Les Simpson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Les Simpsons)
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simpson.
Les Simpson
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo francophone de la série.
Titre original The Simpsons
Genre Série d'animation, humour, satire, musical
Création Matt Groening
Production Production exécutive
Matt Groening
James L. Brooks
Sam Simon
Al Jean
Ian Maxtone-Graham
Matt Selman
John Frink

Société(s) de production
Gracie Films
Klasky Csupo (1989-1992)
Film Roman (1992-2016)
Fox Television Animation (2016-présent)
The Curiosity Company (2015-présent)
20th Century Fox Television

Société(s) de distribution
20th Century Fox Television Distribution
Acteurs principaux Avec les voix de
Dan Castellaneta
Julie Kavner
Nancy Cartwright
Yeardley Smith
Hank Azaria
Harry Shearer
Musique Danny Elfman (générique)
Alf Clausen
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Fox
Nb. de saisons 29
Nb. d'épisodes 625 (Liste des épisodes)
Durée 21 minutes environ
Diff. originale – en production
Site web thesimpsons.com

Les Simpson (The Simpsons) sont une série télévisée d'animation américaine[1] créée par Matt Groening et diffusée depuis le sur la chaîne américaine Fox.

Elle met en scène les Simpson, stéréotype d'une famille de classe moyenne[2]. Leurs aventures servent une satire du mode de vie américain. Les membres de la famille, ayant tous la peau de couleur jaune, sont Homer, Marge, Bart, Lisa et Maggie.

Depuis ses débuts, la série a récolté des dizaines de récompenses, dont trente-et-un Primetime Emmy Awards, trente Annie Awards et un Peabody Award. Le Time Magazine du l'a par ailleurs désignée comme la meilleure série télévisée du XXe siècle et elle a obtenu une étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood le . « D'oh! », l'expression d'abattement d'Homer Simpson, est entrée dans la langue anglaise. L'influence des Simpson s'exerce également sur d'autres sitcoms.

En 2007, Les Simpson, le film, un long métrage basé sur la série, est sorti au cinéma et a recueilli 527 millions de dollars américains en recettes brutes[3].

Origines[modifier | modifier le code]

Matt Groening a conçu la famille Simpson en 1986 dans l'entrée du bureau du producteur James L. Brooks. On avait fait appel à lui pour lancer une série de courts métrages d'animation pour The Tracey Ullman Show, qui seraient adaptés de son comic strip Life in Hell. Lorsque Matt Groening comprit que l'animation de Life in Hell demanderait qu'il renonçât aux droits de publication, il décida d'aller dans une direction différente[4] et esquissa rapidement une famille dysfonctionnelle, nommant les personnages d'après les membres de sa famille. Pour le fils, il a remplacé son prénom par « Bart », une anagramme du mot anglais brat[4] signifiant « môme, galopin », car il pensait que les téléspectateurs feraient facilement le lien avec son prénom[5].

Matt Groening en 2009.

La famille Simpson apparaît pour la première fois sous forme de courts métrages diffusés par The Tracey Ullman Show à partir du [6]. Matt Groening n'avait fait que de simples croquis des personnages, supposant qu'ils seraient affinés par la production. Cependant, les animateurs recopièrent ses dessins, ce qui donna une apparence grossière aux personnages des premiers épisodes. L'une des premières tâches de la société Klasky Csupo fut de créer les séquences animées pour The Tracey Ullman Show, qui conduisit au début des Simpson[7].

En 1989, un groupe de sociétés de production adapta Les Simpson pour en faire des épisodes d'une demi-heure, pour le réseau Fox. L'équipe était identique à celle de l'actuelle maison d'animation Klasky Csupo. Jim Brooks négocia une clause du contrat avec la Fox qui privait le réseau de tout droit de regard sur le contenu de la série[8]. Matt Groening dit que son objectif, en créant la série, était d'offrir au public un autre choix à ce qu'il appelle « the mainstream trash »[9] (c'est-à-dire la télévision à contenu nul ou presque qui jouit d'une cote d'écoute élevée). Le premier épisode d'une demi-heure, Noël mortel (Homer au nez rouge au Québec), un spécial Noël, a été diffusé le . Une soirée d'enfer (Une soirée romantique au Québec), le premier épisode long, n'a été diffusé qu'en , en tant que dernier épisode de la première saison, en raison de problèmes d'animation[10].

En 1992, Tracey Ullman déposa une plainte contre la Fox, affirmant que son émission était à l'origine de la série à succès. Le plaignant réclamait une part des bénéfices des Simpson, plainte rejetée par les tribunaux[11].

Production[modifier | modifier le code]

Producteurs délégués[modifier | modifier le code]

Matt Groening et James L. Brooks ont été producteurs délégués de la série au cours de son histoire mais aussi consultants créatifs. Sam Simon, qui a œuvré comme directeur de création pour les quatre premières saisons, a aussi reçu un rôle de producteur délégué même s'il n'a pas travaillé sur l'émission depuis 1993[12].

Un des postes les plus importants au sein de la série est le show runner, qui agit à titre de scénariste en chef et qui gère la production de la série pour toute la saison[13].

Scénaristes[modifier | modifier le code]

Groupe de scénaristes de la série en 1992.

L'équipe de rédaction des Simpson se compose de seize scénaristes qui proposent des idées d'épisodes au début de chaque mois de décembre[14]. Le scénariste principal de chaque épisode écrit la première ébauche. Les sessions de l'équipe de rédaction ajoutent ensuite des blagues, en enlèvent, insèrent des scènes et font relire le script aux personnes chargées des voix des personnages[15]. Jusqu'en 2004[16], le superviseur de ces sessions était George Meyer, la personne qui développait la série depuis la saison 1. D'après le scénariste de longue date Jon Vitti, George Meyer inventait habituellement les grandes lignes d'un épisode, même s'il mobilisait d'autres scénaristes[15].

Chaque épisode demandant six mois de production, la série commente rarement les événements récents[17]. Les équipes de production utilisent alors les messages écrit par Bart sur le tableau noir lors du générique pour commenter l'actualité récente, comme lors du décès de Marcia Wallace qui interprétait Edna Krapabelle dans la version originale[18]à . Cependant, certains épisodes font mention d'événements prévus, comme les Jeux olympiques ou le Super Bowl.

Au générique de soixante épisodes, John Swartzwelder est le scénariste le plus prolifique du personnel des Simpson[19]. L'un des anciens scénaristes les plus connus est Conan O'Brien, qui contribua à plusieurs épisodes au début des années 1990, avant de remplacer David Letterman à l'animation du talk show Late Night[20]. L'humoriste britannique Ricky Gervais a écrit l'histoire d'Échange d'épouses (J’aime ta femme au Québec), devenant la première célébrité à la fois scénariste et invitée d'un épisode[21]. Seth Rogen et Evan Goldberg, les scénaristes du film SuperGrave, ont fait de même avec un épisode dans lequel le premier prête sa voix à un personnage[22],[23].

À la fin de 2007, les scénaristes des Simpson firent grève au sein du syndicat Writers Guild of America, East. Ils avaient intégré celui-ci en 1998[24].

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnage Drapeau des États-Unis Voix originale Drapeau de la France Voix française Drapeau du Québec Voix québécoise
Homer J. Simpson Dan Castellaneta Philippe Peythieu Hubert Gagnon

Thiéry Dubé (depuis la saison 28)

Marge Simpson Julie Kavner Véronique Augereau Béatrice Picard

Johanne Léveillé (lorsque Marge chante)

Bart Simpson Nancy Cartwright Joëlle Guigui (saison 1 à 22)
Nathalie Bienaimé (saison 21 ep. 16 à 23, puis depuis la saison 23)
Johanne Léveillé
Lisa Simpson Yeardley Smith Aurélia Bruno

Chantal Macé (saison 7 épisodes 7, 8, 11, 12 et 13)

Lisette Dufour
Maggie Simpson Nancy Cartwright, James Earl Jones, Elizabeth Taylor, Jodie Foster Aurélia Bruno

Patrick Guillemin (Simpson Horror Show V)

Lisette Dufour
Krusty le clown Dan Castellaneta Michel Modo

Gérard Rinaldi

Xavier Fagnon

Marc Labrèche, Gilbert Lachance
Abraham Simpson Dan Castellaneta Philippe Peythieu Jean-Louis Millette, Hubert Gagnon
Herbert Powell Danny DeVito Patrick Guillemin

Michel Modo

Hubert Gagnon
Ned Flanders Harry Shearer Patrick Guillemin

Hervé Caradec (saison 4 : épisodes 5, 7, 9, 11 et 12)

Roland Timsit (épisode 8 de la saison 2)

Pierre Laurent

Bernard Fortin
Apu Nahasapeemapetilon Jr Hank Azaria Patrick Guillemin

Mario Santini (divers épisodes de la saison 1 et 2)

Pierre Laurent

Jean-Louis Millette, Alain Zouvi
Barney Gumble Dan Castellaneta Patrick Guillemin

Hervé Caradec (saison 4 : épisodes 5, 8, 9, 11 et 12)

Roland Timsit (épisode 8 de la saison 2)

Pierre Laurent

Yves Massicotte
Moe Szyslak Hank Azaria Roland Timsit

Hervé Caradec (saison 2 : épisode 14)

Michel Modo

Daniel Lafourcade (saison 8 : épisodes 9 et 10 ; saison 9 : épisodes 4, 5 et 6)

Gilbert Levy

Benoît Marleau, Sébastien Dhavernas
Willie le jardinier Dan Castellaneta Roland Timsit

Hervé Caradec (saison 2 : épisode 14)

Michel Modo

Daniel Lafourcade (saison 9)

Gilbert Levy

Julien Bessette, Pierre Auger
Charles Montgomery Burns Harry Shearer

Christopher Collins (saison 1 : épisodes 1, 3 et 8)

Michel Modo

Gérard Rinaldi

Xavier Fagnon

Edgar Fruitier
Sideshow Mel Dan Castellaneta Michel Modo

Patrick Guillemin (épisodes : Qui a tiré sur M. Burns ? partie 1 et 2)

Gérard Rinaldi

Xavier Fagnon

François Sasseville
Jeff Albertson (le vendeur de BD) Hank Azaria Patrick Guillemin

Pierre Laurent

Gilbert Lachance
Martin Prince Russi Taylor Régine Teyssot Flora Balzano, Natalie Hamel-Roy
Chef Wiggum Hank Azaria Michel Modo

Gérard Rinaldi

Xavier Fagnon

Bernard Fortin
Lou Hank Azaria Patrick Guillemin

Pierre Laurent

Martin Watier
Joe Quimby Dan Castellaneta Michel Modo

Mario Santini (divers épisodes de la saison 1 et 2)

Gérard Rinaldi

Xavier Fagnon

Mario Desmarais
Professeur Frink Hank Azaria Roland Timsit

Patrick Guillemin

Gilbert Levy

Gilbert Lachance
Le Serpent Hank Azaria Patrick Guillemin

Pierre Laurent

Benoît Rousseau, Yves Massicotte
Edna Krapabelle Marcia Wallace Martine Meiraghe

Régine Teyssot (depuis la saison 5)

Louise Rémy
Seymour Skinner Harry Shearer Michel Modo

Gérard Rinaldi

Xavier Fagnon

Mario Desmarais
Otto Bus Harry Shearer Philippe Peythieu Marc Labrèche, Patrick Chouinard
Kent Brockman Harry Shearer Patrick Guillemin

