Lewis Nixon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nixon.

Lewis Nixon
Lewis Nixon
Lewis Nixon

Naissance
New-York
Décès (à 76 ans)
Los Angeles (Californie)
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance Emblem of the United States Department of the Army.svg US Army
Arme Infanterie
Grade US-O3 insignia.svg Capitaine
Années de service 1941-1945
Conflits Seconde Guerre mondiale
Distinctions Bronze Star
Croix de guerre 1939-1945

Lewis Nixon III (30 septembre 1918 à New-York - 11 janvier 1995 à Los Angeles) est un officier de l'US Army. Membre de la 101e division aéroportée, il participe aux côtés de la célèbre Easy Company à la bataille de Normandie puis aux combats aux Pays-Bas, en Allemagne et en Autriche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant-guerre[modifier | modifier le code]

Lewis Nixon III naît le 30 septembre 1918 à New-York. Il est le petit-fils de Lewis Nixon I (en), architecte naval fondateur de la société Nixon Nitration Works, et le fils de Stanhope Wood Nixon (en) qui en était le vice-président au moment de la catastrophe ayant frappé l'usine[1],[2]. Il passe son enfance à New-York et à Montecito. Après des études secondaires à Santa Barbara, il intègre l'université de Yale où il étudie pendant deux ans[1]. Il voyage beaucoup dans sa jeunesse, se rendant notamment en Allemagne, en France et en Angleterre.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lewis Nixon décide de s'engager dans l'armée le 14 janvier 1941. Il intègre l'Officer Candidate School où, en 1942, il rencontre Dick Winters avec qui il lie une profonde amitié[3]. Sortis de l'école avec le grade de second-lieutenant, les deux hommes choisissent de servir dans les troupes aéroportées et sont affectés à Toccoa en Géorgie où ils rejoignent les rangs du 506e régiment d'infanterie parachutée (506th PIR)[4]. Au sein du régiment, Nixon effectue son entraînement à Toccoa avant de suivre une formation parachutiste à Fort Benning puis d'être envoyé en Angleterre en vue de l'invasion de l'Europe.

Parachuté en Normandie dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 avec la 101e division aéroportée, Nixon est nommé officier de renseignement du 2e bataillon du régiment[5]. Montrant une certaine habileté dans cet exercice, il est appelé à exercer la même fonction au niveau régimentaire peu après la bataille de Carentan[4]. Participant à l'opération Market Garden, il est touché par la balle perdue d'une MG-42 qui traverse son casque mais ne fait que lui effleurer le front[3]. Le 24 mars 1945, il est détaché en tant qu'observateur auprès de la 17e division aéroportée pour participer à l'opération Varsity[6]. Son avion est alors victime d'un tir direct de la flak. Seul lui et trois autres hommes parviennent à sortir de l'avion. Ce saut opérationnel, après celui de la Normandie et celui de Market Garden, lui vaut d'être l'un des rares soldats de la 101e division à arborer trois étoiles sur son badge de parachutiste[3],[4]. De retour au 506th PIR Lewis Nixon, depuis longtemps en proie à des problèmes d'alcool, est démis de sa fonction d'officier de renseignement régimentaire et réaffecté au 2e bataillon en tant qu'officiers des opérations[4]. Il suit le régiment dans sa progression en Allemagne jusqu'à Berchtesgaden où l'unité apprend la capitulation de l'armée allemande. Lewis Nixon a alors l'occasion de fêter la victoire avec l'imposante collection de vin de Hermann Göring, découverte par la Easy Company[3],[6]. Il est ensuite en poste en Autriche où, décidant de suivre son ami Dick Winters, il est volontaire pour être muté sur le front pacifique[4]. La capitulation du Japon mettant fin définitivement à la guerre, Lewis Nixon reste en Europe avec le grade de capitaine et en n'ayant tiré aucun coup de feu de toute la guerre[4].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Marié avant le départ pour la guerre, Lewis Nixon a connu plusieurs divorces causés principalement par ses problèmes d'alcool. Puis en 1956, il épouse Grace Umezawa qui l'aide à surmonter ses problèmes et mène une fin de vie heureuse[3]. Inséparable de son ami Dick Winters, ce dernier est témoin du mariage de Lewis et Grace et les deux hommes travaillent ensemble à la Nixon Nitration Works depuis la fin de la guerre[3]. Lewis Nixon meurt le 11 janvier 1995 à Los Angeles. Lors de son inhumation à Edison dans le New Jersey[7], l'éloge funèbre est prononcée par Dick Winters[3].

