Les Moutiers-en-Retz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Moutiers-en-Retz
L'église du village vue d'un pré.
L'église du village vue d'un pré.
Blason de Les Moutiers-en-Retz
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Pornic
Intercommunalité Pornic Agglo Pays de Retz
Maire
Mandat
Pascale Briand
2014-2020
Code postal 44760
Code commune 44106
Démographie
Gentilé Monastériens
Population
municipale
1 565 hab. (2014)
Densité 164 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 46″ nord, 2° 00′ 04″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 39 m
Superficie 9,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Les Moutiers-en-Retz

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Les Moutiers-en-Retz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Moutiers-en-Retz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Moutiers-en-Retz
Liens
Site web http://www.mairie-lesmoutiersenretz.fr/

Les Moutiers-en-Retz est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Ses habitants s'appellent les Monastériens et les Monastériennes[1].

Les Moutiers-en-Retz comptait 1 565 habitants au recensement de 2014.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Villeneuve-en-Retz, La Bernerie-en-Retz, Pornic (section du Clion-sur-Mer) et Bouin (Vendée).

La commune des Moutiers-en-Retz est une commune urbaine. C'est une commune dite non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Elle est traversée par la Route Bleue (tronçon Pornic-Bourgneuf) et l'itinéraire cyclable Vélocéan.

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est composée de 4 paysages différents :

  • le Marais breton dans la partie sud de la commune avec ses anciens marais salants qui firent la richesse de la commune jusqu'au XVIIIe siècle et le Port du Collet pour ses exportations de sel pour les pays du nord de l'Europe au Moyen Âge qui est à la limite des communes des Moutiers, Bourgneuf et Bouin (anciennement Marches de Bretagne). Aujourd'hui l'ostréiculture (huîtres Vendée-Atlantique) a remplacé le sel, mais depuis 2002 le sel revient, une saline de 16 œillets a été restaurée et se visite ; en effet, ce marais aux Moutiers était composé de petites salines la plupart de moins de 16 œillets, ce qui pourrait supposer que localement ces salines sont très anciennes ;
Situation de la commune des Moutiers-en-Retz dans le département de la Loire-Atlantique.

Climat[modifier | modifier le code]

L'ensoleillement y est assez élevé comme globalement sur le littoral sud-Loire. Aux Moutiers en Retz, juillet et août sont les mois les plus chauds avec 22°C ((Maximales+Minimales)/2) et janvier est le mois le plus froid avec 8°C. Les étés sont assez secs et les températures y dépassent en général une à trois fois par an les 35°C. En hiver, la neige est peu fréquente ainsi que le froid. Globalement, l'ensoleillement annuel est élevé pour la région (Plus de 2000h par an) y compris l'hiver. L'automne est humide à cause des tempêtes mêmes si les belles journées y sont encore fréquentes. En supposant les données correctes, le climat est mésoméditerranéen au sens de Gaussen car possédant 3 mois secs (P < 2 × T). Au sens de Köppen, le climat est Csa car la moyenne du mois le plus chaud est 22,2 ⁰C et les précipitations hivernales (novembre) sont plus de 3 fois importantes que les précipitations estivales (juillet).

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 5,1 6,1 7 9 12 15,1 17,2 17,1 14,5 11 8 6 10,7
Température moyenne (°C) 8,1 9,1 11 13,6 16,6 20,2 22,2 22,2 19,6 15,1 11,1 9,1 14,8
Température maximale moyenne (°C) 11 12,2 15 18,2 21,1 25,2 27,2 27,2 24,6 19,1 14,1 12,1 18,9
Record de froid (°C) −11,6 −9,3 −5,4 0,2 2,5 6,9 10,1 10,1 5,7 0,1 −5 −8 −11,6
Record de chaleur (°C) 20,8 25 27 31,2 35 40,2 41 45 37,5 31 25 21,2 45
Précipitations (mm) 65 60 50 40 45 30 25 35 60 70 90 70 640
Source : Le climat à Les Moutiers en Retz (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1958)[2]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes de Monasteriis en 1119, Burgus Monasteriorum en 1287, Bourg-des-Moütiers en 1790[3].

Burgus Monasteriorum en 1287 : Burgus (bourg) et monasteriorum (monastère).

La commune est située dans le domaine du poitevin, au sud de la limite entre poitevin et gallo. En gallo, son nom est Les Mòstiers (écriture ELG, prononcé [le.mu.tjə])[4]. Mousteroù-Raez en breton[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant et après la conquête par César, une activité de récupération du sel marin (technique de briquetage) est attestée au Pré de la Layette (camping municipal) et aux Noës sur la route bleue[5].

Au Xe siècle, les moines de Luçon y possédaient une église qui fut détruite par les Normands.

Au XIe siècle, plusieurs prieurés sont édifiés.

  • Fondation du prieuré de Saint-Pierre près de l'église.

