Les Grandes-Ventes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Grandes-Ventes
Les Grandes-Ventes
La mairie et la fontaine
Blason de Les Grandes-Ventes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité Communauté Bray-Eawy
Maire
Mandat
Nicolas Bertrand
2020-2026
Code postal 76950
Code commune 76321
Démographie
Gentilé Ventois
Population
municipale
1 783 hab. (2019 en augmentation de 0,28 % par rapport à 2013)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 47′ 12″ nord, 1° 13′ 38″ est
Altitude Min. 70 m
Max. 203 m
Superficie 24,76 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Neufchâtel-en-Bray
Législatives 10e circonscription de la Seine-Maritime
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Les Grandes-Ventes
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Les Grandes-Ventes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Grandes-Ventes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Grandes-Ventes
Liens
Site web http://www.lesgrandesventes.fr/

Les Grandes-Ventes est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le bourg.

Le bourg est situé en bordure de la forêt d'Eawy, à l'extrémité nord-ouest du pays de Bray.

Il se trouve à 11 km de Bellencombre, 21 km de Dieppe et une cinquantaine de kilomètres de Rouen

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 9,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 876 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Dieppe », sur la commune de Dieppe, mise en service en 1949[7] et qui se trouve à 18 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,9 °C et la hauteur de précipitations de 798,2 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Rouen-Boos », sur la commune de Boos, mise en service en 1968 et à 44 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,1 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 11 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Les Grandes-Ventes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. La commune est en outre hors attraction des villes[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (65,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41 %), forêts (30,9 %), prairies (19 %), zones urbanisées (5,2 %), zones agricoles hétérogènes (2,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,9 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village a été dénommé lors de sa création par l'Abbaye Saint-Laurent de Beaubec Beaubecquet (de Bello Becqueto en 1264), mais a pris le nom usuel de Les Ventes d'Eawy (Les Ventes d'Iavy en 1413), tiré du nom de la forêt environnante.

Le nom actuel de Les Grandes-Ventes a succédé à celui des Ventes d'Eawy au XVIIIe siècle[21], par opposition avec les "Petites Ventes", hameau de la même paroisse, devenu aujourd'hui la commune des Ventes-Saint-Rémy[22].

Nom médiéval ; de l'ancien français vente, dans le sens de « partie d'une forêt qui vient d'être coupée » et qui est destinée à être vendue. À l'origine de plusieurs toponymes en Seine-Maritime, dans l'Eure et l'Orne, Les Ventes-Mésangères, Les Ventes, Les Ventes-de-Bourse, ect...

Histoire[modifier | modifier le code]

Des hachettes de bronze, tuiles romaines et débris de poterie ont été retrouvés dans le territoire communal, indiquant une occupation dès l'époque gallo-romaine[22].

Le village a été fondé au XIIIe siècle, défriché par les moines de l'abbaye Saint-Laurent de Beaubec[22] et la paroisse instituée au XIIIe siècle par Eudes Rigaud, archevêque de Rouen[23].

Au XIVe siècle, le village dépend du comte de la Heuze[22].

Lors des guerres de Religion, l'église est dévastée par les huguenots en 1562[23].

À la fin de l'Ancien Régime, le renchérissement du bois et les besoins en charbon entraînent un fort accroissement de la population[22].

Le nouveau monument aux morts, place de l'Église.
Seconde Guerre mondiale

Les Grandes-Ventes sont occupées par l'armée allemande à partir du .

L'année 1944 est particulièrement terrible pour les Grandes-Ventes, subissant des bombardements incessants. Des prisonniers russes travaillent comme des bagnards et meurent de faim, tandis que les agriculteurs de la commune sont réquisitionnés avec leurs chevaux pour effectuer des travaux sur les rampes des V1 situées sur le territoire communal et qui furent utilisées simultanément pour bombarder Londres[24],[25],[26].

Les 28, 29 et , l'armée allemande se replie progressivement et le village est libéré le [22].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la dixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Bellencombre [21]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Neufchâtel-en-Bray.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes du Bosc d'Eawy, créée fin 2001, qui succédait aux SIVOM de Bellencombre et de Bosc-le-Hard.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[27], cette intercommunalité est dissoute et ses communes réparties le entre les intercommunalités voisines.

