Les Griffes de la nuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Griffes de la nuit
Description de l'image A Nightmare on Elm Street movie logo.png.

Titre original A Nightmare on Elm Street
Réalisation Wes Craven
Scénario Wes Craven
Musique Charles Bernstein
Acteurs principaux
Sociétés de production New Line Cinema
Media Home Entertainment (en)
Smart Egg Pictures
The Elm Street Venture
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre slasher
Durée 90 minutes
Sortie 1984

Série Freddy

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Griffes de la nuit (A Nightmare on Elm Street) est un film d'horreur américain écrit et réalisé par Wes Craven et sorti en 1984.

Dès sa sortie en salles, ce film récolte un très grand succès qui lance une franchise cinématographique ainsi que des spin-offs et une série télévisée. Le deuxième volet, La Revanche de Freddy (1985), sera produit et tourné en moins d'un an.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Intrigue[modifier | modifier le code]

Victime de cauchemars effrayants et plus vrais que nature, Tina Gray se confie à ses amis. Loin de la rassurer, ils lui avouent que leurs nuits sont également tourmentées par un mystérieux et inquiétant croque-mitaine dont la main gantée est pourvue de lames de rasoir. Nancy et Glen, deux amis de Tina, décident de passer la nuit chez elle durant l'absence de la mère, afin de la rassurer. De nouveau endormie, Tina sombre dans un cauchemar dont elle ne se réveillera jamais. Sa meilleure amie Nancy, traumatisée par le meurtre sauvage de son amie, réalise que ses propres rêves sont liés à une vérité sue par sa mère, Marge.

Dans sa quête de vérité, elle découvrira que ses rêves sont visités par la réincarnation de Fred Krueger, un tueur en série dont ses parents se sont, autrefois, débarrassés par le feu.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Tina Gray, une lycéenne vivant à Springwood dans l'Ohio[N 1], est en proie à de violents cauchemars habités par un monstre ricanant et persécuteur dont la particularité est de faire crisser ses lames contre les parois. Elle se confie à sa meilleure amie, Nancy Thompson. Celle-ci décide de la rassurer en dormant chez elle en l'absence de sa mère. Ils sont rejoints par leurs amis respectifs. Nancy apprend que les cauchemars qui ont traumatisé son amie sont similaires à ceux qu'elle vit depuis quelques jours.

Tina meurt assassinée durant son sommeil. Rod, le petit-ami de la jeune femme, étant le seul témoin prend la fuite de peur d'être confondu. Nancy est de nouveau confrontée au tueur depuis son lycée. Elle est prise en chasse par l'homme mais parvient à se réveiller in-extremis. Elle se rend à la prison pour questionner Rod, qui lui confirme qu'ils sont bien tous victimes du même homme. Elle décide alors de se soumettre à la caféine et aux pilules anti-sommeil.

Suite à un mauvais présage durant sa sieste, Nancy se rend au poste de police afin de préserver Rod du danger qu'elle soupçonnait. Le corps de Rod est retrouvé pendu aux barreaux de sa cellule.

Inquiète de l'intégrité mentale de sa fille, Marge accompagne Nancy dans une clinique spécialisée dans l'étude des troubles du sommeil. Cependant, cette mesure lui permettra de comprendre qu'elle peut transférer dans la réalité, des objets qu'elle saisit depuis ses rêves.

Terrorisée, Marge Thompson cloisonne le domicile. Elle conte à Nancy l'histoire d'un ex-rôdeur du quartier qu'elle nomme, Fred Krueger, et qui fut un tueur d'enfants ayant sévi à de multiples reprises. Il fut arrêté et relaxé après constat d'un vice de forme. Plusieurs parents du quartier, animés par la vengeance, le retrouvèrent et l'immolèrent en le faisant brûler vif.

Glenn décède sauvagement après s'être assoupi. Nancy parvient à ramener le tueur dans la réalité.

