d'un match, ou ratant une action de but facile.
Boulet de canon
Tir puissant visant à marquer en force
Bundesliga
Le championnat allemand (littéralement, le terme signifie « ligue fédérale ») définit actuellement les deux premières divisions du championnat. C'est également le nom du championnat autrichien, de moindre notoriété.
But
Objectif même du football, le but consiste à faire passer le ballon au-delà de la ligne de but, entre les deux poteaux et sous la barre transversale.
But casquette
But encaissé de façon stupide ou insolite. L'expression tient son origine du but encaissé par le gardien de Southampton C. Jailin, en 1927 contre Hull City, à la suite de la chute de sa casquette sur ses yeux lors de la dernière minute du match. Son équipe perdit le match 1-0. L'incident se répéta plusieurs fois par la suite, et l'expression fut couramment employée pour désigner des buts encaissés de façon idiote.
But contre son camp (c.s.c) ou autogoal
Terme employé lorsqu'un joueur fait entrer le ballon dans ses propres buts. Le but est alors accordé à l'équipe adverse. Cette action étant involontaire, on accorde le but contre son camp au joueur fautif uniquement si celui-ci a fait entrer le ballon en changeant radicalement la course de celui-ci, par exemple sur un centre en retrait poussé dans ses filets par un défenseur. Une déviation légère du ballon, que ce soit par le gardien de but ou par un défenseur, n’est pas considérée comme un but contre son camp.
But en argent
Le but en argent sert à départager deux équipes lors des prolongations. Au terme de la première mi-temps de la prolongation, l'équipe qui mène remporte la partie. Si l'égalité subsiste, on joue la seconde mi-temps. Si à la fin des deux périodes de 15 minutes, les deux équipes sont a égalité, on a alors recours à une séance de tirs au but. Le but en argent a été introduit par l'UEFA le 15 mars 2002, avant d'être supprimée après l'Euro 2004[1].
But en or
Le but en or sert à départager deux équipes lors des prolongations. La première équipe qui marque durant les prolongations remporte la partie et met fin aux prolongations. Si l'égalité subsiste à la fin des deux périodes de 15 minutes, on a alors recours à une séance de tirs au but. La règle du but en or est appliquée pour la première fois lors du Championnat du Monde Junior disputé en Australie en 1993. Pendant le tour préliminaire de la Shell Caribbean Cup 1994, un règlement selon lequel le but en or compte double est expérimenté. Mais le règlement prévoit des prolongations y compris en match de poule. Cette règle est appliquée pendant les matches éliminatoires de quelques compétitions internationales majeures. L'Allemagne gagne la finale du Championnat d'Europe de football 1996 (le but en or s'appliquait à partir des demi-finales de cette compétition) et la France gagne celle du Championnat d'Europe de football 2000 ainsi que la demi-finale, mais aussi les huitièmes de finale de la Coupe du Monde 1998 sur un but en or. L'International Football Association Board supprime cette règle le .
But fantôme
Expression journalistique concernant une décision discutable d'accorder ou de refuser un but alors qu'il existe une incertitude sur le fait que la balle ait franchi intégralement la ligne de but. Ainsi un but fantôme peut concerner un but accordé alors qu'il y a des doutes ou une controverse s'il a bien franchi la ligne de but ou à l'inverse un but refusé alors qu'il a des doutes ou une controverse s'il n'a pas franchi la ligne de but. Le terme peut être aussi employé lorsque le ballon rentre dans le but à travers le filet de coté (déchiré ou mal accroché au sol) donc sans avoir franchi la ligne de but.
Le plus célèbre but fantôme est probablement le « but de Wembley », le but marqué par les Anglais contre les Allemands lors de la prolongation de la finale de la Coupe du monde de football de 1966. Pour faciliter l'arbitrage de telles situations, des technologies sur la ligne de but ont été développées. À la suite des polémiques sur les buts fantômes de la Coupe du monde 2010 (but non accordé aux Anglais face aux Allemands en huitièmes de finale) et de l'Euro 2012, la FIFA a mis en œuvre une telle technologie lors de la coupe du monde de 2014.
But libérateur
But marqué vers la fin du match, en général par l'équipe favorite, d'un match à suspense ou crispé, qui « libère » alors l'équipe qui a marqué.
Buteur
C’est un joueur qui marque un but. Par abus de langage, le terme de buteur est parfois employé pour désigner un joueur évoluant au poste d'avant-centre, dont le rôle est en premier lieu de marquer des buts.

C[modifier | modifier le code]