C'est ainsi que la commune est désormais membre de la communauté Bray-Eawy.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Louis Richard Lemmonier    
  1879 Pierre Lacointe    
1879 1900 Gustave Burel Républicain conservateur Agriculteur
Conseiller général de Bellencombre (1888 →  ? )
1904 1923 Gustave Burel Républicain conservateur Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
1935 mars 1977 Paul Godefroy Rad. Conseiller général de Bellencombre (1946 → 1973 )
mars 1977 1978 Georges Delœil    
février 1978 décembre 2018[28] Annick Bocandé[29] UDF
puis UMP
Sénatrice de la Seine-Maritime (1995 → 2004)
Conseillère générale de Bellencombre (1978 → 2011)
Présidente de la CC du Bosc d'Eawy (2002 → 2008)
Démissionnaire
décembre 2018[30],[31] En cours
(au 16 mars 2021)
Nicolas Bertrand LR Cadre dans une communauté de communes du littoral
Président de la CC du Pays Neufchâtelois (2014 → 2016)
Président de la Communauté Bray-Eawy (2017 → )
Conseiller général de Bellencombre (2011 → 2015)
Conseiller départemental de Neufchâtel-en-Bray (2015 → )
Vice-président du conseil départemental de la Seine-Maritime (2015 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[32],[33]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

En 2021, le conseil municipal a décidé de donner un avis défavorable à l'implantation d'éoliennes sur la commune, en continuité du parc éolien existant à Ardouval, afin de ne pas diviser les habitants de la commune. Il en a été de même pour un second projet qui se serait établi en continuité d'un projet sur Saint-Vaast-d'Équiqueville[34],[35]

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

La commune a obtenu une première fleur au Concours des villes et villages fleuris en 2020. Selon le maire « le fleurissement de la commune pour ses deux phases, printemps-été et automne-hiver représente un budget annuel de 6000 €. Cette première fleur est une reconnaissance du travail des élus mais aussi des services techniques municipaux, entrepris depuis 2014[36] ».

En 2021, la municipalité a été récompensée du label « village internet », avec deux arobases en 2021 pour avoir notamment équipé l’école l’Hêtre aux Savoirs en tablettes numériques, vidéoprojecteurs, ordinateurs, équipement de la médiathèque, ainsi que pour la présence de la mairie dans les réseaux sociaux[37].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[39].

En 2019, la commune comptait 1 783 habitants[Note 7], en augmentation de 0,28 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3501 7431 6561 8792 0152 0432 0651 8901 964
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9051 8441 8701 8251 7431 7111 6881 7091 682
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5901 6691 6221 3691 3551 3311 3251 4231 385
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 5131 3811 3731 4961 7291 8141 8541 8431 766
2015 2019 - - - - - - -
1 8361 783-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un groupe scolaire « l’Hêtre aux Savoirs » qui accueille en 2020 200 enfants répartis de la petite section au CM2, qui scolarise également des élèves d'Ardouval et Mesnil-Follemprise[41].

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune, qui dispose d'un agent de police municipale, se dote en 2020/2021 d'un ensemble de 14 caméras de vidéosurveillance[42].

Un nouveau centre de secours des pompiers est aménagé en 2021/2022 avec l'aide financière de certaines communes voisines sur un terrain qui était occupé par la coopérative agricole Cap Seine[43],[44]

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste, menacé de transformation en agence postale communale en 2017, a pu être conservé, avec des horaires d'ouverture réduits grâce à la mobilisation des habitants[45],[46]. Il a été rénové après une longue fermeture due à un incendie le et un cambriolage et a rouvert en août 2020[47]

La commune dispose de la médiathèque Narcisse-Dupré[48].

Elle a mis en place un marché en avril 2019, qui a lieu les jeudi en fin d'après-midi[49],[50].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église.
Le château de la Petite Heuze.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La mairie-école, édifiée en 1867[51].
  • Église paroissiale Notre-Dame du XVIe siècle, avec narthex et armoiries seigneuriales sur ses murs. Elle est dotée d'orgues dominant l'allée centrale de bancs[23].
  • Château de la Heuze[52],[53], édifié vers 1620 par une famille de parlementaires rouennais, les Le Cordier du Troncq. Ses cavesont été remarquablement rénovées.
  • Manoir des Grands Moreaux, propriété privée en mauvais état de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle, désormais à usage agricole[54].
  • Manoir, rue aux Juifs; édifié à la limite des XVIe et XVIIe siècles[55].
  • Fermes, de 1731, au hameau d'Orival[56] et de la même année, à celui de La Saussaie[57].
  • Monuments aux morts, l'ancien situé au cimetière, édifié en 1897 sur l’initiative de Gustave Burel-Tranchard, qui resta maire jusqu’en 1923, et le plus récent, situé place de l'église[58]
  • citerne Garnier (1880)
  • La forêt d'Eawy, d'une superficie de 2 476 hectares. L'allée des Limousins se situe pour partie sur le territoire communal. Le Père Antoine, hêtre remarquable se situe à la Mare du Four[réf. nécessaire]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans le cadre d'un partenariat entre Enedis et la commune, le graffeur local Christopher Bebin décore en 2021 deux transformateurs électriques, l’un situé aux Hôtelets, l’autre à l’entrée de la commune en venant de Dieppe. Il est déjà intervenu sur l'école, la cantine et le dojo[59].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Les Grandes-Ventes

