Lewis Howard Latimer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lewis Howard Latimer
Lewis latimer.jpg
Latimer en 1882.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
FlushingVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Lewis Howard Latimer, né le à Chelsea dans le Massachusetts et mort le à Flushing dans le Queens (New York), est un inventeur et ingénieur afro-américain connu pour ses nombreuses contributions technologiques comme l'amélioration de la lampe à incandescence et le développement du téléphone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Lewis H. Latimer , né le à Chelsea, dans le Massachusetts, est cadet des quatre enfants de George et Rebecca Latimer. George Latimer travailla comme esclave pour divers propriétaires en Virginie jusqu'à la fin de 1842, quelques mois après avoir épousé Rebecca Smith. Le jeune couple décide de fuir vers États abolitionnistes au nord de la ligne Mason-Dixon pour sortir de l'esclavage et assurer à leurs enfants de meilleures conditions de vie[1]. Le couple est arrêté à Boston sur demande de leur propriétaire James Gray, après un procès houleux, il est décidé que George Latimer soit rendu à son maître, mais des abolitionnistes animés par Frederick Douglass et William Lloyd Garrison, se proposent d'acheter sa liberté, James Gray accepte le rachat pour un montant de 400$[2], [3], le couple est affranchi en 1848[4]. À la suite des passions soulevées autour du procès Latimer, l’État du Massachusetts promulgue interdisant la poursuite d’esclaves fugitifs[5].

George Latimer travaille comme coiffeur / barbier et tapissier. Lewis suit les cours de l'école primaire jusqu'à l'âge de 10 ans à la Phillips Grammar School de Chelsea[6], il aide son père dans son activité de tapissier, puis il devient employé de bureau dans le cabinet de l'avocat Issac Hull Wright[7].

Le 1863, lors de la Guerre de Sécession, trichant sur son âge, il s'engage dans la marine, il est matelot sur l'USS Massasoit (1863) (en)[8], [9].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Démobilisé à la fin de la guerre en 1865, il retourne à Boston où après divers emplois, il est embauché en 1868 par le cabinet Grosby & Gould[10], spécialisé dans le droit des brevets, et suit des cours de dessinateur industriel. Ses qualités de dessinateur industriel, indispensable pour la rédaction des brevets, lui font obtenir une promotion au sein de Grosby & Gould, il devient le chef de service des dessins industriels, passant d'un salaire de 3$ par semaine à 20$ par semaine[11].

Le 1874, il dépose son premier brevet concernant l'installation d'un clapet mobile au bout de la conduite d'évacuation des toilettes des wagons pour passagers des chemins de fer[12].

La même année, l'inventeur Alexander Graham Bell contacte le cabinet Grosby & Gould pour qu'il puisse l'aider dans la finalisation de l'écriture de son brevet du téléphone, notamment pour les descriptions graphiques, la mission incombe à Lewis H. Latimer, qui devient son assistant jusqu'au dépôt du brevet le , juste quelques heures avant le dépôt d'un brevet par Elisha Gray, pour un appareil similaire[13].

La collaboration avec Hiram Maxim[modifier | modifier le code]

En 1880 Latimer est engagé comme assistant de direction et dessinateur projeteur par Hiram Maxim, ingénieur en chef[14] de Electro-Dynamic Light Company (en), société fondée en 1878 qui est la première à distribuer de électricité et à fabriquer des ampoules à incandescence. C'est dans ce cadre qu'il va mettre au point une ampoule électrique avec un filament de carbone, en 1881[15]. Latimer dirige l'installation de la lumière électrique à Philadelphie. Il fait de même à Montréal, où il apprend suffisamment de français pour s'assurer que les ouvriers comprennent bien ses instructions[7]. On l’envoie ensuite à Londres, où il est chargé de monter une fabrique de lampes à incandescence pour l'Electro-Dynamic Light Company. Il a également mis au point un nouveau schéma de câblage, utilisant des circuits parallèles, pour les systèmes d'éclairage public[16], de sorte que si une ampoule grillait, les autres continuaient à éclairer.

La collaboration avec Thomas Edison[modifier | modifier le code]

En 1884, il est engagé comme ingénieur par la General Electric Company de Thomas Edison[17]. Il y est le seul Afro-Américain membre de l’équipe de chercheurs les Edison Pioneers (en)[18], [19].

