Les Trois-Bassins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Trois-Bassins
Vue de la commune sur l’ile de la Réunion
Vue de la commune sur l’ile de la Réunion
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région La Réunion
Département La Réunion
Arrondissement Saint-Paul
Canton Les Trois-Bassins
Intercommunalité TCO
Maire
Mandat
Daniel Pausé
2014-2020
Code postal 97426
Code commune 97423
Démographie
Population
municipale
7 339 hab. (2012)
Densité 172 hab./km2
Géographie
Coordonnées 21° 06′ 21″ S 55° 17′ 42″ E / -21.1058, 55.29521° 06′ 21″ Sud 55° 17′ 42″ Est / -21.1058, 55.295  
Altitude Min. 0 m – Max. 2 898 m
Superficie 42,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : La Réunion

Voir la carte administrative de La Réunion
City locator 14.svg
Les Trois-Bassins

Géolocalisation sur la carte : La Réunion

Voir la carte topographique de La Réunion
City locator 14.svg
Les Trois-Bassins

Les Trois-Bassins (nommée également Trois-Bassins non officiellement)[Note 1] est une commune française, située dans le département en région de La Réunion.

Ses habitants sont appelés les Trois-Bassinois.

Sa devise est : Force, dynamisme, jeunesse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Trois-Bassins est l'exemple type d'une commune s'étalant « du battant des lames au sommet des montagnes », en l'occurrence de la baie de Saint-Leu au Grand Bénare

Le territoire communal culmine au Grand Bénare, à 2 898 mètres d'altitude. Il est limitrophe de ceux de Cilaos à l'est, Saint-Paul au nord et Saint-Leu au sud. C'est l'exemple même d'une commune constituée « du battant des lames au sommet des montagnes ».

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune viendrait de trois grands bassins situés dans une ravine (portant depuis le même nom) signalés sur une carte par les premiers colons exilés de Fort-Dauphin. Même s'il y a bien trois bassins (desséchés depuis) dans cette commune, les historiens pensent qu’il s’agit d’une erreur de position sur la carte de Flacourt et qu’il s’agissait plutôt des trois bassins de Saint-Gilles (il faut dire que même à cette époque, la ravine des Trois-Bassins restait d’un accès difficile).

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été créée le 27 février 1897.

« Arrêté portant sur la promulgation de la loi du 27 février 1897, érigeant en commune la localité des « Trois Bassins ».

Du 15 avril 1897 (Inséré au Journal officiel du 20 avril 1897)
 :Nous Gouverneur de l’île de la Réunion :Vu l’article 9 du sénatus-consulte du 3 mai 1854 :Vu la dépêche ministérielle en date du 9 mars 1847, n°36 :Sur la proposition du directeur de l’intérieur, :Avons arrêté et arrêtons : :Article 1 : ::Est promulguée à la Réunion, pour y être exécutée selon sa forme et teneur, la loi du 27 février 1897 portant érection en commune de la localité des «Trois Bassins » détachée de la commune de Saint-Leu (Réunion). :Article 2 : ::Le directeur de l’intérieur est chargé de l’exécution du présent arrêté qui sera publié et inséré au Bulletin officiel de la Colonie
Saint-Denis, le 15 avril 1897.
 :Par le gouverneur : :BEAUCHAMP :Le directeur de l’intérieur E. Jacob De Cordemoy[1] »

L'origine de Trois-Bassins[modifier | modifier le code]

À l'époque des premiers colons exilés, la ravine était la frontière naturelle entre le Sud et l'Ouest de l'île. Personne n'était autorisé à s'y installer. Cependant, pour développer le commerce et la culture du café, la Compagnie des Indes ouvre de nouvelles concessions. Ils sont 5 à recevoir des concessions sur un territoire qui couvrait alors les communes de Trois-Bassins, les Avirons et Saint-Leu. Il s’agit de Pierre Hibon, François Mussard, Jacques Léger, Jean Auber et un certain M. Rivière.

Cependant, le début de la colonisation du Sud était très lent. Le nombre d’habitants était si minime que la présence d’un prêtre n’était pas indispensable. Les premiers concessionnaires tardent véritablement à s’installer sur ce territoire car le premier enfant blanc à y être né, a été déclaré à Saint-Paul, le 14 juin 1771 seulement (80 ans après les premières concessions).

L’essor du café enrichira les propriétaires terriens de Trois-Bassins mais celui-ci commence à décliner vers la fin du XVIIIe siècle. La culture de la canne à sucre ne débutera à Trois-Bassins qu’à la fin des années 1820. Le relief, le manque d'eau et de routes praticables ralentiront lourdement l'essor de la canne sur le territoire de Trois-Bassins. C'est donc la culture du sucre qui amènera l’indispensable développement des routes.

