Les subalternes peuvent-elles parler ?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les subalternes peuvent-elles parler ?
Titre original
(en) Can the Subaltern Speak?Voir et modifier les données sur Wikidata
Format
Auteur
Date de parution

Les subalternes peuvent-elles parler ? (titre original : Can the Subaltern Speak?) est un essai de la philosophe féministe indienne Gayatri Spivak paru en 1985[1], un des textes les plus célèbres des études postcoloniales[1],[2]. Les subalternes évoquées dans le titre sont les personnes rejetées hors du système de représentation dominant ; parmi elles, les femmes du Tiers monde sont, selon G. Spivak, celles dont l'exclusion est la plus extrême. G. Spivak affirme que si les subalternes peuvent s'exprimer, leur parole n'est pas entendue, et ne reçoit pas de réponse ; tout se passe comme si elle n'avait jamais été énoncée[1].

Le texte, philosophique dans sa majeure partie, critique le discours sur l'Autre et sur les subalternes dans l'œuvre de certains intellectuels français. Il comporte également une réflexion sur la colonisation britannique de l'Inde, et une analyse de la manière dont l'administration coloniale a interprété l'immolation des veuves dans ce pays. L'exemple narratif qui clôt l'essai a favorisé la vulgarisation d'un texte réputé d'accès difficile ; Gayatri Spivak termine en relatant l'histoire de sa grand-tante[3] qui s'est suicidée à Calcutta en 1926 ; cet acte a été présenté par sa famille comme la conséquence d'un amour illégitime, alors que la jeune suicidée était en réalité engagée dans la lutte armée pour l'indépendance de l'Inde, et avait laissé une lettre dans laquelle elle expliquait ses motivations politiques — lettre qui n'a pas été prise en compte.

Les subalternes ne sont pas entendues quand elles parlent[modifier | modifier le code]

La parole suppose une écoute[4],[5]. Si les subalternes parlent de fait, ils ne sont pas pour autant reconnus comme des locuteurs dotés d'une subjectivité autonome[1],[a],[6]. La femme du Tiers monde, figure subalterne par excellence, est l'objet de représentations forgées par le patriarcat de son pays, par les puissances anciennement colonisatrices, et aussi par les féministes occidentales ; ces représentations sont censées dire ce qui en est de la femme du Tiers monde, mieux qu'elle-même ne pourrait le faire[7].

Gayatri Spivak déclare ainsi : « je réponds par la négative à la question que je pose dans le titre : non, les subalternes, dans la mesure même où ils sont en position de subalternité, ne peuvent pas parler. Et ceux qui prétendent les entendre ne font en réalité que parler à leur place »[8].

Critique de certains intellectuels français[modifier | modifier le code]

Spivak décèle dans le discours philosophique de Michel Foucault et de Gilles Deleuze une tendance à évacuer le problème des « sans voix » ; ces philosophes postulent ainsi que les sujets opprimés peuvent s'exprimer sans obstacle, et rendre compte de leur condition[9]. De plus, ils s'abstiennent d'évoquer leur situation d'intellectuels, et tentent de faire croire qu'ils ne représentent pas les opprimés, qu'ils laissent les groupes marginaux prendre la parole[10],[2] ; ce faisant ils contribueraient selon Spivak à les réduire au silence[11].

Critique du colonialisme britannique[modifier | modifier le code]

Gayatri Spivak analyse « les revendications bien-pensantes du colonialisme britannique » qui s'est présenté comme « civilisateur » et qui a prétendu en particulier sauver les femmes indiennes de la pratique du suicide rituel des veuves[12].

L'administration coloniale et le sacrifice de la veuve en Inde[modifier | modifier le code]

Pour les colonisateurs britanniques, l'immolation des veuves, appelée « sati », représentait une forme de barbarie. Fred Poché dans son étude de l'essai de Gayatri rappelle que ce sacrifice religieux était rare, réservé à la caste guerrière ; la famille «bénéficiait» socialement de cet acte, ainsi que la veuve elle-même qui était considérée après sa mort comme un être sacré[12]. « Dans les termes de la législation coloniale britannique en Inde, ce sens du sacrifice de la veuve comme une signification exceptionnelle de la conduite de la femme est perdu dans la traduction » écrit Fred Poché[12].