Michel Modo

Gérard Rinaldi

Xavier Fagnon

Benoît Marleau, Sylvain Hétu
Jimbo Jones Tress MacNeille, Pamela Hayden Daniel Lafourcade (épisode 8 de la saison 1)

Martine Meiraghe (épisode 3 de la saison 3)

Joëlle Guigui

Nathalie Bienaimé

Martin Watier, Joël Legendre
Cletus Spuckler Hank Azaria Gilbert Levy Pierre Auger
Janey Powell Pamela Hayden Aurélia Bruno

Régine Teyssot

Hélène Lasnier
Wendell Borton Jo Ann Harris, Pamela Hayden, Nancy Cartwright, Russi Taylor Aurélia Bruno

Régine Teyssot

Hélène Lasnier
Patty Bouvier Julie Kavner Véronique Augereau Chantal Baril
Selma Bouvier Julie Kavner Véronique Augereau Johanne Garneau
Jackie Bouvier Julie Kavner Véronique Augereau Béatrice Picard
Jasper Beardley Harry Shearer Michel Modo

Gérard Rinaldi

Xavier Fagnon

Pierre Auger
Milhouse Van Houten Pamela Hayden Aurélia Bruno

Chantal Macé (saison 7)

Chantal Baril
Waylon Smithers Harry Shearer Patrick Guillemin

Mario Santini (divers épisodes de la saison 1 et 2)

Pierre Laurent

Jean-Louis Millette, Alain Zouvi
Troy McClure Phil Hartman Patrick Guillemin

Hervé Caradec (saison 4 : épisodes 7 et 9)

Pierre Laurent

Benoît Rousseau
Révérend Lovejoy Harry Shearer Patrick Guillemin

Mario Santini (divers épisodes de la saison 1 et 2)

Marcel Guido (épisode 6 de la saison 2)

Pierre Laurent

Bernard Fortin
Rainier Wolfcastle Harry Shearer Patrick Guillemin

Pierre Laurent

Martin Watier, Benoît Rousseau, Yves Massicotte
Lenny Leonard Harry Shearer Roland Timsit

Patrick Guillemin

Daniel Lafourcade (saison 8 : épisodes 9 et 10 ; saison 9 : épisodes 4, 5 et 6)

Gilbert Levy

Benoît Rousseau
Carl Carlson Hank Azaria Patrick Guillemin

Mario Santini (divers épisodes de la saison 1 et 2)

Pierre Laurent

Joël Legendre, Gilbert Lachance
Gros Tony Joe Mantegna Mario Santini

Michel Modo

Gérard Rinaldi

Xavier Fagnon

Yves Massicotte

Adaptations[modifier | modifier le code]

En France, l'adaptation des dialogues a été assurée par Juliette Vigouroux et Alain Cassard jusqu'à l’épisode 5 de la saison 19 puis par Régine Teyssot sur quelques épisodes de la saison 19 et Christian Dura depuis la saison 19. La direction artistique est tenue par Christian Dura depuis le tout premier épisode de la série. Selon Véronique Augereau, au MIPCOM 2009, Matt Groening a dit considérer la version française comme son interprétation favorite car elle a quelque chose de spécifique[26]. Au fil des années, le doublage français de la série a subi bon nombre d'événements :

  • À la saison 7, Chantal Macé remplace Aurélia Bruno pour le doublage de Lisa Simpson de manière provisoire (épisodes 7, 8, 11, 12 et 13).
  • En 1999, pour la saison 10, Patrick Guillemin cède sa place à Pierre Laurent pour le doublage de Ned Flanders, du révérend Lovejoy, de Smithers, Carl, Lou… Guillemin meurt d'une crise cardiaque le .
  • À partir de 2001, le casting français se limite à huit comédiens. Les personnages récurrents comme les guest-stars sont exclusivement doublés par Pierre Laurent, Michel Modo, Gilbert Levy et Régine Teyssot.
  • Après avoir doublé les quinze premiers épisodes de la saison 19, Michel Modo meurt le des suites d'un cancer à l'âge de 71 ans. Gérard Rinaldi le remplace au pied levé pour les doublages de Krusty le clown, Charles Montgomery Burns, Seymour Skinner, Kent Brockman, le chef Wiggum…
  • Au cours de la saison 21, Joëlle Guigui tombe malade et cède provisoirement (à partir de l'épisode 16) sa place à Nathalie Bienaimé pour le doublage de Bart Simpson. Nathalie Bienaimé remplace définitivement Joëlle Guigui à partir de la saison 23.
  • Gérard Rinaldi meurt à son tour d'un cancer le à l'âge de 69 ans, quelque temps après le doublage de la saison 22. Xavier Fagnon est choisi pour lui succéder à partir de la saison 23.

Au Québec, Benoît Rousseau, assisté de Johanne Léveillée (qui fait aussi la voix de Bart) adapte les dialogues. La direction artistique est assurée par Johanne Léveillée, assistée de Benoît Rousseau. C'est Gilbert Lachance qui a doublé Krusty le clown en québécois dans Les Simpson : le film. Ce dernier a d'ailleurs doublé Krusty à quelques reprises dans la série, en remplacement de Marc Labrèche. Le 3 octobre 2017, il est annoncé que Hubert Gagnon, la voix officielle d'Homer Simpson depuis le début de la série, doit prendre une pause pour des raisons de santé. C'est Thiéry Dubé qui est choisi pour lui succéder.


Acteurs principaux prêtant leur voix dans la version originale
Comédiens prêtant actuellement leur voix dans la version française

Animation[modifier | modifier le code]

Plusieurs studios internationaux et américains sont chargés de l'animation des Simpson. Lorsque la série était diffusée sous forme de courts métrages dans le Tracey Ullman Show, elle était produite en interne par Klasky Csupo[1]. Le début de la série telle qu'on la connaît actuellement provoquant une augmentation du volume de travail, la Fox sous-traita alors la production à plusieurs studios situés en Corée du Sud[1]. Il s'agit d'AKOM[27], d'Anivision[28], de Rough Draft Studios[29], de U.S. Animation Inc.[30], et de Toonzone Entertainment[31]. Les artistes du studio d'animation américain DPS Film Roman dessinent les storyboards, conçoivent les nouveaux personnages, décors, accessoires et l'agencement de l'arrière-plan. Le studio produit alors des animatics qu'il transmet aux scénaristes de Gracie Films pour contrôle avant que le travail ne soit expédié à l'étranger. Les studios étrangers font ensuite le tweening, apportent des modifications aux images, pour aboutir à une animation sur bande prête à être expédiée aux États-Unis à la Fox, trois à quatre mois plus tard[32].

Pour les trois premières saisons, Klasky Csupo anima Les Simpson aux États-Unis. En 1992, la société de production de la série, Gracie Films, a transféré la production nationale à DPS Film Roman[33], qui produisait encore la série en 2008.

La production en haute définition débuta à partir du dixième épisode de la saison 20 intitulé Prenez ma vie, je vous en prie. Il a été diffusé le avec un nouveau générique d'ouverture pour célébrer le passage à la haute définition[34]. Matt Groening a qualifié le changement de complexe, car il affecte le minutage et la composition de l'animation[35].

Pays visités[modifier | modifier le code]

Carte des pays visités par la famille Simpson
  •      Pays d'origine des Simpson
  •      Pays visités une fois par la famille
  •      Pays visité deux fois par la famille
  •      Pays visité quatre fois par la famille
  •      Pays visité cinq fois par la famille
  •      Pays visité sept fois par la famille
Pays visités Épisode Nombre de fois
Drapeau de l'Angleterre Angleterre Le Mariage de Lisa, saison 6 (Lisa)
Homer rentre dans la reine, saison 15 (la famille avec Abraham)
En Marge de l'histoire, saison 15
Simpson Horror Show XV, saison 16
Histoires d'eau, saison 17
L'Amour à la Springfieldienne, saison 19
Le Futur passé, saison 23 (Maggie)
7
Drapeau d'Aruba Aruba Maman de bar, saison 16 (Homer, Marge et Moe) 1
Drapeau de l'Australie Australie Bart contre l'Australie, saison 6 1
Drapeau de l'Autriche Autriche En Marge de l'histoire, saison 15 1
Drapeau du Brésil Brésil Aventures au Brésil, saison 13 (la famille sans Maggie)
Joue pas les arbitres, saison 25
2
Drapeau du Canada Canada La Passion selon Bart, saison 13
La Reine de l'orthographe, saison 14
Papy fait de la contrebande, saison 16 (Homer, Abraham, Apu, Ned et Burns)
La Reine du balai, saison 21
4
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Bébé Nem, saison 16 (la famille avec Selma)
Homer le père, saison 22 (Homer)
2
Drapeau de Cuba Cuba Pour quelques milliards de plus, saison 9 (Homer, Burns et Smithers) 1
Drapeau de l'Écosse Écosse L'amour ne s'achète pas, saison 10 (Homer, Willie, Frink et Burns) 1
Drapeau de l'Espagne Espagne On ne vit qu'une fois, saison 25 (Homer) 1
Drapeau de la France France L'Espion qui venait de chez moi, saison 1 (Bart)
Le Drapeau... potin de Bart, saison 15
Maman de bar, saison 16 (Bart, Lisa et Maggie)
Le Diable s'habille en nada, saison 21 (Homer et Carl)
L'Homme à la valise, saison 27
Singin' in the Lane, saison 29 (Moe)
6
Drapeau de Hong Kong Hong Kong Faux permis, vrais ennuis, saison 7 (Bart) 1
Drapeau de l'Inde Inde Le Blues d'Apu, saison 5 (Homer et Apu)
Notre Homer qui êtes un dieu, saison 17
2
Drapeau de l'Irlande Irlande Au nom du grand-père, saison 20 (la famille avec Abraham) 1
Drapeau de l'Islande Islande La Saga de Carl, saison 24 (Homer, Lenny, Carl et Moe) 1
Drapeau d’Israël Israël La Plus Grande Histoire jamais ratée, saison 21 (la famille avec Ned) 1
Drapeau de l'Italie Italie Vendetta, saison 17 (la famille avec Tahiti Bob) 1
Drapeau du Japon Japon Le Pire du Soleil-Levant, saison 10 1
Drapeau du Maroc Maroc Simpson Horror Show II, saison 3 1
Drapeau du Mexique Mexique Les Jolies Colonies de vacances, saison 4 1
Drapeau des États fédérés de Micronésie Micronésie Missionnaire impossible, saison 11 (Homer) 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Cours élémentaire musical, saison 22 (Homer, Bart et Krusty) 1
Drapeau du Pérou Pérou Fiston perdu, saison 20 (la famille sans Bart) 1
Drapeau de la Polynésie française Polynésie française Histoires d'eau, saison 17 1
Drapeau de la Suède Suède Simpson Horror Show XIV, saison 15 1
Drapeau de la Tanzanie Tanzanie Le Safari des Simpson, saison 12 1

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des personnages des Simpson.