Les armes de la commune des Grandes-Ventes se blasonnent ainsi :
Écartelé : aux 1er et 4e de sinople à la bande d'argent chargée de cinq losanges aboutées d’azur et accompagnée de deux étoiles d'or, aux 2e et 3e d'argent à deux fasces de gueules.
Adopté le 15 juillet 2002.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Roussel, Ailleurs en Normandie, 2017
  • Nicole Butel, Les Grandes Ventes, mémento du XXe siècle, 2008
  • Narcisse Dupré, Grandes-Ventes, autrefois et aujourd'hui, Dieppe, 1901
  • Philippe Seydoux, Châteaux du pays de Caux et du pays de Bray, Paris, Éditions de la Morande, , 128 p. (ISBN 978-2-902-09117-1), « Les Grandes Ventes », p. 76-78

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Dieppe - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Les Grandes-Ventes et Dieppe », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Dieppe - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Les Grandes-Ventes et Boos », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. a b c d e et f « Histoire », sur http://www.lesgrandesventes.fr (consulté le ).
  23. a b et c « Église paroissiale Notre-Dame », notice no IA00022923, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Bases de V1 en région dieppoise », Sites V1, Bunker Archéo Région Dieppe (consulté le ).
  25. « Le site de V1 du Val Ygot à Ardouval, dans la forêt d'Eawy », sur https://www.jean-maridor.org/ (consulté le ).
  26. Christian Doré et Norbert Dufour, L'enfer des V1 en Seine-Maritime durant la Seconde Guerre mondiale, Luneray, Éditions Bertout - La mémoire normande, , 295 p. (ISBN 2-86743-179-4, lire en ligne), p. 13.
  27. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  28. Raphaël Tual, « Annick Bocandé pourrait quitter son mandat avant la fin : Le maire des Grandes-Ventes a été réélu l'année dernière pour 6 ans. Mais Annick Bocandé pourrait bien faire le choix de saluer le public avant 2020. Elle souhaite laisser son poste de maire à son premier adjoint, Nicolas Bertrand », Le Réveil,‎ (lire en ligne).
  29. Réélue pour le mandat 2014-2020 : Nicolas Demollien, « Annick Bocandé : "je peux encore apporter quelque chose" : Le maire des Grandes-Ventes Annick Bocandé a annoncé publiquement qu'elle briguerait un nouveau mandat en mars prochain. L'élue assure avoir toujours autant d'énergie. », Le Réveil,‎ (lire en ligne).
  30. « Élections aux Grandes-Ventes : la nouvelle équipe municipale de Nicolas Bertrand l’emporte : Après la démission d'Annick Bocandé de son poste de maire des Grandes-Ventes, des élections ont été organisées dimanche 25 novembre 2018 pour élire la nouvelle équipe municipale », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le dépouillement a permis de recenser 103 bulletins nuls et 12 bulletins blancs. La liste de Nicolas Bertrand recueille donc 541 suffrages, soit 82,46 % des suffrages exprimés ».
  31. « Nicolas Bertrand est le nouveau maire des Grandes-Ventes : Le conseil municipal d'installation a élu à 18 voix Nicolas Bertrand maire des Grandes-Ventes (Seine-Maritme). Il succède à Annick Bocandé, maire démissionnaire », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ) « C’est Annick Bocandé qui a remis son écharpe d’édile à Nicolas Bertrand, rappelant au passage le parcours peu commun suivi par son premier adjoint. Plus jeune conseiller municipal en 2001, il a été élu adjoint puis 1er adjoint au maire concomitamment avec son titre de président de la Communauté de Communes Bray Eawy et son mandat de conseiller général en 2011. Aujourd’hui, Nicolas Bertrand est vice-président du conseil départemental de la Seine-Maritime ».
  32. « Nicolas Bertrand réélu avec aisance aux Grandes-Ventes : Le maire sortant et de nouveau en exercice regrette néanmoins la forte abstention du dimanche 15 mars 2020 alors que les recommandations sanitaires ont été suivies scrupuleusement », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Sur les 1 363 électeurs, seuls 561 Ventois se sont déplacés, dimanche 15 mars, au bureau de vote. La liste conduite par le maire sortant Nicolas Bertrand a été élue sans surprise avec 83 % des voix ».
  33. « Aux Grandes-Ventes, Nicolas Bertrand est élu maire : Nicolas Bertrand a été réélu sans surprise maire des Grandes-Ventes lundi 25 mai à salle polyvalente Paul Godefroy », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. Stéphanie Petit, « L'éolien, un sujet qui pourrait diviser les habitants aux Grandes-Ventes : Lundi 15 mars, les conseillers municipaux des Grandes-Ventes seront appelés à délibérer sur l'implantation de trois éoliennes sur le territoire communal. Le projet semble compromis », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Stéphanie Petit, « Le conseil municipal des Grandes-Ventes s'oppose aux deux projets d'extension de parcs éoliens : Les élus des Grandes-Ventes refuse les extensions de parcs éoliens sur le territoire communal. L'unité de la population et le respect du cadre de vie l'ont emporté sur l'argent », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Aux Grandes-Ventes, le verdict de la première fleur est tombé : Les efforts des services techniques et des élus ont payé. Aux Grandes-Ventes, les panneaux arborant une première fleur ne devraient plus tarder », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « La commune surfe sur son succès : Les Grandes-Ventes devient la 2e commune du Pays de Bray à recevoir ce label. Il a été décerné en 2012 avec trois aro-bases pour la première fois à Forges-les-Eau », Le Réveil, édition du Pays de Bray, no 3702,‎ , p. 18.
