Les Parents terribles (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Parents terribles.
Les Parents terribles
Titre original Les Parents terribles
Réalisation Jean Cocteau
Scénario Jean Cocteau
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Ariane
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 109 min
Sortie 1948

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Parents terribles est un film français réalisé par Jean Cocteau et sorti en 1948.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un grand appartement parisien, où se côtoient le désordre d’un couple âgé et l’ordre de la tante Léonie, vieille fille, Michel est l’enfant choyé de cette étrange « roulotte » qui semble rouler à l’écart du monde. Yvonne idolâtre son fils jusqu'à en oublier son mari. Elle s’oublierait elle-même si elle ne devait pas s’occuper de son traitement à l’insuline…

Lorsque Michel découche pour la première fois, c’est pour avouer à sa mère (qu'il surnomme « Sophie ») qu'il aime Madeleine, une jeune femme qu'il souhaiterait lui présenter. D’abord réticente, car jalouse et exclusive, Yvonne finit par capituler devant le chagrin de son fils et l’insistance de sa sœur Léonie. On découvre entre-temps que Madeleine a déjà un « vieil amant » avec lequel elle veut rompre et qui n’est autre que Georges, le père de Michel… La tante Léo va tenter d’ordonner cette tragique comédie de la vie…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Lors du tournage de la séquence finale où l'on voit l'appartement s'éloigner, un incident fit bouger la caméra (posée sur un chariot au lieu de l’être sur travelling). Jean Cocteau a transformé le problème en atout en gardant la séquence telle quelle, en commentant que le drame s'est déroulé dans cette « roulotte qui continue sa route, les romanichels ne s'arrêtent pas » (ajout d’un mixage-son de claquements de sabots de cheval sur bitume et grincements de la roulotte)[1]...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Source : témoignage de Claude Pinoteau dans le bonus Apprentissage de la mise en scène du DVD Les Parents terribles de Jean Cocteau, TF1 Vidéo, 2010, DVD zone 2, PAL, Dolby Digital 2.0 mono, son et image remastérisés (EAN 3384442216104)Document utilisé pour la rédaction de l’articleBonus : Souvenirs de tournage de Claude PinoteauEssais inédits (Jean Marais, Yvonne de Bray, Marie Déa, Germaine Dermoz).

Liens externes[modifier | modifier le code]