Les Parisiennes (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Parisiennes.
Les Parisiennes
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Yéyé
Années actives Années 1960
Composition du groupe
Membres Arielle Dombasle
Mareva Galanter
Inna Modja
Helena Noguerra
Anciens membres Raymonde Bronstein
Anne Lefébure
Hélène Longuet
Anne-Marie Royer Vivianne Chiffre[1]

Les Parisiennes est le nom d'un groupe de musique yéyé des années 1960 réuni sur une idée de Claude Bolling. Quatre danseuses — Raymonde Bronstein, Anne Lefébure, Hélène Longuet et Anne-Marie Royer — chantent à l'unisson, accompagnées par un orchestre. La mise en scène, lorsqu'elles se produisent, est de Roland Petit.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les chansons interprétées étaient pour la plupart écrites par Frank Gérald (paroles) et Claude Bolling (musique). Parmi celles-ci :

  • 1964 : Il fait trop beau pour travailler (leur « tube ») et Les parisiennes sont toujours pressées
  • 1965 : Fans de Mozart (paroles de Françoise Dorin)
  • 1965 : Générique du Pop-Club de José Arthur.
  • 1965 : Générique Clip Promo de la radio France Inter : "24 heures sur 24"
  • 1966 : L'argent ne fait pas le bonheur
  • 1966 : Le tunnel sous la Manche
La Renault 4 Parisienne de 1963.
Autre variante.

En 1963, Renault souhaite attirer la clientèle féminine vers la Renault 4. Pour ce faire, une opération publicitaire est menée avec le magazine Elle et le groupe alors naissant des Parisiennes. Le journal prend pour l'occasion le nom d'« Elle prend le volant ». Plus de 4 000 lectrices essaient ce modèle R4 Parisienne. Il se distingue par un habillage autant exclusif qu'original : un dessin de cannage de couleur paille, sur le noir de la carrosserie, ou encore des motifs écossais qui habillent les portières, les ailes arrière et le hayon. À cela s'ajoutent des éléments chromés pour une distinction encore plus prononcée.

Les Parisiennes ont également connu d'autres succès avec notamment Il va falloir se mettre au régime (1965), Les zozos (1965), Le 30 février (1966), ou encore La de Dion-Bouton (1966).

En 1967, elles enregistrent Un tout petit pantin, la version française du hit Puppet on a string qui avait fait la gloire de Sandie Shaw à l'Eurovision.

Elles se sont séparées au cours des années 1970, bien qu'on ait pu, jusqu'en 2005, les entendre interpréter le générique du Pop-Club sur France Inter.

Une de leurs chansons Le temps du Lumbago est reprise plusieurs fois dans le film La Mandarine (1972).

Raymonde Bronstein fera une carrière solo sous le nom de Raymonde Beretta.

Anne Lefébure sera plusieurs années speakerine et présentatrice à la télévision sur FR3. Elle présente et anime Kamikaze Impro en 1985 avec Éric Métayer et Jean-Daniel Laval.

Hélène Longuet est l'épouse de Serge Biondi (décédé) — batteur du groupe « les Drivers », et qui fut de nombreuses années batteur sur les ondes de RTL, dans les émissions de Fabrice.

Anne-Marie Royer a longtemps repris sa carrière de danseuse, derrière les vedettes invitées par Guy Lux ou Maritie et Gilbert Carpentier.

Reformation en 2017[modifier | modifier le code]

Le 15 décembre 2017, Laurent Ruquier confie dans les colonnes du quotidien Le Parisien réaliser un rêve d'enfant en reformant Les Parisiennes avec Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Inna Modja et Helena Noguerra dans le cadre de la sortie d'un album et d'une tournée française qui débutera le 24 mai 2018 aux Folies Bergère[2],[3].

Le premier single de ce nouveau quatuor s'intitule Ah c'qu'on est bête et est sorti le 21 février 2018[4]. L'album, quant à lui, est sorti le 27 avril 2018[5].

Il fait trop beau pour travailler, le deuxième clip extrait de l'album des nouvelles Parisiennes, a réalisé par Ellen von Unwerth et est sorti en mai 2018[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En 1971, Raymonde Bronstein quitte le groupe pour entamer une carrière en solo sous le nom de Raymonde Beretta et est remplacée par Viviane Chiffre.
  2. Éric Bureau, « Les Parisiennes, maintenant, ce sont elles ! », Le Parisien,‎ , p. 28 (lire en ligne)
  3. Steven Bellery, « Arielle Dombasle, Helena Noguerra Mareva Galanter et Inna Modja reforment "Les Parisiennes" », rtl.fr, (consulté le 19 décembre 2017)
  4. « Regardez le clip des Parisiennes « Ah c’qu’on est bête » ! », sur arielle-dombasle.com, (consulté le 21 février 2018)
  5. « Les Parisiennes : sortie de l’album le 27 avril ! », sur arielle-dombasle.com, (consulté le 21 février 2018)
  6. « Regardez le nouveau clip des Parisiennes « Il fait trop beau pour travailler » ! », sur arielle-dombasle.com, (consulté le 7 juin 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]