Les Trois Petits Cochons (Disney)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Trois Petits Cochons.
Les Trois Petits Cochons
Titre original Three Little Pigs
Réalisation Burt Gillett
Scénario Boris V. Morkovin
Sociétés de production Walt Disney Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 8 min 42 s
Sortie 1933

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Trois Petits Cochons (Three Little Pigs en VO) est un court métrage d'animation américain de la série des Silly Symphonies réalisé par Burton Gillett, produit par les studios Disney et en 1933. Il est basé sur le conte folklorique Les Trois Petits Cochons.

Il a donné lieu à trois suites : Le Grand Méchant Loup (1934), Les Trois Petits Loups (1936) et Le Cochon pratique (1939) ainsi qu'à un grand nombre de bandes dessinées mettant en scène le personnage du Grand Méchant Loup sous le nom de Grand Loup.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Trois petits cochons construisent respectivement des maisons de paille, de bois et de briques. Le grand méchant loup détruit en soufflant les deux premières avant de se heurter à la solidité de la troisième dans laquelle se sont réfugiés les trois cochons, il souffle encore et encore et perd son pantalon. Il tente alors de s'introduire par la cheminée mais Naf-Naf, le plus sage des frères vivant dans la maison de brique, l'ayant entendu, il ôte le couvercle d'une grande marmite d'eau bouillante dans laquelle il ajoute de la térébenthine. Le loup descend et s'assoit dans la marmite. Trempant ses fesses dans l'eau bouillante, il se met à crier, à sauter et il s'enfuit dans la forêt, traînant son derrière au sol tout en hurlant de douleur tandis que les petits cochons sauvés rient de cette infortune.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Cette version de l'histoire est adaptée du conte transcrit en 1853 par James Halliwell mais utilise le traitement narratif utilisé par Andrew Langman dans The Green Fairy Book (1892)[1].

Personnages[modifier | modifier le code]

Les studios Disney ont donné des noms à chacun des trois cochons :

  • Fifer Pig (en français, Nouf-Nouf), le cochon jouant du fifre qui habite la maison de paille ;
  • Fiddler Pig (en français, Nif-Nif), le cochon violoniste qui habite la maison de bois ;
  • Practical Pig (en français, Naf-Naf), le cochon « pratique » mais aussi terre-à-terre, maçon et agriculteur, qui habite la maison de briques.

D'après les studios Disney, les trois petits cochons auraient pour cousin le personnage de Peter Pig, apparu aux côtés de Donald Duck dans la Silly Symphony, Une petite poule avisée (1934). Si en version originale anglaise les cochons sont désignés par leur instrument ou leur qualité (« Fifer » le flûtiste, « Fiddler » le violoniste et « Practical » celui avec le sens pratique), la version française a privilégié l'allitération, principe repris par la suite avec, entre autres, Riri, Fifi et Loulou ou Lili, Lulu et Zizi. De plus, les cochons ne sont pas présentés dans le même ordre que celui de l'histoire originale : Nif-Nif (Fiddler Pig) est chronologiquement le deuxième, Naf-Naf (Practical Pig) le troisième et Nouf-Nouf (Fifer Pig) le premier.

Animation[modifier | modifier le code]

Les scènes-clés avec les cochons ont été animées par Fred Moore connu pour son habileté à dessiner des personnages « mignons », les scènes de danses par Dick Lundy, spécialiste du genre. Jack King anima la séquence de Naf-Naf au piano. Norman Ferguson, rodé sur l'animation de Pluto, traita le Grand Méchant Loup, adaptant les mouvements expressifs des yeux du chien au loup et Art Babbitt réalisa des animations supplémentaires pour les deux scènes du loup, les deux captures et la chute du loup dans le chaudron[1],[7],[8].

Musique et chansons[modifier | modifier le code]

Le thème principal du film, Qui craint le grand méchant loup ? ou Who's Afraid of the Big Bad Wolf en version originale, a été composée par Frank Churchill sur des paroles d'Ann Ronell (en)[2].

Deux des trois petits cochons sont doublés par des femmes comme c'est souvent le cas pour les voix d'enfants : Dorothy Compton et Mary Moder, membres du trio The Rhythmettes ayant déjà participé à plusieurs Silly Symphonies[1]. Quant à Billy Bletcher et Pinto Colvig, ils sont respectivement les voix originales de Pat Hibulaire et Dingo.

