Les Six Compagnons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Six Compagnons
Personnage de fiction apparaissant dans
Les Six Compagnons.

Origine Lyon, France
Activité(s) Détectives amateurs

Créé par Paul-Jacques Bonzon
Première apparition 1961
Dernière apparition 1994
Éditeur(s) Hachette

Les Six Compagnons est une série française de trente-huit romans pour la jeunesse, écrits par Paul-Jacques Bonzon et publiés de 1961 à 1980 aux éditions Hachette dans la Bibliothèque verte.

La série narre les aventures d'un groupe de six garçons et du chien Kafi, qui vivent à Lyon dans le quartier de la Croix-Rousse. Une fillette, Mady, participera souvent à leurs aventures.

Après la mort de l'auteur en 1978, onze titres supplémentaires ont été publiés jusqu'en 1994, écrits par Olivier Séchan (3 titres), Pierre Dautun (6 titres) et Maurice Périsset (2 titres). La série est rééditée dans la collection Bibliothèque rose depuis mars 2010, dans une version modernisée et simplifiée.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le premier titre de la série, Les Compagnons de la Croix-Rousse, relate la rencontre des héros. Tidou quitte son village natal, Reillanette, pour venir habiter à Lyon. Lorsque son chien Kafi disparaît, il reçoit l'aide des « gones » (enfants) de son école, et de Mady, une petite fille handicapée, qui lui permettront de le retrouver. Ces personnages ont, à ce moment, entre 12 et 13 ans[1].

Les tomes suivants sont des intrigues policières élucidées par ces jeunes adolescents devenus inséparables, dans un souci de recherche d'aventures, mais aussi le plus souvent pour aider des amis de fraîche ou de longue date.

Liste des romans[modifier | modifier le code]

À ce jour, quarante-neuf aventures sont parues. Sachant qu'aucun livre n'a été publié depuis 1994, il est plausible que la série soit définitivement abandonnée.

À noter que certains titres sont parus chez Hachette dans la collection Bibliothèque de la jeunesse (une vingtaine de titres), dans la collection Idéal-Bibliothèque (Les Compagnons de la Croix-Rousse, 1969) et dans la collection La Galaxie (Les Compagnons de la Croix-Rousse, Galaxie 3 en 1).

Les personnages[modifier | modifier le code]