« Les hommes blancs sauvent les femmes brunes des hommes bruns »[modifier | modifier le code]

Le rite du sacrifice des veuves a été aboli par les Britanniques en 1829, dans le but déclaré de délivrer les femmes indiennes de l'oppression patriarcale hindoue[1]. Dans son commentaire du texte de Spivak, Fred Poché rappelle la position du réformateur indien Ram Mohan Roy (1772-1833) engagé en faveur des droits des femmes indiennes qui aurait préféré que l'abolition de la sati prenne appui sur les ressources offertes par la tradition indienne, plutôt qu'elle ne soit imposée par les autorités coloniales[1]. Selon Ram Mohan Roy la multiplication des suicides rituels était une conséquence du colonialisme, une partie de la société réagissant ainsi au mépris que lui témoignait l'élite occidentalisée des grandes villes[1].

Gayatri Spivak reproche aux colonisateurs britanniques d'avoir occulté l'action des femmes indiennes et, sous couvert de les défendre, de les avoir instrumentalisées pour légitimer le colonialisme[1]. Les Britanniques ont ainsi présenté l'occupation d'un territoire comme l'accomplissement d'une entreprise civilisatrice. Spivak analyse comme « un fantasme collectif »[13] l'idée selon laquelle « les hommes blancs sauvent les femmes brunes des hommes bruns »[1].

On retrouve dans les discours contemporains d'après G. Spivak, la même exploitation idéologique des femmes subalternes, les uns s'inscrivant dans la sphère patriarcale, et affirmant que ces femmes sont satisfaites de leur sort, les autres reprenant le credo impérialiste, selon lequel ces femmes sont des victimes et qu'il reviendrait à l'Occident de les représenter[14]. « Un groupe n'a pas été entendu du tout : les femmes concernées »[14].

Différences entre les subaltern studies et la position de Spivak[modifier | modifier le code]

G. Spivak instaure un dialogue critique avec les « études subalternes », qui se sont développées en Inde principalement.

Extension plus grande du sens de « subalterne »[modifier | modifier le code]

Dans le texte de G. Spivak, « subalterne » prend un sens plus large que dans les oeuvres de théoriciens de la subalternité comme Ranajit Guha, et renvoie aux femmes, y compris aux femmes de la bourgeoisie dans les pays du Tiers monde[1]. En effet, pour G. Spivak, les inégalités entre les sexes justifient dans les pays sous domination coloniale l'inclusion de toutes les femmes dans la catégories des subalternes ; elle note ainsi que l'enseignement de histoire de l'indépendance en Inde passe sous silence le rôle des femmes dans la lutte contre la colonisation[1].

Ajit K. Chaudhury a critiqué d'un point de vue marxiste cette extension de la subalternité à des femmes de la classe moyenne et supérieure, considérant que les conflits de classe demeurent primordiaux[2]. Gayatri Spivak a mis l'accent de fait sur un autre conflit, celui opposant le Tiers monde et le Premier monde[2] ; son choix sous-entend que la classe ouvrière du Premier monde serait plus solidaire des capitalistes de son pays que des ouvriers des pays pauvres[2].

Hétérogénéité du groupe des subalternes[modifier | modifier le code]

Pour G. Spivak, les études subalternes ont le mérite de proposer une approche non-coloniale des subalternes, cependant ce mouvement académique a eu tendance a essentialiser les subalternes en les représentant comme un groupe qui aurait une identité commune et définissable[1]. G. Spivak quant à elle insiste sur le caractère composite de ce groupe[1].

Traductions en français[modifier | modifier le code]

Les traductions en français comme dans d'autres langues prennent pour texte de référence celui paru en 1988 dans Cary Nelson et Lawrence Grossberg (dir.), Marxism and the Interprétation of Culture, et non la première version, plus courte, de cet essai, parue en 1985 dans le magazine Wedge sous le titre « Can the Subaltern Speak ? Speculations on Widow Sacrifice »[14] (une version encore antérieure du texte original anglais plusieurs fois remanié s'intitulait «Power, desire, Interest», «Pouvoir, désir, intérêt»)[15].

