Les Landes-Genusson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Landes-Genusson
Les Landes-Genusson
L’église Notre-Dame-de-l'Assomption (1858).
Blason de Les Landes-Genusson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-de-Mortagne
Maire
Mandat
Guy Girard
2020-2026
Code postal 85130
Code commune 85119
Démographie
Gentilé Landais
Population
municipale
2 403 hab. (2019 en augmentation de 5,81 % par rapport à 2013)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 57′ 59″ nord, 1° 07′ 02″ ouest
Altitude 96 m
Min. 53 m
Max. 121 m
Superficie 31,27 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Mortagne-sur-Sèvre
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Landes-Genusson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Landes-Genusson
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Les Landes-Genusson
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Les Landes-Genusson
Liens
Site web Site officiel

Les Landes-Genusson sont une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire. Ses habitants s'appellent les Landais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal des Landes-Genusson s’étend sur 3 127 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 96 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 53 et 121 mètres[1],[2].

La commune se situe dans le nord-est de la Vendée, près du tripoint entre la Vendée, le département de Maine-et-Loire et la Loire-Atlantique. Les Landes-Genusson font partie du Haut-Bocage vendéen.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Les Landes-Genusson est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (95,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,9 %), zones agricoles hétérogènes (21,8 %), prairies (10,6 %), zones urbanisées (5 %), eaux continentales[Note 2] (0,9 %), forêts (0,8 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune doit son nom (suivant la légende) aux landes (bruyères, ajoncs, genêts) qui ont recouvert une grande partie du pays durant plusieurs siècles. Genusson serait le nom du premier propriétaire foncier mais on ne trouve aucune trace dans les archives (où le premier habitant de la commune bien que cette hypothèse soit très peu probable). Jusqu'à la Révolution, la paroisse se composait du bourg, propriété du curé-seigneur, et des métairies appartenant aux nobles et aux bourgeois. Plusieurs châteaux sont les témoins de cette époque : la Godelinière, les Boucheries, Chambrette...

Comme partout en France, la Révolution de 1789 bouleversa bien des choses. La commune, dirigée par un maire et un conseil, fut calquée sur la paroisse. À partir de 1793, les guerres de Vendée ensanglantèrent la région. Le curé Charles Retailleau fut tué non loin du bourg. Le , les Républicains massacraient 88 femmes et enfants, dans un champ appelé depuis : Champ du Massacre. Une croix commémorative se dresse à l'entrée de ce lieu. Le même jour, le bourg fut incendié. En 1801, on dénombrait 447 habitants aux Landes-Genusson et 2265 au recensement de l'année 2007.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au lion d'or, lampassé et couronné de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1801 janvier 1820 Louis Gaborit    
avril 1820 juillet 1837 Jean Bergerolle   Cordonnier
juillet 1837 août 1852 Joseph Alexis Merlet   Menuisier
août 1852 août 1860 Mathurin Bossard   Cultivateur
août 1860 mai 1871 Adolphe Demangeat    
mai 1871 mai 1892 François Guilbaud    
mai 1892 mai 1908 Alfred Demangeat    
mai 1908 mai 1912 Julien Couillaud    
mai 1912 mai 1945 Alfred Demangeat    
mai 1945 mars 1965 Joseph Bretaudeau    
mars 1965 1986
(décès)
Joseph Rivière[10]    
février 1986 juin 1995 Maxime Martin   Réélu en 1989[11]
juin 1995[12] mars 2001 Bernard David   Agriculteur
mars 2001[13] mars 2008 Patrice Brousseau   Directeur de lycée
mars 2008[14] mars 2014 Philippe Bonneau   Technicien SAV
mars 2014[15] En cours Guy Girard   Chef d'entreprise retraité
6e vice-président de la CC du Pays de Mortagne
Réélu pour le mandat 2020-2026
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17].

En 2019, la commune comptait 2 403 habitants[Note 3], en augmentation de 5,81 % par rapport à 2013 (Vendée : +4,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
4477779879521 0101 0511 0401 1621 219
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 3171 4211 4441 4411 4691 4901 5201 5091 465
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 4331 3741 3071 3151 2831 2891 3681 4861 570
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
1 6321 7921 9412 0041 9862 2302 2652 2692 387
2019 - - - - - - - -
2 403--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,6 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,1 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 237 hommes pour 1 170 femmes, soit un taux de 51,39 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,84 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,6 
6,3 
75-89 ans
8,9 
16,6 
60-74 ans
17,0 
19,8 
45-59 ans
19,2 
19,9 
30-44 ans
17,6 
16,9 
15-29 ans
17,4 
19,6 
0-14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,4 
75-89 ans
11 
19,5 
60-74 ans
20,4 
20 
45-59 ans
19,4 
18 
30-44 ans
17,1 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,5 
0-14 ans
16,8 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption ;
  • Avec ses 54 hectares d'espaces naturels, dont deux étangs d'une superficie de 35 hectares, la Cité des Oiseaux est une des plus grandes zones humides de l'intérieur du département. Sa situation privilégiée au carrefour des grandes voies de migrations en fait un pôle ornithologique majeur : c'est un site d'hivernage de premier ordre pour de nombreux oiseaux. Ainsi certains jours, plus de 2 000 oiseaux stationnent sur le site : fuligules milouin et morillon, grèbes huppés, grèbes castagneux, canards siffleurs, colverts ou souchet, hérons cendrés... sont autant d'espèces que l'on peut découvrir sur le site

Outre le fait que la Cité des Oiseaux soit un espace naturel sensible départemental, elle est aussi classée en réserve de chasse et de faune sauvage. La tranquillité des lieux est un enjeu primordial pour la présence des oiseaux : les conditions d'accès y sont ainsi réglementées et la chasse interdite.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 20795 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Les Landes-Genusson », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. « La Godelinière : un centre d'accueil apprécié », Ouest-France,‎
    « En 1988, le conseil municipal décide de donner le nom de Joseph-Rivière au centre d'accueil ; une plaque, apposée sur un mur, rappelle celui qui fut maire des Landes-Génusson, de 1965 à 1986. ».
  11. « Les Landes-Genusson : Maxime Martin réélu maire », Ouest-France,‎ .
  12. « Les élections de maires », Ouest-France,‎
    « Les Landes-Génusson : Bernard David, 58 ans, agriculteur, a été élu maire au premier tour de scrutin par 12 voix sur 19. ».
  13. « Patrice Brousseau nouveau maire », Ouest-France,‎ .
  14. « Philippe Bonneau succède à Patrice Brousseau », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  15. « Guy Girard succède à Philippe Bonneau au poste de maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune des Landes-Genusson (85119) », (consulté le ).
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).