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

La première du film Les Trois Petits Cochons a lieu le 25 mai 1933 au Radio City Music Hall de New York, en première partie d’Elmer the Great de Mervin LeRoy. Le public est moyennement amusé[8]. Un critique se serait plaint qu'après L'Arche de Noé (1933), le studio Disney soit en déficit car Les Trois Petits Cochons ne compte que quatre animaux[8]. La première à Los Angeles a lieu le 13 juillet 1933 au Loew's State en première partie d'Arizona to Broadway de James Tinling. Mais ce n'est qu'après sa sortie nationale que le succès devient immense[8], prenant par surprise Walt Disney qui ne considérait le film que comme une histoire de plus[8].

Dès mai 1933, Roy O. Disney est contacté par Saul Bourne, alors agent du compositeur Irving Berlin et directeur de la Irving Berlin Music, société de gestion des droits indépendante des grandes maisons d'éditions phonographiques[9], qui lui propose de gérer également les droits associés aux musiques des Silly Symphonies, ce que Disney accepte[10].

Devant le succès, United Artists demande à Disney de faire plaisir au public en leur donnant encore plus de « petits cochons »[11],[12]. Deux autres films sont ainsi réalisés : Le Grand Méchant Loup en 1934 et Les Trois Petits Loups en 1936[12]. Si le studio Disney ne reçoit qu'une faible recette des exploitants de salles de cinéma : moins de 60 000 USD[13], Les Trois Petits Cochons deviennent l'une des premières « folies commerciales » générées par le studio (Steven Watts la compare à celle de Davy Crockett dans les années 1950[14], musique comprise[15]).

Analyse[modifier | modifier le code]

Pour Neil Sinyard, c'est le court métrage d'animation le plus connu[8]. Pour Russel Merritt and J. B. Kaufman, ce court métrage caractérise le mieux de développement de la « personnalité d'animation[7] ». Il marque pour Dave Smith une étape dans cette « personnification » et dans l'utilisation de la musique[5]. Sinyard, Merritt et Kaufman associent le succès du film au fait que des animateurs de talents ont travaillé dans le domaine qu'ils maîtrisaient le mieux pour concevoir des personnages très expressifs[8],[7].

Disque de Who's Afraid of the Big Bad Wolf? (1932)

L'animateur Chuck Jones, figure du studio rival de Disney Warner Bros, explique[8] : « avec Les Trois Petits Cochons, le public découvre pour la première fois des personnages vivants. Ce n'est plus comme dans Steamboat Willie un méchant grand et gros et un petit gentil. là il y a trois cochons bien distinct par l'apparence et par leur comportement. » Pour Sinyard, la chanson Qui a peur du grand méchant loup ? (Who's afraid of Big Bad Woolf) est devenu un hymne pour la population américaine confrontée à la Grande Dépression[8]. Le message de la chance, la chance sourit aux travailleurs, est similaire à celui de la comédie musicale 42e Rue (1933)[11].

Sinyard analyse le succès du film et considère qu'il tient dans deux qualités qui apparaissent rarement dans les productions postérieures de Disney, la contemporanéité et l'ambigüité[11]. Il est souvent de manière malencontreuse et indirecte étudié comme une vision de la société contemporaine bien que le studio n'a jamais voulu faire un film ayant un intérêt aussi immédiat[11]. Sinyard accepte cette double lecture du film, d'un coté le divertissement, de l'autre une morale sur la vertu du travail, voir pour certain l'esprit du New Deal lancé par Franklin Delano Roosevelt[11]. Il considère que cette ambivalence provient de la personnalité même de Walt Disney durant cette période, un conservateur né mais adepte du progrès qui prenait des risques et cherchait l'innovation tant dans son métier que dans la vie[11].

Le film a été censuré après sa sortie[Quand ?]. Une scène où le Loup se déguise en vendeur de brosse avec un masque le faisant ressembler à une caricature de juif a été jugée antisémite et fut modifiée par la suite (le Loup ne porte plus que des lunettes)[16]. Critiqué pour cette caricature du colporteur juif, le studio Disney a toutefois présenté de nombreux personnages adorables de juif typique tel que l'Oncle Albert dans Mary Poppins, le chef des pompiers dans Monte là-d'ssus (1961), le juge du concours agricole dans Après lui, le déluge (1963) ou le fabricant de jouets dans Babes in Toyland (1961) interprété par Ed Wynn[17].