Une première traduction en français de « Can the Subaltern Speak? », intitulée Les Subalternes peuvent-ils parler ?, a été publiée en 1999[16] ; elle est considérée comme peu fiable. Une deuxième traduction par Jérôme Vidal a paru en 2009 ; le choix du pronom féminin « elles » dans le titre est dû à Gayatri Spivak[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Les subalternes peuvent bien sûr lire et parler ; les archives du monde sont non seulement remplies des manifestes politiques de leurs partis et de leurs organisations, mais aussi de leurs textes littéraires, de leurs journaux, de leurs films, de leurs enregistrements, de leurs tracts, de leurs chansons » ; mais selon G. Spivak, « ce que nous considérions jusqu’ici comme la parole des subalternes n’est en réalité rien d’autre que l’apparence de cette parole »[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l et m Fred Poché, « La question postcoloniale au risque de la déconstruction. Spivak et la condition des femmes », Franciscanum 171, vol. lxi,‎ , p. 43-97.
  2. a b c d e et f Warren Montag, « “Les subalternes peuvent-illes parler ?” et autres questions transcendentales », Multitudes, vol. 3, no 26,‎ , p. 133-141 (lire en ligne).
  3. Gayatri Spivak (trad. Jérôme Vidal), Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Editions Amsterdam, (lire en ligne), p. 106.
  4. Entretien de G. Spivak avec Léon De Kock publié dans ARIEL : A Review of International English Literature en 1992, Gayatri Spivak (trad. Jérôme Vidal), Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Editions Amsterdam, (lire en ligne), p. 107.
  5. Laetitia Dechaufour, « Introduction au féminisme postcolonial », Nouvelles Questions Féministes, vol. 27, no 2,‎ , p. 99 (ISSN 0248-4951 et 2297-3850, DOI 10.3917/nqf.272.0099, lire en ligne, consulté le ) :

    « Les subalternes ne peuvent pas parler, non pas dans le sens où ils et elles ne s’expriment pas et n’expriment pas leur révolte, mais dans le sens où parler implique une transaction entre celui ou celle qui parle et celui ou celle qui écoute. Or le contrat dialogique n’est pas honoré par les deux parties, puisque celui ou celle qui est censé·e écouter n’entend pas. La question de "qui parle", "pour qui", et "à qui" est donc une question fondamentale que soulève Gayatri Spivak »

  6. J Maggio, « “Can the Subaltern Be Heard?”: Political Theory, Translation, Representation, and Gayatri Chakravorty Spivak », Alternatives, vol. 32, no 4,‎ , p. 419–443 (ISSN 0304-3754, DOI 10.1177/030437540703200403, lire en ligne, consulté le )
  7. Fred Poché, «La question postcoloniale au risque de la déconstruction. Spivak et la condition des femmes». Franciscanum 171, Volume lxi (2019), p.86.
  8. Fred Poché, «La question postcoloniale au risque de la déconstruction. Spivak et la condition des femmes». Franciscanum 171, Volume lxi (2019), p.87.
  9. Fred Poché, «La question postcoloniale au risque de la déconstruction. Spivak et la condition des femmes». Franciscanum 171, Volume lxi (2019), p.84-85
  10. Fred Poché, «La question postcoloniale au risque de la déconstruction. Spivak et la condition des femmes». Franciscanum 171, Volume lxi (2019), p.84
  11. Fred Poché, «La question postcoloniale au risque de la déconstruction. Spivak et la condition des femmes». Franciscanum 171, Volume lxi (2019), p.86-87.
  12. a b et c Fred Poché, «La question postcoloniale au risque de la déconstruction. Spivak et la condition des femmes». Franciscanum 171, Volume lxi (2019).
  13. Gayatri Spivak (trad. Jérôme Vidal), Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Editions Amsterdam, (lire en ligne) p.75
  14. a b et c (de) Oliver Hidalgo, « Gayatri Chakravorty Spivak: Can the Subaltern Speak? (dt. Can the Subaltern Speak? Postkolonialität und subalterne Artikulation, Turia + Kant: Wien/Berlin 2008, 159 S.) », dans Klassiker der Sozialwissenschaften: 100 Schlüsselwerke im Portrait, Springer Fachmedien, (ISBN 978-3-658-13213-2, DOI 10.1007/978-3-658-13213-2_84, lire en ligne), p. 361–365
  15. Dabashi Hamid, « Je ne suis pas subalterniste [*] », Tumultes, 2010/2 (n° 35), p. 215-235. DOI : 10.3917/tumu.035.0215, [1]
  16. Gayatri Chakravorty Spivak, «Les subalternes peuvent-ils parler?». L’historiographie indienne en débat. Colonialisme, nationalisme et sociétés postcoloniales. Paris: Karthala/Amsterdam: Sephis, 1999.
  17. Gayatri Spivak (trad. Jérôme Vidal), Les subalternes peuvent-elles parler, Paris, Editions Amsterdam, (lire en ligne) p.10

