Les Petites Dalles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Falaise et plage des Petites Dalles.

Les Petites Dalles est un hameau partagé entre Sassetot-le-Mauconduit et Saint-Martin-aux-Buneaux, communes du département de Seine-Maritime, dans la région Haute-Normandie, en France. Cette situation particulière fait qu'il est également partagé entre deux cantons (Valmont et Cany-Barville), deux arrondissements (Le Havre et Dieppe) et même deux diocèses.

Station balnéaire au sud de Dieppe en Normandie, sur le littoral de la Manche et du pays de Caux, les Petites Dalles tirent leur réputation des falaises qui encadrent le village et la plage et qui ont inspiré les peintres impressionnistes dont Claude Monet et Berthe Morisot et de ses nombreuses villas balnéaires de la fin du XIXe siècle parfaitement conservées (Les Catelets, Les Lampottes, Les Mouettes, Les Chrysanthèmes, etc.).

Administratif[modifier | modifier le code]

  • code postal : 76540 (Valmont).

Quoique sur deux communes, n'est attribué qu'un code postal au hameau des Petites Dalles, celui de la commune de Sassetot-le-Mauconduit.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom ancien pour les Petites Dalles apparait sous la forme latinisée Daletis dans une charte de 1252[1] (abbé Cochet).

Il s'agit du diminutif de Dalis qui figure dans la même charte, de même on y trouve Weletis (Veulettes, autrement Welletes 1219[2]), diminutif de Veules (Wellas 1025)[3]. Contrairement au second exemple cité, *Dales est devenu les Grandes-Dalles et *Dalettes, les Petites Dalles.

Il s'agit de l'appellatif d'origine norroise dalr « vallée »[4], ce qui correspond bien à la nature du site. On trouve également en pays de Caux : les Rouges Dalles (Crasville-la-Mallet), les Basses Dalles (Néville) et en Cotentin : les Longues Dalles (La Pernelle), etc.[5].

Ces formations toponymiques avec l'article défini sont postérieures aux formations sans l'article que l'on rencontre à maintes reprises en Normandie : Briquedalles (Sassetot-le-Mauconduit), Oudalle (Hulvedala 1025, ulfr « loup » cf. Nom de famille Ouf), Bruquedalle (Brokedale 1189, vieil anglais brōc « ruisseau », cf. Brookdale), Dieppedalle (Diepedale 1225 cf. Deepdale, GB), etc. Il a été utilisé avec la plupart des appellatifs d'origine anglo-scandinave : le Tot, le Bec, le Thuit, la Crique, etc.

En ce qui concerne le vocable dalle employé avec l'article, il y a pu avoir confusion avec un autre terme norrois dœla « rigole pour l'écoulement des eaux à bord d'un navire » qui a donné dalot, terme de marine désignant une « ouverture pratiquée dans le bordage et permettant l'écoulement des eaux embarquées » et dalle en dialecte normand, qui signifie « évier » et origine probable du français dalle[6]. Le mot norrois dœla se perpétue dans l'islandais dæla « pompe ».

Dans ce cas, les Petites Dalles pourraient se référer à « des écoulements d'eaux dans des canaux d'évacuation ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La plage vers 1875, au centre avant la falaise, la villa Brise Lames d'Henri Wallon).

En 1875, Élisabeth en Bavière dite Sissi vient passer les mois d'août et septembre au château de Sassetot-le-Mauconduit et se baigne régulièrement sur la plage des Petites Dalles[7]. Le peintre Paul Valantin réalise un tableau de la scène.

En 1876, l'homme politique Henri Wallon) achète la propriété Saillot qui deviendra la villa Brise-Lames au bord de la plage[8].

Le 10 juin 1940 vers 11 h 30, Rommel, à la tête de la 7e division de panzers, atteignit la Manche aux Petites Dalles, fermant ainsi aux troupes françaises et anglaises la route vers Le Havre et Fécamp.