  • Tidou, le narrateur et dernière recrue quand commencent les aventures. Originaire de Reilhanette dans la Drôme, Tidou, encore adolescent, débarque à Lyon à la suite de son père, qui a décroché un emploi dans la ville. Les premiers mois, il se sent mal à l'aise dans cette ville qu'il trouve froide et désagréable, avant de se lier d'amitié avec Corget et Mady. Il est souvent suggéré, à demi-mots, qu'il éprouve des sentiments pour Mady.
  • Kafi, le chien de Tidou, un berger allemand tout dévoué à la bande. Il a été offert à la famille de Tidou par un vieil Arabe qui vendait des tapisseries. Quand la famille déménage à Lyon, Kafi est contraint de rester à Reilhanette car la concierge de l'immeuble lyonnais n'accepte pas les chiens. Par la suite, alors que Tidou et ses nouveaux camarades lyonnais tentent de le faire venir à Lyon, il est enlevé par une bande de malfaiteurs. Il est retrouvé par la bande des Gros-Caillou à la fin du premier livre, Les Compagnons de la Croix-Rousse, et jouera à partir de là un rôle prépondérant dans les aventures des Compagnons, grâce à son courage, son flair et sa loyauté.
  • Corget, considéré comme le chef de la bande jusqu'à son départ pour Toulouse. Plutôt taciturne de nature, il devient le premier Lyonnais à sympathiser avec Tidou quand celui-ci lui décrit son amour pour les chiens. À travers Corget, c'est une certaine vision de l'esprit lyonnais que représente Paul-Jacques Bonzon : froid et distant au premier abord, mais attachant au bout du compte, et travailleur[réf. nécessaire].
  • Gnafron, de son vrai nom Louis Gerland, surnommé ainsi parce qu'il habite au-dessus de la boutique d'un cordonnier (un cordonnier se dit « gnafre » en parler lyonnais). Souvent moqué pour sa petite taille et sa tignasse hirsute, il est très agile et futé. Son surnom est également une référence au personnage de Guignol, théâtre de marionnettes lyonnais.
  • La Guille, de son vrai prénom Pierre (dans Les Six Compagnons et la Citadelle), ou Jean-François (dans Les Six Compagnons à l'affut), surnommé ainsi parce qu'il a habité le quartier de La Guillotière de Lyon. Il est considéré comme le fantaisiste de la bande, capable de rédiger des poèmes ou de jouer de l'harmonica.
  • Bistèque, ainsi nommé parce que son père est commis boucher. Véritable cordon bleu, il s'agit du cuisinier de l'équipe.
  • Le Tondu (initiales J. B.), devenu chauve à la suite d'une maladie et cachant sa calvitie sous un béret. De toute la bande, c'est le plus grand par la taille, et le plus fort physiquement. Il possède des talents en mécanique et en électronique et répare souvent les vélomoteurs des autres.
  • Mady (Charvet ou Tavernier suivant les aventures), la seule fille de la bande. Dans le premier tome, elle est souffrante et alitée. L'arrivée de Tidou redonne un sens à sa vie quand il lui apprend la disparition de Kafi. Elle va jouer un rôle crucial dans les recherches menant au chien de Tidou, emprisonné par des malfaiteurs dans le quartier de Fourvière. À la fin de cette aventure, Tidou lui propose d'aller vivre dans son ancienne maison dans la Drôme afin de faciliter la guérison de la jeune fille. Elle en reviendra guérie et occupera une place de choix dans les aventures suivantes de la bande, grâce à ses intuitions. Comme Corget, Mady représente une certaine image des Lyonnais et en particulier de la fille lyonnaise vue par Paul-Jacques Bonzon: humble et pas maniérée.[réf. nécessaire]

La bande du premier tome Les Compagnons de la Croix-Rousse, appelée « bande du Gros-Caillou », compte au moins trois autres garçons[2]. Des trois disparus, qui laissent place dès le deuxième tome aux Aventures des six compagnons (le nom de la bande sera alors Les Compagnons de la Croix-Rousse), on sait seulement que l'un d'eux se surnommait Coissieux.

Dès les premiers livres, le narrateur est Tidou, sauf dans les chapitres décrivant les faits et gestes de ses camarades quand lui-même n'est pas présent. Corget, déjà absent dans Les Agents secrets, quitte la bande en 1969, au début de Le Secret de la calanque. Il déménage à Toulouse. Les six compagnons ne sont alors plus que cinq, mais on peut considérer que Mady, au départ une amie de la bande, trop faible et malade pour les suivre facilement, prend la place du sixième compagnon lors du départ de Corget (contrairement au chien Dagobert de la série de romans Le Club des Cinq, Kafi ne prend pas officiellement la place d'un humain). En effet, à de nombreuses reprises, c'est elle le déclencheur du voyage ou de la découverte qui débute les livres (La Pile atomique, Le Mystère du parc, À Scotland Yard, Le Piano à queue, Le Secret de la calanque). À partir de 1969 donc, Tidou, le dernier garçon arrivé dans la bande, en devient le chef définitif, confirmant le statut temporaire qu'il avait dans Les Six Compagnons et les Agents secrets. Il est également le plus proche ami de Mady.

Corget réapparaîtra néanmoins dans les années 1980 pour deux épisodes signés Bonzon et Dautun, tous deux se déroulant partiellement à Toulouse : Les Six compagnons dans la ville rose et Les Six compagnons et l’Énigme de la télémagie[3].