Freddy assassine la mère de Nancy mais disparaît dans les limbes après que Nancy, refusant de lui offrir davantage de pouvoir, lui tourne le dos.

Finalement, Nancy est enlevée par une Cadillac Série 62 rouge de 1958 à bord de laquelle elle assiste, impuissante, au meurtre de sa mère. Le véhicule s’éloigne à l'horizon[N 2].

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Nancy Thompson : Nancy est l'amie de Tina et la compagne de Glenn. Elle est la protagoniste principale du film. Elle habite avec sa mère au 1428 Elm Street.
  • Fred Krueger : tueur d'enfants à Elm Street, Freddy fut assassiné par les parents de ses victimes. En revenant d'entre les morts, il s'invite dans les cauchemars d'adolescents pour tuer ceux-ci[4].
  • Kristina Gray : Tina est la première victime de Freddy dans le monde réel depuis sa mort.
  • Rod Lane : Rod est le petit ami de Tina, il devient un fugitif après le meurtre de celle-ci. Il est déjà connu de la police.
  • Glen Lantz : Glen est le petit ami de Nancy.
  • Donald Thompson : le père de Nancy et commissaire de la police.
  • Marge Thompson : la mère de Nancy et également alcoolique, elle est fortement impliquée dans l'assassinat de Fred Krueger.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : Version française (VF) sur AlloDoublage[6]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Wes Craven développe le scénario du film en se basant sur des articles lus dans le Los Angeles Times dans les années 1970. Ils évoquaient des réfugiés Hmongs ayant fuit aux États-Unis après le génocide. Certains sont morts en raison d'un refus de dormir, par peur de faire de terribles cauchemars. Les médecins américains appelleront ce phénomène « Asian Death Syndrome » assimilable au syndrome de Brugada[7],[8],[9]. Le réalisateur-scénariste déclare également s'être inspiré des religions orientales[10]. D'autres inspirations pourraient venir d'un projet de film d'étudiant fait par Wes Craven à l'université Clarkson. Cette parodie de films d'horreur avait été filmée en 1968 à Elm Street à Potsdam dans l'État de New York[11],[12].

Pour le nom du personnage Freddy Krueger, Wes Craven reprend le nom d'un jeune garçon qui le brutalisait lorsqu'il était enfant[13],[14]. Il y avait déjà fait allusion dans son premier long métrage, La Dernière Maison sur la gauche (1972), avec l'antagoniste appelé Krug. Pour le pull-over rayé du personnage, Wes Craven avoue s'être inspiré des couleurs portées par Plastic Man, personnage de DC Comics pouvant lui aussi changer de forme. Il choisit les couleurs rouge et vert après avoir lu dans un article de Scientific American que ces deux couleurs étaient les plus conflictuelles pour la rétine humaine[9].

Wes Craven écrit le scénario en 1981, après avoir achevé la production de La Créature du marais (1982). Il tente de vendre l'idée à plusieurs studios, sans succès. Walt Disney Pictures montre de l'intérêt mais demande à Wes Craven d'édulcorer son scénario viser un public d'enfants ou préadolescents. Le réalisateur-scénariste refuse[14],[9]. La Paramount Pictures refuse car elle trouve l'intrigue trop similaire avec celle du récent Dreamscape (1984)[15],[16]. Désespéré, Wes Craven trouve le soutien tant attendu auprès de la société indépendante New Line Cinema, qui n'officie alors que dans la distribution de films[14]. New Line est cependant à l'époque en proie à des problèmes financiers. Des financements externes sont alors trouvés notamment en Angleterre[17]. Un budget d'environ 1,1 million de dollars est ainsi récolté[15].