Lors de l’abolition de l’esclavage, les affranchis remontèrent encore plus dans les Hauts et vinrent grossir la population de Trois-Bassins les Hauts.

La création de nouvelles écoles et d'églises témoigne du bel essor de la commune. Cependant, à partir de 1865, la situation se dégrade rapidement et le paludisme est la cause de 30% des décès enregistrés dans la commune de Trois-Bassins. Par ailleurs, les activités agro-industrielles subissent de plein fouet les effets de la crise.

Le littoral, malgré l’arrivée du train, restera une zone économique quasi-inexistante. C’est d’ailleurs ce marasme économique qui provoque chez les habitants le désir de créer leur propre commune et de ne plus dépendre de Saint-Leu. Ceci ne se fera pas sans mal car c’est 24 ans plus tard que le 16 mai 1897, la commune de Trois-Bassins naitra.

C’est d’ailleurs à partir de cette époque que Trois-Bassins connaitra le développement de la culture du géranium. Cette culture va paraitre une alternative à la crise sucrière. La distillation du géranium exige beaucoup de bois, et saccagera de ce fait toute la forêt.

En 1948, Trois-Bassins paya un lourd tribut puisque le cyclone de 1948 fera 20 victimes. La départementalisation, la nouvelle politique d’aménagement des Hauts, la création du TCO (2001) ont redynamisé la commune de Trois-Bassins. Les champs de géraniums servent maintenant à l’élevage de bovins.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1897 1898 Henri Auber    
1898 1899 Gabriel Mareuil    
1899 1904 Henri Auber    
1904 1919 Camille Piveteau    
1919 1925 Jérôme Jarry    
1925 1958 Hervé Payet    
1958 1977 Serge Saint-Alme    
1977 1989 Rieul Lauret RPR Conseiller général
1989 2008 Pierre Heideger DVD Conseiller général
2008 mars 2014 Roland Ramakistin DVG Conseiller général
mars 2014 en cours Daniel Pausé UMP  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 7 339 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2010 2012
4 195 4 471 4 864 5 132 5 767 6 598 6 807 7 121 7 339
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1961[2] puis population municipale à partir de 2006[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Les Trois-Bassins est une commune multipolarisée. C'est la seule de l'île avec Bras-Panon et Petite-Île.

Enseignement[modifier | modifier le code]

On trouve sur le territoire communal un collège public, le collège des Trois-Bassins, qui comptait 552 élèves à la rentrée 2010. On y trouve par ailleurs un lycée public d'enseignement général, technologique et professionnel, le lycée des Trois-Bassins. Il comptait quant à lui 725 élèves à la rentrée 2010.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune abrite un spot de surf, célèbre pour sa tortue marine.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le littoral de la commune encore sauvage et non bétonné recueille les joies du naturisme sur sa plage de "La Souris Chaude" (venant probablement du nom vernaculaire d'une plante sauvage). La route des Tamarins passe à proximité.

Les Trois-Bassins est une ville très calme qui ressemble à toute bourgade du sud de l'Europe et il fait bon y vivre. La commune dispose d'un gîte de haute montagne qui peut s'enorgueillir d'avoir été beau. Relais pour arriver à la glacière avant d'atteindre le Grand-Bénard, le sentier était entretenu très correctement il y a 20 ans par l’Office national des forêts (ONF). Ce gîte de haute montagne a été un fleuron sur le plan technique (approvisionnement en eau et cellules photovoltaïques au niveau électrique) dans les années 80 et est passé complètement à l'abandon au fil des ans. Les travaux actuels visibles depuis la route menant au Maido montrent les vestiges d'un gîte communal. Malgré ce mauvais point, ne jamais confondre les Trois-Bassins avec les trois bassins des Cormorans à l'Éperon, comme souvent cela a été le cas.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

En exil à la Réunion à compter de 1926, le raïs marocain Abdelkrim El Khattabi a vécu aux Trois-Bassins pendant douze à quinze ans jusqu'en mai 1947, date de son départ vers le sud de la France. Après avoir été installé à Saint-Denis, il a en effet acheté des terres dans la commune pour y loger la cinquantaine de membres de sa famille constituant son entourage.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom officiel dans le code officiel géographique est « Les Trois-Bassins », [lire en ligne]
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : troisbassins.com L'érection en commune sur troisbassins.com
  2. Historique de la population des communes de 1961 à 2008
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2012