Les Mondes engloutis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Mondes engloutis
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original de la série.
Type de série Série d'animation
Titre original Les Mondes engloutis
Genre Science-fiction
Création Nina Wolmark
Production Nina Wolmark
Gilbert Wolmark
Musique Vladimir Cosma
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine Antenne 2
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 52
Durée 26 minutes
Diff. originale

Les Mondes engloutis est une série télévisée d'animation française en 52 épisodes de 26 minutes, créée par Nina Wolmark qui en a écrit la plupart des scénarios et dialogues. Christian Grenier, Joëlle Wintrebert et Michel Jeury ont également participé à l'écriture des scénarios. Les personnages ont été créés et dessinés par Patrick Claeys. Les autres dessinateurs principaux sont les frères Gaëtan et Paul Brizzi, Didier David dit Cromwell et Christian Lignan. Diffusée pour la première fois à partir du sur Antenne 2 dans l'émission Récré A2, la série a été rediffusée dans l'émission L'été en baskets à dater du , puis du sur TF1 dans le Club Dorothée. Au Québec, la série a été diffusée sur TQS. Au Maroc, la série a été diffusée sur la RTM. Les épisodes ont été réalisés par Michel Gauthier.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Shagma, soleil artificiel indispensable à la vie des gens du dessous dans la cité d'Arkadia, tombe malade. Guidés par Shag-Shag, antique vaisseau conscient et doté de pouvoirs magiques, les enfants d'Arkadia entrent alors dans le musée interdit et lisent les archives secrètes. Ils apprennent alors que leur peuple vivait au-dessus jusqu'au grand cataclysme qui a précipité leur île sous la surface de la Terre. Ils créent Arkana, une créature ressemblant à une humaine, et l'envoient avec Shag-Shag vers la surface pour chercher de l'aide. Elle est accompagnée de Bic et Bac, deux pangolins, créatures étranges et bienveillantes, aussi anciennes que Shag-Shag.

Dès le premier épisode, le groupe est rejoint par le jeune Bob et sa petite sœur Rebecca, des enfants venus de la surface, ainsi que par Spartakus, un voyageur qui a toujours vécu sous la surface. Le chemin de retour vers le centre de la Terre amène les héros à traverser à bord du vaisseau Shag-Shag, des mondes parallèles ou « strates ». Ils y rencontrent peuples et personnages historiques ou fictionnels issus de différentes origines qui peuvent se révéler être des alliés comme des adversaires dans leur quête.

Quelques épisodes[modifier | modifier le code]

L'homme tambour : Spartakus n'a jamais connu sa mère. Un sorcier africain énigmatique et jouant d'un tambour magique le nomme Eweka (prononcé « Êwéké », référence à Oba Eweka) et lui propose de la rencontrer s'il arrive à passer des épreuves et (con)vaincre le fantôme de son père. Devenu roi de « Bénin », son village natal ressuscité, sa mère lui explique toutefois que la loi lui interdit par son nouveau statut « divin » de voir son visage désormais, mais qu'il doit absolument rester. Ne pouvant obtenir ce qu'il désirait, Spartakus s'enfuit avec l'aide d'Arkana.

Le Nemkor d'Arkana : le Shagma mourant, désespérant du retour d'Arkana, après de longues hésitations sur la place de l'orichalque, les Arkadiens tentent une opération jamais tentée : ils réfléchissent les rayons de l'arc-en-ciel shagmique vers le Shagma. Durant cette manœuvre, les créatures shagmiques sont privées de leur source d'énergie. Shag‑Shag se déstructure au plus grand dépit de Spartakus et Bob, et ils tombent dans un trou noir. Arkana, Bic et Bac se réduisent à de fragiles boules de lumières sous le soin de Rebecca.

Démosthène, dit D.D. : rencontre avec le logographe bègue de l’Athènes antique. « Répète après moi : dé-mo-cra-tie ! » Démosthène est enlevé par Maxagaz qui veut son aide pour pouvoir remporter les élections et rester chef des pirates. Débats houleux de politiques étrangères sur le forum antique ou à la télévision FIP.