Dans son script original, Wes Craven présentait Freddy comme un enfant victime de maltraitance. Il est finalement décidé d'en faire un tueur d'enfants comme éviter un amalgame avec des affaires de maltraitance d'enfants survenues en Californie peu avant le film. Cette idée sera finalement reprise dans le remake de 2010[7].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Robert Englund, ici en 2008

L'acteur britannique David Warner est initialement choisi pour incarner Freddy Krueger[18]. Il participe à des tests de maquillage[19]. Il quitte finalement le film, en raison d'un emploi du temps incompatible Kane Hodder — qui incarnera plus tard une autre icône du slasher, Jason Voorhees — sera un temps envisagé par Wes Craven. Ce dernier choisit finalement Robert Englund, au physique moins imposant[20]. Pour son interprétation, Robert Englund cite comme influence la performance de Klaus Kinski dans Nosferatu, fantôme de la nuit (1979) de Werner Herzog[7].

C'est le premier film dans lequel Johnny Depp apparaît. Il incarne Glen lantz, un rôle un temps envisagé pour Charlie Sheen[15]. Mark Patton (en), qui incarnera plus tard Jesse Walsh dans La Revanche de Freddy, a également auditionné pour ce rôle[21]. D'autres jeunes acteurs comme John Cusack, Brad Pitt, Kiefer Sutherland ou Nicolas Cage ont également été envisagés[22],[23]. Quant au personnage de Rod Lane, Ralph Macchio et Darren Dalton sont évoqués, avant que le choix se porte sur Jsu Garcia. Le rôle du lieutenant Thompson est part ailleurs proposé à Roy Scheider, mais l'acteur est pris par le tournage de 2010 : L'Année du premier contact[7].

Heather Langenkamp obtient le rôle de Nancy Thompson, alors que de nombreuses actrices comme Jennifer Grey, Demi Moore, Courteney Cox, Tracey Gold ou Claudia Wells ont été envisagées[7].

Mimi Craven, la femme de Wes Craven, apparaît dans le film en tant qu'infirmière.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu de juin à juillet 1984. Il se déroule à Los Angeles (Venice, Hollywood, lycée John Marshall High School à Los Feliz, Lincoln Heights, cimetière Evergreen, Mulholland Drive, Santa Monica Boulevard, North Hollywood)[24].

Sentant le succès important du film à venir, Robert Shaye, directeur de la New Line Cinema et producteur du film, impose à Wes Craven de mettre en scène une fin alternative plus dramatique que celle que prévoyait le réalisateur, ce dans le but de laisser la porte entre-ouverte à une suite. Bien que Wes Craven n'était pas d'accord pour donner une suite à son œuvre, il filme plusieurs fins alternatives (disponibles dans la version DVD)[réf. nécessaire].

Heather Langenkamp s'est blessée à la jambe durant le tournage[7].

Fins alternatives[modifier | modifier le code]

La fin du film a connu trois versions :

  • À l'origine, Nancy sortait de la maison avec sa mère et montait dans un bus scolaire où elle retrouvait ses amis Glen, Tina et Rod. Puis le bus partait pour disparaître dans le brouillard (Wes Craven suggérait alors que le bus était conduit par Freddy Krueger).
  • Par la suite, le bus fut remplacé par la voiture de Glen où Nancy prenait place, avec Tina et Rod assis à l'arrière, et la bande d'amis partait tranquillement. Puis la main de Freddy traversait la vitre centrale de la porte et attrapait Marge Thompson.
  • Enfin, la même version que la deuxième sauf qu'un élément effrayant a été ajouté : La capote de la voiture de Glen se referme, celle-ci révélant même les couleurs du pull rayé de Freddy. Nancy et ses amis se retrouvent donc prisonniers de la voiture et tentent d'appeler à l'aide de Marge.

Musique[modifier | modifier le code]

A Nightmare On Elm Street
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Charles Bernstein
Sortie 1984
Genre musique de film
Label Varèse Sarabande
Critique

Bandes originales de Freddy

La musique du film est composée par Charles Bernstein.

Liste des titres[26]
  1. Prologue - 0:33
  2. Main Title - 3:29
  3. Dream Attack - 1:20
  4. Laying The Traps - 2:05
  5. Rod Hanged/Night Stalking - 4:44
  6. Jail Cell - 1:12
  7. Confrontation - 1:38
  8. Sleep Clinic - 2:25
  9. Terror In The Tub - 0:55
  10. No Escape - 2:15
  11. School Horror/Stay Awake - 4:00
  12. Lurking - 1:01
  13. Telephone Terror - 1:05
  14. Fountain Of Blood - 1:05
  15. Run, Nancy! - 1:01
  16. Evil Freddie - 0:48
  17. Final Search - 3:56

La comptine chantée par les enfants tués par Freddy Krueger s'inspire de One, Two, Buckle My Shoe :

One two, Freddy's coming for you.
Three four, better lock your door.
Five six, grab your crucifix.
Seven eight, gonna stay up late.
Nine ten, never sleep again.

Elle n'est pas composée par Charles Bernstein, mais par Alan Pasqua (en) (petit-ami de Heather Langenkamp à l'époque du film). L'une des voix enregistrées est celle de la fille du producteur Robert Shaye[27].

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Titre français[modifier | modifier le code]

Le titre français du film, Les Griffes de la nuit, a été imaginé par le cinéaste français Claude Chabrol[28]. L'acteur du film Robert Englund déclara adorer l'affiche française qui, selon lui, saisit l’essence et la psychologie que le film tente d’insuffler.[réf. souhaitée]

Censure[modifier | modifier le code]

Le film est soumis à l'association américaine Motion Picture Association of America. La scène du meurtre de Tina a subi plusieurs coupes demandées par la MPAA pour l'exploitation en salles aux États-Unis[29]. Le film est classé R - Restricted (interdit au moins de 17 ans) lors de sa sortie. Le film est interdit aux mineurs de moins de 12 ans en France.

À l’occasion de la sortie du film en VHS, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne ou encore en Australie, la scène du meurtre de Glenn, incarné par Johnny Depp, est présentée sans coupes[30]. La scène est cependant absente sur tous les formats de VHS et LaserDisc aux États-Unis tout comme ce fut le cas en salles. À la suite de la standardisation des masters' en 1998, c'est la version censurée qui est utilisée pour les ressorties Laserdisc en Europe, ainsi que pour les sorties aux formats DVD et Blu-ray dans tous les pays[30].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Les Griffes de la nuit reçoit un accueil critique très positif. Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, le film obtient un score de 94 % de critiques favorables, sur la base de 54 critiques collectées et une note moyenne de 7,80/10 ; le consensus du site indique : « La prémisse intelligente de Wes Craven, combinée à l'apparence visuelle horrifique de Freddy Krueger, provoque toujours des cauchemars à ce jour »[31]. Sur Metacritic, le film obtient une note moyenne pondérée de 76 sur 100, sur la base de 12 critiques collectées ; le consensus du site indique : « Acclamation générale »[32].

Le film est sélectionné lors du festival d'Avoriaz 1985, présidé par Robert De Niro. Il reçoit deux prix, mais s'incline face à Terminator qui remporte cette année-là le Grand Prix[13].

Le film sera ensuite intégré dans plusieurs classements honorifiques. En 1999, Entertainment Weekly le classe ainsi 11e des 25 films les plus effrayants de tous les temps[7]. En 2015, le même magazine le classe finalement 17e du classement des 37 films les plus effrayants de tous les temps[33]. Le film est notamment présent dans l'ouvrage de référence 1001 films à voir avant de mourir paru pour la première fois en 2003[7]. En 2003, Freddy Krueger apparait à la 40e place du classement des 50 plus grands méchants du cinéma américain de l'American Film Institute[7].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a connu un certain succès commercial, rapportant environ 25 504 000 $ au box-office en Amérique du Nord, pour un budget de production estimé à 1 800 000 $[34]. En France, il réalise 465 864 entrées[35].

