Lev Gillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gillet.

Lev Gillet (Louis Gillet), est un prêtre et théologien orthodoxe français, recteur de la première paroisse orthodoxe de langue française, passeur entre l'Orient et l'Occident chrétien, né le 6 août 1893 à Saint-Marcellin (Isère) et décédé le 29 mars 1980 à Londres. Il est l'auteur de nombreux articles et livres qu'il signe souvent sous le nom d'« un moine de l’Église d’Orient ».

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Après des études de philosophie à Grenoble et à Paris, il est mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, et fait prisonnier en 1914; il passe trois ans en captivité en Allemagne où il rencontre des prisonniers russes pour lesquels il éprouve de la sympathie.

Il fait ensuite des études de psychologie à Genève. Attiré par la vie monastique, il entre chez les bénédictins à Clervaux. Attiré par le monde chrétien oriental, il fait connaissance du métropolite André Szeptyki et prononce ses vœux définitifs au monastère studite d’Univ en Galicie.

Déçu par l’attitude de l’Église catholique envers le christianisme orthodoxe, le Père Lev est reçu dans l’Église orthodoxe à Paris en mai 1928, par Mgr Euloge, responsable de l'Église russe en Europe occidentale, et en novembre 1928 il devient le recteur de la paroisse Sainte-Geneviève-de-Paris, la première paroisse orthodoxe francophone.

En 1938, il quitte Paris pour s’installer à Londres, dans un premier temps dans le cadre d'un foyer s'occupant de jeunes réfugiés juifs et judéo-chrétiens de l'Europe centrale puis dans le cadre du Fellowship of Saint Alban and Saint Sergius, organisme œcuménique voué au rapprochement entre l’Église anglicane et l’Église orthodoxe. Il reste en Angleterre jusqu’à son décès, faisant de nombreux voyages à l’étranger, notamment en France, en Suisse et au Liban, où il participe au renouveau spirituel de l’orthodoxie antiochienne.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Communion in the Messiah. Studies in the Relationship between Judaism and Christianity, Redhill, Londres, 1942 (en anglais seulement).
  • La prière de Jésus, Chevetogne/Seuil, 1951 ; 1974.
  • Jésus, simples regards sur le Sauveur, Chevetogne/Seuil, 1959 ; 1996.
  • Présence du Christ, Chevetogne, 1960.
  • Le Visage de lumière, Chevetogne, 1966.
  • The Shepherd, Fellowship of St Alban and St Sergius, 1968 (en anglais seulement).
  • The Burning Bush, Fellowship of St Alban and St Sergius, 1971(en anglais seulement).
  • Amour sans limites, Chevetogne, 1971.
  • Ils regarderont vers lui, Chevetogne, 1976.
  • La Colombe et l'Agneau, Chevetogne, 1979.
  • Introduction à la spiritualité orthodoxe, Desclée de Brouwer, 1983.
  • L’an de grâce du Seigneur : Un commentaire de l’année liturgique byzantine, Cerf, 1988.
  • Notre Père, Introduction à la foi et à la vie chrétienne, Cerf, 1988.
  • L'Offrande liturgique, Cerf, 1988.
  • Au Cœur de la fournaise, Cerf/Le Sel de la Terre, 1998.
  • Unité en division les lettres de Lev Gillet, un moine de l'Église d'Orient, à Andrei Cheptytsky 1921-1929 Gillet, Lev Parole et silence, Saint-Maur (Val-de-Marne) - avril 2009

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Deux numéros de la Revue Contacts sont consacrés au Père Lev Gillet : Vol. 33, No 115, 1981 et Vol. 46, No 167, 1994.
  • Elisabeth Behr-Sigel. Lev Gillet, « un moine de l'Église d'Orient », Un libre croyant universaliste, évangélique et mystique. Cerf 1993.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]