Les Simpson forment une famille américaine typique[36]. Homer, le père, travaille en tant que responsable de la sécurité à la centrale nucléaire de Springfield, un poste en contradiction avec son imprudence. Il est considéré comme bête mais il s'avère que la cause de son idiotie est un crayon introduit dans son cerveau depuis son enfance. Obèse, il aime boire des bières devant sa télé. Il est marié à Marge, stéréotype de la mère au foyer américaine. C'est une femme fleur bleue mais attachante. Ils ont trois enfants : Bart, un fauteur de troubles de 10 ans ; Lisa, une surdouée[37] de 8 ans à l'engagement politique précoce, et Maggie, un bébé qui communique en suçant une tétine. Bien que les Simpson soient une famille à problèmes, plusieurs épisodes examinent leurs relations et montrent souvent qu'ils prennent soin les uns des autres[38]. La famille possède un chien, Petit Papa Noël (Le P'tit Renne au nez rouge, au Québec), et un chat, Boule de Neige V, renommé « Boule de Neige II » dans l'épisode Robotflop. Ces deux animaux de compagnie ont eux-mêmes eu des rôles vedettes dans plusieurs épisodes. Malgré les indications du temps qui passe, comme les vacances, les fêtes ou les anniversaires, la mort de certains personnages ou des divorces, les personnages ne vieillissent jamais et ont l'apparence qu'ils avaient à la fin des années 1980.

La série comporte de nombreux personnages secondaires, comme les professeurs, les amis de la famille ou les célébrités locales. Certains sont associés à des endroits particuliers, comme Moe, le propriétaire du bar fréquenté par Homer, ou Lenny et Carl, qui travaillent à la centrale nucléaire. Au décès de l'actrice Marcia Wallace, le personnage qu'elle doublait, Edna Krapabelle, a été « mis à la retraite »[39]. Les créateurs ont initialement conçu plusieurs de ces personnages pour l'humour de la série ou pour remplir des fonctions spécifiques de la ville. Certains d'entre eux ont eu des rôles de plus en plus importants et, par la suite, ont même eu les rôles principaux de certains épisodes. D'après Matt Groening, la série a pris l'idée d'une large gamme de personnages secondaires de la série comique canadienne SCTV[40].

Thèmes[modifier | modifier le code]

La série Les Simpson, centrée sur une famille et sa vie dans une ville typiquement américaine[36] reprend la dramaturgie d'une sitcom (comédie de situation, au Québec) dont les limites sont repoussées par l'animation. La ville est l'univers des personnages, là où ils sont confrontés aux problèmes posés par la société actuelle. Homer travaillant dans une centrale nucléaire, la série aborde les questions d'environnement[41]. La scolarisation de Bart et Lisa à l'école élémentaire de Springfield permet aux scénaristes d'utiliser les controverses en matière d'éducation. La ville disposant d'un large éventail de chaînes de télévision, des émissions réservées aux enfants aux nouvelles locales, les auteurs peuvent se moquer de l'industrie du divertissement (eux-mêmes compris)[42].

Plusieurs commentateurs pensent que la série est politiquement marquée à gauche[43]. Al Jean a admis dans une interview que « Nous [la série] avons des tendances libérales »[44]. Néanmoins la satire n'épargne aucune case de l'échiquier politique[45]. Le gouvernement et les grandes entreprises y sont des entités amorales qui exploitent les individus[44] et aucune figure d'autorité (proviseur, patron, policier, etc.) ne vient racheter les abus (ou les faiblesses) de l'autre : dans Les Simpson, les politiciens sont corrompus, la police est incompétente et le clergé doute[46]. La religion est un thème récurrent de la série et la plupart des cultes majeurs y sont apparus. Politique et sectes sont également critiquées par l'apparition et la caricature de nombreux Présidents américains ou de chefs de sectes connues. De plus, le racisme est souvent présent, et l'homosexualité est gentiment moquée.

Cadre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Springfield (Les Simpson).

La série a lieu dans la ville américaine fictive de Springfield, sans aucune coordonnée géographique ni référence à un État américain qui permettrait de déterminer son emplacement. Les exégètes tentèrent de déterminer l'emplacement de la ville en tenant compte de ses caractéristiques, de sa géographie et des lieux situés à proximité. Face à de telles questions, ses concepteurs se montrèrent très évasifs[47]. Les villes nommées « Springfield » sont très communes aux États-Unis, se signalant dans plus de la moitié des États[48]. La géographie de la ville et de ses environs comprend des côtes, des déserts, de vastes terres agricoles, de hautes montagnes ou, plus simplement, tout ce que l'histoire de la série exige[49]. Matt Groening a confié que Springfield partageait nombre de similitudes avec Portland, Oregon, la ville où il a grandi[50].

Éléments récurrents[modifier | modifier le code]

Générique[modifier | modifier le code]

La séquence d'ouverture des Simpson est une des caractéristiques les plus mémorables de la série. Presque tous les épisodes s'ouvrent par un zoom sur le titre Les Simpson, puis vers la ville de Springfield. Par la suite, on suit les membres de la famille rentrant à la maison simultanément, sans se saluer, afin de s'installer sur le canapé pour regarder la télévision. Le générique permet de cerner rapidement la personnalité et le caractère des personnages. Il a été créé par David Silverman, premier travail qu'il a effectué au début de la production de la série[51]. La musique du générique a été composée par le musicien Danny Elfman en 1989, après que Matt Groening lui a commandé un morceau de style rétro. Pour Danny Elfman, ce morceau, dont la création demanda deux jours, est le plus populaire de sa carrière.

Dans ce générique original, trois points changent à chaque épisode : Bart écrit différentes phrases sur le tableau noir de l'école[51] ayant rapport ou non avec l'épisode, Lisa joue des solos sur son saxophone et le gag du canapé varie très souvent[52]. Le prix indiqué sur la caisse enregistreuse du supermarché est quant à lui de « 847,63 $ ».

Ce générique à quelques fois été modifié pour des occasions spéciales comme pour le premier épisode faisant suite au long métrage Les Simpson, le film. Le premier épisode de la dix-neuvième saison (Privé de jet privé) propose donc un générique inédit dans lequel on suit toujours Bart sur son skateboard à travers Springfield mais cette fois-ci dans une ville en reconstruction faisant apparaître les éléments et les personnages principaux du film, y compris Spidercochon qui est assis sur le divan familial. Le générique a également été modifié à Noël, pour le huitième épisode de la vingtième saison (Burns est piqué), où il a été entièrement redessiné sous la neige et le thème de Noël, le même générique neigeux ayant été dessiné auparavant pour l'épisode 9 de la dix-huitième saison (Kill Gill, volumes 1 et 2). On peut retrouver de plus ce générique dans l'épisode 14 de la saison 26 (Taxi Girl) sous une forme 8-bit.

Cependant, après 20 saisons, le générique de départ est remplacé dans le dixième épisode de la vingtième saison intitulé Prenez ma vie, je vous en prie. Ainsi, le , ce nouveau générique est diffusé en 720p HD pour accompagner le passage à la haute définition.

Il reprend les caractéristiques du précédent avec deux nouvelles variables à chaque épisode : un personnage ou un objet, avec quelques fois des messages ou des références à l'actualité, apparaît devant le titre Les Simpson (Otto avec son bus, Frink sur un vélo volant, le vaisseau de Futurama, Kodos avec le message Vote Kodos - Make the universe great again ou encore des messages pour la nouvelle année ou la Saint-Valentin) et le panneau lors de la vue plongeante sur l'école montre à chaque fois une nouvelle pub. La caisse enregistreuse affiche maintenant 486,52 $ après le passage des courses et de Maggie. Enfin, de nombreux détails et personnages ont été ajoutés[53].

Ce générique offre cependant de nombreuses possibilités de détournement. Ainsi, on peut observer à Halloween, lors de certains épisodes Horror Show, un ciel orageux et une ville apocalyptique dans laquelle se trouve de nombreux zombies et monstres (saison 25). À Noël, depuis la saison 25, le générique montre une ville placée sous la neige où Jebediah Springfield est remplacé par un sapin de Noël, tous les personnages sont habillés en costume de Noël et où Homer conduit une moto-neige et Marge un traîneau tiré par des Petit Papa Noël poursuivis par M. Burns déguisé en Dame Blanche.

Il peut également être modifié pour obtenir des gags du canapé originaux. Ainsi, dans l'épisode 20 de la saison 21 nommé L'Œil sur la ville, le générique est remplacé par les habitants de Springfield représentant les paroles de la chanson Tik Tok de Kesha. Dans l'épisode 17 de la saison 25 (Luca$), Springfield est remplacée en ville Minecraft. Dans l'épisode 8 de la saison 28 (Dad Behavior), on assiste à un retournement de situation par rapport au générique traditionnel: le skateboard de Bart se fait casser par Barney, Homer meurt étouffé en avalant la barre de carbone inerte, Lisa s'écroule au sol et se fait assommer par son saxophone, et Maggie et Marge meurent noyées après que Maggie ait conduit la voiture dans un lac. Cela conduit à un gag du canapé où Bart se retrouve seul.

Tableau noir de l'école[modifier | modifier le code]

Dans le générique de la plupart des épisodes des Simpson, on peut apercevoir Bart devant réaliser une punition à l'école élémentaire de Springfield. Cette punition se matérialise par des phrases qu'il doit recopier sur un tableau noir.

Ces phrases changent à chaque épisode et ont pour but de faire rire le téléspectateur. Cependant, ces phrases étant relativement simples à être réalisées, elles peuvent être modifiées par les équipes de production peu de temps avant la diffusion de l'épisode concerné afin de réagir à une actualité récente.

Ainsi, la phrase de l'épisode Homer l'hérétique (saison 4 - épisode 3) a été modifiée avant sa diffusion afin de s'excuser à la suite d'une polémique intervenue avec une chanson de l'épisode Un tramway nommé Marge (saison 4 - épisode 2)[54]. Le troisième épisode de la saison 25 (Quatre regrets et un enterrement) a également eu une phrase modifiée quelques jours avant sa diffusion afin de rendre hommage à Marcia Wallace, interprète originale d'Edna Krapabelle, décédée quelques jours plus tôt[18].

Gags du canapé[modifier | modifier le code]

Les gags du canapé sont les séquences qui ferment la séquence d'introduction de la série. Il s'agit d'une séquence incontournable présente dans une très grande partie des épisodes de la série.

Cependant, suite à des problèmes d'inspirations pour en créer des nouveaux, les producteurs ont décidé de demander l'aide du public pour créer certains gags[55].

Épisodes spéciaux d'Halloween[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Épisodes Horror Show des Simpson.

L'épisode spécial d'Halloween (le Horror Show) est devenu une tradition annuelle. L'action délaisse alors son cadre habituel pour ceux du fantastique, de l'horreur ou de la science-fiction, dont les classiques sont ainsi souvent parodiés[56].

Le Simpson Horror Show (en France) ou Spécial d’Halloween (au Québec) a été diffusé pour la première fois en 1990 au cours de la saison 2. Son format n'a jamais varié : trois histoires courtes dans le temps d'un épisode ordinaire[57].

Bien que conçu pour Halloween, le Horror Show aura vu, ces dernières années, certains épisodes diffusés après, en raison d'un contrat liant la FOX à la Série mondiale de la Ligue majeure de baseball[58].

Humour[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gags récurrents des Simpson.

L'humour se nourrit de références culturelles, dont la grande variété permet à la série de toucher le plus large public[59]. Celles-ci appartiennent souvent aux univers du cinéma, de la télévision, de la musique, de la littérature, de la science ou de l'histoire[59]. Les animateurs ajoutent régulièrement blagues et autres gags visuels au second plan via des bouts de texte humoristique ou absurde sur des panneaux, des journaux etc[60]. Souvent, le public ne repère pas ces gags à la première diffusion de l'épisode[60].

