Les Gours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Charente
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Charente.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Les Gours
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Nord
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Aigre
Maire
Mandat
Didier Texier
2014-2020
Code postal 16140
Code commune 16155
Démographie
Gentilé Gorziens
Population
municipale
120 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 45″ nord, 0° 03′ 57″ ouest
Altitude Min. 77 m – Max. 119 m
Superficie 11,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Les Gours

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Les Gours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Gours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Gours

Les Gours est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Gorziens et les Gorziennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Les Gours est une commune du nord-ouest du département de la Charente, limitrophe à la fois de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres.

Le bourg des Gours est situé à 10 km au nord-ouest d'Aigre le chef-lieu de son canton, 22 km de Ruffec et 39 km d'Angoulême. Il est aussi à 13 km de Villefagnan, 16 km de Chef-Boutonne, 22 km de Matha, 35 km de Saint-Jean-d'Angély et 50 km de Niort[2].

La commune des Gours est à l'écart des grandes voies de communication. Il faut emprunter de petites routes pour rejoindre directement Aigre, ou à Saint-Fraigne la D 737, route d'Angoulême à Niort par Aigre et Chef-Boutonne qui passe à 4 km à l'est du bourg. La D 75 relie Couture-d'Argenson au nord à Verdille au sud et dessert le bourg[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le seul hameau important est celui de chez Chizé. On trouve aussi les Défends et chez Rouhaud au sud-est du bourg, ainsi que quelques fermes[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune des Gours est à la fois limitrophe des départements de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres.

Communes limitrophes des Gours
Couture-d'Argenson
(Deux-Sèvres)
Chives
(Charente-Maritime)
des Gours Saint-Fraigne
Lupsault

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Le Kimméridgien occupe plus particulièrement la surface communale. Des alluvions récentes du Quaternaire occupent les vallées sur les bordures nord et sud[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'une plaine ou bas plateau légèrement relevé à l'ouest, boisé et peu fertile compris entre deux vallées marécageuses, d'une altitude moyenne de 100 m. Le point culminant de la commune est à une altitude de 119 m, situé sur la limite départementale à l'ouest. Le point le plus bas est à 77 m, situé à l'extrémité orientale le long du ruisseau de la Couture. Le bourg est à 85 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau du Gouffre des Loges, appelé aussi ruisseau de Romazières, ou Naudin, ou Gazon plus en amont, en Charente-Maritime, fait la limite sud de la commune.

Un autre petit cours d'eau, sorti d'une excellente fontaine, rejoint le précédent, après avoir alimenté le gouffre des Loges. Ce dernier est une curiosité de la commune et lui a donné son nom : c'est une vaste pièce d'eau de près de 1 000 m2 de superficie, avec une profondeur d'une dizaine de mètres. Un étang à proximité sert de base de loisirs.

La Devise fait la limite nord de la commune.

Le ruisseau de la Couture (ou ruisseau de la Barre) longe la Devise et passe près du bourg. Tous ces ruisseaux plus ou moins canalisés convergent à l'est. Le ruisseau de la Couture est un affluent de l'Aume et un sous-affluent de la Charente[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous les formes de Gurgitibus, des Gortz en 1280[7].

Cet appellatif toponymique est issu des termes gort, gour « gouffre, pièce d'eau profonde et boueuse » en langue d'oil ou de gorc signifiant « gouffre dans une rivière, mare, creux plein d'eau » en ancien occitan[8]. Ils remontent au latin gurges ou gurgites signifiant « gouffre »[9],[Note 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois huttes, de forme ovoïde, creusées dans le calcaire, ont été trouvées en 1907, sur le domaine de la Font Brisson, à proximité du gouffre des Loges; ce sont des constructions préhistoriques de la cité lacustre de la Font Brisson. Ce sont des palafittes[10], constructions lacustres du Néolithique récent[11].

Plus tard, Les Gours se situait sur le trajet d'une supposée voie romaine, toujours sur le domaine de la Font-Brisson, au lieu-dit les Sablières, existent les vestiges d'une voie antique bordée de sépultures et des ruines de villas[12].

La terre des Gours était autrefois une dépendance du comté de Fontaine-Chalendray; elle reste jusqu'au XIXe siècle la propriété de la famille de Montmorency-Laval[13].

Le château des Gours a été construit vers le XVe siècle sur un ancien camp fortifié. Il a été détruit vers 1830[14].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
depuis 2001 en cours Didier Texier SE Agriculteur

Fiscalité[modifier | modifier le code]

La fiscalité est d'un taux de 12,06 % sur le bâti, 37,65 % sur le non bâti, 5,13 % pour la taxe d'habitation et 6 % de taxe professionnelle (chiffres 2007).

La communauté de communes prélève 2,61 % sur le bâti, 6,06 % sur le non bâti, 1,09 % pour la taxe d'habitation et 1,45 % de taxe professionnelle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 120 habitants, en diminution de -4,76 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
242 224 306 305 308 262 280 255 262
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
281 264 247 219 250 219 227 203 181
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
209 198 196 203 195 207 198 221 227
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
189 163 143 142 144 130 125 120 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006 [18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Les Gours en 2007 en pourcentage[19].
Hommes Classe d’âge Femmes
1,6 
90  ans ou +
5,8 
13,1 
75 à 89 ans
13,0 
16,4 
60 à 74 ans
20,3 
23,0 
45 à 59 ans
21,7 
19,7 
30 à 44 ans
15,9 
11,5 
15 à 29 ans
8,7 
14,8 
0 à 14 ans
14,5 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[20].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

Les Gours qui a eu jusqu'à 308 habitants en 1831 continue son lent déclin en ayant encore perdu 10 % de sa population entre 1999 et 2006 pour n'avoir plus que 130 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture est principalement céréalière. La viticulture occupe cependant une petite partie de l'activité agricole, et la commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[21].

Commerces[modifier | modifier le code]

Petite commune agricole, Les Gours n'a aucun commerce et un seul artisan, un maçon.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Les Gours n'a pas d'école et aucun autre service.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Notre-Dame a été construite en 1778 à la place d'une église du XIe siècle[22].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Un logis aurait existé dès le XVIe siècle à la Font Brisson mais le logis actuel porte la date de 1789[23].

Le logis de la Plaine est daté de 1698. Il a été détérioré et son pigeonnier a été détruit à la fin du XIXe siècle[24].

Le logis des Défends dont le château a été construit au milieu du XIXe siècle mais dont les dépendances sont plus anciennes avec la date de 1796 marquée sur un bâtiment[25].

Deux maisons pourraient avoir été construites au XVIIe siècle et le moulin du Milieu daterait du XVIIe siècle[26],[27].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'étymologie de Gours (Gironde) est la même.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente »,‎ (consulté le 13 décembre 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille d'Aulnay », sur Infoterre,‎ (consulté le 7 janvier 2012)
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 176
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne), p. 1087.
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 326.
  10. « Palafittes ou cités lacustres », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Cité lacustre de la Font Brisson », notice no IA00040815, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « villa gallo-romaine des Sablières », notice no IA00040816, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 190
  14. « Château détruit des Gours », notice no IA00040810, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  19. « Evolution et structure de la population à Les Gours en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  20. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  21. Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes » [PDF],‎ (consulté le 7 décembre 2015)
  22. « Église des Gours », notice no IA00040808, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « La Font Brisson », notice no IA00040813, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Logis de la Plaine », notice no IA00040812, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Les Deffends », notice no IA00040811, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Moulin du Milieu », notice no IA00040977, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Les Gours », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]