Décorations[modifier | modifier le code]

Combat Infantry Badge.svg
Bronze oak leaf cluster
Arrowhead
Bronze star
Bronze star
Bronze star
Croix de guerre 1939-1945 with palm (France) - ribbon bar.png BEL Commemorative Medal of the War 1940-1945.png
Cbtabn-3.jpg
Bronze oak leaf cluster
Combat Infantryman Badge
Bronze Star
Avec une feuille de chêne
American Defense Service Medal American Campaign Medal
European-African-Middle Eastern Campaign Medal
Avec une pointe de flèche et trois Service star
World War II Victory Medal Army of Occupation Medal
Croix de guerre 1939-1945
Avec palme
Médaille commémorative belge de la guerre 1940-1945
Parachutist Badge
Avec trois étoiles
Presidential Unit Citation
Avec une feuille de chêne

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-US) « Captain Lewis Nixon (Easy Company; the "Band of Brothers") », sur geni_family_tree (consulté le 15 octobre 2017)
  2. (en-US) « FERTILIZER PLANT BLOWS UP; Theory Is That TNT, Accidentally Left in Shells, Caused Blast. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  3. a, b, c, d, e, f et g (en) Richard D. Winters, Cole C. Kingseed, Beyond Band of Brothers, St Martin's Press, (ISBN 0-425-20813-3)
  4. a, b, c, d, e et f Stephen Ambrose, Band of Brothers, Simon & Schuster, (ISBN 978-0743224543)
  5. (en-US) « Easy Company in France: After D-Day - The History Reader », The History Reader,‎ (lire en ligne)
  6. a et b (en) Marcus Brotherton, We who are alive and remain : Untold Stories from the Band of Brothers, Berkley Pub Group, (ISBN 9780425227633)
  7. « Lewis "Nix" Nixon, III (1918 - 1995) - Find A Grave Memorial », sur www.findagrave.com (consulté le 15 octobre 2017)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Stephen Ambrose, Band of brothers : E Company, 506th Regiment, 101st Airborne : From Normandy to Hitler's Eagle's Nest, Simon & Schuster, (ISBN 978-0743224543).
  • (en) Richard D. Winters, Cole C. Kingseed, Beyond Band of brothers : The war memories of Major Dock Winters, St Martin's Press, (ISBN 0-425-20813-3).
  • (en) Larry Alexander, Biggest brothers : The Life of Major Dick Winters, the Man Who Led the Band of Brothers, New Amer Library, (ISBN 9780451218391).
  • (en) Marcus Brotherton, We who are alive and remain : Untold Stories from the Band of Brothers, Berkley Pub Group, (ISBN 9780425227633).
  • (en) Lynn Compton, Call of Duty : My Life Before, During and After the Band of Brothers, Berkley Hardcover, (ISBN 9780425219706).
  • (en) Bill Guarnere, Babe Effron, Brothers in battle : Best of friends, Berkley Hardcover, (ISBN 9780425217283).
  • (en) Donald Malarkey, Bob Welch, Easy Company Soldier : The Legendary Battles of a Sergeant from World War II's "Band of Brothers", St Martin's Press, (ISBN 978-0-312-37849-3).
  • (en) Marcus Brotherton, Shifty's War : The Authorized Biography of Sergeant Darrell "Shifty" Powers, the Legendary Sharpshooter from the Band of Brothers, Berkley, (ISBN 9780425240977).
  • (en) Donald Burgett, The Road to Arnhem : A Screaming Eagle in Holland, Presidio Press, (ISBN 0-89141-682-X).
  • (en) David Kenyon Webster, Stephen Ambrose, Parachute Infantry : An American Paratrooper's Memoir of D-Day and the Fall of the Third Reich, Louisiana State University Press, 1994 (publication posthume) (ISBN 0-8071-1901-6).
  • (en) Richard E. Killblane and Jake McNiece, Filthy Thirteen : From the Dustbowl to Hitler's Eagle’s Nest - The True Story of the 101st Airborne's Most Legendary Squad of Combat Paratroopers, Casemate Publishers, (ISBN 978-1-935149-81-1).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]