Le succès sauve New Line Cinema de la banqueroute. Le studio sera à l'époque ironiquement surnommé « The House that Freddy Built » (« la maison que Freddy a construite »)[7],[36].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Clins d'oeil[modifier | modifier le code]

Comme dans plusieurs de ses films, Wes Craven glisse ici de multiples références à d'autres films. Pour restée éveillée, Nancy regarde Evil Dead (1981) de Sam Raimi. Par ailleurs, lors d'une scène où Freddy passe à travers un mur, on peut voir un masque de hockey rappelant Jason Voorhees, le héros de la saga Vendredi 13 débutée en 1980[13].

Dans la chambre de Glen, on peut voir un poster du groupe britannique Madness[7].

Postérité[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Dans le film Scream (1996) du même réalisateur, une scène montre un homme avec le pull et le chapeau de Freddy passer la serpillière dans le lycée des adolescents ; l'homme se fait appeler « Fred ».

Le catcheur professionnel Gregory Helms surnomme une de ses attaques « Nightmare on Helms Street » en référence au film[7].

Parodies[modifier | modifier le code]

Dans la série télévisée d'animation Les Simpson, le film est parodié dans l'épisode intitulé « Cauchemar sur Evergreen Terrace » du Simpson Horror Show VI (1995) où Freddy est remplacé par Willie, le concierge de l'école.

Un personnage parodique de Fred Krueger apparaît dans la série Rick et Morty (épisode « The Lawnmover Dog ») sous le nom de « Scary Terry ». Scary Terry apparaît comme un personnage très complexé et qui a peur de ne pas être « assez effrayant ».

Musique[modifier | modifier le code]

Le rappeur français Don Choa fait référence au vomissement du médecin légiste après le meurtre de Glenn dans sa chanson Dr. Hannibal, sur l'album Vapeurs toxiques (2002).

Remake[modifier | modifier le code]