La population vient s'établir petit à petit dans le village devenu Les Moutiers, mais le bourg de Prigny n'est pas abandonné. Dans la ville se dressent le château reconstruit et doté de quatre tours et d'un donjon, ainsi que deux chapelles : l'une dédiée à saint Jean-Baptiste et l'autre à saint Jean l'Évangéliste. Cette dernière chapelle est peu à peu abandonnée. C'est l'époque où le prieuré Notre-Dame (des bénédictines du Ronceray d'Angers), situé dans le faubourg, devient très florissant. Ce dernier fait l'objet de nombreux dons de la part des roturiers et seigneurs de la région, dont Raoul de Machecoul.

À la fin du XIe siècle, le pape Pascal II décrète que « l'église de Sainte Marie de Prigny demeurera à perpétuité au Ministère de Sainte-Marie d'Angers ».

Au temps du Duché de Bretagne, les Moutiers faisaient partie des subdivisions suivantes : au niveau le plus bas, celui du « Clos de Retz », subdivision des Pays « au-delà de la Loire » qui faisaient eux-mêmes parties du Pays nantais[6].

En 1793, le bourg des Moutiers subit deux attaques des Vendéens et est pillé et dévasté par Charette. En 1794, l'adjudant-chef Lefaire ordonne de noyer 41 prisonniers des troupes républicaines.

Le , la commune de Prigny est rattachée aux Moutiers[7]. Le , La Bernerie se sépare des Moutiers. Depuis 1875, le chemin de fer Nantes-Pornic dessert la commune.

Les Moutiers sont renommés Les Moutiers-en-Retz le [8].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au château d'or, coulissé, ajouré et maçonné de sable, accompagné de trois têtes de crosses aussi d'or, deux en chef et une en pointe ; à la bordure cousue d'azur.
Commentaires : Le château représenté est celui de Prigny (519), qui fut détruit par les Normands. Les crosses figurent les trois moutiers implantés sur le territoire communal : un à Prigny et deux au bourg. Blason conçu par M. Gautier en 1930 (délibération municipale du ), enregistré en 1972.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise des Moutiers-en-Retz : More Majorum.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean Guillot[Note 1]    
mars 2014 en cours Pascale Briand Divers droite médecin biologiste, directrice de l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune absorbe Prigny en 1815, et cède La Bernerie-en-Retz en 1863.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 565 habitants, en augmentation de 21,04 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 900 1 318 1 461 1 676 1 718 1 688 1 692 1 743 1 755
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 806 1 699 768 732 690 690 717 800 789
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
796 805 758 680 714 651 639 659 628
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
654 614 635 693 739 908 1 101 1 293 1 565
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[13], pour le recensement 2004 : base Cassini de l'EHESS.)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (39,8 %) est en effet presque le double du taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[14],[15],[16]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[14],[15],[16].

Pyramide des âges aux Moutiers-en-Retz en 2013 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,0 
90 ans ou +
0,8 
8,8 
75 à 89 ans
11,8 
27,7 
60 à 74 ans
29,4 
18,6 
45 à 59 ans
18,7 
16,4 
30 à 44 ans
15,6 
11,4 
15 à 29 ans
8,8 
16,0 
0 à 14 ans
14,9 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sur la commune se trouvent trois monuments historiques[17]  :

On y trouve aussi :

  • le port du Collet avec ses activités ostréicoles, son écluse (de 1879 et démolie en 2004) ses kilomètres de plages de sable fin et blanc ;
  • le château et les marais du Collet, propriété de Joubert du Collet, par la suite de ses descendants, les Écomard de Sainte-Pazanne. Château fort, du XIIe siècle, donné au Joubert de Noirmoutier sous Louis XIV, qui le démolissent pour y édifier une folie nantaise ;
  • la plage du Pré-Vincent (Pavillon bleu depuis 2005) ;
  • la place du centre (concerts, marchés et activités l'été) ;
  • la gare ;
  • le marais salant Tenue de Mareil (se visite) route du Moraudeau ;
  • la Cartret, petite borderie donnant directement sur la mer, propriété de Joseph Écomard et sa famille de Sainte-Pazanne, des années 1952 à 1971.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Boutin (1919-2013), écrivain, historien du pays de Retz, est né en 1919 aux Moutiers-en-Retz, où il résidait toujours à la fin de sa vie.
  • André Lenormand (1901-1993), peintre et caricaturiste, né aux Moutiers-en-Retz.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en mars 2008.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Loire-Atlantique > Les Moutiers-en-Retz (44760) », sur www.habitants.fr (consulté le 8 juillet 2010)
  2. « climat du 44 (LOIRE-ATLANTIQUE) » (consulté le 23 janvier 2011)
  3. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  4. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  5. http://www.shpr.fr/IMG/pdf/Garzettespeciale28fourPredelaLayetteC.pdf
  6. Kerhervé (Jean), L'État breton aux XIVe et XVe siècles, Maloine éditeur, Paris, 1987, tome 1, p. 89 (carte).
  7. Notice communale - Prigny sur cassini.ehess.fr, consulté le 9 mars 2010
  8. Notice communale - Les Moutiers-en-Retz sur cassini.ehess.fr, consulté le 9 mars 2010
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Les Moutiers 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 14 décembre 2016).
  14. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Les Moutiers-en-Retz - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  15. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  16. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  17. « Catégories à Les Moutiers-en-Retz (44) », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 8 juillet 2010)