Cadre
  1. Structure du but.
  2. Joueur généralement titulaire dans son équipe, ayant une position importante sur le terrain mais aussi dans le vestiaire (par analogie aux cadres d'entreprise).[réf. nécessaire]
Cadré
Qualification d'un tir ou d'une frappe lorsque la trajectoire du ballon est dirigée vers l'intérieur du but. Par opposition un tir non-cadré ou passant à côté du « cadre » est un tir qui touche les poteaux ou la barre.
Café crème
Terme générique désignant un dribble ayant permis l'élimination rapide (et souvent un peu humiliante) d'un adversaire (par un passement de jambes, un petit pont, etc.).
Calcio
Souvent utilisé à tort pour désigner le championnat italien, calcio est le mot italien pour parler du jeu de football.
Capitaine
Le capitaine est celui qui commande et motive l'équipe. L'existence et la définition du rôle du capitaine ne figure pas dans les règles et n'est donc que le résultat de la jurisprudence.
En particulier, c'est lui qui choisit le terrain lors de l'engagement et reçoit le trophée s'il y en a. Il rend visite à l'arbitre avant la rencontre pour recevoir les consignes particulières à la rencontre et porte un brassard qui le distingue des autres joueurs.
« Ça n'est pas fini! »
Expression fréquemment employée par les commentateurs pour signaler qu'une action dangereuse peut en engendrer une autre.
Capter
Terme signifiant, pour un gardien, le fait de bloquer le ballon sur une frappe. Parfois utilisé pour un joueur de champ.
Carton jaune
Premier niveau de sanction individuelle délivrée par l'arbitre à un joueur, le second niveau est le carton rouge, synonyme d'expulsion définitive. Nonobstant la sanction individuelle, une sanction collective est aussi attribuée à l'équipe du joueur sous forme d'un coup franc ou d'un penalty.
Carton rouge
Un arbitre sanctionnant un joueur d'un carton rouge
Signe matérialisant l'expulsion d'un joueur. Cette sanction individuelle est attribuée après qu'un carton jaune a déjà été donné au même joueur ou de façon immédiate après une action particulièrement violente (croche-pied devant le but ...) ou illégale (violence sur le terrain, insultes...). Comme pour le carton jaune, l'équipe du joueur est aussi sanctionnée sous forme d'un coup franc ou d'un penalty.
Carton vert
Lorsque l'arbitre sort le carton vert, il autorise les médecins à venir sur le terrain. Le carton vert n'est plus utilisé par les arbitres (du moins dans le football professionnel) depuis 2003.
« Casser les reins »
Se faire dribbler par son adversaire de manière spectaculaire.
Catenaccio
Terme italien (signifiant littéralement cadenas) qui désigne un système défensif très rigoureux renforcé par un libéro.
Caviar
Passe décisive qui est synonyme de but facile pour le joueur placé en position de marquer un but.
Centre
Consiste à envoyer le ballon dans la surface de réparation depuis les côtés pour chercher un attaquant, soit en l'air pour une tête, soit à ras de terre pour une reprise du pied. Les joueurs amenés à centrer régulièrement sont les ailiers et les arrières latéraux offensifs. Le centre est généralement déclenché après un débordement sur le côté. Il faut donc souvent dribbler son adversaire direct avant de pouvoir centrer.
Centre au cordeau
Centre parfait
Centre en retrait
Consiste à faire un centre au ras du sol, en retrait par rapport au but et de l'action afin de prendre en défaut la défense se repliant sur le but. Le centre en retrait est souvent considéré comme l'arme fatale lorsqu'il peut être réalisé notamment par le fait qu'il est difficile pour le défenseur de l'intercepter et qu'il prend à revers la défense.
Championnat d'Europe
Championnat continental des équipes nationales ayant lieu tous les quatre ans, parfois appelé Coupe d'Europe des nations. Pour les compétitions de clubs, voir Coupe d'Europe.
Charge
Action d'un joueur qui bouscule un adversaire pour l'empêcher d'avoir le ballon, et qui est sanctionné par une faute (la charge sur le gardien notamment).
Chauffer (ou cirer) le banc de touche
Le fait, pour un joueur, d'être la plupart du temps remplaçant.
Ciseau
Frappe réalisée en extension avec un mouvement alternatif des deux jambes permettant d'assurer l'équilibre (voir bicyclette). Ce mouvement évoque celui d'une paire de ciseaux.
Classico
Nom donné au derby entre le Real Madrid et le FC Barcelone, les deux principaux clubs espagnols à la forte rivalité. Par extension (par les médias), il désigne maintenant d'autres matchs importants et attendus, par exemple en France Olympique de Marseille-Paris Saint-Germain en football. En français, l'orthographe originale « clasico » est souvent utilisée pour parler du match Real Madrid - FC Barcelone, alors que l'orthographe adaptée « classico » est utilisée pour le match Olympique de Marseille-Paris Saint-Germain.
Clássico Vovô o vovô de todos os clássicos
« Le grand-père de tous les classiques » en français.
Nom donné au Brésil au derby de Rio de Janeiro entre les équipes du Botafogo de Futebol e Regatas et du Fluminense Football Club. Il s'agit du plus vieux « classique » du Brésil, le premier ayant eu lieu le (victoire du Fluminense par 6 buts à 0). Au , date de la dernière rencontre, 317 derbies ont été disputés, pour 116 victoires du Fluminense, 106 du Botafogo et 95 matches nuls.
Coiffeur
Joueur voué à être remplaçant la majeure partie d'une compétition[2]. Selon Match du 18 octobre 1932, l'expression de « match des coiffeurs »[3] fut forgée dans les tribunes du Stade de Saint-Ouen en référence à un match Racing-Arsenal programmé un lundi après-midi non férié. À l'observation : « Mais il n'y aura personne à cette rencontre ! » un spectateur lança : « Il y aura les bouchers et les coiffeurs. », le lundi étant traditionnellement en France le jour de fermeture des petits commerces.
Combinaison
Séquence de jeu mettant en scène plusieurs joueurs qui réalisent un jeu de passes propre à dérouter l'adversaire (par exemple, un une-deux). La combinaison peut se faire sur une action de jeu ou sur coup de pied arrêté (corner ou coup franc).
Commentaires
Description d'un match pour les téléspectateurs ou les auditeurs.
Contestation
Se dit lorsqu'un joueur met en question une décision de l'arbitre. Celui-ci peut alors le sanctionner d'un carton jaune, même si le joueur n'est pas à l'origine de la faute.
Contre (ou contre-attaque)
Le contre est une action rapide, menée après l'avortement d'une attaque adverse, à la suite d'une interception. L'équipe qui contre fait face généralement à une équipe déséquilibrée, désorganisée car en phase d'attaque. Grâce au basculement soudain de l'organisation du jeu, l'objectif de l'équipe attaquante est alors de remonter la balle le plus rapidement possible en jouant dans les espaces vides de la défense adverse prise à revers.
Contre-appel
Appel de balle qui prend l'adversaire à contre-pied.
Contre favorable
Le contre favorable est la récupération du ballon dans les pieds de son adversaire en le contrant. Il est souvent provoqué par la détermination du joueur voulant récupérer le ballon.
Contrôle américain
Contrôle de balle raté, trop long ou dévissé, en référence au fait que les Américains (des États-Unis) n'étaient, jusque dans les années 1990, pas réputés pour être doués au football (soccer). Cette expression n'est plus aussi légitime de nos jours mais elle reste dans le vocabulaire footballistique.[réf. nécessaire]
Contrôle orienté
Contrôle de balle qui anticipe déjà le mouvement du joueur, il permet de dribbler un adversaire ou d'accélérer le rythme.
Contrôle désorienté (langage urbain)
Contrôle orienté raté qui va dans une direction différente de celle souhaitée. On parle alors de contrôle désoriente afin de se moquer avec humour de son adversaire ou de son coéquipier.
Corner ou coup de pied de coin
Coup de pied de coin provoqué lorsqu'un défenseur a touché en dernier la balle franchissant la ligne de but. Un joueur va donc tirer le ballon, ce dernier étant positionné dans le petit triangle au coin du terrain, le premier défenseur adverse doit se trouver à 9,15 m. En France, le terme de Corner, apocope du terme anglais corner kick est majoritairement employé, même si le terme exact est « coup de pied de coin »
Corner à la rémoise
Technique de tir de corner inventée par le Stade de Reims en deux temps à ras de terre, tiré du « jeu à la rémoise » des années 1950.
Corsico
Nom donné au derby entre le SC Bastia et l'AC Ajaccio, les 2 principaux clubs corses à la forte rivalité.[réf. nécessaire]
Coup de pied arrêté
Ensemble des reprises de jeu où le ballon est posé pour les effectuer : corner, coup franc, penalty...
Coup-du-chapeau
Le fait, pour un même joueur, de réussir trois buts dans le même match[réf. nécessaire]. En anglais : Hat trick.
Coup-du-crapaud ou Cuauhtémoc
Passer ses adversaires en sautant avec le ballon entre ses jambes.
Coup-du-foulard ou Rabona
Centre effectué en frappant le ballon derrière sa jambe d'appui. Très esthétique, ce geste permet souvent de centrer avec son bon pied.
Coup du scorpion
Geste effectué en sautant et basculant, de façon à se retrouver presque en position horizontale, et en frappant alors le ballon avec les talons. Parfois réalisé avec un seul talon sans sauter. Rendu célèbre par le gardien colombien René Higuita.
Coup franc
Sanction collective pénalisant une faute. Les fautes commises hors de la surface de réparation donnent lieu à un coup franc indirect, c'est-à-dire sans possibilité de tirer directement au but. Les coups francs directs, quant à eux, peuvent être tirés directement au but. Dans un coup franc les joueurs adverses doivent se trouver à une distance d'au moins 9,15 mètres du ballon au moment du tir, formant un mur. L'art du tireur de coup franc direct consiste à contourner le mur. Parmi les plus grands tireurs de coup franc, on peut citer Platini, Mihajlović , Zidane, Beckham, Zola, Del Piero, Rogério Ceni ou encore Roberto Carlos. Aujourd'hui Andrea Pirlo, Juninho, Wesley Sneijder, Steven Gerrard, Xavi ou encore Ronaldinho.
Coup du sombrero
Effectuer un petit lob par-dessus l'adversaire pour le passer.
Copa América
Compétition réunissant les équipes nationales du contient sud-américain, organisée tous les 4 ans.
Coupe d'Europe Page d'aide sur l'homonymie
Terme général désignant plusieurs compétitions internationales pour les clubs. Depuis la saison 1999/2000, le terme inclut la Ligue de Champions (aussi dite C1) et Ligue Europa (ou C3, anciennement Coupe UEFA). Une place parmi les meilleures équipes du championnat national (le nombre de places varie selon le pays), ou une victoire en coupe permet à un club de se qualifier pour l'une ou l'autre des compétitions la saison suivante. On peut parler dans ce cas de places européennes. Pour la compétition nationale, voire Championnat d'Europe.
Cuir
Synonyme journalistique du ballon. Cette terminologie provient du fait qu'autrefois les ballons étaient en cuir, matière qui a été remplacée depuis longtemps par des produits synthétiques: PVC ou polyuréthane.
Coupe des confédérations
Compétition internationale créée en 1992 par la FIFA qui se dispute dans le pays qui va organiser la prochaine coupe du Monde masculine et pour lequel elle sert de test pour ses installations. Elle réunit l'équipe championne du monde en titre et celles championnes de la coupe continentale de leur confédération en Europe, Asie, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Afrique et Océanie ainsi que l'équipe du pays organisateur.
Coupe du monde
Compétition réunissant les meilleures équipes nationales, organisée tous les 4 ans.
Couverture de balle
Capacité d'un joueur à garder le ballon en se mettant en opposition entre celui-ci et son adversaire direct. Cette technique permet, dans les matchs importants, de perdre du temps et entre autres de provoquer la faute par suite de l'énervement de l'adversaire. Elle est illégale lorsqu'elle effectuée dans le but de laisser sortir le ballon de l'aire de jeu, il s'agit alors d'une obstruction.
Crampon
Pièce de l'équipement du joueur; en fait un pointe métallique sous la chaussure qui permet au joueur une meilleure adhérence.
Crochet
Geste technique qui consiste à effacer un adversaire direct en déportant légèrement le ballon vers un côté puis en accélérant vers l'avant. Le crochet est dit intérieur ou extérieur suivant qu'il est réalisé avec l'intérieur ou l'extérieur du pied. Un joueur peut faire un double, triple crochet s'il déporte le ballon alternativement vers la gauche, la droite, la gauche, etc.
Crochet derrière la jambe d’appui
Le joueur pose le pied d’appui bien au-delà du ballon, pour effacer un adversaire direct en déportant légèrement le ballon vers un côté.
Croc-en-jambe (ou croche-pied)
Faute d'un joueur qui déséquilibre l'adversaire avec sa jambe, sans jouer le ballon.
Crucifier
Verbe souvent employé dans les commentaires des matchs et qui peut avoir deux sens différents :
  • Une équipe est « crucifiée » lorsqu'elle encaisse un but qui éteint tout espoir de qualification ou de victoire.
  • Le gardien est « crucifié » lorsque, surpris par un but marqué en force ou très rapidement, il se retrouve sur ses appuis, les bras en croix, sans avoir pu esquisser de geste pour repousser le ballon.
« Crucifier » signifie mettre en croix, un supplice de mise à mort particulièrement violent pratiqué par les Romains sur leurs esclaves ou sur les ressortissants des peuples asservis.

