Les Nuits rouges du Bourreau de Jade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Nuits rouges du Bourreau de Jade
Réalisation Julien Carbon
Laurent Courtiaud
Scénario Julien Carbon
Laurent Courtiaud
Acteurs principaux
Sociétés de production The French Connection
Red East Pictures
Pays d’origine Drapeau de Hong Kong Hong Kong
Drapeau de la France France
Genre Film dramatique
Film policier
Thriller
Durée 98 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Nuits rouges du Bourreau de Jade est un thriller franco-hongkongais écrit et réalisé par Julien Carbon et Laurent Courtiaud en 2009, sorti en 2011.

La musique de ce film a été récompensée au Festival international du film de Catalogne en 2009.

Histoire[modifier | modifier le code]

Prologue[modifier | modifier le code]

Sous le règne du premier empereur de Chine, un tortionnaire savant, féru d'acupuncture, de médecine et d'alchimie concocta un élixir qui paralysait les membres de la victime, tout en décuplant la sensibilité des moindres terminaisons nerveuses. Sous le coup d'une overdose de sensation, le supplicié pouvait aussi bien endurer un excès de plaisir comme des douleurs insupportables.

Tout dépendait de la partie du corps que le bourreau stimulait, et de la façon dont il opérait cette stimulation. Pour ce faire, il usait de griffes de jade, pierre chinoise mythique que l'on disait vivante. Ces griffes pouvaient aussi bien prodiguer de délicieuses caresses, d'érotiques attouchements, que d'épouvantables lacérations.

C'est la nature de ces instruments, et le fait que l'élixir était conservé dans un crâne de jade, qui donna au tortionnaire son nom de "Bourreau de Jade". Las, son succès finit par rendre jaloux ses rivaux et l'empereur lui-même, car ne disait on pas qu'avant de mourir, ses victimes féminines connaissaient sous les doigts du bourreau de jade une extase telle qu'aucun homme ne pouvait leur procurer. Le bourreau fut déchu et poursuivi pour révéler son secret. Rongé lui-même par le désir de connaitre les sensations extrêmes qu'il procurait à ses victimes, il se donna une mort amplifiée par l'absorption de son propre poison. Ses poursuivants ne trouvèrent pas le crâne, qui avait été dissimulé au cœur d'un large sceau impérial.

Mais la malédiction du crâne de jade, qui avait causé la mort de son créateur, perdura à travers le sceau, apportant le malheur à tous ceux qui le possédèrent. Jusqu'à aujourd'hui…

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un opéra cantonais raconte la tragédie du Bourreau de Jade, qui avait inventé un poison donnant la mort par le plaisir absolu. Cette légende se répète de nos jours quand une Française s’enfuit à Hong Kong après avoir tué son amant pour lui prendre une antiquité contenant cette potion. Elle devient la main du destin qui fait s’affronter un mafieux Taïwanais et une meurtrière épicurienne, incarnation moderne du bourreau de Jade.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Les scènes du film ont été tournées à Hong Kong en Chine.

Réompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]