Gog et Magog : « Dans ce pays, les gens chantent pour supporter le bruit horrible du vent ». Un aigle royal, blanc, convainc Arkana qu'Arkadia se trouve derrière une porte fermée par la vibration des deux branches d'un diapason identique à celui de la place de l'Orichalque (forum). Au-dessus du diapason flotte une pierre noire… dont la chute arrêterait ce diapason et ouvrirait cette porte. Mais derrière cette porte se trouvent les terribles armées de Gog et Magog...

Tada et les insignes sacrés : dans cet épisode, les héros assistent un homme en grande détresse en l'aidant à retrouver un objet symbolique (en métal orichalque ?) qui lui donne le droit, selon la loi du roi, de vivre en homme libre. Un vieil esclavagiste colonialiste aigri car abandonné par son ancienne hiérarchie l'a empoisonné pour le lui voler, et l'empêcher de se libérer.

Ces épisodes sont tous tirés de la deuxième partie de la saison 1 de la série.

Voix[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Principaux[modifier | modifier le code]

  • Arkana : humanoïde bipède, « à l'image des gens du dessus », créée par les enfants d'Arkadia avec des bribes d'informations provenant de la mémoire d'Arkadia, et les rayons des arcs-en-ciel shagmiques, magicienne bienveillante mais naïve, capable de projeter des illusions. Elle doit demander aux gens du dessus de l'aide pour réparer le Shagma.
  • Bic et Bac : deux joyeux petits animaux sacrés, les plus anciennes formes de vie de la cité d'Arkadia. Ils sont des pangolins compagnons caressants, habiles, drôles et enjoués, capables de produire du feu (ou de l'électricité) en frottant leur nez ensemble. Les deux sont investis de pouvoirs shagmiques comme Arkana et Shag-shag. Il est à noter qu'ils ne possèdent pas de griffes mais des doigts.
  • Bob et Rebecca : frère et sœur « du dessus » qui ont décidé, profitant d'une rencontre accidentelle avec Arkana lors d'une expédition spéléologique, d'accompagner les héros sous le prétexte de connaître les secrets du Shagma avec un comportement rassurant de spectateurs. Pour ces deux enfants, l’inquiétude d'effrayer leurs parents par leur absence n'a pas de fait puisqu'ils leur semble évident que le temps s'écoule bien plus lentement à l'intérieur de la terre qu'à sa surface. Bob surnomme sa petite sœur « P'tite boule ».
  • Spartakus : voyageur des Strates et mondes souterrains, qu'il arpente, il ne se sépare jamais de son bracelet noir d'Orichalque bien pratique (c'est un outil multifonctions : grappin, arbalète...) et hérité de son père. Son passé est sombre : sa famille et lui ayant été attaqués à Barkar par des vendeurs d'esclaves, Spartakus y est longtemps resté comme Gladiateur avant de regagner sa liberté, et errer dans les strates...
  • Shag-Shag : le vieux robot-vaisseau explorateur intelligent dormait dans le musée interdit de la cité, dont il gère l'essentiel de la maintenance. Il a permis aux enfants d'Arkadia d'y accéder clandestinement. Il a la silhouette stylisée d'une tortue géante. Son ordinateur-cerveau, datant d'avant le grand cataclysme, a des trous de mémoire. Les shagies sont une multitude de petits robots d'entretien et de réparation. Shag-Shag possède une interface de communication/énergie dédiée à l'espèce dont font partie Bic et Bac, et une culture encyclopédique des temps passés et des strates. Il prétend être impatient de retourner dans son musée une fois que sa mission vers la surface sera terminée. Mais les aventures se succèdent dans les dédales des strates.

Secondaires[modifier | modifier le code]