La série utilise les « tics de langage » et beaucoup de personnages en ont au moins un chacun[61], comme le célèbre « D'oh! » d'abattement d'Homer Simpson, l'« Excellent… » de Charles Montgomery Burns ou encore le « Ha-ha ! » moqueur de Nelson Muntz. Ceux de Bart, tels que « ¡Ay, caramba! », « ¡No problemo! » et « Va te faire shampooiner ! » en France ; (« Mange de la crotte » au Québec ; « Eat my shorts » en version originale), ont été imprimés sur t-shirt aux débuts de la série[62]. Cependant, Bart a rarement utilisé ces deux dernières phrases après qu'elles sont devenues populaires. L'épisode Bart devient célèbre tourne même en ridicule l'humour fondé sur de telles répétitions[63].

Couleur des personnages[modifier | modifier le code]

Deux explications sont avancées pour répondre à la question « pourquoi les Simpson sont-ils jaunes ? ». La première provient de David Silverman qui la donna dans une interview en 1998. D'après lui, si les Simpson sont jaunes c'est pour que les cheveux blonds de Lisa, Bart et Maggie soient confondus avec leur visage, ce qui était souhaité car le front de Bart était très haut. La deuxième explication fait valoir que la couleur jaune attire l'attention des téléspectateurs et leur permet d'identifier rapidement la série[64], comme les minifig Lego apparus en 1975.

Les concepteurs de la série ont également pensé à la couleur verte mais celle-ci fut abandonnée car elle était plus chère que le jaune[64].

Une autre explication, qui ne fait pas forcément la fierté des responsables mais qui est la plus vraisemblable, provient d'un problème d'étalonnage de la couleur lors d'une des premières diffusions. En effet, on peut remarquer que, depuis le début de la série, plusieurs couleurs peuvent paraître incongrues. Au-delà des personnages jaunes, on remarque des murs violet vif, parfois un ciel mauve, des sols verts, etc. Il s'agit d'une erreur d'étalonnage des couleurs lors de la première diffusion sous forme de mini-épisode dans The Tracey Ullman Show. Étant une diffusion intégrée dans un talk show et considérant la durée de l'épisode (quelques minutes), l'erreur d'étalonnage des couleurs n'a pu être anticipée et a perduré pendant toute la diffusion. Malgré la colère générale qui s'en est suivie, l'équipe de production et Matt Groening ont trouvé que le mélange des couleurs n'était finalement pas si mauvais et venait ajouter à l'originalité de la série. Le réglage a été conservé pendant toute la diffusion durant The Tracey Ullman Show et les créateurs ont choisi de produire la série avec ces couleurs pour le format actuel en épisode d'une trentaine de minutes [65].

Épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes des Simpson.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Dans l'espace francophone[modifier | modifier le code]

En Drapeau de la France France, la série débute le sur Canal+. La chaîne va garder l'exclusivité jusqu'en 2012 et la saison 23. Dans les années 1990, les épisodes inédits sont diffusés en clair le samedi vers 18-20 heures. Dans les années 2000, certaines saisons inédites sont diffusées du lundi au vendredi vers 19 heures, ou parfois en crypté à d'autres horaires. La diffusion en semaine va devenir la norme à la fin des années 2000. Les jours et horaires des rediffusions étaient plus aléatoires. Jusqu'en 2003, Canal+ ne rediffusait que la saison en cours et la précédente, puis, cette année-là, elle a acheté les saisons 8 à 12, et les saisons 4 à 7 en 2004. Par la suite, les rediffusions concernaient les cinq ou six dernières saisons. Le groupe va garder l'exclusivité jusqu'en et la saison 23 ; ensuite, seules des rediffusions des saisons 16 à 23 seront proposées. Canal+ a totalement cessé la diffusion de la série depuis le , Canal+ Family suivra dès le .

La série est rediffusée par France 3 de à septembre 1995. qui diffuse les saisons 1 à 3. La série est incluse dans l'émission Les Minikeums en 1995

M6 diffuse[66] la série entre 2007 et 2008.

La série est rediffusée depuis le 2 janvier 2006 sur W9 avec les saisons 1 à 15 (diffusion inédite achevée le 11 avril 2007), puis la chaîne diffuse en plus la saison 16 à partir du 12 mars 2011, puis la saison 17 dès le 21 janvier 2012, et la saison 18 dès le 12 janvier 2013. En janvier 2014, W9 fait l'acquisition des saisons 19 à 23 (diffusion inédite du 4 janvier au 15 avril 2014), ce qui met fin à l'exclusivité historique de Canal+ sur les dernières saisons. À partir de ce moment, les épisodes antérieurs à la saison 15 seront de moins en moins diffusés pour ne l'être quasiment plus du tout aujourd'hui.

Le rythme de diffusion sur W9 a été très soutenu les premières années, avec deux épisodes midi et soir en semaine, beaucoup plus le week-end. Mais, depuis 2011, la place de la série dans la grille ne cesse de se réduire. Les diffusions du midi en semaine ont cessé en 2011, puis celles du dimanche en 2013, celles du samedi midi en 2015, et, enfin en 2016, la série est supprimée de l’access en semaine. Aujourd'hui, Les Simpson ne sont diffusés que lors du prime du samedi soir qui, lui, s'est en revanche allongé avec le temps, allant désormais jusqu'à deux voire trois heures du matin. Depuis 2009, W9 observe une pause estivale dans la diffusion de la série. Aujourd'hui, la série est, hors émissions de clips, le plus ancien programme encore diffusé et le plus diffusé en nombre total d'heures sur la chaîne.

À l'occasion des vingt ans de la série, la chaîne organise une journée spéciale le 12 décembre 2009 puis une autre le 15 novembre 2014, pour les vingt-cinq ans.

Durant l'été 2017, la chaîne 6ter reprend la série en remplacement de W9 (qui fait son habituelle pause estivale) et la diffuse en prime tous les vendredis. La saison 21 est la première saison à être diffusée sur cette chaîne.

Canal+ a cessé la diffusion d'épisodes inédits depuis octobre 2012, les derniers étant ceux de la saison 23, les saisons suivantes demeurant alors inédites en Drapeau de la France France. Cette situation durera cinq ans, jusqu'à ce que W9 reprenne finalement la diffusion exclusive de la série. La chaîne a en effet annoncé en la diffusion des saisons 24 à 28, inédites en Drapeau de la France France, durant la saison 2017-2018 [67]. Aucune date précise n'est connue à ce jour, toutefois le lancement sera probablement en .

Les horaires de diffusion actuels sont :

  • W9 : tous les samedis à partir de 19 h 55 ;
  • 6ter : aucune diffusion depuis le 25 août 2017 ;

Au Drapeau : Québec Québec, la série est d'abord présentée sur Super Écran en 1990[68], puis sur TQS (devenue V). Cependant, pour des raisons financières, elle passe sur Télétoon en , soit à partir de la treizième saison[69]. Des rediffusions des anciennes saisons sont toujours diffusées sur V.

En Drapeau de la Belgique Belgique, elle est diffusée de 1995 à 2016 sur Club RTL. La série est supprimée de la grille horaire le après plus de vingt ans de diffusion[70]. La série est diffusée sur la chaîne Plug RTL depuis le [71].

En Drapeau de la Suisse Suisse, la série a été diffusée sur TSR2, jusqu'en 2002. La diffusion a été ensuite interrompue pendant sept ans puis a repris en 2009, toujours sur TSR2 (renommée RTS Deux en 2012), depuis la saison 1. Les saisons sont diffusées l'une après l'autre, dans l'ordre, sans rediffusion des saisons précédentes, au rythme d'une à trois saisons par an. En 2012, la saison 13 est diffusée pour la première fois, dix ans après la saison 12. Depuis, RTS Deux rattrape progressivement son retard, elle diffuse actuellement la saison 22.

Au Drapeau du Maroc Maroc, la diffusion est assurée par 2M.

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Influence et héritage[modifier | modifier le code]

Expressions[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de néologismes provenant de la série Les Simpson est entré dans le jargon populaire[75]. Mark Liberman, directeur du Linguistic Data Consortium, a fait remarquer que « les Simpson ont apparemment pris la relève de Shakespeare et de la Bible, en tant que plus grande source culturelle d'expressions et de slogans[76] ». La plus célèbre expression est celle d'Homer quand il est agacé : « D'oh! ». L'expression est omniprésente au point qu'elle est maintenant répertoriée dans l’Oxford English Dictionary, mais sans l'apostrophe[77]. Dan Castellaneta explique qu'il a emprunté l'expression à James Finlayson, un acteur du début des comédies de Laurel et Hardy, qui l'a prononcée dans un ton plus allongé et pleurnichard. Le réalisateur des Simpson a dit à Castellaneta de raccourcir le son, et celui-ci est devenu la célèbre exclamation dans la série télévisée[78].

La description des Français par Willie le jardinier (le concierge Willie au Québec) en tant que « singes mangeurs de fromages » a été utilisée par le chroniqueur du National Review Jonah Goldberg, en 2003, après l'opposition de la France à la proposition d'invasion de l'Irak. L'expression s'est ensuite rapidement étendue à d'autres journalistes[79]. « Cromulent », un mot utilisé dans Le Vrai Faux Héros, figure dans le Dictionnaire Webster en anglais[80]. « Kwyjibo », un faux mot de Scrabble inventé par Bart dans Bart le génie, a été utilisé comme l'un des pseudonymes du ver informatique Melissa[81]. « Et moi, au nom de tous, j'accueille nos nouveaux maîtres les insectes », une phrase prononcée par Kent Brockman dans Homer dans l'espace, a engendré une diversité de phrases communément employées[82]. Les variantes de cette phrase de Brockman sont utilisées pour exprimer la soumission fantaisiste, généralement dans un but humoristique[83]. Elle a déjà été utilisée dans les médias, par exemple dans le magazine New Scientist[84]. Le terme dédaigneux « Meh »[85] est entré dans le Collins English Dictionary en 2008[86].

Télévision[modifier | modifier le code]

Les Simpson ont été le premier programme d'animation à succès aux États-Unis à une heure de grande écoute depuis Wait Till Your Father Gets Home dans les années 1970[87]. Durant les années 1980, les experts ont considéré que les programmes d'animation uniquement adaptés aux enfants étaient trop coûteux à réaliser dans un but de diffusion en première partie de soirée. Les Simpson ont modifié cette façon de voir[1]. L'utilisation par les studios d'animation coréens du tweening (l'interpolation) et d'autres procédés ont rendu les épisodes moins chers. Le succès des Simpson et le bas coût de production ont incité les chaînes de télévision à prendre des risques sur d'autres séries animées[1]. Cette évolution a conduit à un boum dans les années 1990 des nouveaux programmes d'animation en première partie de soirée, dont South Park, Les Griffin, Les Rois du Texas (Henri pis sa gang au Québec), Futurama et Profession : critique[1].

« Les Simpson ont créé une audience pour un prime time d'animation qui n'avait pas été là pendant de nombreuses années. Au fond, je pense qu'ils ont réinventé la roue. Ils ont donc créé ce qui est, à bien des égards — on peut le classer comme cela — un tout nouveau média. »

— Seth MacFarlane, créateur des Griffin[88]

Plus tard, South Park a rendu hommage aux Simpson avec l'épisode Les Simpson l'ont déjà fait[89].

Les Simpson ont également influencé des programmes comme Malcolm, qui a débuté le aux États-Unis sur le créneau horaire après Les Simpson[90],[91]. Malcolm présente la caractéristique de recourir à des gags visuels et de ne pas utiliser de rires enregistrés, contrairement à la plupart des sitcoms. Ricky Gervais a déclaré que Les Simpson ont eu une influence majeure sur sa comédie britannique The Office qui n'utilise pas non plus de rires enregistrés[92].

Le , à l'occasion des vingt ans de la série, la Fox a diffusé un documentaire sur Les Simpson intitulé The Simpsons 20th Anniversary Special – In 3-D! On Ice!, à la suite du 450e épisode[93]. Réalisé par Morgan Spurlock, il revient sur son impact culturel dans l'histoire de la télévision[94].

Accueil[modifier | modifier le code]

Premiers succès[modifier | modifier le code]

Les Simpson ont été la première série télévisée du réseau Fox à apparaître dans un palmarès des trente émissions les plus regardées aux États-Unis, sur toute une saison (1989-1990)[95]. Alors que les saisons suivantes sont centrées sur Homer, Bart est le personnage principal dans les trois premières saisons. En 1990, Bart est rapidement devenu l'un des personnages les plus populaires de la télévision, ce qui a donné le nom de « Bartmania »[96],[97],[98],[99]. Il devient alors le personnage Simpson le plus présent sur les produits dérivés comme les tee-shirts. Au début des années 1990, des millions de tee-shirts représentant Bart furent vendus[100], et jusqu'à un million ont été vendus en l'espace de quelques jours[101]. Pensant que Bart est un mauvais modèle, plusieurs écoles publiques américaines ont interdit les tee-shirts le représentant avec des citations telles que « I'm Bart Simpson. Who the hell are you? » (Je suis Bart Simpson. Mais qui diable êtes-vous ?) ou « Underachiever ('And proud of it, man!') » (Sous-performant [et fier de l'être, mec !])[102],[103],[104]. Les produits dérivés des Simpson se sont très bien vendus et ont généré deux milliards de dollars américains durant les quatorze premiers mois de ventes[102].

En raison du succès de la série, durant l'été 1990, le réseau FOX décida de changer le créneau horaire des Simpson, le déplaçant du dimanche à 20 heures (heure de l'Est) au jeudi, à la même heure. Cela a mis la série en concurrence avec le Cosby Show sur la NBC, série bénéficiant d'un très bon audimat à l'époque[105],[106]. Pendant l'été, plusieurs articles de presse sont parus, décrivant la rivalité supposée de « Bill vs Bart »[101],[105].

En raison de sa popularité, Bart était souvent le membre de la famille Simpson le plus mis en avant lors des publicités pour la série, même pour les épisodes dans lesquels il n'était pas impliqué dans l'intrigue principale. Les Simpson ont été salués par de nombreuses critiques, décrivant la série comme « la plus irrespectueuse et la moins apologétique » à l'antenne[107]. Dans une critique de la série datant de 1990, Ken Tucker, du magazine Entertainment Weekly, a décrit la famille Simpson comme « la famille américaine dans ce qu'elle est de plus complexe, représentée par de simples dessins animés. C'est cet habile paradoxe qui fait que des millions de personnes se détournent des trois grands réseaux de télévision les dimanches soir pour regarder Les Simpson[108]. ». Ken Tucker a aussi décrit Les Simpson comme un « phénomène pop-culturel, une série d'animation en prime time qui rassemble toute la famille[109]. ».

Succès à long terme[modifier | modifier le code]

Le , Les Simpson ont dépassé Les Pierrafeu en tant que série d'animation en première partie de soirée qui a duré le plus longtemps aux États-Unis, avec l'épisode Itchy, Scratchy et Poochie (Itchy & Scratchy et Poochie au Québec). En 2004, Les Simpson ont remplacé The Adventures of Ozzie and Harriet (1952-1966) en tant que programme ayant duré le plus longtemps aux États-Unis[110]. En , Scooby-Doo a dépassé brièvement le nombre d'épisodes des Simpson, devenant la série américaine en comportant le plus[111]. Cependant, les dirigeants du réseau, en , ont de nouveau annulé Scooby-Doo, qui s'est terminé avec 371 épisodes. Les Simpson ont donc récupéré le titre avec 378 épisodes à la fin de leur dix-septième saison[112]. En , Les Simpson ont atteint leur 400e épisode à la fin de la dix-huitième saison. Alors que Les Simpson ont le record du nombre d'épisodes d'une série américaine d'animation, d'autres séries animées, non américaines, les ont dépassés[113]. Par exemple, la série animée japonaise Sazae-san a près de 6400 épisodes à son actif[113].

L'année 2007 marquait le vingtième anniversaire de la franchise Simpson. Au cours de la vingtième saison (2008-2009), la série était à égalité avec Gunsmoke en tant que série télévisée américaine ayant duré le plus longtemps. Toutefois, Gunsmoke compte 635 épisodes, ce qui dépasse de loin les Simpson, qui ne pourront atteindre ce nombre que vers leur vingt-neuvième saison, dans des conditions normales de programmation[110],[114].

En , Les Simpson sont entrés dans le Livre Guinness des records en tant que sitcom ayant été diffusée le plus longtemps au monde, détrônant ainsi The Adventures of Ozzie and Harriet[115].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Étoile des Simpson sur le Walk of Fame, à Hollywood.

Les Simpson ont remporté des dizaines de récompenses depuis le début de la série, dont trente-et-un Emmy Awards[116], trente Annie Awards[117] et un Peabody Award[118]. Dans une édition de 1998, ayant pour but de célébrer les plus grands succès du XXe siècle dans les arts et les divertissements, le Time Magazine a inclus Les Simpson dans les meilleures séries télévisées du siècle[119]. Dans ce même numéro, le Time a inclus Bart Simpson dans le Time 100, la liste des cent personnes les plus influentes du siècle[120]. Bart était alors le seul personnage fictif sur la liste. Le , Les Simpson ont reçu une étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood[121]. Toujours en 2000, un critique du magazine Entertainment Weekly, Ken Tucker, a désigné Les Simpson comme la plus grande émission de télévision des années 1990. En outre, les téléspectateurs de la chaîne de télévision britannique Channel 4 ont élu Les Simpson en tête de deux sondages : en 2001, les cent plus grandes émissions de télévision pour enfants[122] et en 2005, en tête du classement des cent plus grands dessins animés[123]. D'ailleurs, en 2001, Homer Simpson a également été élu par les téléspectateurs de cette chaîne comme le plus grand personnage de télévision[124]. Homer a aussi décroché la neuvième place sur la liste des cinquante plus grandes icônes de télévisions du magazine Entertainment Weekly[125]. En 2002, Les Simpson ont été classés huitième plus grande émission de tous les temps par le TV Guide[126]. En 2007, la série a été incluse dans la liste des cent meilleures émissions de tous les temps du Time Magazine[127]. En 2008, la série d'animation a été placée en première position du palmarès des cent émissions des vingt-cinq dernières années du magazine Entertainment Weekly[128] et Empire l'a nommée plus grande émission télévisée de tous les temps[129].

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

La nature rebelle de Bart qui, souvent, n'est pas sanctionnée, a conduit certains parents et conservateurs à le considérer comme un mauvais modèle pour les enfants[130],[131]. Dans les écoles, des éducateurs ont fait valoir que Bart était « une menace pour l'apprentissage » en raison de ses « faibles résultats dont il est fier » et de son attitude négative envers l'éducation[132]. D'autres l'ont décrit comme « égocentrique, agressif et mesquin »[133]. Dans une interview de 1991, Bill Cosby a décrit Bart comme un mauvais modèle pour les enfants, le qualifiant de « colérique, confus et frustré ». En réponse, Matt Groening a dit : « Cela résume parfaitement Bart. La plupart des gens sont dans une lutte pour être normaux, Bart pense que la normalité est très ennuyeuse et fait des choses que d'autres souhaiteraient faire mais qu'ils n'osent pas faire[134]. » Le , le président américain George H. W. Bush a déclaré : « Nous allons continuer à essayer de renforcer la famille américaine, en faisant le plus de familles américaines ressemblant aux Waltons et le moins aux Simpson[102]. » Les auteurs ont répondu ironiquement sous la forme d'un court extrait diffusé trois jours plus tard, avant la rediffusion de Mon pote Michael Jackson (Lobot-Homer au Québec), dans lequel Bart disait « Hé, nous sommes comme les Waltons. Nous prions également pour la fin de la crise[135],[136]. ».

Plusieurs épisodes de la série ont suscité des controverses. Les Simpson ont visité l'Australie dans Bart contre l'Australie (saison 6, 1995) et le Brésil dans Aventures au Brésil (Lisa rêve à Rio au Québec) (saison 13, 2002), chacun des épisodes ayant provoqué une polémique et suscité une réaction négative dans les pays visités[137]. Dans le cas du Brésil, le conseil du tourisme de Rio de Janeiro, qui a fait valoir que la ville avait été décrite comme abritant une forte criminalité, des enlèvements, des taudis et des infestations de rats et de singes, est même allé jusqu'à menacer la Fox d'une action en justice[138]. Le Principal principal (saison 9, 1997) est l'un des épisodes les plus controversés des Simpson. Beaucoup de fans et de critiques ont réagi négativement à la révélation que le principal Seymour Skinner, un personnage récurrent depuis la première saison, était un imposteur. L'épisode a été critiqué par Matt Groening et par Harry Shearer, qui est la voix originale du principal Skinner. Dans une interview de 2001, Shearer a fait remarquer qu'après avoir lu le script, il a dit aux auteurs : « C'est tellement arbitraire, gratuit et irrespectueux envers le public[139]. »

Lors d'une interview pour un journal américain, Al Jean, le producteur de la série, a annoncé qu'une mort surviendrait dans la vingt-cinquième saison[140]. De nombreux personnages sont ainsi morts tout au long de la série.[141]

Qualité inégale des saisons[modifier | modifier le code]

Les critiques des premiers épisodes des Simpson ont félicité la série pour son humour, son réalisme et son intelligence[9],[142]. À la fin des années 1990, le ton et l'accent de la série ont cependant commencé à changer. Certaines critiques ont alors qualifié la série de « fatiguée »[143]. En 2000, certains fans de longue date ont été déçus par la série et ont pointé le fait que les personnages principaux se comportaient de façon de plus en plus niaise[144],[145]. L'auteur Douglas Coupland a décrit les nouvelles critiques envers la série comme des foutaises, en affirmant que « Les Simpson n'ont fait aucune maladresse en quatorze ans, il y a donc peu de chance qu'ils en fassent maintenant[146]. ». Mike Scully, qui a été scénariste de la série de la saison 9 à la saison 12, a notamment fait l'objet de critiques[147],[148].