D[modifier | modifier le code]

(se) Déchirer
Expression signifiant que le joueur a totalement manqué une relance ou un tir par exemple.
Débordement
Fait de passer la défense adverse par l'aile en la prenant de vitesse.
Dégagement
Mettre le ballon en dehors de la zone défensive sous la pression de l'équipe adverse.
Déjouer
Faire déjouer l'adversaire signifie empêcher l'équipe adverse de développer son jeu et de s'appuyer sur ses points forts, par exemple en isolant ses meilleurs joueurs ou en exerçant un pressing.
(se) Démarquer
Échapper à la surveillance de son adversaire direct, afin de n'avoir aucun adversaire dans sa zone. Cela permet de recevoir une passe d'un coéquipier librement.
Demi-volée
Frappe vers le but entre le moment où le ballon a fait son 1er rebond et son 2nd.
Derby
Dans son sens premier anglais, un derby est un match opposant deux équipes importantes, le local derby étant lui un match d'importance opposant deux clubs de la même ville. En français, le mot derby a pris ce dernier sens, sont ainsi des derbys les matchs Manchester United -Manchester City, Milan-AC-Inter de Milan, etc. En France, où il n'y a pas comme dans les autres grands pays européens du football, plusieurs clubs d'importance dans une même grande ville, le mot derby a alors désigné le match entre deux équipes dont les villes sont géographiquement proches et entre lesquelles il existait une rivalité historique (Saint-Étienne–Lyon, Lens-Lille, Rennes-Nantes). Ces dernières années, le mot a été un peu galvaudé et étendu à des matchs opposant des villes plus éloignées l'une de l'autre (« derby breton » pour Lorient-Rennes, « derby de l'Atlantique » pour Nantes-Bordeaux, « derby de la Garonne » pour Bordeaux-Toulouse, etc.)
Détente
Capacité d'un joueur à sauter haut. Avoir une bonne détente est très utile sur les corners et les coups francs, pour un attaquant comme pour un défenseur, y compris le gardien, afin de ne pas se faire devancer de la tête.
(Jouer en) Déviation
Jouer rapidement, en une touche de balle, directement vers un coéquipier. Le joueur se contente d'effleurer le ballon pour simplement dévier sa trajectoire.
Dévisser
Se dit d'un joueur qui manque complètement sa frappe au but ou sa passe à un équipier.
Dirigeant
Personne exerçant une responsabilité administrative dans la gestion du club.
Double contact
Passer le ballon en le touchant très rapidement deux fois, avec un seul ou deux pieds pour surprendre l'adversaire.
Dribble
Désigne la conduite de balle au pied. Il consiste à frapper la balle sur une petite distance, à la récupérer du même pied ou de l'autre et à recommencer. Par extension c'est aussi le fait de passer un adversaire grâce à ce geste. L'archétype du dribbleur (c'est-à-dire celui qui est passé maître dans l'art du dribble) est l'ancien joueur brésilien Garrincha.

E[modifier | modifier le code]

Effet
Mouvement de rotation que le joueur donne au ballon en le frappant et qui va modifier sa trajectoire. L'effet est souvent utilisé pour tirer les coups francs directs afin de contourner le mur.
Éliminer (un joueur)
Consiste à rendre un joueur ineffectif en le mettant hors de portée du ballon, souvent par un geste technique (par un dribble, un crochet ou une feinte par exemple).
« Enrhumer »
Dans l'expression « enrhumer l'adversaire » pour désigner un joueur qui a pris de vitesse son adversaire.[réf. nécessaire]
Entraîneur
Une personne chargée de la préparation physique et mentale d'une équipe. La plupart des entraîneurs sont eux-mêmes d'anciens sportifs. L'entraîneur gère les tactiques, les stratégies, l'entraînement physique et apporte un soutien moral aux sportifs.
Eredivisie
Le championnat des Pays-Bas de football de première division.
Essuie-glace
Succession de passes en avant et en arrière dans l'entre-jeu, destinées non pas à construire le jeu, mais à déconcerter ou à énerver l'adversaire, mais aussi parfois à gagner du temps. Il peut s'apparenter à de l'anti-jeu. Quand l'essuie-glace dure longtemps (plus de dix passes), le public facétieux le ponctue de « Olé » à chaque passe. Il tire son nom du mouvement alternatif de l'essuie-glace.
Extérieur
Frappe de ballon avec l'extérieur du pied (côté des petits orteils). Opposée à la frappe de l'intérieur du pied, elle a pour but de donner un effet « brossé » au ballon. Par ailleurs, ce mot a une autre signification dans l'expression « jouer à l'extérieur », sous entendu « jouer un match à l'extérieur », qui signifie que le match est joué chez l'adversaire, par opposition à « match à domicile » ou « match à la maison ».
Espaldinha
Consiste à dévier ou contrôler la balle qui vous est lancée par le dos. Geste technique inventé par le joueur brésilien Ronaldinho

F[modifier | modifier le code]

Feinte de frappe
Amorcer une frappe de balle laissant penser à un tir ou à un centre pour finalement dribbler l'adversaire qui aura anticipé sur la frappe (en se protégeant notamment).
« Fermer la boutique »
Expression désignant la tactique ultra-défensive développée au cours d'un match par l'équipe ayant ouvert le score.[réf. nécessaire]
Fermeture
Un dispositif tactique est dit fermé s'il est tourné vers la défensive. Sinon il est dit ouvert. Voir verrou et catenaccio.
FIFA
Fédération internationale de Football Association. Groupement mafieux dont le siège est à Zurich et dont la couverture est l'organisation d'événements liés au football, mais dont l'activité principale est la corruption, le blanchiment et la trafic d'influence avec la participation d'oligarques brésiliens, qataris, russes et suisses et de dictateurs africains[4].
Filet
Grillage souple qui ferme le but sur l'extérieur du terrain et retient le ballon qui y est entré. Le petit filet est la partie du filet qui se trouve sur les côtés du but.
Finale
Dernier match d'un tournoi, opposant les deux équipes étant parvenues à l'atteindre. L'équipe qui remporte la finale est déclarée vainqueur du tournoi[5].
Flip flap
Aussi appelé l'Elastico ou la Virgule, est un geste technique consistant à faire passer le ballon sur l’extérieur du pied par un crochet extérieur et d’un mouvement très rapide le rabattre sur l’intérieur du pied. Inventé par le joueur Algérien Salah Assad, ce geste technique est souvent réalisé par Ronaldinho mais d'autres grands joueurs comme Zlatan Ibrahimović ou encore Oussama Assaidi l'essayent parfois.
Fla-Flu ou Flamengo-Fluminense
Nom donné[réf. nécessaire] au Brésil au derby de Rio de Janeiro entre les équipes du Clube de Regatas do Flamengo et du Fluminense Football Club. Au , date du dernier[pourquoi ?] Fla-Flu (victoire du Fluminense par 4 buts à 1), 364 derbies ont été disputés, pour 130 victoires du Flamengo, 118 du Fluminense et 116 matches nuls.
Football
Nom donné au soccer en France et dans un certain nombre de pays non anglo-saxons.
Foquinha
En français[réf. nécessaire] « dribble de l'otarie », il consiste à avancer tout en faisant rebondir le ballon sur sa tête plusieurs fois de suite à la manière d'une otarie, et en le maintenant en l'air pour que les joueurs adverses n'aient d'autre solution que de bousculer le joueur pour arrêter sa course, ce qui peut provoquer une faute. Il a été inventé par le Brésilien Kerlon, tandis qu'un autre Brésilien Pato le réalise non pas avec le front, mais avec l'épaule.
Forfait
Une équipe qui déclare forfait ou qui est déclarée forfait, renonce à participer à un match ou à une compétition. Un forfait est généralement[réf. nécessaire] sanctionné d'une défaite par 3 buts à 0 (France) ou 5 buts à 0 (Belgique) ou d'une exclusion de la compétition.
Frappe enveloppée
Frappe du ballon en lui donnant de l'effet, c'est-à-dire un mouvement de rotation, qui fait tourner le ballon sur lui-même. Cette rotation combinée avec la résistance de l'air lui fait adopter une trajectoire curviligne (Effet Magnus). En général, ce geste est réalisé pour placer le ballon hors de portée du gardien de but et pour le rendre plus difficile à attraper à cause du mouvement rotatif du ballon. De plus, grâce à l'effet gyroscopique, la trajectoire du ballon est plus stable et moins aléatoire, quoique surprenante !
Frappe du cou de pied
Frapper le ballon avec le dessus du pied, ce qui donne une frappe sèche, sans effet : le ballon n'a aucune mouvement de rotation pendant sa trajectoire qui est donc en première approximation rectiligne (quoique formellement parabolique). Toute l'énergie de frappe du ballon se transforme en énergie de translation et n'est pas « gaspillée » dans l'énergie de rotation de celui-ci (avec les inconvénients d'une trajectoire moins stable). C'est la frappe puissante par excellence.
« Fusiller le gardien »
Se dit quand un but est marqué sur une frappe extrêmement puissante, le gardien n'ayant en général même pas le temps de réagir et de plonger pour capter le ballon. Ce terme rappelle les pelotons d'exécution qui avaient pour tâche de fusiller les condamnés à mort.