Dans les années soixante-dix, Bonzon lance la première aventure narrée entièrement par un autre membre du groupe (Le Tondu), dans Les Six Compagnons à la tour Eiffel. À partir de ce moment, la narration ne sera plus consacrée à un Compagnon en particulier, du moins pas dans plus d'un livre à la fois. Les derniers livres, à partir de 1983, suivront ce schéma, et décriront de façon parfois complètement neutre les aventures du groupe, sans vraiment s'intéresser à l'un ou l'autre des Compagnons.

Les illustrateurs[modifier | modifier le code]

Le premier illustrateur de la série a été Albert Chazelle, de 1961 jusqu'en 1974, année de son décès. Puis se relayeront Maurice Paulin, Robert Bressy et Christian Vicini.

Les Six Compagnons à l'étranger[modifier | modifier le code]

La série a été publiée dans de nombreux pays (liste non exhaustive):

  • Allemagne : à partir de 1977, sous le titre de série Nous les Six (Wir Sechs)
  • Angleterre : très peu de titres, le 1er tome a paru en 1974 sous le titre Les Amis de la Croix-Rousse (The Friends of Croix-Rousse)
  • Danemark : plusieurs titres dès 1965 sous le titre de série Les Six Camarades (Seks kammerater)
  • Hollande : à partir de 1970, sous le titre de série Kuusi kaverusta
  • Portugal : plusieurs titres dès 1966, sous le nom de série Les Six (Os 6)
  • Russie : à partir de 1997 sous le titre de série Les Six Compagnons (Шесть спутников)[4]
  • Suède : c'est ce pays qui a publié le plus de titres (20) à partir de 1968 sous le nom de série Nous les Six (Vi sex)

Adaptations[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Les Six Compagnons ont fait l'objet d'une adaptation en bande dessinée, aux éditions Hachette. Trois titres ont paru :

  1. La Bête du Nant-Noir, scénario de Raynald Guillot, dessins de Nicolas Wintz, 1983 ;
  2. Le Mystère Guignol, scénario de Raynald Guillot, dessins de Nicolas Wintz, 1984 ;
  3. Youlna a disparu, scénario de Claude Prothée, dessins de Nicolas Wintz, 1986.

Télévision[modifier | modifier le code]

En 1989, Les Six Compagnons ont été portés à l'écran à raison de sept épisodes diffusés entre octobre et décembre 1989 sous le titre Les Compagnons de l'aventure : Les Six Compagnons.

  1. Les Six Compagnons de la Croix-Rousse, réalisé par Christophe Andréi
  2. Les Six Compagnons et le Château maudit, réalisé par Alain Tasma
  3. Les Six Compagnons et le Cigare volant, réalisé par Didier Lannoy
  4. Les Six Compagnons et le Concours hippique, réalisé par Laurent Levy
  5. Les Six Compagnons et l’Avion clandestin, réalisé par Michel Treguer
  6. Les Six Compagnons dans la ville rose, réalisé par Christiane Leherissey
  7. Les Six Compagnons et la Princesse noire, réalisé par Patrick Villechaize

Les acteurs principaux sont Pénélope Schellenberg (Mady), Jérémie Covillault (Tidou), Régis Igonnet (Gnafron), Cédric Patissière (Bistèque), Jérôme Gamet (La Guille) et Mathieu Poirier (Le Tondu)[5].

À noter que sous le même titre ont été adaptés d'autres livres pour la jeunesse :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Courte étude du livre Les Six Compagnons et la Pile atomique
  2. « Nous sommes huit autour du carrosse, presque toute la bande des Gros-Caillou », Les Compagnons de la Croix-Rousse, page 128. Ce qui permet d'affirmer que la bande comporte au moins neuf garçons.
  3. « Les compagnons reviennent deux fois dans la ville rose »
  4. Le sens premier du mot russe спу́тник (sputnik) est : compagnon ; le second sens est : satellite.
  5. Corget n'est pas présent dans la série télévisée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article source utilisée pour la rédaction de cet article

  • Armelle Leroy, Le Club des Cinq, Fantômette, Oui-Oui et les autres : Les grandes séries des Bibliothèques Rose et Verte, Hors Collection,‎ , 110 p. (ISBN 2258067537)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]