Les Raisins de la colère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Raisins de la colère (homonymie).
Les Raisins de la colère
Image illustrative de l'article Les Raisins de la colère
Effets du Dust Bowl, tempête de poussière et de sable, dans le Texas en 1935.

Auteur John Steinbeck
Genre Roman
Version originale
Titre original The Grapes of Wrath
Éditeur original Viking Press
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution originale 1939
Version française
Traducteur Maurice-Edgar Coindreau
Éditeur Gallimard
Collection Du monde entier
Date de parution 1947
Nombre de pages 640

Les Raisins de la colère (en anglais : The Grapes of Wrath) est un roman de John Steinbeck publié en 1939. L'auteur reçoit pour cette œuvre le prix Pulitzer en 1940. Il reçoit également le prix Nobel de littérature en 1962 pour l'ensemble de son œuvre. L'intrigue se déroule pendant la Grande Dépression (crise de 1929) et le lecteur suit les aventures d'une famille pauvre de métayers, les Joad, qui est contrainte de quitter l'Oklahoma à cause de la sécheresse, des difficultés économiques et des bouleversements dans le monde agricole. Alors que la situation est quasiment désespérée, les Joad font route vers la Californie avec des milliers d'autres Okies (habitants de l'Oklahoma), à la recherche d'une terre, de travail et de dignité.

Une adaptation cinématographique a été réalisée en 1940 par John Ford, avec Henry Fonda. La fin du film est différente de celle du roman.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'histoire débute au moment où Tom Joad sort de prison. Tandis qu'il retourne chez lui, il rencontre un ancien prédicateur, Jim Casy, avec qui il partage des souvenirs d'enfance. Les deux personnages font la route ensemble. Alors qu'ils arrivent à la ferme familiale, ils s'aperçoivent que celle-ci a été désertée. Déconcertés et un peu perdus, Tom et Jim décident d'aller chez l'Oncle John où ils retrouvent les autres membres de la famille Joad. Ces derniers sont en train de charger un camion Hudson avec ce qui leur reste de biens. Les cultures ont été anéanties par le Dust Bowl (tempête de sable) et la famille n'a par conséquent pas pu honorer ses dettes. Chassés de chez eux, ils espèrent que la situation s'arrangera en Californie grâce à des feuillets leur proposant du travail et qui sont distribués un peu partout dans leur état : ils pensent que, là-bas, ils auront à manger et gagneront assez d'argent pour vivre. Séduits par cette publicité, la famille Joad décide d'investir tout ce qui lui reste dans ce voyage. Bien que ce projet enfreigne les termes de sa liberté conditionnelle, Tom décide de partir avec sa famille. L'ancien pasteur J. Casy se joint également à la famille.

Les Joad empruntent la Route 66 pour aller vers l'ouest. Le grand-père de la famille meurt peu après le départ. Les Joad découvrent que la route est encombrée : en effet d'autres familles partent aussi pour la Californie. Dans des camps de fortune dressés au bord de la route ils entendent l'histoire d'autres familles, dont certaines reviennent de Californie. La famille Joad ne veut pas admettre que les promesses auxquelles elle croit ne seront pas tenues. Juste avant la limite d'état, Noah (l'aîné des fils Joad) quitte la famille pour rester vivre au bord du Colorado et la grand-mère de la famille meurt pendant la traversée du désert. En arrivant en Californie, Connie (le mari de Rose of Sharon, la fille, qui est enceinte) quitte la famille. Le reste de la famille, dirigé par Ma, n'a d'autre choix que de poursuivre sa route.

A leur arrivée, ils s'aperçoivent qu'ils ne gagneront jamais beaucoup d'argent car il y a trop de travailleurs et les propriétaires importants de la région ne les respectent pas tandis que les plus petits font faillite. Ils profitent du grand nombre d'émigrants pour baisser les salaires et les familles émigrantes vivent dans des camps de fortune provisoires appelés Hooverville. Il y a un peu d'espoir au camp de Weedpatch, un camp du Gouvernement, propre, tenu par la FSA et ce camp déplait aux autorités locales, lesquelles ne peuvent intervenir au sein de ce camp sans mandat, et ainsi ne cessent de harceler et de provoquer les émigrants.

Les travailleurs étant exploités, des individus essayent de les faire adhérer à des syndicats ; Jim Casy, qui a fait de la prison pour couvrir Tom car il avait agressé un shérif dans un des Hooverville, est l'un d'entre eux. Pendant ce temps, les Joad travaillent dans des vergers, et brisent la grève. À la suite d'une manifestation, Tom voit le pasteur Jim se faire tuer par la police et tue à son tour le meurtrier de son ami, il devient fugitif. Sa famille le cache et part dans les champs de coton, là où il y a du travail, mais cacher Tom est impossible: il fait ses adieux à sa mère et lui promet de défendre les opprimés où qu'ils soient. La saison du coton est finie, et la pluie se met à tomber, les Joad disposent d'une "habitation" a priori au sec, mais la plupart des Okies n'ont pas cette chance, et partent se réfugier dans des granges et abris de fortune, où beaucoup meurent. L'eau va progressivement envahir l'abri des Joad, pendant que Rose de Sharon accouche et donne naissance à un bébé mort-né, mais garde cependant son sang froid et force la famille à faire face. L'eau est partout, et la famille se réfugie dans une grange où se trouve un jeune garçon et son père, extrêmement faible. Rose donne le sein à l'homme qui ne peut manger autrement.

