Les Raboteurs de parquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Raboteurs de parquet
Gustave Caillebotte - The Floor Planers - Google Art Project.jpg
Artiste
Date
Type
Huile sur toile
Dimensions (H × L)
102 × 146.5 cm
Localisation
Numéro d’inventaire
RF 2718Voir et modifier les données sur Wikidata

Les Raboteurs de parquet est un tableau du peintre français Gustave Caillebotte réalisé en 1875. Cette peinture à l'huile sur toile est conservée au Musée d'Orsay, à Paris. Une seconde version, d'une composition très différente, est conservée au Danemark.

Histoire[modifier | modifier le code]

Refusé par le jury du Salon officiel, le tableau obtient un grand succès à l'exposition impressionniste de 1876 et permet à Caillebotte de rejoindre le groupe des Refusés.

À la mort du peintre, la toile est ajoutée par Jean Renoir et son frère Martial Caillebotte à une donation du peintre à l'État. Elle fait alors son entrée au musée du Louvre, puis à la Galerie nationale du Jeu de Paume avant de rejoindre le musée d'Orsay[1].

L’œuvre[modifier | modifier le code]

Le sujet est inspiré à Caillebotte par la réfection de son parquet rendue nécessaire par l'humidité de son domicile[réf. souhaitée]. Le sujet, jugé trivial par la critique de l'époque, fut comparé aux repasseuses et aux blanchisseuses de Degas. Arthur Baignières dira d'ailleurs : « Les Raboteurs de M. Caillebotte, pourtant hideux, ne valent pas Les Blanchisseuses de Degas ...»[2]. Plus tard, le critique Gustave Geffroy lui reconnaît « les qualités d'un observateur dans le modelé des torses et la vérité du mouvement... »[3].

La composition très photographique de l'œuvre (lignes fuyantes, cadrage déséquilibré, éclairage à contre-jour, perspective inhabituelle malgré son exactitude, donnant l'impression que le parquet est incliné et que les bras des raboteurs sont rallongés) est l'une des principales raisons de son rapide succès[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no 000PE003717 », base Joconde, ministère français de la Culture
  2. Arthur Baignières, L'Écho universel, 13 avril 1876.
  3. A. Grenier et al., Chefs-d’œuvre des impressionnistes, Editions Atlas, 1997.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :