Les Songes drolatiques de Pantagruel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Songes drolatiques de Pantagruel constituent une série de 120 gravures publiées par Richard Breton en 1565 sous le nom, probablement usurpé, de François Rabelais. Il s'agit de fantasmagories dessinées sans doute par le couturier François Desprez, ayant lui-même signé une dédicace d'un recueil anonyme, au style semblable, chez le même éditeur[1]. Les planches représentent une série de figures hybrides, monstrueuses et grotesques, évoquant parfois les peintures de Bosch ou de Bruegel. Outre les bizarreries corporelles, apparaissent des travestissements sociaux : vieillards couverts d'armes, religieux s'en allant guerroyer. L'humanité se métisse avec l'animalité, les corps anthropomorphes empruntant des parties de poissons, de singes ou d'oiseaux. Des ustensiles s'incorporent à des êtres mal-formés. Contrairement aux livres d'emblèmes, l'ouvrage ne laisse entendre aucun but précis à cette déclinaison d'étranges figures[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edition par Jean Porcher, Fac-similé intégral de l'un des trois exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale des Songes drolatiques de Pantagruel, Mazenod, 1959
  2. François Rabelais (préf. Michel Jeanneret, postface Frédéric Elsig, ill. François Desprez), Les Songes drolatiques de Pantagruel, Droz, coll. « Titre courant » (no 33), 196 p. (ISBN 2-600-00533-1, ISSN 1420-5254, notice BnF no FRBNF39929275)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Les Songes drolatiques de Pantagruel sur Gallica [1]