En 2010, le film Freddy : Les Griffes de la nuit (A Nightmare on Elm Street) est un remake des Griffes de la nuit réalisée par Samuel Bayer. Jackie Earle Haley y incarne Freddy Krueger.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Springwood et l'Ohio seront en réalité rétroactivement établis dans les films suivants, notamment dans le journal intime lu par Jesse Walsh dans La Revanche de Freddy (1984), ou par divers éléments dans L'Enfant du cauchemar ou La Fin de Freddy : L'Ultime Cauchemar[1],[2]. Le script original de ce premier film mentionnait Los Angeles mais cela n'apparait pas dans le film[3].
  2. Absente du second film, Nancy reviendra dans Les Griffes du cauchemar (1987).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Timeline », sur Nightmare on Elm Street Companion (consulté le 10 mai 2019)
  2. « Series FAQ », sur Nightmare on Elm Street Companion (consulté le 10 mai 2019)
  3. Wes Craven, « A Nightmare on Elm Street (original script) » [archive du ], sur Nightmare on Elm Street Companion (consulté le 15 mai 2019)
  4. Eric Dinkian, « A NIGHTMARE ON ELM STREET 1984 », sur devildead.com (consulté le 15 juillet 2017).
  5. Les Griffes de la nuit sur The Numbers.
  6. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 1er novembre 2012
  7. a b c d e f g h i j k et l (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  8. (en) « Update: Sudden Unexplained Death Syndrome Among Southeast Asian Re fugees – United States » [archive du ], sur Cdc.gov (consulté le 28 septembre 2016)
  9. a b et c (en) Steve Biodrowski, « Wes Craven on Dreaming Up Nightmares » [archive du ], sur Cinefantastique, (consulté le 22 novembre 2007)
  10. (en) Dave Canfield, « WES CRAVEN INTERVIEW – ScreenAnarchy » [archive du ], sur Twitchfilm.net, (consulté le 28 septembre 2016)
  11. (en) Mary Konecnik, « History of Potsdam's A Nightmare on Elm St. » [archive du ], sur Clarksonintegrator.com, (consulté le 19 décembre 2008)
  12. (en) David Sommerstein, « "Nightmare on Elm Street House" to come down », North Country Public Radio, (consulté le 22 octobre 2019)
  13. a b et c Secrets de tournage - Allociné
  14. a b et c Rockoff, Adam, Going to Pieces: The Rise and Fall of the Slasher Film, 1978–1986 (McFarland & Company, 2002), p. 151, (ISBN 0-7864-1227-5).
  15. a b et c (en) Craig Marks et Rob Tannenbaum, « Freddy Lives: An Oral History of A Nightmare on Elm Street » [archive du ], sur Vulture, (consulté le 22 octobre 2014)
  16. (en) Thommy Hutson, Never Sleep Again: The Elm Street Legacy: The Making of Wes Craven's A Nightmare on Elm Street, Permuted Press, (ISBN 978-1-6186-8640-4, lire en ligne), p. 85
  17. (en) Spapperotti Dan, « New Line Cinema – The House That Freddy Built », Cinefantastique, vol. 20, nos 1/02,‎ , p. 89, 124
  18. (en) « Never Sleep Again: The Elm Street Legacy [Blu-ray]: Robert Englund, Heather Langenkamp, Wes Craven, Lisa Wilcox, Alice Cooper, Andrew Kasch, Daniel Farrands, Thommy Hutson », sur Amazon.com (consulté le 28 septembre 2016)
  19. (en) « Photographic image of Freddy Krueger » [archive du ] [JPG], sur 3.bp.blogpsot.com (consulté le 28 septembre 2016)
  20. (en) Marc Shapiro, « Jason's Judgement », Fangoria, horror Spectacular, vol. 9,‎ , p. 14–16
  21. (en)
  22. (en) Tommy Hutson, Never Sleep Again: The Elm Street Legacy: The Making of Wes Craven's A Nightmare on Elm Street, Permuted Platinum, , 112–120 p. (ISBN 978-1618686404), « The Boy Next Door »
  23. (en) John Waters, « New Again: Johnny Depp », sur Interview, (consulté le 7 décembre 2019)
  24. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  25. (en) « Charles Bernstein - A Nightmare on Elm Street (Original Motion Picture Soundtrack) », sur AllMusic (consulté le 7 janvier 2021)
  26. (en) Charles Bernstein – A Nightmare On Elm Street (Original Motion Picture Soundtrack) - Discogs
  27. (en) « Bob Shaye Has Advice for the Next Nightmare on Elm Street Reboot [Exclusive] », sur MovieWeb, (consulté le 1er octobre 2019)
  28. [audio] « Hommage à Claude Chabrol - 12/09/10 », interview de Claude Chabrol par Frédéric Taddeï dans l'émission Regarde les hommes changer, sur Europe 1.fr, 12 septembre 2010.
  29. Wes Craven. A Nightmare on Elm Street commentaire audio du DVD
  30. a et b Melon Farmers, « A Nightmare on Elm Street is a 1984 US horror film by Wes Craven. » [archive du ], sur melonfarmers.co.uk (consulté le 27 février 2017)
  31. (en) « A Nightmare on Elm Street (1984) » sur Rotten Tomatoes (consulté le 5 janvier 2020).
  32. (en) « A Nightmare on Elm Street (1984) » sur Metacritic (consulté le 5 janvier 2020).
  33. (en) « The 37 scariest movies of all time », sur Entertainment Weekly, (consulté le 7 janvier 2021)
  34. Les Griffes de la nuit sur Box Office Mojo.
  35. Les Griffes de la nuit sur JP‘s Box-Office.
  36. A Nightmare on Elm Street at DVD Revire « https://web.archive.org/web/20080511171737/http://www.dvdreview.com/html/a_nightmare_on_elm_street_editor_s_day.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), ; accessed November 2, 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]