Leucorrhinia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Leucorrhinia, en français, les leucorrhines, est un genre d'odonates anisoptères de la famille des Libellulidae.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Du grec λευχος, η, ον = blanc + ρις, ρινος = nez : au nez blanc. Les espèces de ce genre ont une face blanche caractéristique.

Morphologie et anatomie[modifier | modifier le code]

Leucorrhinia dubia Savoie - France, notez la face blanche

Ce sont des libellules de taille moyenne avec une envergure de moins de 7 cm et d'un peu moins de 4 cm de longueur totale. Elles se reconnaissent aisément par leur face blanche contrastant avec le corps sombre. Les ailes antérieures n'ont que 7 à 8 (exceptionnellement 9) nervures transverses anténodales. Les ailes postérieures sont marquées d'une tache basale sombre. Les ptérostigmas sont rectangulaires et courts. Le thorax est sombre mais peut porter, suivant les espèces et les sexes, des bandes jaunes ou rouges. L'abdomen est majoritairement noir avec une série de taches médiotergitales jaunes qui virent au rouge chez les mâles de trois des espèces alors qu'elles disparaissent chez les deux autres et que l'extrémité de l'abdomen se couvre d'une pruine grise. Ce genre est assez facile à différencier des autres Libellulidae sauf peut-être avec Sympetrum danae qui partage les milieux de plusieurs espèces de leucorrhines.

Le vol des leucorrhines est erratique, un peu hésitant et assez facilement repérable.

Exuvie de Leucorrhinia albifrons, Ain - France ; notez les yeux caractéristiques du genre

Reproduction et développement[modifier | modifier le code]

Les femelles pondent seules ou gardées par le mâle. Les larves sont typiques de celles des Libellulidae, de petite taille, moins de 20 mm, mais ont des yeux nettement proéminents de chaque côté de la tête.

Menaces et conservation[modifier | modifier le code]

Ce genre rassemble plusieurs espèces dont les populations sont menacées à l'échelle locale, régionale ou mondiale.

Dans le Paléarctique occidental, seule Leucorrhinia dubia ne fait pas l'objet d'une mesure de protection, les écosystèmes qui l'abritent étant encore peu menacés. Les autres espèces souffrent de la dystrophie des milieux lentiques et de la pression halieutique qui conduit à des introductions de poissons prédateurs des larves ou ravageurs de la végétation aquatique.


Principales espèces[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • GRAND, Daniel et BOUDOT, Jean-Pierre, Les libellules de France, Belgique et Luxembourg - Mèze : Biotope, 2006 Coll. Parthénope.
  • DIJKSTRA, K.-D. B. Guide des libellules de France et d'Europe, illustrations, R. Lewington ; traduction et adaptation française, Philippe Jourde, Paris, Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-01639-8). DL 2007. Réimpression 2011.
  • PILON, Jean-Guy et LAGACÉ, Denise 1998. Les odonates du Québec : traité faunistique, Chicoutimi. Québec : Entomofaune du Québec. (ISBN 2980276324)