  • Les Arkadiens : Mélange harmonieux de végétal et d'humains très évolués, ils n'ont pas de pied et flottent librement dans Arkadia (absence de gravité physiquement correcte, au moins). Ils ignorent tout de leur passé, et leur dialectique est duale, avec des hommes très prudents et des femmes impulsives. Leur civilisation semble heureuse et pacifique, mais leur tranquillité a un prix, qu'Arkana découvre dans l'épisode Les prisonniers du temps perdu.
Les principaux Arkadiens sont :
  • Shagmir ;
  • Shangora.
  • Les pirates « punk » et Radio FIP, la Radio de la Fédération Inter Piraterie : antagonistes récurrents (parfois, alliés circonstantiels) du groupe d'Arkana, sous une apparence sympathique et enjouée bien que pathétiquement malveillante, ils représentent une société malheureuse, violente, agressive, inculte, esclavagiste, excessivement matérialiste, vivant dans une décharge. Les pirates sont divisés en trois clans : celui des lacs, celui des fjords et celui des flaques. Le clan des lacs, auquel appartient Maxagaz, ne cesse de rabaisser les deux autres (par exemple, lors des jeux inter-pirates). Cette société est structurée sous une apparence de démocratie contrôlée par les médias de masse. « J'accuse Maxagaz de ne pas savoir piller ! » La « gigue des pirates » est une chanson animée qui revient à chaque intervention de Massmédia, la plantureuse oratrice de Radio FIP. « Sans foi ni loi, Ah la belle vie que voilà ! », « Sur vos têtes on fait fric ! on fait frac ! » (avec quelques coups de gourdins...).
Les principaux pirates sont :
  • Maxagaz, le chef des pirates et du clan des lacs ;
  • Massmédia, sa compagne et animatrice de Radio FIP ;
  • Seskapil et Mattymate, leurs acolytes.
Le rival de Maxagaz est Ringnar, chef des bandits des fjords.

Autres[modifier | modifier le code]

  • Startakus le « Guérisseur d'étoiles » : vieux scientifique du futur occupant une station spatiale, il fait de la rétention d'information à l'encontre du groupe d'Arkana.
  • Arkshag : antagoniste récurrent apparu au cours de la série, il est le gardien du Temps perdu.
  • Chanteplume : vieil ami sympathique de Spartakus, il est un poète et joueur de mandoline de la ville de Villon ainsi qu'un mauvais garçon connu de sa cour des miracles. Pour son art, il lui arrive de voyager entre les strates.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Il existe deux numérotations des épisodes : celle de la diffusion originale sur Antenne 2[1], et celle présentée dans les DVD et dans la diffusion de 1991 sur TF1. Ce dernier ordre n'est pas chronologique et ne respecte pas le déroulement du scénario.

La liste ci-dessous présente ces deux ordre de diffusion, l'original qui respecte le scénario, et l'ordre des épisodes sur le DVD.

Première saison[modifier | modifier le code]

Liste des épisodes de la saison 1
Numéro
(diffusion originale)
Numéro
(DVD)
Titre
1 1 La cité d'Arkadia
2 6 Les pilotis du démon
3 8 Thot
4 9 Le Klub pirate
5 11 Le cristal vivant
6 14 La loi des Mogokhs
7 7 Les mille et une heures d'Arkadia
8 20 Démosthène, dit D.D.
9 18 Tada et les insignes sacrés
10 4 Icelandis le vaisseau fantôme
11 15 La convention pirate
12 12 La folie de Shagshag
13 5 Des enfants et des souris
14 2 Les partenaires de Barkar
15 3 L'empereur Qin et le huitième royaume
16 19 Le Temkor d'Arkana
17 16 L'homme tambour
18 23 Rébecca, pirate du lac
19 22 Le guérisseur d'étoiles
20 21 Les prisonniers du temps perdu
21 10 La Taka des Inuks
22 25 Villon, la cour des miracles
23 24 La guerre interstrates
24 17 Gog et Magog
25 13 Docteur Test
26 26 Le secret de l'Orichalque

Deuxième saison[modifier | modifier le code]

Liste des épisodes de la saison 2
Numéro
(diffusion originale)
Numéro
(DVD)
Titre
1 1 Le retour de l'Orichalque
2 7 L'échiquier des mondes
3 9 Cyrano de Borbotrak
4 2 Zara ou l'éternel retour
5 3 La jeunesse de Spartakus
6 10 Ringnar-Bizeness
7 4 Toutankhaton, le combat royal
8 6 Casino pirate
9 8 Le règne de Bob
10 5 Les Hommes-Caméléons
11 14 Ogida le Cherokee
12 13 Le maître des écritures
13 12 Bic et Bac, superpangolins
14 16 Alexis et la horde d'or
15 11 Le triangle des Abyssos
16 18 Oncle Albert
17 17 Sacrés pirates
18 15 Les frères de Barkar
19 21 Drôles de vacances
20 19 Le dodo des dodos
21 20 L'ombre de Tehra
22 23 Le temple du condor
23 22 Ma-Thot
24 24 La porte de l'aurore
25 25 Le retour du temps perdu Ⅰ - Le chemin de lumière
26 26 Le retour du temps perdu Ⅱ - Vers l'ailleurs et demain

Musique[modifier | modifier le code]

Les producteurs firent d'abord appel à Didier Barbelivien et Haim Saban, mais les essais ne furent pas concluants. Les mélodies de Vladimir Cosma séduisirent les producteurs qui ne voulaient pas faire de la musique au mètre. Un extrait de la maquette de Didier Barbelivien[2] a été dévoilé en 2019.

