Les Granges brûlées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Granges brûlées
Réalisation Jean Chapot
Alain Delon
Scénario Frantz-André Burguet, Jean Chapot et Sébastien Roulet
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France Drapeau de l'Italie Italie
Genre Drame
Durée 95 min
Sortie 1973


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Granges brûlées est un film franco-italien réalisé par Jean Chapot et Alain Delon, sorti le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un crime a été commis dans un coin isolé du Haut-Doubs l'hiver. Le juge d'instruction soupçonne l'un des membres d'une famille habitant une grosse ferme à proximité. La cheffe de famille, Rose, une femme énergique, se dresse contre lui.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données d'Unifrance.

Distribution[modifier | modifier le code]

* Note : retrancher Anna Gaylor (institutrice).

Production[modifier | modifier le code]

La Grange des Miroirs
(altitude 1 225 m) à Pontarlier (printemps 2015).

Le tournage s'est déroulé à Pontarlier, dans le Doubs. Le réalisateur avait d’abord jeté son dévolu sur une ferme habitée du nom de « la Grange Brûlée » (altitude 1 094 m)[1] située sur les hauteurs de La Chaux, près de Gilley. Il avait d’ailleurs fait procéder à quelques aménagements pour le tournage (plantation d’arbres fruitiers, installation de volets) avant de se replier, par commodité, sur une autre ferme « la Grange des Miroirs » (altitude 1 225 m), — que l'on découvre en vues aériennes au début du film et à l’époque, abandonnée —, située sur les hauteurs de Pontarlier où finalement la presque totalité des scènes ont été tournées. Pour le titre du film, Jean Chapot s’est cependant inspiré du nom de la première ferme sélectionnée en l’affublant d’un pluriel.

La bande originale du film a été la première composition de Jean Michel Jarre pour le cinéma et aussi une de ses premières œuvres avant d'être connu.

La relation entre Jean Chapot et Alain Delon sur le tournage a été mouvementée. Delon, après avoir multiplié les remarques et suggestions, finit par faire un « putsch » et met en scène le film en lieu et place du réalisateur dont il juge l'autorité peu affirmée[2],[3]. D'après Pierre Murat de Télérama, cette mésentente se voit dans le film[4].

L'intrigue du film n'est pas sans rappeler celle de L'Affaire Dominici sorti la même année. Dans les deux films, un meurtre est commis à proximité d'une ferme, et les soupçons se tournent rapidement vers ses occupants. L'acteur Paul Crauchet apparaît dans les deux films. Florence Moncorgé-Gabin, la fille de Jean Gabin qui joue le rôle du patriarche dans L'Affaire Dominici (le pendant, donc, de Simone Signoret) apparaît brièvement ici dans le rôle de l'épouse d'Alain Delon. L'affaire Dominici, meurtre de trois Anglais en France en 1952, a servi de trame de fond pour ces deux films.

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film fait 991 624 entrées en France[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Fantômes des Granges Brûlées », sur Est Républicain (consulté le )
  2. Philippe Durant, Alain Delon, Jean-Paul Belmondo : destins croisés, Carnot, , 351 p. (ISBN 9782848550848, lire en ligne), p. 169
  3. Bertrand Dicale, Jean Yanne : à rebrousse-poil, First, (ISBN 9782754049412, lire en ligne)
  4. Pierre Murat, « Les Granges brûlées », sur telerama.fr (consulté le )
  5. « Box-office des Granges Brûlées », sur Jp's Box Office (consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]