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. Stéphanie Petit, « Covid-19 : une commune de Seine-Maritime s'oppose à la réouverture de l'école : Aux Grandes-Ventes, Nicolas Bertrand a pris un arrêté municipal contre la réouverture de l'école. Mais le maire n'est pas opposé à la garde des enfants dont les parents travaillent », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. Stéphanie Petit, « Sécurité : sept caméras seront bientôt installées aux Grandes-Ventes : Annoncé en 2019, le dispositif de vidéosurveillance pour certains, ou de vidéoprotection pour d'autres, sera bientôt installé aux Grandes-Ventes. Explications », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. Stéphanie Petit, « Les communes mettent la main au portefeuille pour le centre de secours des Grandes-Ventes : Les Grandes-Ventes, Pommeréval, Muchedent, Ardouval et Mesnil-Follemprise ont décidé de mutualiser leurs ressources financières pour la construction du centre de secours », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. Stéphanie Petit, « La nouvelle caserne des pompiers est attendue pour fin 2022 aux Grandes-Ventes : Dans les prochains jours, les travaux de construction du nouveau centre de secours des Grandes-Ventes devraient commencer. Le projet est estimé à 2 570 000 € », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ) « C’est un projet conséquent en termes de deniers publics. Il bénéficie de la contribution du Sdis, du Département de la Seine-Maritime mais aussi de quatre municipalités aux côtés des Grandes-Ventes ».
  45. « Service public. La Poste des Grandes-Ventes pourrait être ouverte moins souvent : Les heures d'ouverture de La Poste des Grandes-Ventes devraient être réduites, faute de fréquentation suffisante », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. Anaïs Grammatico, « Le bureau de Poste des Grandes-Ventes ne deviendra pas une agence postale communale. La municipalité est parvenue à un accord », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. « Les Grandes-Ventes : le bureau de Poste a rouvert ses portes après plus de 18 mois de fermeture : Suite au vandalisme subi, le 13décembre 2018, le bureau avait fermé. Après un an et demi de travaux et la période de confinement, le service a repris le mardi 4 août 2020 », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « Aux Grandes-Ventes : la médiathèque Narcisse Dupré s'ouvre aux handicaps : La médiathèque des Grandes-Ventes ouvre un fonds de lecture aux personnes porteuses de handicap. Les ouvrages sont disponibles pour les personnes non-voyantes et les dislexyques », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Stéphanie Petit, « Aux Grandes-Ventes, six mois après le retour du marché, l'heure est au bilan : Le 4 avril, le marché a fait son grand retour sur la place de la mairie aux Grandes-Ventes. Mais après l'euphorie des débuts, la fréquentation est en baisse au bout de six mois », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. « Le marché des Grandes-Ventes change de configuration pour devenir plus attractif : La municipalité des Grandes-Ventes a décidé de modifier la configuration du marché hebdomadaire pour attirer plus de clients. La crise sanitaire et le couvre-feu n'ont pas aidé », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. « La mairie-école », notice no IA00022927, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. « Les Grandes-Ventes : le château de la Petite Heuze classé : Bonne nouvelle au château de la Petite Heuze des Grandes-Ventes : le monument est officiellement classé monument historique. Des travaux vont bientôt débuter », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. « Château de la Petite-Heuze », notice no PA76000097, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. « Manoir des Grands Moreaux », notice no IA00022930, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Manoir », notice no IA00022925, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  56. « Ferme », notice no IA00022929, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. « Ferme », notice no IA00022926, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  58. « Les Grandes-Ventes : l’histoire du monument aux morts », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. « Aux Grandes-Ventes, deux équipements électriques seront bientôt transformés en œuvres d'art : Après l'école, la cantine et le dojo, Christopher Bebin s'attaque à deux transformateurs électriques aux Grandes-Ventes. La municipalité lui donne carte blanche », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (Stéphanie Petit, consulté le ).
  60. « Rouen : la passion intégrale de Benjamin Alard pour Bach », www.paris-normandie.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).