En 2003, pour célébrer le trois centième épisode de la série, Homer va le payer (Chambre en Bart au Québec), USA Today a publié deux articles à propos des Simpson : un palmarès des dix épisodes de la série choisis par le webmestre du site de fan The Simpsons Archive[149] et un top quinze par les auteurs des Simpson eux-mêmes[150]. L'épisode le plus récent cité sur la liste du site est La Phobie d'Homer, datant de 1997. Celui de la liste des auteurs date de 2000, c'est Derrière les rires (Biographies : Les Simpson au Québec). En 2004, Harry Shearer a critiqué ce qu'il percevait comme la baisse de la qualité de la série : « Je considère les trois dernières saisons comme faisant partie des pires, alors que la saison 4 m'apparaît désormais très bonne[151]. ». En réponse, Dan Castellaneta a déclaré : « Je ne suis pas d'accord […] Je pense que le problème de Harry c'est que la série s'est éloignée des fondamentaux des trois ou quatre premières saisons, elle est désormais un peu plus délirante et loufoque. Je pense qu'il lui faut organiquement évoluer, pour conserver sa fraîcheur[152]. ».

Audiences en baisse[modifier | modifier le code]

Les Simpson tentent de maintenir un large public tout en attirant de nouveaux fans. Alors que la première saison a connu une moyenne de 13,4 millions de téléspectateurs par épisode aux États-Unis[95], la vingtième saison a recueilli une moyenne de 7,1 millions de téléspectateurs. Dans une interview d', Matt Groening a dit : « Honnêtement, je n'ai pas en vue la fin des Simpson. Je pense qu'il est possible que la série devienne trop pesante financièrement… mais, en ce moment, je pense qu'elle est aussi créative qu'auparavant, voire plus. L'animation est incroyablement détaillée et imaginative et les histoires mettent en scène des choses que nous n'avons jamais faites auparavant. Tellement créative qu'il n'y a aucune raison d'arrêter[153]. »

Cette supposée baisse de qualité peut en tout cas être mise en relation avec une nette baisse des audiences au cours des dernières saisons[154] :

Audiences moyennes des Simpson par saison aux États-Unis
Saison Audience moyenne aux États-Unis (millions)
15 11,1
16 10,14
17 9,58
18 9,15
19 8,26
20 7,06
21 7,41
22 7,11
23 6,34
24 5,47
25 5,02
26 5,19
27 4
28 4,15

En 2017, le record de la plus faible audience est tombé à 2,13 millions de téléspectateurs lors de la diffusion de l'épisode 19 de la saison 28 (Caper Chase). À la fin de la saison 28, les cinq pires audiences de la série appartenaient à cette saison.

Autres médias[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

De nombreuses bandes dessinées sur les Simpson sont sorties. Jusqu'à présent, neuf séries de bandes dessinées ont été publiées par Bongo Comics depuis 1993. La première bande dessinée basée sur les Simpson est apparue en 1991 dans la revue Simpsons Illustrated[155]. Les bandes dessinées ont eu du succès et une bande dessinée one shot intitulée Simpsons Comics and Stories, contenant quatre histoires différentes, est sortie en 1993, pour les fans[156]. Elle a également eu du succès, ce qui fait que le créateur des Simpson, Matt Groening, et ses compagnons Bill Morrison, Mike Rote, Steve Vance et Cindy Vance ont créé la société d'édition Bongo Comics[156]. Les parutions de Simpsons Comics, Bart Simpson's Treehouse of Horror et Bart Simpson ont été recueillies et réimprimées aux États-Unis par HarperCollins[157],[158],[159]. Une BD collector, sortie en 2009 sous le nom de Les Simpson/Futurama : la crise multiple, se déroulait également dans l'univers des Simpson et celui de Futurama.

En France, les bandes dessinées des Simpson ont été distribuées à partir du , par les éditions Dino Panini, sous deux séries : Les Simpson Comics et Bart Simpson[160]. Ces BD comprennent des histoires issues des comics américains correspondant et ont été produites jusqu'au pour la première série et jusqu'en juin 2007 pour la seconde. À partir du , les éditions Jungle ont distribuées les BD sous sept séries différentes : Les Simpson (depuis le 11 mars 2008), Bart Simpson (depuis le 16 mars 2011), Bartman (depuis le 18 mai 2011), Fiesta Estival (depuis le 16 juin 2010), La Cabane des horreurs (depuis le 4 novembre 2009), Les Hors-séries et Spécial fêtes[161]. Les bandes dessinées de la collection Les Simpson comprennent deux à quatre histoires issues pour la plupart des bandes dessinées Simpsons Comics. Celles des séries Bart Simpson et La Cabane des horreurs sont constituées de quatre à neuf histoire tirées des BD américaines correspondantes.

Film[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les Simpson, le film.
L'Empire State Building illuminé en jaune pour promouvoir la sortie DVD du film.

Un long métrage d'animation réalisé par David Silverman est sorti le dans le monde entier (mis à part en Europe, où il est sorti le 25 juillet). La production a choisi le compositeur Hans Zimmer pour l'écriture de la bande sonore du film.

Dans le film, Homer pollue le lac de Springfield avec des déchets toxiques, ce qui conduit le gouvernement américain à mettre en quarantaine la ville entière. Washington la recouvre donc d'un immense dôme dans l'intention d'y éradiquer toute forme de vie. Les Simpson se voient alors obligés de déménager en Alaska, mais tous les membres de la famille ne veulent pas laisser leurs amis vivre un tel drame[162].

Le film reprend une multitude de personnages issus de la série ainsi que de nouveaux, comme Spider-Cochon (Spider-Pig au Québec) ou Colin. Une suite est prévue, mais certaines difficultés sont venues à l'encontre de son développement[163].

Musique[modifier | modifier le code]

Une production discographique accompagne depuis des années la série. Des collections des musiques originales présentes dans la série sont sorties sur les albums Songs in the Key of Springfield, Go Simpsonic with The Simpsons et The Simpsons: Testify[164]. Plusieurs morceaux ont été enregistrés dans le but d'être placés sur un album, sans apparaître dans la série. L'album The Simpsons Sing the Blues est sorti en septembre 1990 et fut un succès, se classant troisième au Billboard 200[165] et fut certifié deux fois disque de platine par la Recording Industry Association of America[166]. Le premier morceau de l'album était Do The Bartman, interprété par Nancy Cartwright et sorti le . La musique était composée par Michael Jackson, sans que cela fût reconnu[167].

  • 1990 : The Simpsons Sing the Blues
  • 1997 : Songs in the Key of Springfield
  • 1998 : The Yellow Album
  • 1999 : Go Simpsonic with The Simpsons
  • 2007 : The Simpsons Movie: The Music
  • 2007 : The Simpsons Theme (reprise du thème musical de la série par le groupe Green Day pour le film)
  • 2007 : The Simpsons: Testify

The Simpsons Ride[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The Simpsons Ride.

The Simpsons Ride est un cinéma dynamique officiellement annoncé en 2007. C'est une attraction implantée à Universal Studios Hollywood et à Universal Studios Florida[168]. The Simpsons Ride a officiellement ouvert le en Floride[169] et le à Hollywood[170]. Dans l'attraction, les clients sont introduits dans un parc d'attractions cartoon construit par Krusty le clown. Cependant, Tahiti Bob ou Sideshow Bob (version originale et version québécoise) s'est enfui de prison et veut prendre sa revanche sur Krusty et la famille Simpson[171]. L'attraction présente plus de vingt-quatre personnages récurrents des Simpson ainsi que leurs voix originales respectives, avec aussi bien Pamela Hayden, Russi Taylor que Kelsey Grammer[172]. Harry Shearer a décidé de ne pas y participer, ce qui fait qu'aucun des personnages qu'il interprète ne dispose de voix[173].

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeux vidéo des Simpson.

L'industrie du jeu vidéo a rapidement adapté les personnages et le monde des Simpson. Parmi les jeux sortis très tôt, on peut citer The Simpsons: Arcade Game, un jeu d'arcade de Konami et The Simpsons: Bart vs. the Space Mutants, édité par Acclaim Entertainment, tous deux sortis en 1991. Plus récemment, d'autres jeux vidéo sont sortis, comme The Simpsons: Road Rage (2001), The Simpsons: Hit and Run (2003), Les Simpson, le jeu (2007) ou Les Simpson : Springfield (2011). Deux machines de flipper aux couleurs des Simpson ont été produites, une qui a été disponible rapidement après la première saison, et une autre qui est encore disponible à l'achat[174].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Le Kwik-E-Mart au The Simpsons Ride.
À Seattle, un magasin 7-Eleven transformé en Kwik-E-Mart.

La popularité des Simpson en a fait une industrie de produits dérivés se chiffrant en milliards de dollars[102]. La famille homonyme et les personnages secondaires apparaissent sur de nombreux produits, allant des tee-shirts aux posters. La chaîne de restaurants Quick a même proposé un hamburger à l'effigie d'Homer prénommé Le Homer Burger[175]. Les Simpson ont également donné lieu à des éditions spéciales de célèbres jeux de société, comme des échecs, Cluedo, Monopoly, Scrabble ou Destins. Plusieurs jeux de cartes comme The Simpsons Trading Card Game sont aussi sortis, mais également des livres, officiels ou non, sur les Simpson par exemple des guides d'épisodes. Un grand nombre d'épisodes de la série est sorti en VHS ou en DVD au cours des années. Lorsque le DVD de la première saison a été édité en 2001, il est rapidement devenu le DVD tiré de la télévision le plus vendu de l'histoire, mais il a ensuite été dépassé par celui de la première saison de Chappelle's Show[176].

L'édition pour la zone 1 de l'intégrale de la saison 6 comporte une erreur de conception. Le quatrième épisode (Itchy et Scratchy Land) reprend la bande son québecoise du premier épisode (Bart des ténèbres).

En 2003, environ cinq cents entreprises du monde entier étaient autorisées à utiliser les personnages des Simpson dans leurs publicités[177]. Pour la promotion du film, douze magasins 7-Eleven étaient transformés en Kwik-E-Mart et vendaient des produits se rattachant à l'univers des Simpson, comme du « Buzz Cola », des céréales Krusty-O's ou des donuts roses[178].

Le , le United States Postal Service a dévoilé une série de cinq timbres de 44 cents mettant en vedette Homer, Marge, Bart, Lisa et Maggie, pour célébrer le vingtième anniversaire de la série[179]. Les Simpson est la première série de télévision à recevoir cet honneur alors qu'elle est encore en production[180]. Les timbres, dessinés par Matt Groening, ont été rendus disponibles à l'achat le [181]. Environ un milliard de timbres sont imprimés[182].

