Les Nouvelles niçoises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Nouvelles niçoises
Image illustrative de l’article Les Nouvelles niçoises

Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité mensuel
Format tabloïd
Prix au numéro gratuit
Diffusion 50 000 (estimé) ex. (2010)
Date de fondation janvier 2002[1]
Éditeur association Le lien
social et culturel niçois
[2],[3]
Ville d’édition Nice

Directeur de la rédaction Marc Baldino[2]
ISSN 1632-0816
Site web http://lesnouvellesnicoises.over-blog.net/

Les Nouvelles niçoises (NN) sont un journal niçois de politique, sport et culture, souvent considéré comme l’organe du mouvement régionaliste niçois Ligue pour la restauration des libertés niçoises (LRLN), mouvement fondé par Alain Roullier[4].

Mensuel, il a pour projet à long terme de concurrencer Nice-Matin. Il présente en outre l'actualité locale et se veut le défenseur de l'identité niçoise[4].

Une autre publication locale défendant le particularisme niçois — mais dans une optique pro-italienne — fut Il Pensiero di Nizza (1871-1895) : publié en italien, ce journal fut finalement supprimé par les autorités françaises[5].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Depuis le 2003, sa parution a été régulière, mensuelle ou bimensuelle, hors les mois d’été, jusqu’en 2008. Le numéro 55 est paru en . Le tirage de ce journal qui était initialement de 15 000 à 30 000 exemplaires jusqu’à 2005[6], a été porté de 35 000 à 50 000 exemplaires, selon les numéros, depuis 2006, jusqu’à ce jour. Son tirage a été ponctuellement plus élevé. Il est diffusé dans la ville de Nice et ses alentours, notamment à Cagnes-sur-Mer et Saint-Laurent-du-Var, souvent jusqu'à Monaco. Un millier de journaux est réservé aux abonnés, un certain nombre est distribué en boîte aux lettres par les membres de l’association.

Ces chiffres de diffusion ne sont pas vérifiés par l’OJD.

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Ce journal a été créé pour défendre et promouvoir l’identité niçoise. Il vulgarise l’histoire jugée méconnue ou occultée de Nice, par la publication de nombreux articles et de documents originaux anciens. De même, il se déclare contrepoids au quotidien Nice-Matin qui, du fait de la crise de la presse écrite, fait figure de monopole de presse local[7].

Il soutient également les auteurs niçois : depuis sa création 172 articles sont parus afin de faire connaître leurs ouvrages.

De même, les Nouvelles niçoises soutiennent et suivent de près les événements de l’équipe de football de l’OGC Nice (Olympique gymnaste club Nice Côte d'Azur ou OGCN)[8] ainsi que les supporters niçois, dont ceux de la BSN (Brigade Sud Nice) qui a été dissoute le par décret du ministère de l'Intérieur[9].

Condamnation pour injure[modifier | modifier le code]

Le , le directeur des Nouvelles niçoises est condamné par le tribunal correctionnel de Nice à une amende de 3 000 euros avec sursis pour injure envers le maire de Nice Jacques Peyrat, qui avait été pris à partie dans un éditorial dans lequel il était tutoyé et accusé de « très haute insuffisance »[10].

Jugement réformé par la Cour d'Appel en date du 25 juin 2007 consulté[Où ?] le 21 octobre 2010.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice bibliographique, BnF catalogue général. Consulté le 28 juin 2010.
  2. a et b Les Nouvelles niçoises, n° 55, mai 2010, p. 3
  3. association à but non lucratif loi de 1901
  4. a et b Erwan Chartier, Ronan Larvor, Malo Louarn, La France éclatée? : enquête sur les mouvements régionalistes, autonomistes et indépendantistes en France, Éditeur Coop Breizh, 2004, (ISBN 9782843462030) - page 308: « [...] Jean-Charles Normant [...] est directeur de publication du journal (gratuit) Les Nouvelles niçoises, créé en 2003 pour diffuser les idées de la Ligue. « Nice transforme les gens qui l’habitent en Niçois, dit-il. La ville a un pouvoir d’intégration important. Mais vu de Paris, il n’y a qu’une image qui ressort : la mafia, la corruption, les détournements de fonds.» »
  5. Volume IV de l’Encyclopædia Niciensis : Dictionnaire historique et biographique du comté de Nice, sous la direction de Ralph Schor, Serre, 2002, 412 p., (ISBN 2-86410-366-4) : voir l’article « Pensiero di Nizza (Il) » (pages 288-289) signé par Ralph Schor.
  6. diffusion en 2005 : 22 000 exemplaire, estimé par le PNO
  7. "Nice-Matin", le principal quotidien local, cite un article de "Les Nouvelles niçoises" dont le point de vue relativement à le sujet de l'article (Vauban) est totalement opposée : "...Vauban a-t-il été le « bourreau de Nice » que dénoncent « Les Nouvelles niçoises » (N° de mai 2007"....).
  8. (en) article intitulé « Nice vs. AS Nancy Lorrain: Preview » daté du 17 mars 2006 sur le site ESPN.com qui cite un entretien des Nouvelles niçoises avec Cédric Varrault, joueur de l'OGC Nice. Consulté le 12 juillet 2010.
  9. « L'Équipe - L'actualité du sport en continu. », sur lequipe.fr (consulté le 2 septembre 2020).
  10. Article sur Territorial.fr, site des professionnels territoriaux, consulté le 28 juin 2010 et le 17 octobre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]