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Texte de Gayatri Spivak[modifier | modifier le code]

  • Gayatri Spivak (trad. Jérôme Vidal), Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Editions Amsterdam, (lire en ligne) (texte intégral en accès libre)
  • Gayatri Chakravorty Spivak, «Can subaltern speak ?», dans Cary Nelson et Lawrence Grossberg (dir.), Marxism and the Interprétation of Culture, Champaign, University of Illinois Press, 1988, p. 271-313.

Sur le texte de Gayatri Spivak[modifier | modifier le code]

  • Warren Montag (en), « “Les subalternes peuvent-illes parler ?” et autres questions transcendentales », Multitudes, 2006/3 (no 26), p. 133-141. DOI : 10.3917/mult.026.0133, lire en ligne
  • Fred Poché, «La question postcoloniale au risque de la déconstruction. Spivak et la condition des femmes». Franciscanum 171, Volume lxi (2019): 43-97, en accès libre sur https://dialnet.unirioja.es.
  • Francesco Fistetti, « 5. « Le subalterne peut-il parler ? » (G. Spivak sur Foucault et Deleuze) », dans Théories du multiculturalisme. Un parcours entre philosophie et sciences sociales, sous la direction de F. Fistetti, Paris, La Découverte, « TAP / Bibliothèque du MAUSS », 2009, p. 50-58, lire en ligne
  • « Les subalternes peuvent-ils parler ? », sur France Culture (consulté le )
  • Graham Riach, An Analysis of Gayatri Chakravorty Spivak's Can the Subaltern Speak ?, Routledge, 2017
  • Hemangi Bhagwat, Madhavi Arekar, « On the Margins: Theorising Spivak’s “Can the Subaltern Speak?” », ArsArtium ISSN (Print) : 2319-7889, Vol. 6, January 2018, Pp. 38-44, lire en ligne
  • Michalinos Zembylas, « Revisiting Spivak’s “Can the Subaltern Speak” through the lens of affect theory: Can the subaltern be felt? », Qualitative Research Journal, vol. 18, no 2,‎ , p. 115–127 (ISSN 1443-9883, DOI 10.1108/QRJ-D-17-00048, lire en ligne, consulté le )
  • J Maggio, « “Can the Subaltern Be Heard?”: Political Theory, Translation, Representation, and Gayatri Chakravorty Spivak », Alternatives, vol. 32, no 4,‎ , p. 419–443 (ISSN 0304-3754, DOI 10.1177/030437540703200403, lire en ligne, consulté le )
  • (de) Oliver Hidalgo, « Gayatri Chakravorty Spivak: Can the Subaltern Speak? (dt. Can the Subaltern Speak? Postkolonialität und subalterne Artikulation, Turia + Kant: Wien/Berlin 2008, 159 S.) », dans Klassiker der Sozialwissenschaften: 100 Schlüsselwerke im Portrait, Springer Fachmedien, (ISBN 978-3-658-13213-2, DOI 10.1007/978-3-658-13213-2_84, lire en ligne), p. 361–365
  • Jade Munslow Ong, « Can the Subaltern Speak? », sur The Literary Encyclopedia (consulté le )
  • Jean-Louis Jeannelle, « Gayatri C. Spivak, à l'écoute de l'Autre. Célèbre figure des études "subalternes", la théoricienne d'origine indienne est enfin traduite en français », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]