Lettre à France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lettre à France
Single de Michel Polnareff
extrait de l'album Coucou me revoilou
Face B Mademoiselle De
Sortie 1977
Durée 4:38
Genre Chanson française, pop rock
Format 45 tours
Auteur Jean-Loup Dabadie
Compositeur Michel Polnareff
Producteur David Hentschel, Michel Polnareff
Label Atlantic Records

Singles de Michel Polnareff

Lettre à France est une chanson de Michel Polnareff sortie comme single en 1977. Elle est présente sur la réédition CD de l'album Coucou me revoilou (1978), mais aussi sur La Compilation (1991) et les albums live Live at the Roxy (1996) et Ze re Tour 2007 (2007).

Polnareff, alors en « exil » aux États-Unis, y exprime sa nostalgie pour la France.

Genèse[modifier | modifier le code]

En 1972, Michel Polnareff est au faite de sa gloire et mène une vie luxueuse dans un hôtel particulier à Neuilly. Vivant une vie de star, il engage un homme de confiance pour gérer ses finances. Mais cette année-là, il connaît un premier revers causé par l'affiche de son concert à l'Olympia où il montre ses fesses : accusé d'attentat à la pudeur, il doit affronter un procès et s'acquitter d'une amende de 6 millions d'anciens francs, soit environ 9 000 euros, somme modique pour le chanteur à l'époque, mais qu'il trouvera « sévère » et « injuste »[1].

Puis Polnareff reçoit une lettre d'une agence immobilière qui lui réclame six mois de loyers impayés et apprend par la suite que ses biens - sa Rolls et sa maison - ne lui appartiennent pas, mais sont en location[1]. Il a été trahi par son homme de confiance qui l'a spolié en lui prenant son argent et en laissant le chanteur endetté[1]. De plus, le fisc lui réclame plus d'un million de franc, mais Polnareff est ruiné[1]. L'opinion publique refusant de croire en sa bonne foi et supportant mal ce désamour, Polnareff décide de quitter la France, alors qu'il est menacé d'emprisonnement, pour refaire sa vie ailleurs[1].

Il s'exile alors en Californie où il publie un single qui se classe rapidement au Billboard Hot 100, hit-parade américain[1]. Mais la France lui manque, un an et demi après son départ forcé. Ne pouvant regagner le pays sans se faire arrêter, il est aidé par Roger Kreicher, ancien directeur des programmes de RTL, qui lui propose d'organiser un concert en Belgique vu par 4 000 fans qui fait sensation, malgré un matériel de sonorisation qui ne viendra jamais[1]. De retour à New York, la nostalgie le guette et lors d'une sortie dans un restaurant de la Cinquième Avenue, tout lui rappelle la France. Pris d'un coup de blues, Polnareff griffonne sur une nappe en papier les premières notes de la chanson qui ne se nomme pas encore Lettre à France[1]. Il enregistre la musique sur cassette et l'envoie à son parolier Jean-Loup Dabadie[1]. Dabadie écrit alors un texte avec deux niveaux de lecture : on peut soit y voir une simple lettre d’amour d’un homme loin de sa dulcinée ou alors celle d’un homme exilé qui rêve de revoir son pays, la France[1]. Ce double sens des paroles séduit Polnareff[1].

Sortie et réception[modifier | modifier le code]

Sorti durant l'été 1977, Lettre à France se classe au classement des sondages de l'IFOP à la 15e place à la date du [2]. Le titre progresse au hit-parade et atteint la 4e place le [2], avant de chuter à la cinquième place durant les deux premières semaines de septembre 1977[2]. Il apparaît pour la dernière fois dans le top 20 le [2]. Le single se vend à 840 000 exemplaires[N 1],[1].

Le succès de Lettre à France permet à Polnareff de revenir en France en pour régler ses affaires avec le fisc et d'être innocenté par la justice, qui reconnaît la culpabilité de l'homme de confiance, toujours en fuite au moment du jugement. Toutefois, Polnareff est toujours redevable d'un million de francs à l'administration fiscale[1].

Reprises[modifier | modifier le code]

Inspiration musicale[modifier | modifier le code]

La musique est inspirée du menuet en sol mineur HWV 439 de Georg Friedrich Haendel.

Classements[modifier | modifier le code]

Classements hebdomadaires[modifier | modifier le code]

Classement (1977) Meilleure
place
Drapeau de la France France (IFOP)[3] 4
Drapeau : Québec Québec (Palmarès Francophone)[4] 33
Classement (2010-12) Meilleure
place
Drapeau de la Belgique Belgique (Wallonie Ultratop 50 Singles)[5]
Back Catalogue Singles
2
Drapeau de la France France (SNEP)[6] 93
Classement (2016) Meilleure
place
Drapeau de la France France (SNEP)[6] 58

Classement annuel[modifier | modifier le code]

Classement (1977) Meilleure
place
Drapeau de la France France (IFOP)[7] 27

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Selon le site InfoDisc, le single s'est vendu à 476 000 exemplaires, voir « Les singles les mieux vendus en France », sur infodisc.fr, Dominic DURAND/InfoDisc (consulté le 10 novembre 2015)
Références
  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Zahia Yaoulia, « 50 mn inside : Michel Polnareff : retour sur l’incroyable histoire de Lettre à France », sur TF1, (consulté le 22 septembre 2016)
  2. a, b, c et d « Top hebdomadaires des singles entre 1968 et 1984 », sur Top France (consulté le 29 septembre 2016)
  3. Top France, top hebdo 45 tours, cliquer sur l'année 1977 et la date du 27 août 1977.
  4. Palmarès francophone - page 293
  5. Ultratop.be – Michel Polnareff – Lettre à France. Ultratop 50. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch. Consulté le 30 janvier 2018.
  6. a et b Lescharts.com – Michel Polnareff – Lettre à France. SNEP. Hung Medien. Consulté le 1er novembre 2015.
  7. Top annuel - 1977