Après bien des essais, Thomas Edison nomme John Latimer pour trouver un filament durable pour les ampoules électriques, Latimer améliore son brevet précédent par une protection du filament de carbone et le , Thomas Edison peut ainsi déposer un nouveau brevet de lampe à incandescence[20].

Thomas Edison encourage Latimer à publier ses travaux, c'est ainsi qu'est édité Incandescent Electric Lighting: A Practical Description of the Edison System, avec des compléments de ses collaborateurs C.J. Field et John White Howell (en) aux éditions D. van Nostrand Company[21].

La fin[modifier | modifier le code]

Latimer meurt à 80 ans, il repose au Oak Grove Cemetery de Fall River dans le Massachusetts, aux côtés de son épouse Mary[22].

Engagement[modifier | modifier le code]

Il joue un rôle actif dans l'intégration raciale, il est en relation avec les élites afro-américaine de son époque, comme Frederick Douglass, James Theodore Holly (en), Richard Theodore Greener (en)[23], etc. Il achéte une maison dans le quartier à majorité blanche de Flushing, dans le Queens, afin de rapprocher les communautés, il fonde une paroisse locale de l'Église Universaliste. Au sujet des droits civiques, Latimer écrit : «Il est nécessaire que nous montrions à la population de ce pays que par notre martyre sous le fouet, par notre héroïsme sur le champ de bataille, par notre patience chrétienne sous un fardeau accablant d'injustice et par notre soumission aux lois du pays, nous avons prouvé que nous étions des citoyens dignes de notre pays commun »[24].

En 1902, il présente une pétition au maire de New York au sujet du manque de représentation des Noirs dans les conseils scolaires.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le 1873, il épouse Mary Wilson ils ont deux filles Emma Jeannette et Louise Rebecca[7].

La famille Latimer est membre de l'Église Universaliste.

Lewis avait pour passe temps la flûte, le théâtre et l'écriture de poèmes[25].

Brevets déposés aux États-Unis[modifier | modifier le code]

  • (en) Brevet U.S. 147363 « Water closets for railway cars »,
  • (avec Joseph V. Nichols) (en) Brevet U.S. 247097 « Electric lamp », Lampe électrique,
  • (en) Brevet U.S. 252386 « Process of manufacturing carbons »,
  • (avec John Tregoning) (en) Brevet U.S. 255212 « Globe supporter for electric lamps », Support d'ampoules pour lampes électriques,
  • (en) Brevet U.S. 334078 « Apparatus for cooling and disinfecting », Appareil de refroidissement et de désinfection,
  • (en) Brevet U.S. 557076 « Locking rack for hats, coats, and umbrellas », Rangement verrouillable pour chapeaux, manteaux et parapluies
  • (avec Charles W. Brown) (en) Brevet U.S. 968787 « Lamp fixture »,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rayvon Fouché, Granville T. Woods, Lewis H. Latimer, and Shelby J. Davidson — Black inventors in the age of segregation, éd. Johns Hopkins University Press, 2003 (ISBN 978-0-8018-7319-5),
  • Jack Salzman (dir.), The Encyclopedia of African American Culture and History, éd. MacMillan Press, 2001,
  • Dick Russell, Black Genius and the American Experience, éd. Carroll & Graf, 1998,
  • Eleanor Ayer, Lewis Latimer: Creating Bright Ideas, éd. Steck-Vaughn, 1997,
  • Patricia et Frederick McKissack, African-American Inventors, éd. Millbrook Press, 1994.
  • Robert G. Koolakian, Lewis Haward Latmer a biography and related experiments you can do, éd. Edison Electric Institute, 1993[7],
  • Glenette Tilley Turner, Lewis Howard Latimer (Pioneers in Change), éd. Silver Burdett Press, 1991 (ISBN 978-0-382-09524-5)
  • Portia P. James, The Real McCoy : African-American Invention and Innovation, 1619-1930, éd. Smithsonian Institution Press, 1989[26], [11],
  • Augustus W. Low, Encyclopedia of Black America, Da Capo Press, 1981,
  • Louis Haber, Black Pioneers of Science and Invention, éd. Harcourt (publisher) (en), 1970.

