Les Oiseaux de passage (film, 2018)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Oiseaux de passage.
Les Oiseaux de passage
Titre original Pájaros de verano
Réalisation Ciro Guerra
Cristina Gallego
Scénario Maria Camila Arias
Jacques Toulemonde Vidal
Sociétés de production Katrin Pors & Cristina Gallego
Pays d’origine Drapeau de la Colombie Colombie Drapeau du Mexique MexiqueDrapeau du Danemark DanemarkDrapeau de la France France
Genre drame
Durée 125 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Oiseaux de passage (titre original en espagnol : Pájaros de verano) est un film mexicano-colombien de Ciro Guerra et Cristina Gallego, sorti en 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1968, lors d'une cérémonie du peuple autochtone amérindien Wayuu dans la province de Guajira au nord de la Colombie, la jeune Zaina danse le rituel du passage à la vie de femme, dans la plus pure tradition ancestrale. Rapayet, un jeune homme d'un autre village, séduit par la beauté de Zaina, entre dans la danse pour lui signifier ses prétentions amoureuses. Úrsula, matriarche autoritaire du village, lui met la barre très haut : le prestige de sa tribu fait que la dot demandée pour la main de Zaina sera exorbitante, sous la forme de nombreuses chèvres, vaches et colliers.

Rapayet, prêt à tout pour conquérir la belle, s'allie avec Moisés, un ami "étranger" (externe à la tribu) sans foi ni loi et fan de musique, pour changer d'activité économique : sur l'idée de Moisés, le commerce peu lucratif du café fait bientôt place à celui de la marijuana, d'abord pour fournir en drogue une petite communauté hippie américaine anticommuniste installée sur une plage de Colombie. Rapayet et Moisés servent d'intermédaire entre les américains et le petit cartel d'Aníbal, autre chef Wayuu et producteur de chanvre. Rapayet s'enrichit très vite, réunit la dot exigée et obtient la main de Zaina. Le trafic de drogue prend de l'ampleur à l'international et Rapayet devient chef de cartel. Projeté dans la grande richesse, il construit un palais où il loge tous les siens. Dans les années 1980, ce cartel, passé sans transition de la tradition au gangstérisme, est un avant-goût des grands cartels de drogue colombiens. Úrsula, malgré l'acceptation de son nouveau statut de parvenue, reste paradoxalement attachée aux traditions et voit dans la présence insistante d'un oiseau les prémices d'un malheur. La violence et les soupçons s'installent et grossissent au point d'autodétruire toute cette communauté ethnique.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Les Oiseaux de passage

Score cumulé
SiteNote
Allociné4.0 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Libération5.0 étoiles sur 5
Télérama4.0 étoiles sur 5
CinéSéries3.0 étoiles sur 5

Le film reçoit de très bons retours, avec une note moyenne de 4 sur AlloCiné.

Pour Libération le film « s’élève au niveau supérieur »[1] et Télérama dit que « Les emprunts nourrissent les films de genre, et celui-ci n’échappe pas à la règle »[2]. CinéSéries est un petit moins convaincu « La beauté des Oiseaux de passage s'estompe quand le scénario se laisse submerger par les codes du film de cartel »[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]