Les producteurs avaient d'abord pensé à Herbert Léonard et à Annick Thoumazeau qui avaient alors la cote, mais Carrère (La maison de disque) leur conseilla le groupe Mini‑Star. Le choix fut concluant, les producteurs trouvant que les voix des enfants collaient parfaitement aux paroles écrites avec Roger Dumas[3].

La chanson-titre originale servant de générique, le thème des pirates (La danse des pirates) ainsi que celui de Bic et Bac (Le Flashbic, servant de générique de fin à la seconde saison et intégré sur des éditions ultérieures) sont interprétés par le groupe Mini‑Star et respectivement parus en simple avec leur version instrumentale.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Les Mondes engloutis
(Bande Originale de la Série T.V.)

Bande originale de Vladimir Cosma, Mini‑Star
Sortie [4]
Durée 36:33
Genre Électronique, bande originale
Format Cassette, disque microsillon, album
Auteur Nina Wolmark, Roger Dumas
Compositeur Vladimir Cosma
Label Carrère

Toutes les musiques et chansons de cette série sont composées par Vladimir Cosma, et les textes écrits par Nina Wolmark et Roger Dumas.

Liste des titres[4]
No Titre Durée
1. Les Mondes engloutis (* version générique du thème ; chanté par Mini-Star) 3:22
2. Sacrés pirates ! (* version instrumentale de La Danse des Pirates) 2:48
3. Le Shagma (* version orchestrale mélancolique du thème) 3:07
4. La Cité d'Arkadia 2:28
5. Dans le désert de Barkar 3:17
6. La Loi des Mogokhs (* version orchestrale rythmée du thème) 2:29
7. La Danse des Pirates (* chanté par Mini-Star) 2:48
8. Les Messagers du Shagma (* version orchestrale envolée du thème) 3:00
9. Prisonniers du Temps perdu (* version ballade du thème) 1:56
10. Les Sept Arcs-en-ciel 2:15
11. Le Nemkor d'Arkana 2:32
12. Thème des Mondes engloutis (* version instrumentale du thème) 3:22
36:33

Musiques additionnelles[modifier | modifier le code]

Certains titres sont rajoutés, d'autres sont nommés différemment selon la parution ultérieure (en tant qu'édition ou compilation).

Liste des titres[6]
No Titre Durée
1. Les Mondes Engloutis • Générique (* chanté par Mini-Star) 3:27
2. Le Shagma 3:09
3. La cité d'Arkadia 2:32
4. Dans le désert de Barkar 3:19
5. La danse des pirates • Chanson (* chanté par Mini-Star) 2:52
6. La loi des Mogokhs 2:32
7. Les messagers du Shagma 3:04
8. L'armée d'argile 1:45
9. Coup de filet 1:15
10. Spartakus • Générique anglais (* chanté par Cook Da'Books) 3:26
11. Sacrés pirates 1:50
12. Prisonniers du temps perdu 1:59
13. Les sept arcs-en-ciel 2:18
14. La grande nuit shagmique 1:55
15. Les pirates du lac 1:08
16. Le bateau fantôme 2:50
17. Thème des Mondes Engloutis 2:39
18. Le Flashbic • Chanson (* chanté par Mini-Star) 4:11
19. Le rock pirate 2:35
20. Les strates du temps 1:54
21. Le cristal 2:13
22. Les Mondes Engloutis • Version TV (* chanté par Mini-Star) 2:10
23. Le nemkor d'Arkana 2:33
24. La réserve des bannis 1:24
25. La cour des miracles 1:26
26. Les Mondes Engloutis • Karaoke 3:27
27. La danse des pirates • Karaoke 2:52
28. Le Flashbic • Karaoke 4:11
71:09

Musiques présentes dans la série[modifier | modifier le code]

Certaines musiques également composées par Vladimir Cosma sont réutilisées pour la série : notamment, des segments de la bande originale du film animé Astérix et la surprise de César sorti la même année (L'Esclave du désert, L'Évasion de Tragicomix, Obélix amoureux, Embarquement pour l'Afrique...).

Reprises[modifier | modifier le code]

En 2012, le groupe polonais de power metal symphonique Pathfinder publie sur leur album Fifth Element (en bonus sur l'édition européenne) le titre Spartakus and the Sun Beneath the Sea, reprise de la version anglophone du générique. Une version officielle reprenant la chanson originale (en français) existe également hors album, disponible en téléchargement et en clip notamment sur YouTube[8].

En 2019, la nouvelle génération des Kids United interprète une version réécrite du générique, sous forme d'un appel à la conscience écologique, nommée L'hymne de la vie.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Cette œuvre, dont le scénario a été écrit par Nina Wolmark, une sociologue du travail née en 1941 à Minsk, a souvent un caractère très symbolique. On y retrouve fréquemment des éléments de critique sociale.

Il y a des références à des œuvres, personnes et faits célèbres dans les différents épisodes. À titre d'exemples :

  • le feuilleton exploite le mythe de la Terre creuse et d'Agartha ;
  • l'épisode 3, Thot, est inspiré de King Kong, Arkana étant la belle, et Thot la bête. On aperçoit l'Empire State Building sur un ancien téléviseur.
  • dans l'épisode 5, Le cristal vivant, les héros rencontrent le personnage de Galileo Galilei qui combat l'inquisition niant ses découvertes, il prononce d'ailleurs à la fin la phrase qui lui est souvent attribuée : « Et pourtant, elle tourne » ;
  • dans l'épisode 8, Démosthène, dit D.D., tandis que Shag-Shag essaie de retrouver des informations sur le passé arkadien, des images de buildings d'une métropole ancienne sont diffusées sur l'écran du vaisseau. On peut alors entrapercevoir l'une d'elles présentant la vaste tour centrale du célèbre film Métropolis de Fritz Lang ;
  • on trouve dans l'épisode 15 une référence à l'armée en terre cuite du mausolée de l'empereur Qin ;
  • l'épisode 19 Le guérisseur d'étoiles aborde la notion du paradoxe temporel ;

Saison 2

  • dans l'épisode 16, les héros arrivent dans une ville où la population vit sous le joug de soldats dont le symbole est un dessin noir dans un rond blanc sur fond rouge, référence au nazisme. Et dans cette ville, parmi les opprimés, il y a un homme aux cheveux blancs avec une moustache nommé Albert, et plusieurs références à Albert Einstein.
  • dans l'épisode 22 (Le temple du condor), où le groupe visite une strate où se dresse un ancien temple d’aspiration explicitement précolombienne et dédié au culte du soleil, Bob fait mention d'une célèbre bande dessinée de son monde qui s'y réfère et dont le titre commencerait par « Le Temple du... » : allusion à l'album des Aventures de Tintin, œuvre de l'auteur belge Hergé.

Commentaires[modifier | modifier le code]

La série reçut à l'époque de nombreuses plaintes de parents, à la suite du personnage « Seskapil » dont le nom leur sembla être une légère variation de « Sexe à piles » ou « Sex-appeal », alors qu'en réalité il était une référence aux piles 16K.[réf. nécessaire]

En dépit des nombreuses civilisations rencontrées dans les strates, tous les habitants, Arkadiens compris, semblent partager la même langue que Bob et Rebecca, en l’occurrence le français compte tenu que les enfants descendent depuis les côtes normandes[réf. nécessaire] (falaises en début de saison 1).