Le Capitaine de marine marchande Joseph Heuzé, habitant des Petites Dalles, résistant participant à un réseau d'évacuation de juifs vers l'Angleterre fut arrêté par l'armée Allemande qui ne pu obtenir d'informations de sa part malgré l'arrestation de son frère, quelques mois plus tôt. Le peu d'informations sensibles resteront inaccessibles à l'armée allemande, notées sous forme codée dans son missel qu'il eut la présence d'esprit d'abandonner au moment de son arrestation. Il fut deporté à Mathausen dans le convoi du 6 avril 1944 et mouru quelques mois plus tard, le 7 septembre 1944 à Hartheim, gazé dans le cadre du programme d'inaptitude aux travaux forcés suite à une infection. Son nom sera donné à la rue principale des Petites Dalles afin de rendre hommage à son courage et sa détermination.

Jules Verne et les Petites Dalles[9][modifier | modifier le code]

Michel Verne, fils de Jules, avait pour habitude de passer ses vacances aux Petites Dalles avec sa femme et ses enfants. Il y reçoit son père et sa mère en août 1890, ce qui fut l'occasion de leur réconciliation, Jules ayant toujours jusqu'alors refusé de faire connaissance avec la nouvelle femme de son fils. Jules Verne y séjourne de nouveau du 28 août au 3 septembre 1899. Il s'agit de l'avant dernier voyage fait par l'écrivain avant le déplacement à Rouen du 6 au 8 septembre 1900.

Deux cartes postales existent de cet événement. Longtemps les biographes ont cru qu'il s'agissait de photographies représentant Jules Verne et sa famille devant les falaises de Mers-les-Bains. La liste des déplacements effectués par Verne disponible dans les collections de la bibliothèque Louis-Aragon d'Amiens, nous révèle le lieu exact des clichés ainsi qu'une lettre de Jules à Michel disant : « Nous comptons partir lundi 28, à 8 h du matin, pour arriver à Cany à 12 h 33 où nous comptons trouver un moyen de transport pour les Petites Dalles. »

Jules Verne, en outre, y termine son roman Bourses de voyage qui sera publié en 1903.

Éboulement[modifier | modifier le code]

Le 25 août 2016, un éboulement, sur une longueur d'une centaine de mètres de la falaise, a eu lieu, sans faire de victime. Près de 50 000 m3 de roches se sont écroulées sur une plage de la commune de Saint-Martin-aux-Buneaux au lieu-dit Petites Dalles, selon le Service d'incendie et de secours (SDIS) de Seine-Maritime[10].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnes célèbres[modifier | modifier le code]

Les peintres qui ont illustré les Petites Dalles[modifier | modifier le code]

De très nombreux peintres ont été inspirés par le site[12] entre autres :

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Renaud, Vikings et noms de lieux de Normandie. Dictionnaire des toponymes d'origine scandinave en Normandie, éditions OREP, 2009, p. 48. (ISBN 978-2-915762-89-1)
  2. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 162
  3. François de Beaurepaire, op. cit.
  4. Jean Renaud, Les Vikings et la Normandie, Éditions Ouest-France Université 1989. p. 161.
  5. Jean Renaud, op. cit.
  6. Site du CNRTL : étymologie de dalle Étymologie de dalle
  7. Sissi à Sassetot en 1875 sur le site Les-petites-dalles.org.
  8. Henri Wallon et les Petites-Dalles sur le site Henriwallon.com
  9. Voir Volker Dehs, La famille Verne à la plage, Bulletin de la Société Jules-Verne no 187, 2014, p. 16-19
  10. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/08/25/97001-20160825FILWWW00254-eboulement-de-falaise-en-seine-maritime.php
  11. A la découverte de la grotte des Petites Dales (Saint-Martin-aux-Buneaux, Seine Maritime, France)
  12. Liste de peintres sur le site Les-petites-dalles.org]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Wallon, Les Petites Dalles, du village de pêcheurs à la station balnéaire, éditions du Mauconduit, deuxième édition juin 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :