Les Indes fourbes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Indes fourbes
Album
Les auteurs au Festival d'Angoulême 2020
Les auteurs au Festival d'Angoulême 2020

Scénario Alain Ayroles
Dessin Juanjo Guarnido
Couleurs Jean Bastide, Juanjo Guarnido, Hermeline Janicot-Tixier
Lettrage Moscow*Eye
Genre(s) bande dessinée d'aventure

Personnages principaux don Pablos de Ségovie
Lieu de l’action Espagne, Amérique du Sud
Époque de l’action XVIe siècle

Langue originale français
Autres titres Une seconde partie de l'Histoire de la vie de l'aventurier nommé don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous ; inspiré de la première, telle qu'en son temps la narra don Francisco Gómez de Quevedo y Villegas, chevalier de l'ordre de Saint Jacques et seigneur de Juan Abad
Éditeur Delcourt
Collection Hors collection
Première publication 28 août 2019
ISBN 978-2-7560-3573-4
Nb. de pages 160

Les Indes Fourbes est une bande dessinée scénarisée par Alain Ayroles et dessinée par Juanjo Guarnido. Elle conte les aventures de Don Pablos de Ségovie au XVIe siècle en Amérique du Sud et en Espagne.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les Indes fourbes est le récit que livre Don Pablos de Ségovie, une fripouille sympathique, de ses aventures picaresques en Amérique du Sud, encore appelée « Indes occidentales » à cette époque. Don Pablos de Ségovie parcourt ce continent tout neuf, du moins pour les Occidentaux, des montagnes de la Cordillère des Andes à la jungle d'Amazonie, à la recherche de la mythique Eldorado. Tour à tour misérable et richissime, adoré et haï, il connaît autant les bas-fonds que les palais. Parvenu à détourner l'argent des impôts de la couronne d'Espagne et fortune ainsi faite, il revient au pays, et finit par fréquenter la cour, où il se rend indispensable au roi. Ce dernier en fait sa doublure pour profiter d'une escapade. Une escapade d'où il ne revient pas, de sorte que le picaro doit définitivement assumer son rôle de monarque.

Inspiration[modifier | modifier le code]

La bande dessinée se veut la suite du roman El Buscón de Francisco de Quevedo y Villegas paru en 1626[1],[2], ce que révèle son sous-titre : Une seconde partie de l'Histoire de la vie de l'aventurier nommé don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous ; inspiré de la première, telle qu'en son temps la narra don Francisco Gómez de Quevedo y Villegas, chevalier de l'ordre de Saint Jacques et seigneur de Juan Abad.

Les allusions au texte de Quevedo sont extrêmement nombreuses dans l'ouvrage (depuis la profession de barbier de son père, la profession de bourreau de son oncle, les activités de sorcière de sa mère jusqu'à l'exécution de son petit frère et à ses études). Sa première partie est constituée par le récit que Pablos, soumis à la question par l'alguazil de Cuzco, fait de sa quête de l'Eldorado ; au cours de ce récit, les retours à son enfance et à sa jeunesse sont très fréquents.

Clins d'œil[modifier | modifier le code]

La dernière image est une représentation inversée du tableau Les Ménines de Diego Vélasquez[3],[4],[5].

On peut également noter la présence du tableau Le Jeune Mendiant de Bartolomé Esteban Murillo[6].

Succès[modifier | modifier le code]

L'album rencontre immédiatement un très grand succès critique[7] et public. La première édition de la bande dessinée est tirée à 120 000 exemplaires ; lors de la première semaine de parution, elle se classe en septième position des premières ventes[8].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane de Boysson, « Les Indes fourbes : un blockbuster de rentrée à l'esprit conquérant ! », sur Benzine Magazine, (consulté le 5 septembre 2019).
  2. Laetitia Gayet, « "Les Indes Fourbes" par Ayroles & Guarnido », sur France Inter, (consulté le 5 septembre 2019).
  3. Berthold, « Les Indes fourbes », sur Sceneario, (consulté le 8 janvier 2020).
  4. « Les Indes Fourbes », sur Culture-Tops, (consulté le 22 décembre 2019).
  5. Olivier, « Les Indes fourbes, l’aventure magistrale », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  6. Olivier Dalmasso, « Quand l'un des meilleurs scénaristes de BD et l'un des meilleurs dessinateurs s'associent cela donne un album somptueux », sur Centre International d'Antibes, (consulté le 8 janvier 2020).
  7. a et b Didier Pasamonik, « Les Indes fourbes d’Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (Delcourt) Prix Landerneau 2019 », sur actuabd.com, (consulté le 28 novembre 2019).
  8. Claude Combet, « La BD Les Indes fourbes embarque dans le Top 20 », sur Livres Hebdo, (consulté le 5 septembre 2019).
  9. VS, « Les Indes fourbes d’Ayroles et Guarnido rafle encore la mise en remportant le Grand prix RTL de la BD », sur Actua BD, .
  10. « Alain Ayroles et Juanjo Guarnido, Prix des libraires de bande dessinée », sur www.actualitte.com,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Géant Vert, « Ayroles - Guarnido : une si gentille fripouille », dBD, no 136,‎ , p. 36-43 ;
  • Casemate, numéro 128, août- : dossier spécial de 32 pages sur Les Indes fourbes ;
  • J. Milette, « Les indes Fourbes », sur BD Gest', .
  • « Ayroles, Guarnido : enquête sur une success story », dBD, no 141,‎ , p. 22-31

Liens externes[modifier | modifier le code]