Les Raboteurs de parquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la peinture image illustrant la France
Cet article est une ébauche concernant la peinture et la France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les Raboteurs de parquet
Gustave Caillebotte - The Floor Planers - Google Art Project.jpg
Artiste
Date
Type
Huile sur toile
Dimensions (H × L)
102 × 146.5 cm
Localisation
Numéro d’inventaire
RF 2718Voir et modifier les données sur Wikidata

Les Raboteurs de parquet est un tableau du peintre français Gustave Caillebotte réalisé en 1875. Cette peinture à l'huile sur toile est conservée au Musée d'Orsay, à Paris.

Une seconde version, d'une composition picturale très différente, est conservée au Danemark.

Version 1876 du même sujet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Refusé par le jury du Salon officiel, le tableau obtient un grand succès à l'exposition impressionniste de 1876 et permet à Caillebotte de rejoindre le groupe des Refusés.

À la mort du peintre, la toile est ajoutée par Jean Renoir et son frère Martial Caillebotte à une donation du peintre à l'État. Elle fait alors son entrée au musée du Louvre, puis à la Galerie nationale du Jeu de Paume avant de rejoindre le musée d'Orsay[1].

L’œuvre[modifier | modifier le code]

Le sujet est inspiré à Caillebote par la réfection de son parquet rendue nécessaire par l'humidité de son domicile[réf. souhaitée]. Le sujet, jugé trivial par la critique de l'époque, fut comparé aux repasseuses et aux blanchisseuses de Degas. Arthur Baignières dira d'ailleurs : « Les Raboteurs de M. Caillebotte, pourtant hideux, ne valent pas Les Blanchisseuses de Degas ...»[2]. Plus tard, le critique Gustave Geffroy lui reconnaît « les qualités d'un observateur dans le modelé des torses et la vérité du mouvement... »[3].

La composition très photographique de l'œuvre (lignes fuyantes, cadrage déséquilibré, éclairage à contre-jour, perspective inhabituelle malgré son exactitude, donnant l'impression que le parquet est incliné et que les bras des raboteurs sont rallongés) est l'une des principales raisons de son rapide succès[réf. souhaitée].

Représentations culturelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Notice no 000PE003717, base Joconde, ministère français de la Culture
  2. Arthur Baignières, L'Écho universel, 13 avril 1876.
  3. A. Grenier et al., Chefs-d’œuvre des impressionnistes, Editions Atlas, 1997.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Berhaut, Gustave Caillebotte. Catalogue raisonné des peintures et des pastels, Paris, éd. Bibliothèque des arts, 1994

Liens externes[modifier | modifier le code]