Les Gens de Dublin (Joyce)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gens de Dublin.

Gens de Dublin
Image illustrative de l’article Les Gens de Dublin (Joyce)
Dubliners, 1914

Auteur James Joyce
Pays Drapeau de l'Irlande Irlande
Genre Recueil de nouvelles
Version originale
Langue Anglais
Titre Dubliners
Éditeur Grant Richards Ltd.
Date de parution 1914
Version française
Traducteur Yva Fernandez, Hélène Du Pasquier, Jacques-Paul Reynaud
Éditeur Plon-Nourrit
Collection Collection d'auteurs étrangers
Date de parution 1926
Nombre de pages 319

Gens de Dublin, Les Gens de Dublin ou Dublinois (Dubliners) est un recueil de nouvelles publiées en 1914 qui préfigure l'œuvre monumentale dans laquelle, bientôt exilé volontaire, James Joyce ne cessera jamais d'évoquer sa ville natale de Dublin. Imprégnées tantôt de dérision, tantôt de sadisme latent, de brutalité ou d'humour, leur modernisme tient surtout au regard détaché, ironique, parfois cruel, mais toujours implacablement lucide, que l'écrivain pose sur ses personnages. Car ces derniers ne sont, en définitive, que le produit d'une société dont il évoque les frustrations, issues d'un étroit conformisme social et religieux.

Bien que plusieurs œuvres de James Joyce illustrent la riche tradition de l'Église catholique romaine, la nouvelle Araby conte sa désaffection envers l'Église et la perte de sa foi.

La dernière histoire, la plus connue, Les Morts, a été mise en scène par John Huston dans son dernier film achevé en 1987, Gens de Dublin (The Dead).

Il existe au moins cinq traductions françaises, celle d’Yva Fernandez, en collaboration avec Hélène du Pasquier et Jacques-Paul Reynaud, ainsi que celles de Jean-Noël Vuarnet, de Pierre Nordon, de Benoît Tadié et, dans la Bibliothèque de la Pléiade, de Jacques Aubert.

Liste des quinze nouvelles du recueil[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

La présence du signe / indique diverses possibilités de traduction selon les éditions.

  • Les Sœurs (The Sisters)
  • Une rencontre (An Encounter)
  • Arabie (Araby)
  • Eveline (Eveline)
  • Après la course (After the Race)
  • Deux galants (Two Galants)
  • La Pension de famille (The Boarding House)
  • Un petit nuage (A Little Cloud)
  • Contreparties / Correspondances (Counterparts)
  • Cendres / Argile (Clay)
  • Pénible Incident / Un cas douloureux (A Painful Case)
  • On se réunira le 6 octobre / Ivy Day dans la salle des Commissions (Ivy Day in the Committee Room)
  • Une mère (A Mother)
  • La Grâce / De par la grâce (Grace)
  • Le Mort / Les Morts (The Dead)

Sort de l'édition originale[modifier | modifier le code]

En 1982, Valéry Larbaud à préfacé Gens de Dublin[1]. Dans ce texte[2], il raconte que l'édition originale fut entièrement brûlée dans l'imprimerie par un mystérieux personnage qui avait acheté en bloc cette première édition et dont James Joyce n'obtint qu'un seul exemplaire.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chez Presses Pocket, édition en français traduite par Y. Fernanddez, H. du Pasquier & J. P. Reynaud.
  2. Page 14. Voir aussi la version anglophone de cet article.