G[modifier | modifier le code]

Gants en peau de pêche
Un gardien a des gants en peau de pêche lorsqu'il encaisse un but sur une frappe molle qui lui glisse des mains. La peau de pêche est réputée particulièrement lisse.
Gardien de but, goal ou portier
Gardien de but
Joueur qui protège principalement les buts (cages). Il a le droit de se servir de ses mains dans la limite de la surface de réparation. Le gardien de but n'a pas le droit de prendre le ballon avec ses mains quand un joueur de sa propre équipe (ou lui-même) lui passe le ballon du pied (passe de la tête ou du torse autorisée). Le gardien de but ayant le privilège de pouvoir utiliser les mains, il porte un maillot de couleur différente de ses partenaires. On estime généralement qu'il n'y a pas de grande équipe sans un grand gardien. L'ancien gardien soviétique Lev Yachine est souvent considéré comme le plus grand gardien de l'histoire du football étant le seul joueur à ce poste à remporter un Ballon d'or. Il faut noter que dans le football moderne le gardien de but joue un rôle important dans la relance, par la pertinence de ses dégagements.
Gourmand
Un joueur est désigné comme gourmand lorsqu'il tente quelque chose de presque impossible. Par exemple si un joueur tente de dribbler la défense seule et tente de frapper à 25 mètres, ce joueur a été gourmand.
Grand pont
Geste technique, parti du dribble. consiste à glisser le ballon d'un côté de l'adversaire, et à le récupérer après l'avoir contourné de l'autre côté.
Groupe de la mort
Nom que donnent les médias au groupe ou à la poule, en général lors des phases finales de Coupe du monde ou de coupes continentales, où se retrouvent des équipes de fort niveau et où donc tous les matchs risquent d'être acharnés. En général lors des phases finales de coupe du monde, le tirage au sort s'effectue de manière que les équipes les plus fortes ne se rencontrent pas (les équipes sont préalablement classées dans différents chapeaux de tirage en fonction de leur classement FIFA ou de leurs derniers résultats lors des grandes compétitions, des équipes d'un même chapeau ne peuvent pas se retrouver dans une même poule). Mais des mauvaises performances passées d'une équipe et le nivellement du niveau peuvent entrainer la présence de bonnes équipes dans les chapeaux de rang 2 ou 3 et donc rendre possible le tirage d'un « groupe de la mort ».

H[modifier | modifier le code]

Hocus Pocus
Geste technique : dribble consistant à faire passer le ballon en arrière du pied d'appui avec l'autre pied et le rabattre vers l'avant tout en gardant les jambes croisées (comme en coup du foulard). L'effet conduit à élever le ballon.
L'homme en noir
Homme en noir
Désignation imagée de l'arbitre.
Hors-jeu
Un joueur est dit hors-jeu lorsque, au départ du ballon, il se trouve plus près de la ligne de but adverse qu'à la fois le ballon et l'avant-dernier défenseur (le gardien de but comptant comme défenseur).
Un joueur ne peut être hors-jeu dans sa moitié de terrain. Un joueur est dit en position de hors-jeu passif lorsqu'il se trouve effectivement en position de hors-jeu mais n'influence pas le déroulement du jeu.
Un joueur ne sera pas sanctionné hors-jeu sur un ballon reçu directement par une rentrée de touche, un coup de pied de but et un coup pied de coin.
Hourra football
Lorsqu'une équipe ou les deux équipes se livrent complètement avec enthousiasme, sans vraiment tenir compte d'une stratégie de jeu mais en espérant que la dynamique de motivation permette de faire la différence au score.[réf. souhaitée]
Hold-up
Victoire (généralement en fin de match) d'une équipe dominée nettement durant tout le match
Higuita
Référence au geste technique immortalisé par le très célèbre goal colombien des années 1990, René Higuita. Geste consistant pour un gardien, à effectuer un arrêt en faisant une queue de scorpion[Quoi ?].

K[modifier | modifier le code]

Klassieker
Le Klassieker est le derby opposant 2 des 3 grands clubs des Pays-Bas : l'Ajax Amsterdam contre le Feyenoord Rotterdam. Le Klassekier du (le 100e) a vu la victoire du Feyenoord Rotterdam 3-2 face à l'Ajax Amsterdam. À chaque Klassieker, des affrontements entre supporters ont lieu. Cette rivalité est d'une part une rivalité sportive datant des années 1960-1970. Et d'autre part, elle recouvre une rivalité culturelle et sociale. D'un côté les bourgeois d'Amsterdam contre les prolétaires de Rotterdam. La ville historique d'Amsterdam contre la ville moderne de Rotterdam.
Kamikaze
Formation en 1-6-3 utilisée par l'équipe nationale japonaise en 1936. Grâce à cette formation, le Japon parvint à battre les favoris suédois sur le score de 3-2 aux Jeux olympiques de 1936, avant de s'effondrer face à l'Italie sur le score de 8-0. Mais le terme de kamikaze pour qualifier ce schéma de jeu ne fut donné que rétroactivement à la fin des années 1960 quand le 1-6-3 fut quelquefois repris par l'entraineur de l'équipe nord-américaine des Philadelphia Spartans[6].

L[modifier | modifier le code]

Laisser filer
Action d'un joueur qui consiste à ne pas capter une balle qui lui était destinée afin de la laisser à un partenaire dans le but de surprendre les adversaires.
Libéro
Défenseur central qui a un double rôle. Dans une phase défensive, il n'est pas astreint à un marquage individuel strict (stoppeur) et il a donc la charge de couvrir l'ensemble de sa défense. Dans une phase offensive, le libéro a un rôle primordial dans la relance, car c'est lui qui choisit l'option d'attaque. Certaines tactiques récentes ont repris le terme de libéro du milieu pour désigner le milieu de terrain défensif ; c'est un abus de langage. Un libéro est derrière sa défense, tandis qu'un milieu défensif est devant celle-ci. La « défense en ligne » initiée par Arrigo Sacchi dans les années 1980, avec deux défenseurs centraux placés sur la même ligne défensive, a sonné la fin de ce profil de joueur incarné par Laurent Blanc ou Franz Beckenbauer. Aujourd'hui, on emploie[réf. nécessaire] parfois le terme de libéro pour désigner un des deux défenseurs centraux plus technique que l'autre, caractérisé par un sens supérieur du placement et de la relance du ballon vers l'avant.
Liga
Nom donné en France au Championnat d'Espagne de football[réf. nécessaire].
Ligne de touche
Les deux lignes qui séparent l'intérieur du terrain de l'extérieur dans sa longueur.Ligne de touche Se dimensions sont au minimum 90m et au maximum 120m.
Ligue 1
Championnat de France de première division. À remplacé le terme D1 en 2002, pour ressembler aux noms des autres grands championnats étrangers. Désigne aussi la première division ivoirienne.
Lob
Le lob est un geste récurrent dans les sports de ballon qui consiste à faire passer la balle par dessus l'adversaire (équivalent du coup de pied à suivre en rugby). Dans le cadre du football, il faut passer le ballon par dessus le gardien ou un défenseur pour soit marquer ou soit simplement continuer sa course.
Lucarne ou Lunette
Coin formé par l'angle entre le poteau et la barre transversale d’un but. Lieu le plus éloigné et le plus difficile à atteindre pour un gardien. Un but inscrit en envoyant le ballon dans la lucarne est particulièrement spectaculaire, car il demande de la part du joueur qui l'a tiré un grande précision et un bon coup d'œil. Lucarne est à l'origine un terme d'architecture qui désigne une baie verticale placée en saillie sur la pente d’une toiture. En revanche, lunette rappelle la forme en demi-lune de cet espace.

M[modifier | modifier le code]