Lors de la première rencontre entre les protagonistes, Bob affirme que son absence et celle de Rebecca ne seront pas constatées parce que le temps s'écoulerait plus lentement à l'intérieur de la Terre qu'à la surface. Et donc qu'ils reviendraient tout juste avant le dîner. Son explication, bien que parcellaire, s'appuie sur la Théorie de la Relativité Générale. Mais ses conclusions sont erronées car si le temps s'écoule effectivement bien plus lentement à l'intérieur qu'en surface, le voyage implique un « saut » dans le futur. Une étude de 2016 d'une équipe de physicien danois[9] établit ainsi qu'en vertu des effets de distorsion du temps induit par l'application de la relativité au coeur des objets célestes, les assertions de Richard Feynman dans les années 60[10] sont partiellement vraies ; le centre de la terre serait ainsi plus jeune que sa croûte extérieure. Quoi qu'il en soit, Bob et Rebecca n'arriveront donc pas avant le dîner mais à une date très très ultérieure.

La rappeuse Keny Arkana tire son nom de scène d'un des personnages de la série[11].

Œuvres comparables[modifier | modifier le code]

  • Les Énigmes de l'Atlantide : dessin animé de Walt Disney de 2003 : suite sortie directement en vidéo d'Atlantide, l'empire perdu dans laquelle la princesse de la cité enfouie de l'Atlantide Kidagakash (ou « Kida ») Nedakh et son compagnon Milo James Thatch, paléolinguiste et cartographe expert de sa civilisation et originaire de la surface, partent en compagnie de leurs anciens camarades du premier film dans un voyage à la surface pour rechercher à travers d'anciennes légendes et civilisations humaines, des réponses aux mystères de la cité longtemps restée en déclin (les Atlantes ayant perdu la majorité de leurs connaissances avec le temps) afin de restaurer pleinement leur civilisation.
  • Les Mystérieuses Cités d'or : série télévisée d'animation franco-nippo-luxembourgeoise de 1982. Cet univers fictif mêle les civilisations précolombiennes ainsi que certains mythes comme l'Atlantide et Mu dans un récit très librement inspiré du roman La Route de l'or (The King's Fifth, 1966) de Scott O'Dell.
  • Ulysse 31 : série franco-japonaise d'exploration spatiale où un vaisseau parlant s'est vu effacer les données du chemin retour vers la Terre, monde d'origine de son équipage et de leur capitaine, Ulysse, forcés à une odyssée pour retrouver leur planète natale. Tout un ensemble de zones étranges sont découvertes, et pléthore d'ennemis à combattre.
  • Chroniques martiennes : roman écrit par Ray Bradbury en 1950.
  • City of Ember : roman écrit par Jeanne DuPrau en 2003.
  • L'Énigme de l'Atlantide : Album de la série de bandes dessinées Blake et Mortimer de Edgar P. Jacobs. On y retrouve une civilisation, les Atlantes, ayant subi un cataclysme et vivant désormais dans une cité à l'aspect antico-futuriste dans les entrailles de la Terre.
  • Illusion of Gaia et Terranigma de Quintet (Japon), jeux vidéo produits par Enix. Dans le second jeu, le héros est issu d'un monde souterrain.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé de La Haye, Les premières diffusions des Mondes engloutis.
  2. Hervé de La Haye, Quand Didier Barbelivien chantait un générique des Mondes engloutis.
  3. Animeland, juin 2005
  4. a et b « Les Mondes engloutis (Bande Originale de la Série T.V.) (1985) », sur Discogs (consulté le 5 août 2020).
  5. Stylisation reprise sur les visuels des éditions de la bande originale.
  6. a et b « Les Mondes engloutis (Bande Originale du Dessin Animé) (2002) », sur Discogs (consulté le 5 août 2020).
  7. L'un des pseudonymes sous lesquels est crédité Vladimir Cosma.
  8. « Pathfinder - Fifth Element - Chronique - La Grosse Radio Metal - Ecouter du Metal - Webzine Metal », sur www.lagrosseradio.com (consulté le 21 avril 2017)
  9. U I Uggerhøj, R E Mikkelsen et J Faye, « The young centre of the Earth », European Journal of Physics, vol. 37, no 3,‎ , p. 035602 (ISSN 0143-0807 et 1361-6404, DOI 10.1088/0143-0807/37/3/035602, lire en ligne, consulté le 11 août 2019)
  10. (en) Richard Phillips Feynman, Fernado B Morinigo, William G Wagner et Brian Hatfield, Feynman lectures on gravitation, Westview Press, (ISBN 9780813340388, OCLC 937197932, lire en ligne)
  11. (fr) Le choc Keny Arkana, Le Parisien, 13 janvier 2007.