Les Olivensteins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Olivensteins
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Punk rock
Années actives 19781980, 2013
Labels New Rose Records, Born Bad Records, Mélodies Massacre
Composition du groupe
Anciens membres Gilles Tandy
Vincent Denis
Alain Royer
Alain Potier
Bitos
Philippe Bailly
Éric Tandy
Ludovic Groslier
Romain Denis

Les Olivensteins sont un groupe de punk rock français, originaire de Rouen, en Seine-Maritime. Il est formé en 1978 par le chanteur Gilles Tandy. Malgré une carrière éphémère, ils marquent l'histoire grâce à un 45 tours aux textes nihilistes, désormais très recherché des collectionneurs. Leur plus grand succès est le titre Je suis fier de ne rien faire. Le groupe se sépare en 1980 après un dernier concert dans la salle St-Croix des Pelletiers à Rouen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les Olivensteins se forment autour d'une bande de copains à Rouen, en avril 1978. Gilles Tandy était vendeur en 1974 chez le disquaire Mélodies Massacre[1]. Il organise une répétition avec son frère Éric, et deux membres des Dogs, Dominique Laboubée et Hughes de Portzamparc, qui lui donne envie de monter son propre groupe. Leur nom vient du très médiatique psychanalyste français Claude Olievenstein, qui s'occupe à l'époque de soigner de jeunes toxicomanes dans sa clinique de Marmottan. En juin 1978, le groupe fait son premier concert avec, dès le début, ce style provocant qui caractérise les groupes punks d'alors (provocation que l'on retrouve notamment dans les textes de chansons tels Patrick Henry est innocent ou Pétain, Darlan, c'était le bon temps). À partir de l'automne 1978, le groupe fait plusieurs concerts en Normandie et à Paris, notamment avec les Dogs, et l'accueil du public comme celui des journalistes rock est excellent.

En mars 1979, les Olivensteins sortent en autoproduction un premier (et unique) 45 tours trois titres, qui est produit par Lionel Herrmani gérant du petit magasin de disque Mélodies Massacre et premier producteur des Dogs. Le disque est logiquement publié par Mélodie Massacre, dont le vendeur est Éric Tandy, le frère ainé du chanteur et parolier du groupe. Les 2 000 exemplaires du 45 tours sont rapidement épuisés et les critiques de la presse rock sont enthousiastes. Patrice Blanc-Francart passe ainsi régulièrement le morceau Euthanasie pendant plusieurs mois au cours de son émission musicale Loup-garou sur France Inter. Le succès du 45 tours permet au groupe d'enchaîner les concerts, et les Olivensteins rêvent cette fois de sortir un véritable album 33 tours. le label Barclay, qui vient de signer les Sex Pistols pour la France est très intéressé, mais l'opposition totale du Docteur Olievenstein à l'utilisation de son nom fait capoter le projet. À ce coup dur s'ajoutent les pressions des RG et à nouveau du Docteur Olievenstein[2], qui fait annuler leur concert prévu en décembre 1979 au Palace en première partie de Stiff Little Fingers.

Frustrés par l'impossibilité d'enregistrer leur album tant espéré et peu en phase avec le nouveau public punk, composé de plus en plus par les nouveaux venus skinheads, le groupe décide de séparer après un ultime concert en janvier 1980 dans la salle St-Croix des Pelletiers à Rouen. Plus tard, Gilles Tandy reforme un autre groupe dans la même veine et à la durée aussi éphémère, Les Gloires Locales. Ensuite, il fonde les Rythmeurs, qui sortent un disque chez New Rose Records et se séparent. Gilles Tandy finira par entamer une carrière solo et publiera deux albums.

En 2011, paraît une anthologie du groupe, la première[3]. Le groupe se reforme spécialement à l'occasion du festival la Ferme électrique, à Tournan, en Seine-et-Marne, le samedi [4],[5].

À partir de 2016, le groupe cumule concerts et composition de nouveaux titres. En 2017, après 39 ans d'existence, les Olivensteins sortent leur premier album Inavalable chez le label rouennais Smap Records[6].

Membres[modifier | modifier le code]

Formation initiale[modifier | modifier le code]

  • Gilles Tandy - chant
  • Vincent Denis - guitare
  • Alain Royer - guitare
  • Alain Potier - guitare, basse
  • Bitos - basse
  • Philippe Bailly - batterie
  • Éric Tandy - textes

Seconde formation[modifier | modifier le code]

  • Gilles Tandy - chant
  • Vincent Denis - guitare
  • Ludovic Groslier - basse
  • Romain Denis - batterie
  • Éric Tandy - textes

Re-formation (2013)[modifier | modifier le code]

  • Gilles Tandy - chant
  • Vincent Denis - guitare
  • Alain Royer - guitare
  • Didier Perini - basse
  • Romain Denis - batterie
  • Éric Tandy - textes
  • France Vitet - claviers

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1979 : 45 tours (avec trois titres : Fier de ne rien faire, Euthanasie, Je suis négatif ; Mélodies Massacre)
  • 2011 : Les Olivensteins (compilation ; Born Bad)
  • 2017 : Inavalable

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Mikaïloff, Kick Out the Jams, Motherfuckers! Punk rock, 1969-1978, Éditions du Camion Blanc, 2012.
  2. « Entretien avec Gilles Tandy », sur Nyark Nyark (consulté le 17 juin 2017).
  3. « Vie et mort des Olivensteins : les débuts du punk français », sur Télérama, (consulté le 17 juin 2017).
  4. « Tournan-en-Brie - Venez découvrir « La Ferme électrique » », sur larepublique77.fr (consulté le 17 juin 2017).
  5. « Pétain, c'était le bon temps : la résurrection des Olivensteins », sur Brain Magazine, (consulté le 17 juin 2017).
  6. « Les Olivensteins, groupe punk de Rouen sort son premier album... 39 ans après sa formation ! », Actu Normandie,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]