Madjer
« Une Madjer » est le fait de marquer un but en frappant le ballon avec le talon le plus éloigné du but en le laissant préalablement passer entre ses jambes. Terme venant du joueur algérien Rabah Madjer, auteur d'un but similaire en finale de la coupe d'Europe des clubs champions de 1987 avec le FC Porto.
Maestro
Mot issu du vocabulaire de l'art, signifiant maître et désignant à l'origine un artiste parvenu au plus haut degré de sa pratique, elle a été par extension appliqué aux footballeurs[7], dont le style est considéré au-dessus de celui des autres footballeurs, tels Zinédine Zidane, Pelé, Diego Maradona, Michel Platini, Lionel Messi, Xavier Hernández, Raymond Kopa, Bobby Charlton, Ferenc Puskás, Eusébio.
Main
Terme employé pour qualifier les fautes où les joueurs font action de jeu avec une partie du membre supérieur (allant des doigts jusqu'aux épaules, épaules non comprises).
Main de Dieu
But marqué de la main en référence au but accordé à tort à l'équipe d'Argentine, parce qu'inscrit de la main par Diego Maradona, lors du quart de finale du Mondial 1986 au Mexique face à l'Angleterre. Celui-ci justifiera sa tricherie lors d'une conférence de presse d'après-match en déclarant « C'était la main de Dieu ». Il voulait par là dire que ce n'était pas à proprement parler sa main, mais celle du Créateur qui aurait marqué ce but. Il entendait qu'il s'agissait en quelque sorte d'un miracle. Les commentateurs supputent toujours pour savoir s'il le croyait vraiment ou s'il s'agissait d'un moyen d'échapper à des questions plus insidieuses.
Main du Diable
But sauvé en repoussant la balle de la main, en référence au but sauvé de la main par Luis Suarez à la suite d'une tête de l'équipe ghanéenne lors d'un quart de finale de la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, Uruguay-Ghana : 1-1 (4-2). Cette faute a été sanctionnée par un penalty en faveur du Ghana que Asamoah Gyan rate. Suarez se considère alors comme le nouveau Maradona et se qualifie prétentieusement de nouvelle main de Dieu, point de vue que la presse ne partagent pas, le considérant comme la main du diable.
Marabouter
Envoûtement pratiqué sur un joueur par un marabout (ou sorcier ou envoûteur) à l'instigation de quelqu'un qui veut que l'équipe du joueur en question perde[8]
Marquage
Marquer un joueur consiste à défendre sur lui, en le collant « à la culotte ». Le joueur a généralement un joueur adverse précis à marquer, on parle alors de marquage individuel ou alors il doit marquer une zone spécifique du terrain, il s'agit alors de marquage de zone.
Match d'ouverture
Premier match d'un grand tournoi. L'une des deux équipes est soit le tenant du titre, soit le pays hôte.
Match nul
Quand un match se termine sur un score de parité.
Meneur de jeu.
Une meneur de jeu ne correspond pas à un joueur précis, c'est celui qui à un instant précis et dans une configuration donnée (attaque ou défense) organise la tactique immédiate de l'équipe. Dans la partie du terrain proche du but adverse, c'est un joueur placé en retrait des attaquants, proche du centre du terrain, qui est l'animateur du jeu offensif. Dans cette partie du terrain, il doit faire le lien entre la défense et l'attaque, distribuer les passes et orienter le jeu. Joueur libre dans son positionnement, il est moins sollicité par le replacement défensif et la récupération pour se consacrer à la construction. Il est complété tactiquement par un ou plusieurs milieux récupérateurs. Il porte souvent le numéro 10 comme Michel Platini, Zinedine Zidane, Diego Maradona ou Pelé. Dans la partie du terrain la plus éloignée du but adverse, en phase de défense, il y a un autre meneur de jeu, qui est le libéro ou le gardien de but, suivant la disposition de jeu adoptée, il est chargé du jeu défensif et de la relance. Les meneurs de jeu complètent les rôles du capitaine de l'entraîneur et du sélectionneur.
Mercato
Marché en italien. C'est le mot qui désigne la période des transferts. Habituellement avant la reprise de la saison et pendant la trêve hivernale.
Mi-temps
Pause entre les deux périodes de jeux de 45 minutes. Le terme désigne également chacune de ces deux périodes (première mi-temps, deuxième mi-temps, voire troisième et quatrième mi-temps dans le cas d'une prolongation). Elle dure 15 minutes entre la première et la deuxième mi-temps.
Milieu récupérateur
Joueur placé devant la défense et qui doit contrer l'adversaire au milieu du terrain. Ce joueur est amené à ratisser le terrain et à couvrir beaucoup de distance, c'est une sorte de libéro du milieu. La récupération peut être confiée à un ou plusieurs milieux récupérateurs.
Missile
Terme utilisé pour décrire un tir puissant.
Montant.
Autre appellation des poteaux. Plus rarement utilisé.
Monter
Action de la défense qui consiste à s'éloigner du but et à se placer plus près du centre du terrain afin de mettre les adversaires hors jeu. Voir défense en ligne. Ne pas confondre avec ascenseur.
Mouchoir d'Adam
C'est l’action de se moucher en faisant pression avec un doigt sur une narine.
Mystifier
Tromper quelqu'un en abusant de sa crédulité. Un gardien de but peut être ainsi mystifié lorsqu'il encaisse un but auquel il ne s'attendait pas.

O[modifier | modifier le code]

O Clássico
Nom donné au derby qui oppose SL Benfica au FC Porto, une rivalité entre la capitale, Lisbonne, et la seconde plus grande ville du pays, Porto. Sur 240 matchs, 94 victoires pour Benfica, 91 pour le FC Porto et 54 matchs nuls.
Obstruction
Geste fautif consistant à s'opposer physiquement entre un joueur adverse et le ballon pour l'empêcher de s'en emparer. L'obstruction est systématiquement sanctionnée. Elle vaut souvent un carton jaune au joueur qui la commet, voire un rouge si elle est particulièrement violente ou si elle annihile une occasion manifeste de but.
Occasion
On parle d'occasion de but (occasion nette ou occasion franche) quand, sur une phase de jeu, une équipe a une réelle possibilité de marquer un but. On parle de réalisme quand une équipe n'a pas besoin de beaucoup d'occasions pour marquer.
Old Firm
Nom donné au derby entre les deux grands clubs de Glasgow. Il oppose le club catholique du Celtic FC, proche de la communauté irlandaise au club protestant du Rangers FC, loyaliste à la couronne britannique.
Olympico
Désigne le match opposant l'Olympique de Marseille à l'Olympique Lyonnais.[réf. nécessaire]
Onze canadien
L'équipe nationale de soccer du Canada [9].
Onze d'or
  1. Surnom de l'équipe nationale hongroise de la première moitié des années 1950. L'origine de ce terme est le nombre de joueurs sur le terrain d'une équipe de football (dix joueurs de champ plus le gardien), l'or quant à lui évoque la qualité exceptionnelle de cette équipe.
  2. Récompense décernée par le magazine français Onze Mondial au meilleur joueur de l'année. Équivaut au ballon d'or, mais en moins prestigieux.
Onze tricolore
L'équipe de France de football[10]. « Onze »[11] fait référence au nombre de joueurs de l'équipe et « tricolore » fait référence au drapeau français: bleu, blanc, rouge.
Ouverture du score
Premier but marqué dans un match.
Ouverture d'un tournoi
voir match d'ouverture.
Ouverture
Un dispositif tactique est dit ouvert s'il est tourné vers l'offensive. Sinon il est dit fermé comme l'évoquent les termes verrou ou catenaccio.

P[modifier | modifier le code]