Une série de Lego The Simpsons est sortie en mai 2014. Elle comprend deux produits : La Maison des Simpson et Minifigures - La série Simpson (pochette surprise d'un personnage). Une seconde série en sortie en 2015. Elle comprend deux produits : Le Kwik-E-Mart et Minifigures - La série Simpson 2. Homer, Bart et Krusty le clown sont également jouables dans le jeu Lego Dimensions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Harvey Deneroff, « Matt Groening's Baby Turns 10 », Animation Magazine, vol. 14, no 1,‎ , p. 10, 12.
  2. (en) « The Simpsons - America's favourite working class family from Springfield », sur www.girl.com.au, .
  3. (en) « The Simpsons Movie », sur Box Office Mojo (consulté le 20 juillet 2009)
  4. a et b (en) BBC. (). The Simpsons: America's First Family (DVD). UK : 20th Century Fox..
  5. (en) Matt Groening, Al Jean. (). The Simpsons Movie: A Look Behind the Scenes [DVD]. The Sun..
  6. Richmond, p. 14.
  7. (en) Jerry Beck, The animated movie guide, Chicago Review Press, , 239 p. (ISBN 9781556525919).
  8. (en) Dean Kuipers, « 3rd Degree: Harry Shearer », Los Angeles: City Beat, .
  9. a et b (en) Ken Tucker, « Toon Terrific », Entertainment Weekly,‎ , p. 48(3).
  10. (en) Matt Groening. (). The Simpsons season 1 DVD commentary for the episode "Some Enchanted Evening" [DVD]. 20th Century Fox..
  11. (en) Frank Spotnitz, « Eat my shorts! », Entertainment Weekly,‎ , p. 8 (1).
  12. (en) Dan Snierson, « D'Oh! », sur Entertainment Weekly (consulté le 10 juillet 2009).
  13. (en) Daryl Cagle, « The David Silverman Interview », sur MSNBC (consulté le 10 juillet 2009).
  14. (en) Gail Mitchell, « Mike Scully », Ultimate TV,‎ .
  15. a et b (en) David Owen, « Taking Humor Seriously », The New Yorker,‎ .
  16. Ortved, p. 199.
  17. (en) Geoff Nixon, « Mmmmmm... pop culture », The Silhouette,‎ .
  18. a et b « Les Simpson: L'hommage de Bart après la mort de Marcia Wallace, voix de la série », Purepeople,‎ (lire en ligne)
  19. Turner, p. 21.
  20. (en) Stephen McGinty, « The icing on the Simpsons' cake », Scotsman,‎ (lire en ligne).
  21. (en) « Gervais writing Simpsons episode », BBC News, (consulté en 2006).
  22. (en) Cindy White, « Rogen and Goldberg Writing Simpsons Episode », IGN, (consulté le 4 juin 2008).
  23. (en) Liam Burke, « From Superbad To Superheroes — Evan Goldberg on Hornet and The Boys », Empire, (consulté le 30 avril 2008).
  24. (en) Lorenza Munoz, « Why SpongeBob is sitting out the writers strile », sur Los Angeles Times, (consulté le 11 juillet 2009).
  25. Le doublage (version française)
  26. Agnès Gorissen, « « Vingt ans qu’on rit jaune ! », entretien avec Véronique Augereau et Philippe Peythieu », Le Soir,‎ , p. 44 (lire en ligne).
  27. Épisode Une soirée d'enfer, treizième épisode de la première saison de la série Les Simpson. Autres crédits : Matt Groening, Sam Simon, David Silverman, Kent Butterworth.
  28. Épisode Simpson Horror Show II, septième épisode de la troisième saison de la série Les Simpson. Autres crédits : Al Jean, Mike Reiss, Jeff Martin, George Meyer, Sam Simon, John Swartzwelder, Jim Reardon.
  29. Épisode Homer l'hérétique, troisième épisode de la quatrième saison de la série Les Simpson. Autres crédits : Meyer, George;Jim Reardon.
  30. Épisode Radioactive Man, deuxième épisode de la septième saison de la série The Simpsons. Autres crédits : John Swartzwelder, Susie Dietter.
  31. Épisode La Bête de la bête, cinquième épisode de la quinzième saison de la série The Simpsons. Autres crédits : Joel H. Cohen, Matthew Nastuk.
  32. (en) Lynn Elber, « TV's 'The Simpsons' Goes Global », Associated Press,‎ .
  33. (en) Sharon Bernstein, « 'The Simpsons' Producer Changes Animation Firms », Los Angeles Times,‎ , p. 18.
  34. (en) « Primetime Listings (February 8 - February 14) », FoxFlash, (consulté le 24 janvier 2009).
  35. (en) Kyle Ryan, « Matt Groening », (consulté le 15 avril 2009).
  36. a et b Turner, p. 28.
  37. Gabrielle, « Les Simpsons : retrouvez Homer, Marge, Bart, Lisa et Maggie dans leurs aventures ! », sur Web-Libre.org, (consulté le 22 juillet 2009).
  38. (en) Bill Oakley. (). The Simpsons season 7 DVD commentary for the episode "Home Sweet Homediddly-Dum-Doodily" [DVD]. 20th Century Fox..
  39. (en) « The Simpsons pays tribute to late actress Marcia Wallace », sur bbc.com, (consulté le 26 juin 2016)
  40. (en) « Matt Groening: Interview », The A.V. Club, (consulté le 16 juillet 2009)
  41. Turner, p. 55.
  42. Turner, p. 388.
  43. Turner, pp. 221–222.
  44. a et b Turner, p. 223.
  45. Turner, p. 224.
  46. Turner, p. 56.
  47. Turner, p. 289–290.
  48. (en) « Geographic Names Information System Feature Query Results », US Geological Survey (consulté le 5 juin 2007).
  49. Turner, p. 30.
  50. (en) Don Hamilton, « Matt Groening’s Portland », Portland Tribune,‎ (lire en ligne).
  51. a et b (en) « Top titles », BBC (consulté le 1er août 2007).
  52. Richmond, p. 90–91.
  53. (en) Tom Leonard, « 'The Simpsons' opening sequence changes », The Telegraph,‎ (lire en ligne).
  54. « Homer l'hérétique », sur Simpsons Park (consulté le 25 juillet 2017)
  55. (en) « Simpsons Fans Invited To Enter Couch Gag Contest », sur Cinema Blend (consulté le 25 juillet 2017)
  56. Turner, p. 31.
  57. (en) « The Simpsons Halloween Special », BBC, (consulté le 9 novembre 2007).
  58. (en) Andrew Ryan, « Pick of the Day: The Simpsons Treehouse of Horror XVII », The Globe and Mail,‎ , p. 12.
  59. a et b Turner, pp. 63–65.
  60. a et b Turner, p. 62.
  61. Turner, p. 60.
  62. Turner, p. 25.
  63. Turner, p. 61.
  64. a et b « Foire aux questions », sur The Simpsons Park (consulté le 7 juillet 2010)
  65. (en) « The Why Questions », sur The Simpsons (site officiel Fox) (consulté le 9 septembre 2011)
  66. « Les Simpson sur M6, un succès ! », sur Simpsons Web
  67. « Dossier de rentrée de W9 (2017-2018) »,
  68. Steve Proulx, « Ma famille cathodique », sur Voir, (consulté le 22 janvier 2010) : « C'est d'ailleurs à Super Écran qu'en 1990, ma famille télévisuelle s'est enrichie de son membre le plus influent : Les Simpsons [sic]. ».
  69. Télétoon, « Télétoon diffusera la 13e saison des Simpson made in Québec », sur Simpsons Park, (consulté le 22 janvier 2010).
  70. « Club RTL retire (temporairement?) les Simpson de sa grille ! », sur Simpsons Park (consulté le 30 janvier 2016)
  71. RTL Newmedia, « Bonne nouvelle, Les Simpson débarquent sur Plug RTL ! », sur RTL People (consulté le 5 février 2016)
  72. Langue(s) dans laquelle/lesquelles est diffusée la série (langues nationales seulement)
  73. La série est (aussi) diffusée en version originale (chaînes nationales seulement)
  74. Date de première diffusion (chaînes nationales seulement)
  75. (en) Christopher Bahn, « Beyond "D'oh!": Simpsons Quotes For Everyday Use », The A.V. Club, (consulté le 3 juillet 2006).
  76. (en) Ben Macintyre, « Last word: Any word that embiggens the vocabulary is cromulent with me », The Times,‎ (lire en ligne).
  77. (en) « It's in the dictionary, d'oh! », BBC News, (consulté le 24 décembre 2006).
  78. (en) Jeremy Simon, « Wisdom from The Simpsons' 'D'ohh' boy », The Daily Northwestern,‎ .
  79. (en) Gary Younge, « Wimps, weasels and monkeys — the US media view of 'perfidious France' », Guardian Unlimited, (consulté le 5 août 2006).
  80. (en) « Définition de "cromulent" », Dictionary.com
  81. (en) Jon Vitti. (). The Simpsons The Complete First Season DVD commentary for the episode "Bart the Genius" [DVD]. 20th Century Fox.
  82. (en) Mark Liberman, « I, for one, welcome our new * overlords », Language Log, (consulté le 12 janvier 2009).
  83. Turner, p. 300.
  84. (en) « The British government welcomes our new insect overlords », New Scientist magazine (consulté le 14 octobre 2007).
  85. (en) Michael Hann, « Meh — the word that's sweeping the internet », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  86. (en) Randy Boswell, « Canadian politics: The definition of 'meh' », Canwest News Service,‎ (lire en ligne).
  87. Alberti, p. xii.
  88. (en) John Ortved, « Simpson Family Values », Vanity Fair,‎ (lire en ligne).
  89. (en) Richard Corliss, « The Simpsons, Bigger and Better », TIME,‎ (lire en ligne).
  90. (en) « The Simpsons: The world's favourite family », BBC News, (consulté le 19 décembre 2006).
  91. (en) Andrew Wallenstein, « 'Malcolm in the Middle': trite Fox fare with a first-rate time slot », Media Life Magazine (consulté le 3 juillet 2006).
  92. (en) Richard Schuchardt, « Ricky Gervais Part One », DVDActive.com (consulté le 20 décembre 2006).
  93. La Fox a fait la promotion de l'épisode Il était une fois à Springfield comme étant le 450e épisode, bien qu'il fût en fait le 451e.
  94. « Les Simpson : Un documentaire Super Size », sur Tele7.fr, (consulté le 22 juillet 2009).
  95. a et b (en) « TV Ratings: 1989–1990 », sur ClassicTVHits.com (consulté le 3 juillet 2006).
  96. Turner, pp.  120–121.
  97. (en) John Cassidy, « Cartoon leads a revolt against apple-pie family — Simpsons », The Sunday Times,‎ .
  98. (en) « Simpsons set for big screen », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne).
  99. (en) N.R. Kleinfield, « Cashing in on a Hot New Brand Name », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  100. (en) Isador Barmash, « The T-Shirt Industry Sweats It Out », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  101. a et b (en) « Bart Simpson–Defiant, Saw-Topped and Cheeky—the Brat Terrible Gave Underachievers a Good Name », People, vol. 34, no 26,‎ (lire en ligne).
  102. a, b, c et d .(en) Nick Griffiths, « America's First Family », The Times Magazine,‎ , p. 25, 27-28 (lire en ligne).
  103. (en) Larry Rohter, « Overacheiver — and Learning to Deal With It, Man », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  104. (en) Chris Burey (1990). ABC News report about the Bart Simpson t-shirt controversy included as an Easter Egg in The Simpsons: The Complete First Season (2001) [DVD]. 20th Century Fox.
  105. a et b James L. Brooks, Matt Groening, Al Jean, Mike Reiss, David. Silverman (2002). Commentaires de Aide-toi, le ciel t'aidera (Les Simpson), dans The Simpsons: The Complete Eighth Season [DVD]. 20th Century Fox.
