Les Innocentes (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Innocents et Agnus Dei (homonymie).
Les Innocentes
Titre original Agnus Dei
Réalisation Anne Fontaine
Scénario

d'après une idée originale de Philippe Maynial

Sabrina B. Karine
Pascal Bonitzer
Anne Fontaine
Alice Vial
Acteurs principaux
Sociétés de production Aeroplan Film
France 2 Cinéma
Mandarin Cinéma
Mars Films
Scope Pictures
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Pologne Pologne
Genre Film dramatique
Durée 100 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Innocentes est un film dramatique franco-polonais coproduit, coécrit et réalisé par Anne Fontaine, sorti en 2016.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En Pologne, en 1945, Mathilde Beaulieu, jeune médecin de la Croix Rouge française, cantonnée dans un village proche, est appelée au secours par une jeune religieuse dans un couvent de bénédictines : l'une des religieuses va accoucher. Neuf mois avant, des soldats soviétiques ont envahi le couvent et violé les religieuses pendant deux jours. Sept sont enceintes et sur le point d'accoucher. La jeune interne doit pratiquer une césarienne en urgence. La Mère supérieure se charge de confier l'enfant à une famille du village, nul ne doit savoir.

Mathilde va devoir revenir plusieurs fois pour aider ces jeunes femmes, certaines dans le déni, d'autres dans le rejet, d'autres encore découvrant la maternité. Fille d'ouvriers communistes, Mathilde apprend à connaître et aimer ce monde où la foi est une lutte. Elle se lie avec les religieuses, dont Maria, pour qui « la foi, c'est vingt-quatre heures de doutes et une minute d'espérance ». Maria va découvrir avec horreur que la Mère supérieure a abandonné deux nouveau-nés à « la Providence », au pied d'une croix et va chercher comment sauver les autres.

Mathilde n'hésite pas à se mettre en danger en se rendant seule au couvent, elle approche l'horreur vécue par ces religieuses quand elle rencontre, en pleine nuit, un groupe de soldats soviétiques ivres qui tentent de la violer, mais elle est sauvée in extremis par l'intervention de leur officier. Elle se lie avec le jeune médecin juif qu'elle assiste, Samuel, dont la famille est morte à Bergen-Belsen et qu'elle va devoir mettre dans le secret, ne pouvant faire face seule aux accouchements. Un peu de joie et d'espoir sortira de cette horreur grâce à Mathilde, Samuel et Maria.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Faits marquants[modifier | modifier le code]

  • Le scénario est tiré du récit authentique de Madeleine Pauliac, médecin à l'Hôpital français de Varsovie : « La jeune médecin française de la Croix-Rouge qui a découvert l’état de ce couvent a laissé un journal intime, et c’est par son neveu, qui habite la France, Philippe Maynial, que l’on a eu connaissance de ces faits », a révélé Anne Fontaine[2].
  • Pour préparer le film, la réalisatrice, croyante mais non pratiquante, dont certaines tantes sont entrées dans les ordres, a effectué deux retraites dans des couvents de bénédictines[2].
  • Le film est vendu dans une vingtaine de pays (sous le titre « Agnus Dei ») au moment de sa sortie en France[3].
  • Caroline Champetier, directrice de la photographie sur le film, avait déjà travaillé sur un film portant sur le monde religieux avec Des hommes et des dieux (2010), de Xavier Beauvois.

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Le film est nommé quatre fois pour les César 2017 dans les catégories : meilleur film, meilleure réalisation, meilleure photo et meilleur scénario original[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]