Panenka
Une Panenka est une manière de tirer un penalty inventée par le Tchèque Antonin Panenka, qui consiste à frapper le ballon doucement vers le centre du but, d'une pichenette, en pariant sur le fait que, généralement, le gardien plonge de façon anticipée sur un côté pour se donner plus de chance de détourner le tir. Antonin Panenka a réussi ce geste en finale de l'Euro 1976 contre l'Allemagne. Quoique d'aucuns le contestent, car ils prétendent que le tir n'était pas centré mais était un contre pied sous la barre transversale, Zinédine Zidane a réussi une panenka en finale de la Coupe du monde 2006 face à Gianluigi Buffon. Pendant l’Euro 2012, le joueur italien Andrea Pirlo et le joueur espagnol Sergio Ramos sont les auteurs de panenkas réussies, respectivement lors des séances de tirs au but en quart de finale et demi-finale du tournoi.
Panna
Voir petit pont.
Papinade
Ce geste tire son nom de l'attaquant Jean-Pierre Papin. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent la papinade n'est pas un ciseau acrobatique mais une reprise de volée puissante du pied droit, depuis le côté droit de la surface de réparation, sur un centre en profondeur venant du côté gauche. Ce nom fut inventé par le journaliste du Provençal Alain Pécheral lorsque, en 1990, Papin inscrit un but quasi identique à celui du 20 décembre 1986 inscrit contre Pascal Olmeta, gardien à l'époque du Racing Paris.
Pasillo
En Espagne, désigne la haie d'honneur saluant l'équipe championne lors du match suivant le sacre.
Passe à dix
Faire tourner le ballon entre coéquipiers pour priver l'adversaire de celui-ci, humiliant pour l'adversaire surtout si le public s'en mêle en scandant olé ! à chaque passe. Aussi connue sous le nom de « jeu du chien ».
Passe aveugle
Faire une passe à un coéquipier tout en regardant dans une autre direction, afin de troubler l'adversaire.
Passe décisive
Dernière passe reçue par le joueur qui marque un but. Une passe est donc considérée comme décisive a posteriori si le joueur qui l'a reçue marque un but, sans avoir perdu ni passé le ballon entre-temps. Elle est comptabilisée statistiquement pour le joueur qui l'a effectuée : c'est à celui-ci que revient le mérite d'avoir placé son coéquipier dans une position favorable pour marquer.
Passement de jambes
Dribble consistant à troubler l'adversaire en décrivant avec le pied un cercle autour du ballon mais sans le toucher. Spécialité des Brésiliens Ronaldo et Ronaldinho, ainsi que du Français Zinédine Zidane.
Paul le poulpe
Pieuvre commune, célèbre en Allemagne pour ses « prédictions » sur les résultats des matchs de l'équipe d'Allemagne de football durant la coupe du monde 2010.
Penalty ou coup de pied de réparation
C'est un coup de pied sanctionnant collectivement une faute commise dans la surface de réparation. L'exécuteur se trouve seul face au gardien, le ballon est placé sur le point du coup de pied de réparation à 11 mètres en face du centre des buts (voir la règle du penalty pour plus de précisions). Par extension, un penalty est qualifié de « généreux » par les commentateurs lorsque son attribution est sujet à litige et favoriserait de manière excessive l'équipe qui en bénéficie.[réf. nécessaire]
Petit pont, panna ou nutmeg
Consiste à faire passer le ballon entre les jambes d'un adversaire et à le récupérer.
Petit poucet
Club évoluant dans la plus basse division encore en lice dans une coupe nationale.
Photo
Terme désignant une action où le gardien de but plonge pour attraper un ballon (afin d'épater la galerie) alors qu'il aurait pu l'avoir facilement.
Pichenette
Geste technique consistant à pousser le ballon d'un coup de pied de faible amplitude.
Pichichi
Nom donné au meilleur buteur du championnat d'Espagne. Vient du surnom de Rafael Moreno Aranzadi, buteur célèbre.
Piquer sa tente
Un attaquant pique sa tente lorsqu'il est inaccessible, toujours hors-jeu.
Piquette
Frappe de balle rapide, sans élan et sans amplitude visant à lober un adversaire le plus souvent couché ou en train de l'être. Le plus souvent exécutée par un mouvement de la jambe seule (sans mouvement de cuisse) ou de la cheville seule.
Plongeon (Plonger)
Geste du gardien consistant à se jeter sur le ballon au sol pour l'attraper.
Pointu
Frappe de balle avec le bout du pied (la pointe) qui n'est pas considérée comme une partie 'noble' pour frapper la balle (contrairement au plat du pied, à l'intérieur ou à l'extérieur du pied) car le résultat est aléatoire contrairement à la frappe sur une partie plus large du pied. Un tel tir se traduit par un ballon partant tout droit avec une trajectoire peu esthétique. Les buts marqués par un pointu sont souvent des buts en bout de course, où les attaquants se jettent en espérant frapper la balle.
Pont
Voir petit pont et grand pont.
Poker
Terme italien signifiant qu'un même joueur marque 4 buts en un même match. Cet événement est peu courant.
Portier
Synonyme de gardien de but.
Poteau rentrant
On dit qu'il y a poteau rentrant lorsque le ballon frappe le poteau du but avant de rebondir en rentrant dans le but lui-même. De la même façon, on parle de transversale rentrante si le ballon rebondit sur la barre transversale avant de rentrer. À l'inverse, il y a poteau sortant si le ballon, heurtant le poteau, est repoussé en dehors du but.
Poule et phase de poule
Une poule (voir Poule_(sport)) (ou un pool) est un groupe dans lequel se mesurent plusieurs équipes. La phase de poule est mini-championnat disputé dans un groupe au cours d'une compétition, avant les matches éliminatoires (par exemple en coupe du monde: les huitièmes de finale). Ceci permet de ne pas voir les équipes disparaître de la compétition dès le premier match. Cette phase n'existait pas dans les coupes du monde de 1934 et 1938 qui avaient un format unique d'élimination directe.
Au terme de cette phase, on établit un classement des équipes en vue des matchs suivants (les mieux classés affrontant alors des équipes moins bien classées des autres groupes). En général, les poules sont des groupes de 4 équipes qui se rencontrent chacune une ou deux fois. Ce terme est une francisation de l'anglais pool qui était lui-même une anglicisation d'un vieux terme français (attesté dès 1655), qui signifie dans ce contexte sportif une épreuve dans laquelle chacun des adversaires individuels ou chacune des équipes se rencontrent successivement. (en football, les anglo-saxons lui préfèrent désormais le terme "Group"[réf. nécessaire]).
Pousser
Pour une équipe menée au score dans les dernières minutes d'un match, s'efforcer de marquer coûte que coûte en jouant d'une manière extrêmement offensive. Voir une équipe pousser en fin de match est en général spectaculaire car le ballon est constamment aux abords de la surface de réparation, ce qui rend un but possible à tout instant, soit de l'équipe qui presse, soit de celle qui est pressée, par une contre-attaque rapide faute de défenseurs adverses repositionnés.
Premier League
1re division du championnat anglais.
Pressing
Terme anglophone tactique qui signifie que l'équipe essaie de harceler l'adversaire en possession du ballon afin de le récupérer le plus vite possible et d'éviter de se mettre en danger. Cependant, une équipe qui presse risque de se faire prendre en contre. Qui plus est, le pressing épuise rapidement les joueurs qui l'exercent, ce qui le rend difficilement praticable pendant tout un match. Terme lié à la récupération. Pressing est le participe présent du verbe anglais « press » qui signifie « presser ».
Prolongation
Période de temps supplémentaire en cas d'égalité entre deux équipes lors d'un match qui doit avoir un vainqueur. La prolongation est une période de deux fois quinze minutes. Il existe plusieurs types de prolongation selon les compétitions (voir « but en or », « but en argent »). En cas d'égalité à l'issue de la prolongation, on procède généralement à une séance de tirs au but.
Protège-tibia pour jouer au football (européen)
Protège-tibia
Plaque de protection portée par de nombreux sportifs, comme les footballeurs ou les rugbymen, afin de protéger leurs tibias de chocs directs. Le protège-tibia est obligatoire.

R[modifier | modifier le code]

Raccroc (but de)
But faisant suite à une action hasardeuse, malchanceuse ou litigieuse. Vient de raccroc.
Raid solitaire
On parle de raid solitaire lorsqu'un joueur dribble plusieurs joueurs puis finit par battre le gardien généralement en étant parti du milieu de terrain.
Râteau
Geste technique consistant à « tirer » le ballon vers soi avec un seul pied pour empêcher le défenseur adverse de s'emparer du ballon. Ce geste est souvent accompagné d'une accélération immédiate, le joueur adverse ne se trouvant plus sur ses appuis. Robinho et Claude Makelele sont friands de ce genre de geste. Le mot râteau vient de l'outil de jardinage qui sert ramasser des feuilles ou des mauvaises herbes en raclant une bande large.
Récupération
Terme faisant référence à la tactique et regroupant toute action visant à reprendre possession du ballon. La tâche des joueurs destinés à la récupération est de se repositionner défensivement, de couper les possibles transitions entre joueurs adverses, de les presser pour récupérer le plus rapidement et le plus haut possible (au sens qu'ils doivent être le plus près possible du but adverse) la balle afin de pouvoir attaquer dans des conditions optimales.
Relance
Une fois le ballon récupéré par la défense, l'équipe est en phase d'attaque. La relance est donc la première phase de la construction de l'attaque. Parmi une vaste palette, il existe deux grandes classes de relance. La relance à l'anglaise consiste en un long dégagement du défenseur ou du gardien, en direction des attaquants. La relance constructive souvent associée à une disposition en 4-3-3 (4 défenseurs - 3 milieux - 3 attaquants), consiste à passer par le milieu de terrain par des passes courtes et rapides. L'aptitude à la relance est une caractéristique d'un jeu construit et implique les défenseurs.
Remettre (remise)
Rendre la balle à un partenaire qui vient de vous la passer.
Remplaçant
Joueur qui prend la place d’un autre joueur de l’équipe sur une décision de l'entraîneur. Un remplacement se fait après blessure d'un joueur, pour modifier le schéma tactique, pour redonner du souffle à l'équipe grâce à un joueur qui n’est pas fatigué, pour faire sortir un joueur dont l'entraîneur est mécontent. Le championnat français de ligue 1 autorise trois changements par match par équipe.
Renard des surfaces
Vocable désignant un buteur[réf. nécessaire], souvent expérimenté, capable de saisir l'occasion de marquer dans une surface. L'image évoque sa capacité à bien se placer, à se faire oublier ou à se faufiler et à marquer. Des joueurs tels Rudi Völler, David Trezeguet, Filippo Inzaghi, Ruud van Nistelrooy, Delio Onnis, Gerd Müller, Pedro Miguel Pauleta, Hakan Şükür en sont de parfaits exemples.
Reprise de volée
Frappe du ballon qui vient vers un joueur avant qu'il ne retombe au sol. Ce geste donne des buts spectaculaires[réf. nécessaire] : voir notamment les papinades de Jean-Pierre Papin. La reprise de volée de Zinédine Zidane en finale de la Ligue des Champions 2002 ou celle de Marco van Basten en finale de l'Euro 1988 sont des exemples de reprises de volée ayant marqué l’histoire du football[réf. nécessaire].
Rétro
Voir bicyclette.
Revierderby ou Derby de la Ruhr
Choc entre le Borussia Dortmund et le FC Schalke 04 dans le championnat allemand.
Roulette
Geste technique, parti du dribble. Double contact enchaîné avec le ballon en rotation pour éliminer un défenseur sans perdre de vitesse en décalant sa course d'un mètre environ. Dans l'élan de la course, le joueur commence par mettre un pied sur le ballon pour stopper sa course, puis pose ce même pied au sol. Il prend alors appui pour effectuer un rotation complète pendant que le 2e pied ratisse le ballon (pose le pied dessus et le fait rouler vers l'arrière, au moment où le joueur fait dos à son défenseur), grande spécialité de Zinédine Zidane. Ce terme fait référence au jeu de la roulette joué dans les casinos dont le mouvement de rotation évoque ce geste.
Roupignolles (coup dans les) ou roupettes (coup dans les)
Coup de pied ou de genou dans l'entrejambe particulièrement douloureux pour le joueur qui le reçoit. S'il est volontaire il s'appelle désir de castration. En général, il vaut l'exclusion du joueur. À noter qu'il est moins courant, sinon inexistant dans les équipes féminines.