Prix, distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Lewis H. Latimer | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 12 août 2019)
  2. (en-US) Smithsonian Lemelson Center, « Innovative Lives: Lewis Latimer (1848-1928): Renaissance Man », sur Lemelson Center for the Study of Invention and Innovation, (consulté le 12 août 2019)
  3. (en) some as CalmX et Was an Experimental Artist, « Biography of Lewis Latimer, Noted African-American Inventor », sur ThoughtCo (consulté le 12 août 2019)
  4. (en-US) « Lewis Latimer Facts », sur biography.yourdictionary.com (consulté le 12 août 2019)
  5. admin, « Retour sur Lewis Howard Latimer – Bledard.org » (consulté le 12 août 2019)
  6. « Lewis H. Latimer: African American Inventor », sur www.myblackhistory.net (consulté le 12 août 2019)
  7. a b c et d (en-US) « Lewis Howard Latimer a black inventor », sur Edison Electric Institute,
  8. (en) « USS Massasoit « Black History » (consulté le 12 août 2019)
  9. (en-US) « Latimer, Lewis Howard | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 12 août 2019)
  10. « Lewis Howard Latimer », Massachusetts Hall of Black Achievement,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2019)
  11. a et b (en-US) « Encyclopedia Smithsonian: African American Inventors », sur www.si.edu (consulté le 12 août 2019)
  12. (en-US) Improvement in water-closets for railroad-cars, (lire en ligne)
  13. (en-US) Gaius Chamberlain, « Lewis Latimer - Inventor of the Carbon Filament Light Bulb | The Black Inventor Online Museum » (consulté le 13 août 2019)
  14. (en-GB) « Sir Hiram S. Maxim », sur www.lamptech.co.uk (consulté le 13 août 2019)
  15. (en) « Lewis Latimer — ETHW », sur ethw.org (consulté le 16 août 2019)
  16. (en) « Lewis Howard Latimer Biography (1848-1928) », sur www.madehow.com (consulté le 16 août 2019)
  17. (en-GB) « Lewis Howard Latimer », sur www.lamptech.co.uk (consulté le 13 août 2019)
  18. (en-US) « Lewis H. Latimer | Lemelson-MIT Program », sur lemelson.mit.edu (consulté le 16 août 2019)
  19. (en-US) Mailing Address: 211 Main Street West Orange et NJ 07052 Phone:736-0550 x11 Phone are regularly monitored, « A Few Gifted Men Who Worked For Edison - Thomas Edison National Historical Park (U.S. National Park Service) », sur www.nps.gov (consulté le 16 août 2019)
  20. (en-US) Thomas A. (Thomas Alva) Edison, N. (Norris) Peters, William Joseph Hammer et Thomas A. (Thomas Alva) Edison, Collection of United States patents granted to Thomas A. Edison, 1869-1884, Washington, D.C. : U.S. Patent Office, (lire en ligne)
  21. (en-US) Lewis Howard Latimer, Incandescent Electric Lighting: A Practical Description of the Edison System (lire en ligne)
  22. (en-US) « Dr. Lewis Howard Latimer », sur Find a grave
  23. (en-US) anneshislerhughes, « The incredible story of Lewis Latimer and how to visit his house in Flushing », sur Brownstoner, (consulté le 16 août 2019)
  24. (en-US) « Introduction », sur edison.rutgers.edu (consulté le 16 août 2019)
  25. (en-US) « Lewis Howard Latimer », sur Biography (consulté le 12 août 2019)
  26. (en-US) « The Real McCoy, African-American Invention and Innovation, 1619-1930 », sur anacostia.si.edu (consulté le 12 août 2019)
  27. (en-US) « Search for Famous Inventors | National Inventors Hall of Fame », sur www.invent.org (consulté le 12 août 2019)
  28. (en-US) « P.S. 056 Lewis H. Latimer », sur www.schools.nyc.gov (consulté le 12 août 2019)
  29. (en-US) « Lewis Latimer House Museum », sur historichousetrust.org (consulté le 12 août 2019)
  30. (en-US) « Lewis Latimer House Museum | Home of African American Inventor and Humanist Lewis H. Latimer featuring exciting exhibitions and educational programs. », sur lewislatimerhouse.org (consulté le 12 août 2019)
  31. (en-US) Joseph P. Fried, « A Campaign to Remember an Inventor », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 12 août 2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]