Les dieux sont tombés sur la tête

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Les Cieux sont tombés sur la tête.
Les dieux sont tombés sur la tête
Titre original The Gods Must Be Crazy
Réalisation Jamie Uys
Scénario Jamie Uys
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Drapeau du Botswana Botswana
Genre Comédie
Durée 109 minutes
Sortie 1980

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les dieux sont tombés sur la tête est un film botswanais et sud-africain écrit et réalisé par le Sud-Africain Jamie Uys, sorti en 1980. Le film a une suite : Les dieux sont tombés sur la tête 2.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans une tribu du désert du Kalahari vierge de tout contact extérieur, l'arrivée d'une bouteille de Coca Cola, tombée du ciel et considérée comme un présent des Dieux, apporte désordre et convoitise. La tribu décide de la rendre aux Dieux...

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Dans une tribu isolée de Bochimans du désert du Kalahari, qui a peu de contact avec le reste du monde, une bouteille de Coca-Cola en verre jetée d'un avion tombe à côté de Xi, un membre de la tribu. Ignorant sa provenance, la tribu imagine que c'est un cadeau des dieux. Transparent et très dur, il sert de pilon, de flûte, de récipient et de bien d’autres choses encore. Cette bouteille est si utile que tout le monde en a besoin en même temps, faisant émerger des querelles, inhabituelles dans la tribu. Le conseil se réunit, Xi décide d'aller jeter la bouteille aux portes du monde.

Pendant ce temps, la journaliste sud-africaine Kate Thompson apprend que le Botswana a une pénurie d'enseignants. Elle décide de tenter sa chance. Andrew Steyn, qui réalise une thèse, a établi un camp dans la brousse. Il est chargé d'aller chercher Kate à l'arrêt de bus. Sur le chemin du retour, ils croisent Xi qui veut leur remettre la bouteille, mais ils refusent. Xi continue sa route, et chasse une chèvre pour la manger. Voyant l'action, le chevrier va chercher la police, et Xi est condamné à trois mois de prison, sans qu'il comprenne pleinement le déroulement des évènements. Mpudi, l'assistant d'Andrew, est appelé pour servir d'interprète. Il convainc le juge, avec l'aide d'Andrew, de commuer la peine de prison en travail obligatoire.

Sam Boga et ses hommes tentent un coup d’État qui échoue. En fuite, ses poursuivants le rattrapent près de l'école de Kate. Il prend alors la jeune femme et les écoliers en otage, et tous se mettent en marche. Andrew, Mpudi et Xi font des observations de terrain dans la nature. Ils ignorent la situation, et lorsqu'ils voient au télescope le groupe, ils décident d'intervenir et réussissent à neutraliser les preneurs d'otages.

Finalement, Andrew et Kate entament une relation amoureuse. Xi est libéré à la fin de sa peine, reprend la bouteille, et finit par arriver au God's Window du Blyde River Canyon. Le contrebas recouvert par les nuages lui laisse penser qu'il est arrivé au bout du monde. Il jette la bouteille et retourne dans sa tribu.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Le film a connu un succès considérable dans le monde et en France (5 950 000 entrées[2]), rendant le réalisateur et son interprète bochiman N!xau célèbres. La tentation fut grande d’exploiter le filon. Uys n’y résista pas et une suite sortit en 1989. D’autres films du même réalisateur furent accusés d’appuyer les thèses de l’apartheid encore en vigueur à cette époque, Les dieux sont tombés sur la tête montrant comment les noirs sont plus heureux en étant séparés des blancs (apartheid).
  • N!xau reçu un cachet de 300 dollars, qu'il dépensa pour acheter douze têtes de bétail[3].
  • La polémique sur la faiblesse du cachet de N!xau poussa le réalisateur Jamie Uys à lui verser ultérieurement 20 000 dollars sur un compte à son nom[3].
  • N!xau a ultérieurement affirmé, dans un documentaire en 1993, qu'il regrettait d'avoir figuré dans le film[3].
  • Le narrateur dans la version française est le cinéaste Yves Robert.
  • Les personnages correspondant à Andrew Steyn et à Kate Thompson étaient joués par Jamie Uys et son épouse dans le film Daar Doer in die Bosveld (1951), réalisé par le même Jamie Uys. En fait, la narration concernant ces deux personnages, leurs profils psychologiques ainsi que plusieurs gags sont identiques ou similaires dans les deux films[4].

Scènes supplémentaires[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie en DVD, le film a été enrichi de quelques passages jadis absents du montage original :

  • Andrew demande à Mpudi de faire comprendre à Xi que celui-ci doit rester avec eux durant les onze semaines restantes de sa condamnation.
  • Mpudi apprend à Xi à conduire.
  • Jack Hind arrive au camp d'Andrew, accompagné de deux policiers, mais s'aperçoit que les occupants sont déjà partis. Un peu plus tard, les trois hommes arrivent à l'entrée du chemin passant sous les arbres, Hind demande alors s'il n'y aurait pas un meilleur itinéraire.
  • Installé sur une colline en compagnie de Mpudi et Xi, Andrew observe divers troupeaux d'animaux à l'aide d'une longue vue. Puis Xi prévient qu'il aperçoit des hommes à proximité. Ceux-ci semblent établir un poste de ravitaillement.
  • Se rendant compte que les plus jeunes enfants ne supportent pas la longue marche, Kate demande à Sam Boga d'être plus indulgent. Ce dernier accepte alors de réduire la distance à 15 km (au lieu de 30) entre les postes de ravitaillement.

Ces suppléments sont restés en VO sous-titrés.

Rumeurs controversées[modifier | modifier le code]

  • Bien que ce film fût entièrement financé par des capitaux sud-africains, il fut présenté comme un film du Botswana (où il fut en partie tourné) afin de contourner l'embargo décrété par nombre de pays à l'encontre de l'Afrique du Sud pour cause d'apartheid.[réf. nécessaire]
  • En France, les distributeurs exploitèrent à l'époque la soudaine notoriété de Jamie Uys en projetant dans les salles deux films qui étaient en fait des montages de séquences tirées d'une émission appelée Camera X créée par Uys à la télévision sud-africaine sur le modèle de La Caméra Invisible chère à Jacques Rouland. Ces films furent nommés Dieu me savonne et Les anges se fendent la gueule.[réf. nécessaire]
  • Au début du film, certains plans sont tournés dans l'usine BMW de Rosslyn, près de Pretoria. Cette usine était à l'époque la seule de la marque située hors du territoire allemand.[réf. nécessaire]
  • Afin de faciliter la commercialisation du film à l'étranger, il fut tourné en anglais. Néanmoins, le fort accent afrikaner de certains acteurs comme Sandra Prinsloo et Michael Thys incita les distributeurs américains à faire redoubler toutes les lignes de dialogue de ces derniers par des comédiens à l'accent plus « neutre »[réf. nécessaire].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. « Le box-office français au 1er janvier 1990 », sur le site www.cine-directors.net d'un anonyme (consulté le 12 février 2015)
  3. a, b et c http://www.afrik.com/article6323.html
  4. Martin Botha, South African Cinema 1896–2010, Intellect Books, 2012 , p 47