Les Planches (Deauville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Planches.
Des planches en azobé

Les Planches sont une promenade célèbre de Deauville.

Géographie[modifier | modifier le code]

La promenade longe la plage, sur toute sa longueur. Elle commence, à l'est, à Port Deauville, pour s'achever à l'ouest, à la limite avec Tourgéville.

La célèbre promenade, en bois, est désormais prolongée, en direction de Tourgéville, d'une partie en dalles.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les Planches en bois mesurent 656 mètres de long sur 7 mètres de large [1]. Soixante-quatre lattes sont posées côte à côte pour obtenir cette largeur[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Les Planches vers 1930.
Bains pompéiens.

Deauville souhaitant remplacer l’établissement de bains et ses cabines de bois vétustes, par un nouveau bâtiment, le maire de la ville Eugène Colas lance en 1921 un concours qui réunit quinze architectes. Il est remporté par l'architecte parisien Charles Adda qui édifie sur la plage de Deauville les « bains pompéiens », ensemble comprenant boutiques, café-bar, bains de vapeur, piscine et 250 cabines de bain groupées en îlots autour de jardins ou de bassins, que délimite un réseau de galeries à portiques. Cette architecture moderne achevée en 1922 associe le béton blanc et la polychromie des mosaïques aux couleurs de la mer. L'architecte crée en 1923 une promenade longue de 643 mètres pour permettre aux femmes de profiter du bord de mer sans risquer de salir leurs robes dans le sable[2].

C'est devenu au fil du temps, un endroit à la mode, où il est bon d'être vu. Le lieu est fortement identifié à Deauville et porte son renom dans le monde entier, au même titre, par exemple, que la Promenade des Anglais pour Nice.

Depuis la création de la station, de nombreuses personnalités ont parcouru cette promenade. Élisabeth II, reine d'Angleterre, elle, par dérogation spéciale, s'y est promenée en Rolls Royce le 25 mai 1987, sans fouler le sol.

Vue d'une planche d'azobé en coupe.

Deux bars, le Bar de la Mer et le Bar du Soleil, et un restaurant, le Ciro's, appartenant tous les trois au Groupe Lucien Barrière, constituent des haltes sur les Planches.

Réfection en 2014.

Le Centre international de Deauville est construit à proximité.

Le bois utilisé pour leur fabrication est l'azobé, que l'on trouve principalement au Cameroun, mais aussi au Gabon et en Côte-d'Ivoire [3]. C'est une essence très dure et très lourde, dont la densité est comprise entre 0,90 et 1,10 à l'état sec et de 1,3 à l'état vert [3].

Les cabanons[modifier | modifier le code]

Des cabines de bain, au nombre de 450, bordent la promenade. Chacune d'elles porte le nom d'une célébrité ayant participé au Festival du cinéma américain de Deauville. C'est une idée de la maire Anne d'Ornano en 1987 et depuis appliquée chaque année, chaque star se déplaçant pour un hommage a droit à cet honneur. Bien qu'en 2017, on est proche de la saturation[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roland Godefroy, « Les Planches de Deauville : un traitement de choc pour rester chics », Ouest-France, éd. Pays d'Auge, 3 janvier 1986.
  2. Claude Mignot, Trouville, Deauville, Institut français d'architecture, , p. 40.
  3. a et b Roland Godefroy, « Dur, dur, l'azoté », Ouest-France, éd. Pays d'Auge, 3 janvier 1986.
  4. « À Deauville, les cabines attendent leurs stars », sur Ouest-France,
  5. « Il n'y a plus que deux cabines à nommer sur les planches de Deauville, on a demandé des idées aux festivaliers », sur HuffPost,

Sur les autres projets Wikimedia :