S[modifier | modifier le code]

Sanction
Décision prise par l'arbitre, à la suite d'une faute, à l'encontre d'une équipe (sanction collective) ou d'un joueur (sanction individuelle).
Savonnette
Lorsqu'un gardien de but qui pense saisir le ballon le laisse glisser dans ses buts ; balle qui échappe à un joueur. L'expression vient du fait qu'une savonnette, surtout quand elle est mouillée, est très difficile à saisir.
Savate (coup de)
Coup violent donné dans la cheville ou le tibia[12].
Sélectionneur
Pour une équipe nationale c'est la personne qui choisit les joueurs qui formeront l'équipe en fonction d'une organisation tactique et des joueurs disponibles les meilleurs et les plus aptes à mettre en œuvre cette organisation. Souvent c'est la même personne qui joue le rôle d'entraîneur.
Série A
Soit le championnat d'Italie de football de première division, soit le championnat du Brésil de football de première division. Voir la page d'homonymie Série A Page d'aide sur l'homonymie.
Scudetto
Terme signifiant écusson en italien. En football, le scudetto fait référence au drapeau italien que l'équipe victorieuse du championnat d'Italie[réf. nécessaire] gagne le droit de porter sur son maillot tout au long de l'année suivante. Gagner le scudetto signifie donc remporter le championnat.
Scorpion
En référence au coup du scorpion pour l'arrêt de gardien en arrière avec les pieds du célèbre gardien colombien René Higuita lors d'un match contre l'Angleterre à Wembley[pas clair]. Il a aussi été effectué par Rafik Saïfi lorsqu'il était au Mouloudia Club d'Alger
Semelle
Mettre la semelle signifie jouer de manière dure, brutale, avec l'intention de faire mal à l'adversaire. Le fait étant que sous la semelle, la présence de crampons favorise les coups violents.
Seal Dribble
Voir foquinha.
« Se faire casser les reins »
Se faire dribbler par son adversaire de manière spectaculaire.
« Si c'est dedans, c'est pareil »
Aphorisme contradictoire utilisée par le commentateur Thierry Roland signifiant que si le tir avait été cadré| , il aurait fait mouche et le gardien n'aurait rien pu faire pour l'arrêter.
Signe de croix
Geste rituel que font certains joueurs au moment de rentrer sur le terrain, parfois suivi d'un baiser sur un objet suspendu à leur cou.
Simulation
Geste par lequel un joueur fait croire à une faute commise sur lui, en général il choit comme s'il avait été accroché, afin d'obtenir un coup de pied arrêté ou un penalty.
Situation
Résultat d'une action qui met l'équipe attaquante dans une disposition pouvant si elle est bien exploitée conduire à un but ou à une mise en faute de l'adversaire (coup franc, corner, sortie, penalty), qui, si elle est bien exploitée, pourra conduire à un but (voir action).
Soccer
Nom donné au football au Québec et dans les pays anglo-saxons.
Sorcier
  1. Permet d'améliorer les résultats d'une équipe ou l'efficacité d'un joueur[13] quoique que certains en doutent. Voir marabouter.
  2. Surnom donné à plusieurs entraîneurs (voir Liste de surnoms de sportifs).
Sortie kamikaze
Se dit lorsqu'un gardien de but effectue une sortie face à l'attaquant, le plus souvent en dehors de sa surface de réparation et où il percute violemment l'adversaire, volontairement ou non, et où le risque de blessure est élevé. Ce terme est hérité des combattants japonais impliqués dans des missions suicides lors de la guerre du Pacifique. Ces sorties sont souvent accompagnées d'expulsions, du fait que le gardien annihile une action de but, et ce de façon parfois spectaculaire et très musclée. La plus célèbre est celle du gardien allemand Harald Schumacher (dopé à l'éphédrine) sur le français Patrick Battiston lors de la fameuse demi-finale de Séville en 1982 qui verra ce dernier sortir sur civière, inconscient. Ce terme ne doit pas être confondu avec la position de jeu dite « kamikaze » adoptée par l'équipe japonaise lors de jeux olympique de 1936.
Soupirail
Coins en bas du but, au ras des poteaux.
Soutien
Désigne pour un attaquant le fait de redonner le ballon en arrière à un milieu afin de construire. C'est l'inverse du jeu en appui.
La « spéciale »
Désigne un geste dont un joueur maîtrise parfaitement le mouvement. On dit qu'il fait sa « spéciale » (Zidane et sa roulette, la frappe enroulée de Thierry Henryetc.)
Stade
Lieu de rencontre sportive. Exemple de stade : L’Allianz Arena à Munich, dans lequel le match d’ouverture de la Coupe du monde 2006 fut joué.
Superclásico
Nom donné au derby entre les clubs argentins de Boca Juniors et River Plate, tous deux basés à Buenos Aires. Sur 326 matchs, 120 victoires de Boca, 102 de River et 104 matchs nuls.
Super League
Championnat suisse de première division.
Surface de réparation
Surface de réparation
La surface de réparation désigne la zone du terrain dans laquelle une faute commise par un défenseur sur un attaquant adverse entraîne un penalty (coup de pied de réparation), c’est-à-dire réparation de la faute. Elle délimite également la zone du terrain où le gardien est autorisé à jouer le ballon de la main. Réparation signifie « rétablir sa vigueur première » (v. 1370), puis il a un sens juridique apparu en 1538, et de là une spécialisation en sport dès 1906.

T[modifier | modifier le code]

Tacle
De l'anglais to tackle, empoigner. Action de récupérer le ballon en se couchant (en glissant ou non), avec le pied, dans les pieds de l'adversaire, sans intention de le blesser mais de « jouer le ballon ». S'il a pour effet de toucher le joueur et non le ballon, fait par derrière, visiblement en retard ou avec les deux pieds en avant, le tacle est sanctionné d'un carton jaune ou rouge. Le tacle par derrière est sanctionné d'un carton rouge. Un tacle est dit « rugueux » ou « saignant » lorsque le contact est particulièrement brutal. Un tacle est dit « assassin » lorsqu'il est effectué avec l’intention délibérée de blesser l’adversaire.[réf. nécessaire]
Talonnade
Passe ou tir effectué avec le talon.
Tauper sa frappe
Tirer plus dans la terre que dans le ballon.[réf. nécessaire]
Technologie sur la ligne de but
Technologie électronique et/ou vidéo permettant de savoir si le ballon a franchi intégralement la ligne de but.
Téléphoné
Se dit d'une passe ou d'un geste prévisible, ou très mal exécuté. Cela concerne souvent une mauvaise transmission de passe et permet à l'équipe adverse une anticipation facile.
Temps additionnel
À la fin d'une mi-temps ou d'une période de prolongation, l'arbitre peut attribuer du temps additionnel pour continuer le jeu. Ce temps supplémentaire est justifié par des périodes d'arrêt de jeu ou lorsque des remplacements en cours de match sont effectués (à raison de 30 secondes par remplacement).
Temps réglementaire
La durée d'un match de football de 90 minutes coupé en deux mi-temps de 45 minutes et d'éventuels temps additionnels et de prolongations.
Tête
Geste technique caractérisant le contact de balle par la tête. Une tête est dite plongeante quand un joueur se lance tête en avant sur le ballon avec les 2 pieds sans contact avec le sol. Une tête est dite piquée lorsque le geste conduit le ballon rapidement au sol (contrairement à un simple rebond sur la tête).
Tir sans étiquette
Désigne un tir où on ne sait pas si le shoot était un centre ou un tir.
Tirs au but
Lors d'un match à élimination directe (type match de coupe), si les deux équipes sont à égalité à la fin des prolongations, elles doivent passer par les tirs au but pour se départager. Chaque équipe tire une série de cinq tirs au but avec cinq joueurs différents, préalablement désignés. Si à l'issue de cette série, les équipes sont toujours à égalité, les tirs au but continuent, avec des joueurs n'ayant pas déjà tiré, jusqu'à ce qu’il y ait une avance d’un but pour une équipe à nombre de tirs égaux. Contrairement à un pénalty, le tireur (ou un autre joueur) ne peut reprendre la balle si elle est repoussée par le gardien ou le poteau. La séance de tirs aux buts se déroule sur un seul des buts, préalablement tiré au sort par l'arbitre.
Toile
Lorsqu'un gardien de but ou plus généralement un autre joueur commet une grosse maladresse[14]. Terme déjà présent dans le football dans les années 1930.
Tomahawk
Nom donné[Par qui ?] aux coups francs de Cristiano Ronaldo, car ils font penser à une ancienne arme utilisée par les Nord-Amérindiens nommée tomahawk. Une légende urbaine prétend que cette hache a la particularité d’avoir un vol régulier, avant de retomber sur l'ennemi[réf. nécessaire]. Des spécialistes prétendent que les coups francs de Cristiano Ronaldo aurait une trajectoire similaire.
Toque
Terme sud-américain qui désigne une façon de jouer à une touche de balle, donc très rapide et très technique. Pratiquée par la Colombie de Francisco Maturana lors des qualifications pour la coupe du monde 1994, elle fut ensuite mis en pratique par la sélection Argentine en 2006 avec par exemple le but de Cambiasso contre la Serbie lors de la coupe du monde en Allemagne. Il s'apparente au Jeu à la nantaise.
Toro
Jeu d'entraînement au maniement du ballon, en référence à la tauromachie, dans lequel un joueur au milieu doit récupérer le ballon.[pas clair]
Toss
Tirage au sort par un lancer (toss en anglais) d'une pièce. L'équipe qui le gagne choisit la moitié de terrain sur laquelle elle se positionne en première mi-temps, l'équipe perdante ayant le coup d'envoi Il y a un nouveau toss au début des prolongations et avant les tirs au but.
Touche
Remise en jeu de la balle à la main lorsque celle-ci sort par les longueurs du terrain. Désigne également ces longueurs, mais on parle plus souvent des lignes de touche. Elle est accordée à l'équipe qui n'a pas touché le ballon contribuant à sa sortie. Le ballon est rejoué à hauteur de la sortie du ballon et après signal de l'arbitre. Le ballon doit être lancé avec les 2 mains sur le ballon, passant au-dessus de la tête, et les 2 pieds au sol en dehors du terrain. Ce terme désignait autrefois le joueur qui touchait la balle le premier hors des limites du terrain, cela octroyait à son équipe le droit de la remettre en jeu.
Transversale
Le mot transversale a deux sens communs en football. Premièrement, c'est la barre supérieure et horizontale du but de football. Une transversale désigne aussi, par extension, un tir sur la barre transversale. Sinon, cela peut désigner une passe (généralement en hauteur) qui traverse le terrain dans sa largeur.
Tricoter
Agiter les jambes au-dessus du ballon pour désorienter l'adversaire et l'empêcher d'anticiper le mouvement futur.
Trident
Expression employée pour désigner le trio Madrilènes formé par Cristiano Ronaldo, Gareth Bale et Karim Benzema lors de la saison 2013-2014.[réf. nécessaire]
Trivela
Terme portugais, désignant un type de passe, de centre ou de frappe de l'extérieur du pied, maintenant utilisé en Italie. Ce geste est associé à Quaresma, dont il s'en est fait le spécialiste. Franz Beckenbauer de son temps exécutait un geste semblable.
Trouette
Fait d’effectuer un petit pont sans récupérer le ballon.[réf. nécessaire]

U[modifier | modifier le code]

Une-deux
Redoublement de passe entre deux joueurs en une touche de balle et ceci très rapidement. Il peut également y avoir trois passes « une-deux-trois ». Très déstabilisant pour les défenses car il permet souvent de créer le décalage et le surnombre.

V[modifier | modifier le code]

Vendanger
Rater une occasion de marquer un but. L'expression vient du sens du verbe « vendanger » quand il signifie dévaster une récolte à venir.
Vaselina
C'est un geste technique consistant à combiner une feinte et un lob permettant de passer son adversaire ou de marquer devant un gardien de but. Ce sens vient du nom italien de la vaseline, produit bien connu pour améliorer le lubrification afin de faciliter un passage qui sans cela aurait été difficile.
Ventre mou
Le « ventre mou » d'un championnat est la partie centrale du classement dans laquelle des clubs de niveau moyen sont enlisés sans parvenir à se hisser vers les places qualificatives pour les compétitions continentales mais dans laquelle, en raison du faible écart de points qui les sépare, ils risquent de dégringoler rapidement vers la zone de relégation. Ce terme provient de l'expression « ventre mou » qui signifie d'après le dictionnaire du Centre national de ressources textuelles et lexicales « point faible d'une personne, d'une organisation, d'une société ».
Verrou
Cette tactique défensive mise au point dans les années 1930 par les Suisses (on parle de « verrou suisse ») s'appuie sur 4 défenseurs, 2 milieux de terrain (ou inters) et 4 avants, parfois assimilé au catenaccio.
Virgule
Geste technique consistant à effectuer un mouvement circulaire (180°) avec le ballon à l'aide de l'intérieur du pied, cela permet de feinter une passe et d'éliminer son adversaire direct. Ce terme provient de la trajectoire effectuée par le pied, qui ressemble au signe de ponctuation appelé virgule. Romário était spécialiste de ce geste.
Volteretinha
Lors d'un jonglage avec le ballon, la volteretinha est un geste consistant à le contrôler et à le retenir avec le pied et à faire ensuite une roulade avant sur le sol tout en maintenant le ballon bloqué entre le pied et le tibia. Ce mot est un mot-valise portugais fait des mots « volte » (pour notre nom français « volte ») et « retinha » (pour notre adjectif « retenu »). Le Brésilien Ronaldinho a fait les beaux jours de la volteretinha.
Vuvuzela

Instrument d'environ un mètre de long utilisé par les supporteurs sud africains, notamment durant la coupe du monde 2010.

W[modifier | modifier le code]

WM
Pour formation en W-M, tactique mise au point par les Anglais (Herbert Chapman) dans les années 1920, à la suite de la réforme de la règle du hors-jeu. Elle doit son nom à la position des joueurs sur le terrain, qui vue d'en haut forme les deux lettres W et M. Cette tactique s'articule sur le M à l'arrière — 3 arrières, 2 demi-ailes — et sur le W à l'avant — 2 milieux de terrain (inters), 3 avants de pointe.
WM peut aussi désigner la coupe du monde en allemand (Weltmeisterschaft, ce terme est parfois utilisé en français notamment si la coupe du monde a lieu en Allemagne.

4[modifier | modifier le code]

4 Fantastiques
Expression employée pour désigner le quatuor Barcelonais formé par Lionel Messi, Samuel Eto'o, Ronaldinho et Thierry Henry lors de la saison 2007-2008.

Formations[modifier | modifier le code]

Les chiffres indiquent le nombre de joueurs (hors gardien) par ligne, la première citée étant la ligne arrière

Article détaillé : Dispositifs tactiques en football.
Schéma d'une formation en 4-4-2 (noir) contre une formation en 4-3-3(blanc) à l'engagement
4-3-2-1
Tactique très utilisée par les équipes à caractère offensif. Bien souvent les arrières latéraux montent en attaque, créant un surnombre dans la surface adverse.
4-4-2
Tactique la plus utilisée et la plus connue dans le football moderne. Elle s'appuie sur 4 arrières, 4 milieux, et 2 avants.
4-5-1 ou 4-2-3-1
Tactique à vocation plus défensive, s'appuyant sur 4 défenseurs, 5 milieux de terrain et 1 seul attaquant. Toutefois, cette tactique est devenue de plus en plus offensive, notamment grâce à l'entraîneur Frank Rijkaard. Elle sert à bloquer les attaques adverses avec deux milieux défensifs dès le milieu de terrain pour une contre-attaque efficace.

Numéros remarquables[modifier | modifier le code]

Numéro 1
gardien de but.
Numéro 2 et 3
défenseurs latéraux. Ils savent monter avec le ballon et font des centres. Le 2 joue à droite et le 3 à gauche.
Numéro 4 et 5
défenseurs centraux. Le 4 joue dans l'axe gauche et le 5 dans l'axe droit. Autrefois, le 4 tenait le rôle de stoppeur et le 5 de libero.
Numéro 6
milieu de terrain défensif, il joue devant la ligne de défense. Lorsqu'il n'y a qu'un numéro 6 (système en 4-3-3 par exemple), on parle parfois de « sentinelle ». On le surnomme le « récupérateur ».
Numéro 7
joueur aimant dribbler et qui aime bien frapper au but. La plupart des 7 sont rapides et agiles. généralement ce numéro est donné aux ailiers.
Numéro 8
dans un système en 4-3-3, les deux joueurs jouant au poste de relayeur, devant le récupérateur. Leur rôle est de faire parvenir le ballon aux 3 attaquants. C'est souvent un maestro comme le 10 mais plus défensif.
Numéro 9
buteur d'une équipe, il joue à la pointe de l'attaque. Son but premier est de marquer.
Numéro 10
meneur de jeu, ce joueur est un milieu de terrain qui se place derrière le ou les attaquants et dont le rôle consiste à organiser le jeu.
Numéro 11
attaquant jouant juste derrière le 9. Son rôle est de rester en avant et tourner autour de la surface. C'est un joueur qui a une bonne frappe et qui est bon de la tête.
Numéro 12
le traditionnel numéro du « joker » : attaquant censé entrer sur le terrain dans la dernière demi-heure pour faire la différence.[réf. nécessaire] Il est souvent porté par le gardien réserviste. L’expression « 12e homme » est généralement utilisée pour symboliser le public du stade dont les encouragements aident l’équipe.
Numéro 13
le remplaçant polyvalent mais plutôt défensif qui ne doit en principe jouer que pour pallier une blessure.[réf. nécessaire]
Numéro 14
Numéro 15
Numéro 16
gardien de but remplaçant.
Numéro 30
Troisième gardien

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]