Réutilisations[modifier | modifier le code]

Ce film est le second court métrage de la série Silly Symphonies à avoir été adaptée en bandes dessinées en mai 1934[18]. En raison de sa récompense aux Oscars, ce court métrage a été diffusé avec quatre autres Silly Symphonies dans la compilation Academy Award Review of Walt Disney Cartoons[19], sortie le [20].

Il a aussi été l'objet d'un remake de propagande, sorti le , The Thrifty Pig, avec le loup en nazi essayant de détruire la maison qu'un des cochons a construit avec les bons de guerre canadiens[21].

À la fin du film, le cochon pratique déverse un bidon de turpentine (essence de térébenthine) dans le chaudron du foyer pour empêcher le loup de venir. Comme le fait remarquer Jean-Louis Leutrat[22], « c'est ce produit/terme qui sera utilisé un peu en hommage dans Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, traduit en « trempette », pour désigner la solution permettant de tuer les personnages de dessin animés ».

La chanson Qui a peur du grand méchant loup (Who's afraid of Big Bad Woolf) chantée par les petits cochons est reprise à plusieurs reprises dans la pièce de théâtre Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who's afraid of Virginia Woolf) d'Edward Albee en 1963 et a donné, par dérision, son nom à cette pièce.

En 1989, le jeu vidéo Les trois petits cochons s'amusent est publié par Coktel Vision sur DOS, Amiga, Atari ST.

Titres en langues étrangères[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : Die Drei kleinen Schweinchen
  • Drapeau de l'Argentine Argentine : Los Tres chanchitos
  • Drapeau du Brésil Brésil : Os Três Porquinhos
  • Drapeau de l'Espagne Espagne : Los Tres cerditos
  • Drapeau de la Finlande Finlande : 3 pientä porsasta, Kolme pientä porsasta
  • Drapeau de la France France : Les Trois Petits Cochons
  • Drapeau de la Suède Suède : Tre små grisar

Source : IMDb[4]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La version française de Qui a peur du grand méchant loup ? fut interprétée pour la première fois par Georges Milton.
  • On peut apercevoir sur le mur de la maison de pierre les portraits de la mère (Mother) et du père (Father) des trois petits cochons, représentant respectivement une truie allaitant sept porcelets et un chapelet de saucisses.
  • Le court métrage a été adapté en jeu vidéo par Coktel Vision sous le titre Les Trois Petits Cochons s'amusent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Russel Merritt & J.B. Kaufman, Walt Disney's Silly Symphonies, p. 124
  2. a et b « Who's Afraid of the Big Bad Wolf », sur ASCAP (consulté le 16 octobre 2008)
  3. Notice BNF
  4. a et b (en) Three Little Pigs (1933) sur l’Internet Movie Database
  5. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 553-554
  6. Planète Jeunesse - Silly Symphonies
  7. a, b et c (en), Russel Merritt and J. B. Kaufman, Walt Disney's Silly Symphonies, p. 39
  8. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Neil Sinyard, The Best of Disney, p. 22.
  9. (en) Jimmy Johnson, Inside the Whimsy Works, p. 57
  10. (en) Jimmy Johnson, Inside the Whimsy Works, p. 58
  11. a, b, c, d, e et f (en) Neil Sinyard, The Best of Disney, p. 23.
  12. a et b (en) Russel Merritt & J.B. Kaufman, Walt Disney's Silly Symphonies, p. 140
  13. (en) Bob Thomas, Disney's Art of Animation : From Mickey Mouse to Beauty and the Beast, p. 66
  14. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 314
  15. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 315
  16. « Disney passe aux Noirs et Blancs »
  17. (en) Douglas Brode, Multiculturalism and the Mouse, p. 103.
  18. (en) Base INDUCKS : {{{Code}}} The Big Bad Wolf
  19. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 3
  20. (en) Academy Award Review of Walt Disney Cartoons sur l’Internet Movie Database
  21. Sébastien Roffat, Animation et Propagande, éditions l'Harmattan, 2006
  22. Jean-Louis Leutrat, L'Analyse des films aujourd'hui, Presses Sorbonne-Nouvelle, 1994, p. 181

Liens externes[modifier | modifier le code]