Personnages[modifier | modifier le code]

Dorothea Lange, Mère migrante (Migrant Mother), 1936.
  • Tom Joad : personnage principal du roman, il est le deuxième fils de la famille et porte le même nom que son père. Il a été incarcéré pour homicide involontaire à la suite d'une bagarre et sort de prison au début du roman. Il rejoint sa famille juste avant leur départ.
  • Ma Joad (ou Man dans la traduction française du livre): matriarche de la famille Joad, son prénom n'est pas connu. Durant tout le roman, elle s'efforce de garder sa famille unie.
  • Pa (Tom) Joad : patriarche de la famille Joad, mari de Ma Joad.
  • Al Joad : frère cadet de Tom. Il est passionné par les voitures et par les filles.
  • Oncle John Joad : frère de Pa Joad. Personnage lunatique, il est hanté par la mort de sa femme alors que celle-ci portait un enfant, mort dont il se sent responsable.
  • Jim Casy : ancien pasteur, il se joint à Tom Joad au début du roman et accompagne la famille Joad.
  • Rose of Sharon ("Rosasharn") Rivers : aînée des filles de la famille Joad. Elle a épousé Connie Rivers.
  • Connie Rivers : mari de Rose of Sharon. Jeune et naïf, il est dépassé par les responsabilités de son mariage. Il est souvent décrit comme un peureux dans le roman.
  • Noah Joad : fils aîné de la famille Joad. Solitaire et silencieux, il a été blessé à sa naissance à cause de Pa.
  • Grandpa William James Joad : grand-père de Tom. Il ne souhaite pas quitter sa ferme en Oklahoma.
  • Grandma Joad : épouse de Grandpa Joad.
  • Ruthie : la benjamine de la famille.
  • Winfield : le dernier enfant de la famille. Il s'amuse avec Ruthie.
  • Ivy et Sairy Wilson : fermiers du Kansas. Ils accompagnent la famille Joad sur la route 66.
  • M. et Mme. Wainwright : parents de Aggie. Mme. Wainwright aide Rose of Sharon lors de son accouchement.
  • Aggie Wainwright : fille des Wainwright. Elle veut épouser Al.
  • Muley Graves : métayer resté à Sallisaw. Il explique à Tom et Casy où est partie sa famille et pourquoi. Grâce à lui, ils retrouvent les Joad chez l'Oncle John.

Titre[modifier | modifier le code]

Le quatrième Ange sonne de la trompette (Apocalypse VIII).

Alors qu'il écrit son roman chez lui, au 1625 Greenwood Lane à Monte Sereno en Californie, Steinbeck éprouve des difficultés particulières à trouver un titre. Sa femme, Carol Steinbeck, lui propose Les Raisins de la colère, en référence au The Battle Hymn of the Republic de Julia Ward Howe :

Mine eyes have seen the glory of the coming of the Lord:
He is trampling out the vintage where the grapes of wrath are stored;
He hath loosed the fateful lightning of His terrible swift sword:
His truth is marching on.

Ce qui peut être traduit en français par :

Mes yeux ont vu la gloire de la venue du Seigneur;

Il piétine le vignoble où sont gardés les raisins de la colère;
Il a libéré la foudre fatidique de sa terrible et rapide épée;

Sa vérité est en marche.

Ces paroles font quant à elles référence au livre de l'Apocalypse aux vers 14:19-20 qui évoquent la justice divine et la délivrance de l'oppression lors du jugement dernier.

And the angel thrust in his sickle into the earth, and gathered the vine of the earth, and cast it into the great winepress of the wrath of God. And the winepress was trodden without the city, and blood came out of the winepress, even unto the horse bridles, by the space of a thousand and six hundred furlongs.

Soit en français :

Et l'ange jeta sa faucille sur la terre, et vendangea la vigne sur la terre, et il en jeta les grappes dans la grande cuve de la colère de Dieu.
La cuve fut foulée hors de la ville, et il en sortit du sang jusqu'à la hauteur du mors des chevaux, sur un espace de mille six cents stades.


L'expression apparaît également à la fin du chapitre 25 du roman :

...and in the eyes of the hungry there is a growing wrath. In the souls of the people the grapes of wrath are filling and growing heavy, growing heavy for the vintage.

Adaptations[modifier | modifier le code]

affiche de la Resettlement Administration (office pour la réinstallation, de la population) par Bernarda Bryson Shahn.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Woody Guthrie a écrit la chanson The Ballad of Tom Joad après avoir vu le film.
  • Bruce Springsteen a sorti un album et la chanson The Ghost of Tom Joad en 1995.
  • Le roman est dédié à Tom Collins qui fut directeur d'un camp d'État, fut une mine de renseignements pour Steinbeck et servit de modèle au personnage de Jim Rawley dans le roman. Tom Collins fut également directeur technique du film de John Ford sorti en 1940.
  • Steinbeck prétendra avoir fait le trajet des Joad le long de la route 66, ce qui n'est pas le cas.
  • Le livre a fait partie du programme national de français-philosophie des classes préparatoires scientifiques de l'année 2011-2012 dans le cadre du thème de la justice.
  • Un extrait de l'ouvrage était proposé à l'épreuve de Commentaire de texte Anglais aux concours d'entrée aux Ecoles Normales Supérieures de Paris, Lyon, Cachan, et de l'Ecole Nationale des Chartes, session 2013.
  • Le deuxième morceau de l'album Arts Martiens d'IAM (avril 2013), intitulé "Les Raisons de la colère", est une référence au roman de Steinbeck.

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]