  106. (en) Daniel Cerone, « 'Simpsons' steals away Cosby viewers », Los Angeles Times,‎ , p. 4.
  107. (en) Ted Drozdowski, « Eye pleasers », The Boston Phoenix, (consulté le 27 janvier 2008).
  108. (en) Ken Tucker, « TV review: The Simpsons », Entertainment Weekly, (consulté le 27 janvier 2008).
  109. (en) Ken Tucker, « TV review: The Simpsons », Entertainment Weekly, (consulté le 27 janvier 2008).
  110. a et b (en) Rob Owen, « TV Notes: 'Simpsons' breaks record with contract renewal », Pittsburgh Post-Gazette, (consulté le 19 décembre 2006).
  111. (en) « Scooby-Doo breaks cartoon record », BBC, (consulté le 21 août 2006).
  112. (en) Claire Folkard, Guinness World Records 2006, Bantam USA, (ISBN 0553589067).
  113. a et b (en) Andy Vineberg, « Some records will last forever », PhillyBurbs.com,‎ (lire en ligne).
  114. (en) (en) Bill Keveney, « 'The Simpsons' Hits a Landmark », ABC, (consulté le 28 septembre 2008).
  115. Adam, « Simpsons Comic Con 2009 Rundown », sur Simpsons Channel, (consulté le 26 juillet 2009).
  116. (en) « THE SIMPSONS — Season 19 (2007-2008) », sur FoxFlash.com (consulté le 10 juillet 2009).
  117. (en) « Legacy: 20th Annual Annie Award Nominees and Winners (1992) », sur Annie Awards (consulté le 10 juillet 2009).
  118. (en) « George Foster Peabody Award Winners », sur Peabody.uga.edu. (consulté le 10 juillet 2009).
  119. (en) « The Best Of The Century », TIME,‎ (lire en ligne).
  120. (en) Richard Corliss, « Bart Simpson », TIME, (consulté le 3 juillet 2006).
  121. (en) « “Simpsons” Matt Groening Receives Star On Hollywood Walk of Fame », sur Cartoonbrew,
  122. (en) « 100 Greatest Kids' TV Shows », sur Channel 4.com (consulté le 31 décembre 2007).
  123. (en) « 100 Greatest Cartoons », sur Channel 4.com (consulté le 31 décembre 2007).
  124. (en) « 100 Greatest TV Characters », sur Channel 4.com (consulté le 31 décembre 2007).
  125. (en) « The 50 Greatest TV Icons », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne).
  126. (en) « TV Guide's 50 Greatest TV Shows of All Time », TV Guide,‎ .
  127. (en) « The 100 Best TV Shows of All-TIME — The Simpsons », TIME,‎ (lire en ligne).
  128. (en) « 100 New TV Classics: The Top 25–1. The Simpsons », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne).
  129. (en) « The 50 Greatest TV Shows of All Time–01–The Simpsons », Empire,‎ (lire en ligne).
  130. Turner, p. 131.
  131. (en) Martin Rosenbaum, « Is The Simpsons still subversive? », BBC News,‎ (lire en ligne).
  132. (en) Donna Freedman, « Is Bart a brat? Popular cartoon kid as annoying to some as he is funny to others », Anchorage Daily News,‎ .
  133. (en) Mike Dunne, « Bart Simpson: Cool dude or smart-aleck menace? », Sacramento Bee,‎ .
  134. (en) « A Badder Bart », The Record,‎ .
  135. Turner, pp. 230–231.
  136. (en) John Ortved, « Simpson Family Values », Vanity Fair,‎ (lire en ligne).
  137. (en) Steven Carroll, « Cartoon family get animated on first Irish visit », The Irish Times, (consulté le 15 avril 2009).
  138. (en) « Simpsons apologize to Rio », BBC News, (consulté le 17 mars 2009).
  139. (en) Robert Wilonsky, « Shearer Delight », East Bay Express, (consulté le 15 avril 2009).
  140. J'adore les Potins, « Les Simpsons : un personnage de la série va mourir ! », sur J'adore Les Potins
  141. « PHOTOS - 9 décès qui ont marqué l'histoire des Simpson », sur metronews.fr (consulté le 5 octobre 2013).
  142. (en) Bob Remington, « It's The Simpsons, Man », =TV Times (Calgary Herald),‎ , p. 10.
  143. (en) Chris Suellentrop, « Who turned America's best TV show into a cartoon? », Slate, (consulté le 3 juillet 2006).
  144. (en) Jaime J. Weinman, « Worst Episode Ever », sur Salon.com, (consulté le 3 juillet 2006).
  145. (en) Jon Bonné, « ’The Simpsons’ has lost its cool », MSNBC, (consulté le 27 janvier 2008).
  146. Turner, p. xiii.
  147. (en) Chris Suellentrop, « The Simpsons: Who turned America's Best TV Show into a Cartoon? », Slate (consulté le 15 mai 2008).
  148. Turner, p. 42.
  149. (en) Jouni Paakkinen, « 10 fan favorites », USA Today, (consulté le 3 juillet 2006).
  150. (en) « 15 writer favorites », USA Today,‎ (lire en ligne).
  151. (en) Chris Leggett, « Harry Shearer », UK Teletext,‎ .
  152. (en) Lynn Elber, « D'oh!: The Voice of Homer Is Deceivingly Deadpan », FOX News, (consulté le 15 avril 2009).
  153. (en) Nathan Rabin, « Matt Groening interview with The A.V. Club (page 3) », sur A.V. Club, (consulté le 27 octobre 2006).
  154. « Bilan de la saison 21 », sur The Simpsons Web, (consulté le 1er août 2011).
  155. (en) « The Groening of America », Entertainment Weekly, (consulté le 10 mars 2009).
  156. a et b (en) « Groening launches Futurama comics », The Gazette (Colorado Springs),‎ (lire en ligne).
  157. (en) « Simpsons search at Harper Collins », Harper Collins (consulté le 3 août 2008).
  158. (en) « Trerhouse of Horror search at Harper Collins », Harper Collins (consulté le 4 août 2008).
  159. (en) « Bart Simpson search at Harper Collins », Harper Collins (consulté le 4 août 2008).
  160. « Liste des comics français », Simpsons Park (consulté le 27 juillet 2017)
  161. « Bandes dessinées Simpson aux éditions Jungle », Jungle (consulté le 27 juillet 2017)
  162. « Les Simpson - le film », sur Allociné (consulté le 20 juillet 2009).
  163. Yanika, « La suite des Simpson est loin d’être achevée », sur Actuciné, (consulté le 11 juillet 2009).
  164. (en) « Dozens Of 'Simpsons' Songs Bundled For 'Testify' », Billboard magazine (consulté le 20 juillet 2009).
  165. (en) « Artist Chart History — The Simpsons », Classement du Billboard (consulté le 20 juillet 2009).
  166. (en) « RIAA Searchable database – Gold and Platinum », Recording Industry Association of America (consulté le 20 juillet 2009).
  167. (en) « Michael Jackson Update: News From Korea, Poland And Groening », sur MTV, (consulté le 20 juillet 2009).
  168. (en) « Universal launches 'Simpsons' ride », (consulté le 24 mars 2013)
  169. (en) Jane Clark, « Orlando unveils a few new tricks to boost bookings », USA Today,‎ (lire en ligne).
  170. The Simpsons Ride
  171. (en) Mark Albright, « Universal takes new 'Simpsons' ride for a spin », St. Petersburg Times,‎ (lire en ligne).
  172. (en) « The Simpsons Ride Fact Sheet », sur Thrillnetwork, (consulté le 24 mars 2013).
  173. (en) « Mr. Burns Sucks in Real Life Too », TMZ.com,‎ (lire en ligne).
  174. (en) « Stern Pinball, Inc. announces a wild "Simpsons Pinball Party" », sur Stern Pinball, Inc. (consulté le 15 juillet 2009).
  175. « Quick lance le Menu Homer inspiré par Les Simpson »
  176. (en) David Lambert, « Chapelle's Show—S1 DVD Passes The Simpsons As #1 All-Time TV-DVD; Celebrates by Announcing Season 2! », sur TVshowsonDVD.com, (consulté le 3 juillet 2006).
  177. (en) Jon Bonne, « ‘Simpsons’ evolves as an industry », MSNBC, (consulté le 8 mars 2009).
  178. (en) « 7-Eleven Becomes Kwik-E-Mart for 'Simpsons Movie' Promotion », Fox News,‎ (lire en ligne).
  179. (en) « Simpsons' stamps unveiled », Sify News (consulté le 16 mai 2009).
  180. (en) « The Simpsons get postage stamps », BBC News,‎ (lire en ligne)
  181. (en) « 'Simpsons' stamps to hit post offices (d'oh!) », CNN, (consulté le 9 avril 2009).
  182. (en) « The Simpsons stamps launched in US », Newslite, (consulté le 8 mai 2009).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) John Alberti, Leaving Springfield : the Simpsons and the possibility of oppositional culture, Detroit, Wayne State University Press, coll. « Contemporary film and television », , 344 p. (ISBN 978-0-814-32849-1, OCLC 988686917) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Nancy Cartwright, My life as a 10-year-old boy, New York, Hyperion, , 271 p. (ISBN 978-0-786-88600-5, OCLC 473341717) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Matt Groening (created by), Ray Richmond (edited by) et Antonia Coffman (edited by), The Simpsons : a complete guide to our favorite family, London, HarperCollins, , 160 p. (ISBN 978-0-006-38898-2, OCLC 877524490) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Chris Turner, Planet Simpson : how a cartoon masterpiece documented an era and defined a generation, Toronto, Random House Canada, (ISBN 978-0-679-31318-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Alan Brown et Chris Logan, The Psychology of The Simpsons : D'oh!, Dallas, Tex, Benbella Books, coll. « Smart pop series », , 240 p. (ISBN 978-1-932-10070-9, OCLC 475184512, lire en ligne)
  • (en) Jonathan Gray, Watching with the Simpsons : television, parody, and intertextuality, New York, Routledge, coll. « Comedia », , 199 p. (ISBN 978-0-415-36202-3 et 978-0-415-36203-0, OCLC 724383944, lire en ligne)
  • (en) William Irwin, Mark T. Conard et Aeon J. Skoble, The Simpsons and philosophy : the d'oh! of Homer, Chicago, Ill, Open Court, coll. « Popular culture and philosophy » (no 2), , 303 p. (ISBN 978-0-812-69433-8 et 978-0-812-69694-3, OCLC 740841005)
  • (en) Beth Lorraine Keller (Xerographic reproduction of original thesis, order no.: 1351625), The gospel according to Bart: examining the religious elements of "The Simpsons", Ann Arbor, UMI Dissertation Services, , 101 p. (OCLC 221878386)
  • (en) Steven Keslowitz, The Simpsons and society : an analysis of our favorite family and its influence in contemporary society, Tucson, Hats Off Books, (ISBN 978-1-587-36253-8)
  • Marco Malaspina (trad. Valentina Gardet), Les Simpson et la science [« La scienza dei Simpson : guida non autorizzata all'Universo in una ciambella. »], Paris, Vuibert La recherche, coll. « "Va savoir!" », , 183 p. (ISBN 978-2-711-72058-3, OCLC 695545924)
  • (en) Mark Pinsky, The Gospel according to the Simpsons : the spiritual life of the world's most animated family, Louisville, Westminster John Knox Press, (ISBN 978-0-664-22419-6)
  • (en) Mark Pinsky et Samuel F. (Skip) Parvin, The Gospel according to the Simpsons : leader's guide for group study, Louisville, KY, Westminster John Knox Press, , 62 p. (ISBN 978-0-664-22590-2, OCLC 49493084, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 11 octobre 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 11 octobre 2009 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.